Nord-Kivu: Des manœuvres pour priver des multitudes de personnes d’enrôlement

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

De nombreuses alertes ne cessent de signaler que l’opération d’enrôlement des électeurs est bloquée dans plusieurs centre de la CENI au niveau de plusieurs contrées de Beni-Lubero, ou dans d’autres agglomérations marquées par une forte concentration des ressortissants Nande en dehors de l’espace de Beni-Lubero. Il y a eu des phénomènes susceptibles de retenir l’attention sur cette préoccupation, dont entre autres:

Butembo: Ruptures de stocks des cartes d’électeurs dans les centres d’enrôlement

Plusieurs centre d’enrôlement de la ville de Butembo sont en rupture de stock de cartes d’électeur. Ce fait est d’autant plus étonnant que la direction de la CENI à Kinshasa, pour sa part, affirme avoir alloué une quantité amplement suffisante de ce matériel pour le Nord-Kivu entier via sa capitale provinciale, Goma. Un coup bas serait délibérément organisé au niveau de Goma pour empêcher les ressortissants de Beni-Lubero d’accéder aux droits d’électeurs en RDC. Et comme il s’avère impossible de priver totalement toute une si nombreuse population de cet enrôlement, il est fait en sorte que l’effectif des candidats électeurs en son sein soit réduit au minimum possible. Il s’agit d’un complot contre le peuple Nande visant à réduire sensiblement le nombre de leurs sièges aux parlements aussi bien provincial que national. D’ailleurs, des sources proches des autorités provinciales de Goma, il est signalé qu’une partie importante de lots de cartes d’électeurs prévues pour la ville de Butembo et les territoires de Beni et de Lubero en général a été détournée en faveur des territoires de Masisi et Rutshuru, en vue de permettre l’accroissement des sièges de ces derniers par l’enrôlement des candidats qui viendraient du Rwanda voisin et des réfugiés Hutu rwandais vivant en RDC depuis 1994.

Kivugha: L’ordinateur de saisie de la CENI emportée par des miliciens

Un ordinateur du kit électoral de la CENI utilisé pour l’enrôlement au centre de l’école primaire Kavasinza, à Kivugha, a été emporté par des miliciens Mai-mai dans la nuit du 06 au 07 février 2017. Kivugha est un village du territoire de Lubero situé à environ 20 kilomètres au sud de la ville de Butembo. Dans ce cas, les investigations prouvent que lesdits miliciens sont une fois de plus le fruit des efforts du pouvoir en place. Le pouvoir en place, qui les encourage à désorganiser le processus d’enrôlement recherche en même temps des voies pour accuser les ressortissants autochtones, filles et fils du milieu, d’être des semeurs de trouble et des fossoyeurs de la préparation des élections. Cependant, l’objectif réel du pouvoir, en soutenant ce genre d’actions négatives consister à diminuer la capacité politique du peuple Nande en la privant des moyens devant lui permettre de se faire représenter massivement aux parlements du pays.

Nyamilima: une attaque vise encore le rayon de la CENI

Des assaillants non autrement identifiés ont lancé une attaque musclée à Nyamilima ce jeudi 09 février 2017 vers 19 heures. Cette attaque sporadique a spécialement ciblé le rayon qui abrite le bureau de la CENI de cette localité. Jusqu’à ce matin aucune information n’est filtré sur l’issue de cet événement. Mais d’emblée, le plan de bouleversement des opérations d’enrôlement est de plus en plus évident un peu partout dans les contrées caractérisées par d’importantes concentrations des populations Nande. En effet, Nyamilima est une localité du territoire de Rutshuru située sur l’axe qui mène vers la frontière d’Ishasha, et où le nombre de la population Nande est devenu de loin plus supérieur par rapport à celui des Banyabwisha qui prétendent être des héritiers de cette juridiction.

Tels sont quelques cas de torpillage des opérations de la CENI dans des milieux bien ciblés par le régime en place. Le phénomène, tel que l’emportement des kits d’enrôlement par des miliciens, est un fléau qui se répète et se multiplie de manière inquiétante spécialement à travers le territoire de Lubero, qui serait le plus peuplé du pays. Mais le temps s’écoule vite, et il ne reste qu’à peine 50 jours aux congolais pour courir vers les centres d’enrôlement. Or, au Nord-Kivu en général, et dans Beni-Lubero en particulier, rien ne garantit que le climat de sécurité s’améliorera pour permettre aux populations des contrées en proie aux violences de se rattraper en vue d’acquérir leurs cartes d’électeurs.

Il est urgent de dénoncer le plan de marginalisation des millions de candidats électeurs Nande par le pouvoir en place.

Jean-Luc Br.
Goma.

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 19 mars 2016, parole qui a valu son assassinat le jour suivant).

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *