575 Noms du Martyrologue de Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Dans « Les contes d’Amadou Koumba », Birago Diop rappelle une croyance africaine selon laquelle « Les morts ne sont pas morts » car ils continuent de vivre autrement avec les vivants. La mémoire de la vie et de la mort des illustres disparus sert de leçon aux vivants de génération à génération. L’idée de constituer un martyrologue pour les victimes congolaises du conflit en cours est née de ce devoir de mémoire et d’inspiration à l’égard des illustres arrachés brutalement de la vie et de leurs familles, sans aucune faute de leur part, par des balles assassines des armées et des milices au service de l’idéologie de la mondialisation de l’économie néolibérale.

Pour perpétuer la mémoire des martyrs, la Fondation Beni-Lubero appelle tous ses membres et tous ses sympathisants à faire de janvier de chaque année un mois de commémoration de tous les martyrs de l’intégrité territoriale de la R.D.Congo. Durant ce mois de janvier 2011, une lecture du martyrologue de Beni-Lubero Online sera faite sur les radios périphériques émettant au Nord-Kivu.

Ne pas honorer la mémoire des martyrs de l’intégrité territoriale de la R.D.Congo équivaudrait à les tuer doublement et devenir complice du silence et de l’injustice dont ils sont victimes. C’est ainsi que pour tenir en éveil leur mémoire, nous avons décidé de constituer un martyrologue à partir des data du Site Internet Beni-Lubero Online mis en ligne depuis le 1er janvier 2006. Ce martyrologue reprend dans l’ordre chronologique simple les dates, les noms des martyrs, leurs photos quand elles sont disponibles, les lieux où ils ont vécu, les lieux où ils ont été assassinés, les circonstances de leur martyre, l’esquisse identitaire de leurs tueurs, etc.

Qui sont les martyrs de l’intégrité territoriale de la R.D.Congo ? Ce sont des innocents qui, ayant le droit de leur côté, ont choisi de braver pacifiquement la peur et l’intimidation de leurs bourreaux qui violent toutes les lois internationales en matière des droits humains et de relations entre les états membres de l’ONU. Ils sont donc des martyrs du droit international que le Conseil de Securité de l’ONU et tous ceux qui ont une parcelle de pouvoir refusent de faire appliquer dans le cas de la R.D.Congo.

Selon le rapport d’International Rescue Committee du mois d’Avril 2007, le nombre des victimes du conflit congolais s’élève à 5.4 millions des morts depuis 1998 dont 4.6 millions de morts dans les seules provinces de l’Est de la R.D.Congo , avec un taux de mortalité de 45 000 morts par mois , soit l’équivalent d’un tsunami indonésien par mois, une attaque américaine du 11 septembre 2001 par jour. Au regard de ce chiffre effrayant, le présent martyrologue de Beni-Lubero Online n’est donc pas exhaustif. Il se veut un projet, une œuvre en construction. Beni-Lubero Online nourrit l’espoir que ses lecteurs ne manqueront pas de compléter son martyrologue en lui envoyant les noms, les photos, les circonstances des assassinats des martyrs qui y manquent pour qu’aucun martyr ne tombe dans l’oubli. Si cet objectif est atteint pour la province du Nord-Kivu, Beni-Lubero Online compte, dans l’avenir, étendre l’initiative sur toutes les autres provinces de la R.D.Congo.

Au 1er janvier 2011, le martyrologue de Beni-Lubero Online était constitué de 278 cas d’assassinats recensés par Beni-Lubero Online depuis 2006 et dont 123 cas recensés pour la seule année 2010 qui ressort comme la plus sanglante de toutes celles couvertes par la recension de Beni-Lubero Online.

Comme nous l’avons fait remarquer plus haut, ce chiffre n’est pas exhaustif vu qu’il ne contient pas les cas d’assassinats qui n’ont pas été portés à la connaissance de Beni-Lubero Online et ceux qui ont lieu dans les coins et recoins des zones non sécurisées et par conséquent inaccessibles aux correspondants et amis de Beni-Lubero Online. Aussi, le présent martyrologue ne contient pas les noms des victimes du massacre de Kiwanja (186 morts), le carnage du Pont de la rivière Semuliki (18 égorgés), les 62 martyrs de Busurungi en Territoire de Walikale, les 16 martyrs de PINGA en Territoire de Walikale, les 6 martyrs de Kazinga en Territoire de Masisi, les disparus du Secteur Ruwenzori, les enlevés, les blessés graves dont plusieurs ont certainement succombé par après à la suite de leurs blessures, etc.

Le présent martyrologue contient aussi plusieurs cas d’inconnus mais dont l’assassinat a été constaté et confirmé par ceux qui ont découvert leurs corps sans vie. Parmi ces inconnus il y a :

– Ceux dont Beni-Lubero Online n’a pas encore obtenu le nom exact,

– Les déplacés assassinés loin de leurs villages d’origine,

Les 575 cas recensés qui constituent le présent martyrologue de Beni-Lubero Online sont des congolais de tout âge, ethnie, sexe, rang social, profession, religion, opinion politique, arrachés brutalement de la vie, pour la plupart sans aucune faute de leur part, mais tout simplement parce qu’ils se trouvent sur une terre riche en ressources naturelles attisant les convoitises régionales et internationales.

Les tueries quasi quotidiennes des martyrs répertoriés se font par balles, armes, coutelas, poignards, baïonnette, étranglement, tortures, noyades, incendies, famine, privation des soins de santé, empoisonnement, inoculation du sang contaminé par le virus HIV-SIDA, etc.

Les auteurs de tous ces crimes que les évêques catholiques de la R.D.Congo ont qualifié en 2008 de « génocide silencieux» sont :

1. Des rebelles étrangers ou à la solde de l’étranger qui opèrent sur le territoire congolais, en l’occurrence, CNDP, FDLR, LRA, ADF-NALU, FPJC, MBORORO, Faux Mai-Mai, etc),

2. Toutes les tendances ou factions des militaires et des policiers de Forces Armées de la République Démocratique du Congo (Fardc),

3. Des bandits en mains armées, etc.

4. Un cas de suicide à la suite de l’assassinat d’un proche (cas de la grand-mère du martyr Patient Nzuki assassiné le 3 Décembre 2009 au Quartier Vutsundo en Ville de Butembo).

 

Année 2006

 

1. 16 Janvier 2006 : Mr Kambale Kamavu de Mutanga, Quartier Bwinongo, Commune Mususa en Ville de Butembo est assassiné non loin de chez lui par deux hommes armés, l’un en tenue militaire et l’autre en tenue civile. Les tueurs lui avaient exigé une somme de 30 000 US$. Comme il n’avait sur lui que 170 US$, les témoins qui suivaient de loin l’embuscade rapportent que le bandit en tenue militaire lui logea la balle assassine dans la tête. Mr Kamavu rendit l’âme sur le champ !

 

2. 18 Janvier 2006 : Pasteur Emmanuel Katsurana est assassiné en Ville de Butembo par un major Fardc du nom de SANGOTE BARAKA. La veille de sa mutation pour la ville de Beni, Major SANGOTE n’avait pas bien digéré la présence du Pasteur Emmanuel Katsurana au domicile d’une de ses multiples concubines. C’est ainsi que, sans s’informer de la relation du Pasteur Emmanuel Katsurana avec la famille de sa concubine, il lui assena des coups fatals de baïonnette au bas ventre et dans la tête. L’homme de Dieu mourut sur le champ !

 

Année 2007

 

3. 1 janvier 2007 : Mr Kambale Maulizo, Taximan, Ville de Goma, tué par des hommes en uniforme militaire.

 

4. 7 janvier 2007: Mr MBALE de Miriki en Territoire de Lubero, joueur de l’équipe de football Bilanga abattu par un militaire FARDC pendant qu’il jouait contre l’équipe de Momekano à Miriki même.

 

5. 11 Janvier 2007 : Mr Mbula Musubao alias Pépin, Ville de Beni, abattu dans sa résidence vers 23h00 par des hommes en armes et en uniforme militaire Fardc.

 

6. 14 janvier 2007 : Mr ZAKATO, 12 ans d’âge, Village Janga / Buhimba, Territoire de Nyiragongo, est assassiné dans le pâturage du Mwami BUTSITSI Jean Bosco par des infiltrés rwandais. Son corps avait été retrouvé une semaine et demie après son assassinat par des bergers des vaches.

 

7. 16 janvier 2007 : Mr ISMA LOKOKO, Cultivateur de Kahunga/ Territoire de Rutshuru, tué par des Fardc.

 

8. 16 Janvier 2007 : Mr Justin Kasuki, Etudiant de la Ville de Beni, torturé à mort par des hommes en uniforme vers 21 heures lorsqu’il rentrait chez lui de l’étude du soir.

 

9. 24 Janvier 2007 : Mme Elda Muhawenimana, cultivatrice de Nyongera, Territoire de Rutshuru, tuée en pleine journée vers 13 heures par un Fardc de la Brigade Bravo.

 

10. 2 Février 2007 : 1 Jeune Homme du Village de la famille Musabiranya de Buhumba, Localité de Ngobera en Territoire de Nyiragongo est abattu par un militaire de la 9ème Brigade parce qu’il avait refusé la corvée de transporter un bidon d’eau pour le militaire.

 

11. 8 Février 2007 : Mr Lisamba de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des militaires de la Brigade « Bravo ».

 

12. 8 Février 2007 : 1 Voisin de Mr Lisamba de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des militaires de la Brigade « Bravo ».

 

13. 8 Février 2007 : 1 deuxième Voisin de Mr Lisamba de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des militaires de la Brigade « Bravo ».

 

14. 10 Février 2007 : Le Chef Busimba Maguru de la localité de Buramba est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

15. 10 Février 2007 : 1 taximan de moto sur l’axe Nyamilima-Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

16. 10 Février 2007 : Mr Rugirokorwanze, cultivateur de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

 17. 10 Février 2007 : Mr Byiringiro, cultivateur de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

 18. 10 Février 2007 : Mr. Munenge, cultivateur de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

 

19. 10 Février 2007 : Mr. Buhuru, cultivateur de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

 

20. 10 Février 2007 : Mr. Geredi, cultivateur de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

 

21. 10 Février 2007 : Mr. Tshombé, cultivateur de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

 

22. 10 Février 2007 : Mr. Toto, cultivateur de Kiseguro en Territoire de Rutshuru est tué par des éléments de la Brigade Bravo.

 

23. 11 Février 2007: Mr Kambale Katsuva, Taximan de moto, fils de Muvunda de Luviriha, Kasindi en Territoire de Beni est tué à 22heures par le militaire PATRICK, garde du corps du Major Zéphirin de la DMIAP/Luviriha.

 

24. 12 Février 2007 : Mr Sylvain Muhanya, commerçant et cambiste de Nyamilima en Territoire de Rutshuru est tué par des militaires de la Brigade Bravo, après lui avoir ravi tout son capital commercial.

 

25. 13 Février 2007 : Mr Bwenge de Nyamilima en Territoire de Rutshuru est enlevé de son domicile par de éléments armés pour une destination inconnue jusqu’aujourd’hui. Sa famille le considère comme mort.

 

26. 15 Février 2007 : Mr Claude DIVIGNON, de nationalité belge et architecte connu des beniluberois est retrouvé mort au salon de sa résidence de Boikene, Ville de Beni. Son corps portait des traces du poignard. Dans la cour, on a trouvé des traces de bottines des militaires.

 

27. 15 Février 2007 : Mr KIVATSI, Sentinelle de Mr Claude DIVIGNON, est retrouvé avec les mains ligotées et son corps jeté dans la piscine de la résidence.

 

28. 19 Février 2007 : 1 homme accusé de complicité avec les résistants Mai-Mai est brulé vif à Nyakakoma en Territoire de Rutshuru par des Fardc du Colonel Makenga après des affrontements entre ses troupes et les résistants Maï-Maï .

 

29. 19 Février 2007 : 1 deuxième homme accusé de complicité avec les résistants Mai-Mai est brulé vif à Nyakakoma en Territoire de Rutshuru par des Fardc du Colonel Makenga.

 

30. 21 Février 2007: Mr Roger Kisamba, un Taximan de moto de la Ville de Goma est tu tué par des hommes en uniforme.

 

31. 24 Février 2007 : Mr Oscar Ntamu-Shobora, Infirmier Responsable du Centre de Santé de Mutabo/Busanza en Territoire de Rutshuru est assassiné.

 

32. 24 Février 2007 : Mr Kambale Kimuha, un Taximan de moto de la Cité de Kirumba en Territoire de Lubero est tué par des militaires Fardc.

 

33. 25 Février 2007 : Mr DIONIZI, Président du marché central de la localité Kishondja, Groupement Muphuni-Kibabi en Territoire de Masisi est assassiné à Runigi par le S2 de la Brigade CHARLY.

 

34. 25 Février 2007 : Mme DIONIZI, de la localité Kishondja, Groupement Muphuni-Kibabi en Territoire de Masisi est assassiné à Runigi par le S2 de la Brigade CHARLY.

 

35. 26 Février 2007 : Mr Kagame de Rubaya, Groupement MUPFUNI-MATANDA en Territoire de Masisi est assassiné par le S2 de la Brigade CHARLY lors d’une opération dite de poursuite des déserteurs du Centre de Brassage de Rubaya.

 

36. 26 Février 2007: Mr Nyumba Kumi de Rubaya en Territoire de Masisi est assassiné par le S2 de la Brigade CHARLY.

 

37. 26 Février 2007 : Mr Janvier MAFAYO de Rubaya en Territoire de Masisi est assassiné par le S2 de la Brigade CHARLY.

 

38. 1er Mars 2007 : 1 Homme de Walikale, Territoire de Walikale est abattu par des éléments de la 85ème Brigade pour n’avoir pas trouvé une tige de cigarettes lui exigé à un barrage de contrôle des voyageurs.

 

39. 3 Mars 2007 : Mr Constantin Kahindo Kyako (43 ans) du Quartier Rughenda en Ville de Butembo est abattu à bout portant par un militaire de la Deuxième Brigade du Camp Militaire de Rughenda nommé Adjudant AMISI KAMIOLA, vers 20h30 lorsqu’il revenait de chez son voisin de quartier Mr Bolingo. Le tueur AMISI KAMIOLA avait ravi 165 US$ et le téléphone portable de Mr Kyako avant de l’abattre à quelques mètres du camp militaire de Rughenda.

 

40. 4 mars 2007 : Mr Karo de Kazinga Mashaki, en Territoire de Masisi est abattu par le S2 de la Brigade CHARLY lors d’une opération dite de chasse aux déserteurs du Centre de Formation de Rubaya, en Groupement MUPFUNI – MATANDA.

 

41. 5 mars 2007 : Mme Nikuze de Kazinga Mashaki en Territoire de Masisi, est abattu par le S2 de la Brigade CHARLY lors d’une opération dite de chasse aux déserteurs du Centre de Formation de Rubaya, en Groupement MUPFUNI – MATANDA.

 

42. 6 mars 2007 : Mr Fidèle SEGITABURE de Kazinga Mashaki en Territoire de Masisi, est abattu par le S2 de la Brigade CHARLY lors d’une opération dite de chasse aux déserteurs du Centre de Formation de Rubaya, en Groupement MUPFUNI – MATANDA.

43. 6 mars 2007 : Mme Furaha Salomon de Kazinga Mashaki en Territoire de Masisi, est abattu par le S2 de la Brigade CHARLY lors d’une opération dite de chasse aux déserteurs du Centre de Formation de Rubaya, en Groupement MUPFUNI – MATANDA.

 

44. 6 mars 2007 : Mlle Suzana, fille de Nyamanjanja de Kazinga Mashaki en Territoire de Masisi, est abattu par le S2 de la Brigade CHARLY lors d’une opération dite de chasse aux déserteurs du Centre de Formation de Rubaya, en

 

45. 6 mars 2007 : Mr BIVEVU NDALIHORANYE de Kazinga Mashaki en Territoire de Masisi, est abattu par le S2 de la Brigade CHARLY lors d’une opération dite de chasse aux déserteurs du Centre de Formation de Rubaya, en Groupement MUPFUNI – MATANDA.

 

46. 7 mars 2007 : 1 Jeune demobilisé de Rubare en Territoire de Rutshuru est assassiné à Rubare vers 11 heures par les éléments de la redoutable brigade « Bravo » du Colonel Makenga, et ses adjoints Lieutenant-Colonel Cyrille et le Lieutenant-colonel Bisamaza.

 

47. 9 mars 2007 : Mr DINGI, Enseignant à l’Ecole Primaire Kyabafu de Buramba en Territoire de Rutshuru est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo avec comme motif qu’il était collaborateur des FDLR et des Mai-Mai.

 

48. 9 mars 2007 : Mr DODO, Commerçant du Quartier Kanzanza de Buramba en Territoire de Rutshuru, est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo avec comme motif qu’il était collaborateur des FDLR et des Mai-Mai.

 

49. 9 mars 2007 : Mr Honoré, élève de la 2ème année secondaire de Buramba en Territoire de Rutshuru est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo car accusé de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

50. 9 mars 2007 : Mr Bambata Kajinya, enseignant à l’Ecole Primaire Rive de Buramba en Territoire de Rutshuru est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo avec comme motif qu’il était collaborateur des FDLR et des Mai-Mai.

 

51. 9 mars 2007 : Mme Louise Kasonia, Ménagère de Buramba, Territoire de Rutshuru est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo avec comme motif qu’elle était collaboratrice des FDLR et des Mai-Mai.

 

52. 9 mars 2007 : Mr Bahati Sematumba, enseignant à l’Ecole Primaire de Kyabafu de Buramba en Territoire de Rutshuru est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo car accusé de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

53. 9 mars 2007 : Mr Muhiya enseignant à l’Ecole Primaire Chabafu de Buramba en Territoire de Rutshuru est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo car accusé de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

54. 9 mars 2007 : Mr Bigaragara Mugira, Elève en 1ère année secondaire de Buramba en Territoire de Rutshuru est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo car accusé de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

55. 9 mars 2007 : Mlle Denise de Buramba, cultivatrice est assassinée par des militaires de la Brigade Bravo car accusée de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

56. 9 mars 2007: Mr Nestor de Buramba, cultivateur est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo car accusé de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

57. 9 mars 2007: Mr Zikamanga, cultivateur de Buramba est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo car accusé de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

58. 9 mars 2007: Mr Kazingufu, cultivateur de Buramba, est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo car accusé de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

59. 9 mars 2007 : Mr Kamate Emmanuel de Buramba est assassiné par des militaires de la Brigade Bravo car accusé de collaborer avec les FDLR et les Mai-Mai.

 

60. 10 mars 2007 : 1 homme non autrement identifié, a été enlevé de son véhicule par un capitaine de la Brigade Bravo au Pont Mabenga. Après lui avoir ravi son téléphone portable et une somme d’argent de 300 U.S.$, le capitaine tueur l’avait abattu avant de jeter son corps sans vie dans la rivière Rutshuru

61. 10 mars 2007 : Mr SINJEBAHIMYE KABINGO, de Kazinga/Gitengeri, Groupement Nyamaboko 1er en Territoire de Masisi est assassiné par des militaires Fardc.

 

62. 10 mars 2007 : Mr Nyayituriki Seburo, de Kazinga/Gitengeri, Groupement Nyamaboko 1er en Territoire de Masisi est assassiné par des militaires Fardc.

 

63. 10 mars 2007 : Six autres victimes non autrement identifiées sont assassinées à Kazinga/Gitengeri, Groupement Nyamaboko 1er en Territoire de Masisi par des militaires Fardc.

 

64. 13 mars 2007 : Mr Kabongo, commerçant ambulant de Kiwanja en Territoire de Rutshuru est assassiné sur la route Kiwanja-Katwiguru par des hommes en armes et en uniforme militaire.

 

65. 14 mars 2007 : Mr Adélard de la Ville de Goma, Quartier Nyabushongo est tué par des hommes en uniforme.

 

66. 14 mars 2007 : Mr Blaise de la Ville de Goma, Quartier Nyabushongo est tué par des hommes en uniforme.

 

67. 17 mars 2007 : Mr Thomas de la Ville de Goma, Quartier Keshero, Commune de Goma, est tué vers 19 heures par des hommes en uniforme.

 

68. 17 mars 2007 : Mr Janvier de la Ville de Goma, Quartier Keshero, Commune de Goma est tué vers 19 heures par des hommes en uniforme.

 

69. 18 mars 2007 : Maman FANY de la ville de Goma est tuée sur le tronçon Rwindi-Mabenga lors d’une embuscade tendue par des hommes en armes au véhicule dans lequel elle voyageait de Kanyabayonga.

 

70. 20 mars 2007: Mr Matemane , un Policier de la Police Nationale Congolaise, Commissariat de Shinda/Busanza

en Territoire de Rutshuru est assassiné vers 14 heures par des militaires de la Brigade Bravo.

 

71. 20 Mars 2007: Mr NDAYAMBAJE, un Policier de la Police Nationale Congolaise, Commissariat de Shinda/Busanza en Territoire de Rutshuru est assassiné vers 14 heures par des militaires de la Brigade Bravo.

 

72. 20 Mars 2007: Mr SAFARI : Policier de la Police Nationale Congolaise, Commissariat de Shinda/Busanza en Territoire de Rutshuru est assassiné vers 14 heures par des militaires de la Brigade Bravo.

 

73. 22 Mars 2007 : Mr RUTORE Hategekimana alias Bébé de Tchumirwa/Ntamugenga en Territoire de Rutshuru est assassiné vers 7 heures à Tchumirwa/Ntamugenga, par des militaires mixés déployés dans ce milieu.

 

74. 23 Mars 2007 : Mme Kavira Mastaki, de la Ville de Goma, Quartier Mabanga-Sud est tuée dans sa résidence par des militaires Fardc.

75. 26 Mars 2007 : Mr DUDU RAMAZANI, de la Ville de Goma , Fils de RAMAZANI infirmier de la REGIDESO/GOMA est tué par des militaires Fardc.

 

76. 26 Mars 2007 : Mr Kambale Langalanga, du Quartier Tamende, Ville de Beni est assassiné vers 20 heures, par des hommes en uniforme qui lui ont ravi son téléphone portable avant de l’abattre à bout portant.

 

77. 29 Mars 2007: Mr. BIZIMUNGU KANANE, Taximan de moto du Village KIZIBA II, Territoire de Nyiragongo, est tué par des hommes en armes qui emportent aussi sa moto.

 

78. 5 juillet 2007 : Dr. Kambale Kisonia alias Kidubai, Un des grands commerçants de Beni-Lubero est abattu dans son bureau sis sur Avenue Président de la République, en Ville de Butembo par des tueurs Kenyans et Ougandais en complicité avec des collabos éclaireurs congolais. Les tueurs rattrapés par la police sont identifiés comme : Mr. JENGA NJOGU (Kenyan), né en 1965, Mr. KUTOSI NATHAN (Ougandais), né en 1976, Mr. MALOMERE CHARLES (Ougandais), né à Mbale en 1965, Mr. SAIDI MAKUMA JAMES (Ougandais), le seul qui a refusé le nom qu’il avait donné auparavant au ministère public sous prétexte qu’il s’appelle plutôt MTAWA BIHAMA MWAJUMA, Mr. MECHAK WAMBOGHO KARIUKI (Kenyan), né en 1973, Mr. SHABANI MISIMBI (Ougandais), né en 1964, Mr. PALUKU KYAMBALIRO SALOMON, alias PALOS (Congolais), Mme KAVUGHO KATSUVA KANIKI JORIME (congolaise).

Kambale_Kisoni_0

79. 25 Août 2007 : 1 homme non autrement identifié âgé d’une trentaine d’années est abattu vers 22h dans la Cellule Kahumba, Quartier Matanda, Commune Mususa, Ville de Butembo par un homme vêtu en treillis militaire et muni d’une arme à feu. Selon les voisins témoins de l’assassinat, le tueur était embusqué derrière un kiosque.

 

80. 25 Août 2007 : 1 homme de 27 ans d’âge, coiffeur bien connu dans le quartier est assassiné par balles en cellule MAKASI, non loin du bureau du Quartier Centre Commercial par des hommes armés et en uniforme Fardc.

 

81. 8 septembre 2007 : Mr Kakule Katirisa du Quartier MIHAKE, âgé de 30 ans, marié et père de 5 enfants, est retrouvé sans vie avec des traces de poignard sur son corps dans une rigole du Quartier Congo ya Sika, Commune de Vulamba, en Ville de Butembo.

 

82. 13 septembre 2007 : 1 maman commerçante d’huile de palme du Rond Point Nziapanda, Route Butembo-Musienene qui revenait d’Oïcha est tombée sous des balles des malfrats en treillis militaires à un faux barrage érigé par ces derniers au Rond Point Nziapanda vers 21 heures, heure locale.

 

83. 13 Septembre 2007 : Un jeune garçon de 15 ans est assassiné avec sa maman (cfr. Supra) par des malfrats en treillis militaires à un faux barrage érigé par ces derniers au Rond Point Nziapanda vers 21 heures.

 

84. 26 Septembre 2007 : Mr Joseph Talangira Mandefu (40 ans), Commerçant acheteur de Quinquina d’Ivatama/ Musienene en Territoire de Lubero est lâchement abattu dans sa parcelle par trois hommes en tenue militaire.

 

85. 4 octobre 2007 : Un Policier commis à la garde de la station SERKASOIL en Ville de Butembo est abattu par des bandits en mains armées et vêtus en tenues militaires venus cambriolé la station vers 21h30.

 

86. 6 Octobre 2007 : 1 malfrat non autrement identifié qui faisait partie d’un gang des tueurs rançonnant les paisibles bubolais au Rond Point Vusenzera- Vutsundo en Ville de Butembo a été lapidé à mort par les habitants du quartier alertés de la présence du gang des malfrats dans leur quartier.

 

87. 6 octobre 2007 : 1 deuxième malfrat non autrement identifié qui faisait partie d’un gang des tueurs rançonnant les paisibles bubolais au Rond Point Vusenzera- Vutsundo en Ville de Butembo a été lapidé à mort par les habitants du quartier alertés de la présence du gang des malfrats dans leur quartier.

 

88. 24 Octobre 2007 : Mr MUHINDO VITEGHE Jerôme alias Kiposo (65 ans), Commerçant du Quartier Vungi, Cellule Vusenga, n° 5, en Ville de Butembo, père de 12 enfants, marié à Mme Masika, a succombé de ses blessures après avoir été criblé de balles vers 20h00 par un groupe de dix ‘hommes armés non autrement identifiés quand il entrait dans sa parcelle dans sa Jeep.

kiposedeath0

89. 27 octobre 2007 : Mr Judison Kambale, un Taximan de moto, dont le corps sans vie avec des traces d’un étranglement et des blessures de couteaux avait été retrouvé dans la brousse par un berger des chèvres à Mavono à environ six kilomètres à l’Est de la ville de Butembo, le matin du samedi 27 Octobre 2007.

 

90. 27 octobre 2007 : Un taximan de moto de la Rue Matadi qui était dans le cortège funèbre de Mr. Judison Kambale assassiné la veille a été abattu à bout portant par un policier ayant le grade de capitaine, à coté d’un colonel de la PNC, devant le Bureau du Groupe Mobile d’Intervention. C’était le deuxième assassinat d’un Jeune taximan en l’espace de 24 heures dans la ville de Butembo.

 

Année 2008

 

91. 12 Janvier 2008 : Le Colonel Kakule Jeremie (Mai-Mai) ainsi que ses deux gardes de corps sont abattus au Rond Point de la Ville de Beni par des Fardc lors d’un affrontement en pleine rue. Un Fardc et un civil ont aussi trouvé la mort lors de cette altercation armée. Plusieurs blessés parmi les civils atteints par les balles perdues sont hospitalisés à l’Hôpital Général de Beni.

 

92. 2 Février 2008 : Mr. MUMBERE LUBHATSUNGANA (22 ans), est abattu par des bandits en mains armées vers 19h45 » dans le Quartier Mabanga-Sud en ville de Goma. Il était finaliste de l’Institut Tuungane de Goma.

 

93. 11 Février 2008 : Un bouvier d’une ferme de Mwenye-Kirima à 50 km à l’ouest de la Ville de Butembo est poignardé mortellement par des bandits armés habillés en Mai-Mai qui étaient venus voler nuitamment ses vaches.

 

94. 11 Février 2008 : Un deuxième bouvier d’une ferme Mwenye-Kirima à 50 km à l’ouest de la Ville de Butembo est poignardé mortellement par des bandits armés habillés en Mai-Mai venus voler nuitamment ses vaches.

 

95. 29 Février 2008 : Dr Muhindo Bahati Franck est abattu à bout portant vers 7h30’ du matin par un militaire des Fardc par 3 balles dans la tête et dans le ventre à 1km de Kyavinyonge, Secteur Ruwenzori, en Territoire de Beni. Le Dr BAHATI revenait d’une mission de travail à Butembo d’où il était parti le matin vers 5h00 pour rejoindre son poste de travail à l’heure. En guise de deuil, le Centre de Santé de Référence de Kyavinyonge était fermé pour 30 jours et les soins pour les militaires et leurs familles étaient suspendus pendant 10 jours!

DrFranckbest0

96. 2 mars 2008 : Mme Émérence est assassinée par balles à VUVIMBA, un quartier populaire de Kasugho, en territoire de Lubero par un FDLR avec qui elle cohabitait. Selon plusieurs témoignages, tout serait parti d’une bagarre autour d’une dette. Son amant lui devait une importante somme d’argent équivalent à neuf bidons d’alcool éthylique communément appelé « Kabali ». Au lieu de payer sa dette, le FDLR préféra mettre fin à la vie de sa créancière et concubine.

97. 13 mars 2008 : Mr Albert Prigogine NGEZAYO, un Homme d’Affaires propriétaire de l’Hôtel les Masques à Goma est lâchement abattu par des bandits en mains armées à 16 heures de l’après-midi à quelques mètres de son domicile, en pleine ville de Goma, lorsqu’il revenait de son bureau de travail.

98. Mardi 25 Mars 2008 : Ir Achille Paluku Maghaviro (46 ans) abattu par des bandits armés dans la résidence familiale au quartier Keshero à Goma vers 20 heures locales. Ir Achille Paluku Maghaviro était le chef du bureau de l’aéronautique civile de la Régie des Voies Ariennes, RVA. Selon les voisins de la victime, alertés par des tirs, ce sont des hommes habillés en tenue de la police nationale congolaise qui sont sortis de la résidence de la victime après leur forfait. D’autres habitants de la même avenue confirment ce fait en ajoutant que, dans leur fuite, ces hommes ont dévalisé 5 autres maisons. Blessant une personne par balles et 5 autres par des baïonnettes. Mr Achille Paluku est la 6ieme personne assassiné à Goma dans un délai de deux semaines. Entre temps, les enquêtes initiées par la police pour les 5 autres cas d’assassinat, n’ont jusque là, donné aucun résultat. Ir Achille Paluku Maghaviro laisse 6 enfants, une veuve, des frères et sœurs inconsolables. A l’approche du 3ème anniversaire de l’assassinat de “Ya Achille”, les enquêtes timidement initiées par les autorités congolaises, n’ont donné aucun résultat. Les coupables courent toujours ( Ecrit avec la contribution de Walter Mulondi, Journaliste et frère cadet de l’ Ir Achille Paluku Maghaviro)

assassinatAchillepaluku00

99. 28 Mars 2008: Mr Mumbere Lukalayiro Bernardin alias Lukas (37 ans), infirmier de profession, est mort après avoir bu de la bière Kasiksi empoisonnée lui offerte comme cadeau par une dame qui avait été arrêté par la suite. C’était au Centre de Santé de Référence de Butuhe, Chef-lieu du Groupement Malio, Collectivité Bashu, en Territoire de Beni.

Butuheinfirmierposter0

100. 28 Mars 2008: Mr Kambale Tsongo (29 ans), infirmier de profession, est mort après avoir bu de la bière Kasiksi empoisonnée lui offerte comme cadeau par une dame qui avait été arrêté par la suite. C’était au Centre de Santé de Référence de Butuhe, Chef-lieu du Groupement Malio, Collectivité Bashu, en Territoire de Beni.

 

101. 1er Avril 2008 : Mme NDOOLE, Divisionnaire aux Affaires Sociales du Nord-Kivu, est abattue dans sa maison en ville de Goma devant ses enfants et son mari. Ses tueurs lui avaient d’abord demandé d’allaiter son bébé de deux mois pour la dernière fois avant sa mort. Ces malfrats n’ont rien pris de sa maison car disaient-ils leur mission était de l’abattre.

102. 1 Avril 2008: Mr Ghislain alias Jules DOLLAR, Grand Cambiste de la Ville de Goma, est abattu dans la ville de Goma par des hommes en armes et en uniforme militaire.

103. 1er Avril 2008 : Mr Jean-Claude alias JC, Directeur à la DGM, Ville de Goma, est assassiné par des hommes en armes et en uniforme militaire.

 

104. 10 Avril 2008 : Mr Kambale Vyatsuka de la Cité de Kiwanja en Territoire de Rutshuru est assassiné par des rebelles du CNDP lors de leur incursion dans son quartier.

 

105. 19 Avril 2008: Mr Kambale Kasienene, taximan habitant du Quartier Londo, Ville de Butembo, a été abattu à bout portant par un militaire Fardc et un agent des services des renseignements de la 8ième région militaire qui voulaient lui ravir sa moto dans la nuit de samedi à dimanche 19 avril 2008. Ce crime crapuleux a eu lieu au quartier Mutiri, Commune de Bulengera, Ville de Butembo.

 

106. 24 mai 2008 : Un homme de la Soixantaine révolue est retrouvé mort au marché de KITULU à Butembo.

 

107. 24 mai 2008 : Mr Séraphin Kakule enseignant au CAMJD-RUGHENDA domicilié au Quartier KITULU, Cellule NGWATI n°68, est retrouvé dans sa parcelle. Il laisse derrière lui une veuve et deux enfants. Les causes et les circonstances de sa mort n’avaient pas été élucidées.

 

108. 26 mai 2008 : Mr Muhindo Matumo Dieudonné, est abattu en son domicile vers 19h30 dans la nuit de dimanche au lundi 26 mai 2008 par les hommes en uniforme et en armes qui se sont volatilisés dans les rues de Goma après leur forfait.

 

109. 11 juin 2008 : Maman Miriam est abattue par balles par des hommes en armes lors d’une attaque nocturne du Quartier Mutandi de Vuyinga, Collectivité Chefferie de Baswagha, en Territoire de Lubero.

 

110. 11 juin 2008 : Mr Mutsuva est abattu par balles par des hommes en armes lors d’une attaque nocturne du Quartier Manzia de Vuyinga, Collectivité Chefferie de Baswagha, en Territoire de Lubero.

 

111. 19 Octobre 2008 : Cambiste Papa Manu. Son corps sans vie est découvert près d’une toilette, dans une parcelle en cellule Londo. Les proches identifieront ce corps comme étant celui de papa Manu, cambiste de l’Avenue Baswagha en ville de Butembo, âgé d’environ 30 ans, marié et père d’un bébé de huit mois. Le corps de l’infortuné portait une plaie par balles au niveau de l’épaule gauche, un téléphone cellulaire à la main ainsi qu’un billet de 500 FC (Francs Congolais).

 

112. 5 Novembre 2008 : Au moins 186 morts du Massacre de Kiwanja par les soldats du CNDP. Parmi les noms communiqués à la rédaction de Beni-Lubero Online, on peut citer : Mr. Kamate Muthethe, Mr. Sami du Quartier Office, Mr. Nzonzo Bitwake, Journaliste de la Radio Racou, Mr Mr François, et Mr. Zungule, tous massacrés au Quartier Mabungo, dans la cité de Kiwanja, en Territoire de Rutshuru.

massacre_kiwanja44

113. 1er Décembre 2008 : Le Prof. Assistant Kakule Kahuwite (44 ans), Mathématicien et ancien de l’ISP Bukavu enseignant dans plusieurs Instituts Supérieurs de la ville de Butembo, est assassiné chez lui au Quartier Rughenda, vers 22h00, heure de Butembo, par des hommes en armes non autrement identifiés qui s’étaient présentés comme ses amis.

 

Année 2009

 

114. 2 Janvier 2009 : Mr NDOOLE , comptable public de l’Etat chargé des dépenses pour le territoire de Lubero et la ville de Butembo. Parti de Butembo le mercredi 31 décembre 2008, Mr. NDOOLE était arrivé à Beni pour célébrer la Bonana 2009 avec son épouse qui travaille à Beni. Mr. NDOOLE avait passé la journée du 1er janvier 2009 dans la joie et la fête dans sa villa de NTONI. Subitement, il sera retrouvé mort dans un coin de sa villa. Les témoins et les proches ont cependant qualifié sa mort mystérieuse d’assassinat lié à son travail sans en préciser les présumés auteurs.

 

115. 3 Avril 2009 : Un Taximan du Rond Point Congrès de Vulema est assassiné en plein exercice de son boulot par des hommes en armes pendant la nuit au village de Nderembi sur la route Butembo-Kyondo, à 5 Km de Misebere.

 

116. 16 Avril 2009: Mr MUHINDO SAMBIRO (40 ans), acheteur de quinquina à Musienene et cadre de la mutuelle de solidarité de la population de Katolo (en sigle MUSO), est assassiné avec son épouse dans leur résidence du Quartier KATOLO, Cité de Musienene, en Territoire de Lubero vers 1h00 du matin par des militaires fortement armés. Au moment où Mr Sambiro voulait entrer dans sa chambre à coucher pour y chercher l’argent de sa rançon, un des malfrats lui logea plusieurs balles au bas ventre et dans le thorax. Mr Sambiro rendit l’âme sur le champ à 1h20’, heure de Musienene.

assassinatmusiennemap00

117. 16 Avril 2009 : Mme Yvette Kahambu SAMBIRO (35 ans), épouse de Mr SAMBIRO ( cfr. Supra n° 116) est criblée de balles dans ses deux épaules, devant ses enfants dont le bébé de deux mois par les mêmes tueurs qui venaient d’abattre son mari. Après la fuite des tueurs, Maman Yvette qui gisait dans son sang n’avait autour d’elle que sa fillette Kahindo de 8 ans, son bébé de deux mois, et deux autres enfants très jeunes et broyés par l’horreur de coups de canon et du sang humain qui coulait à flots de corps de leurs parents. N’ayant pas trouvé de secours, Maman Yvette a saigné jusqu’à mourir au petit matin. Sa fillette de 8 ans aurait tenté de relever sa maman de son sang mais en en vain car n’ayant pas la force nécessaire.

Un des malfrats, notamment celui qui s’occupait de la surveillance à l’extérieur au moment de l’opération sera aussi abattu par ses pairs lorsqu’il courait derrière eux. Probablement ses pairs l’avaient confondu à un poursuivant qui tentait de les arrêter. Le corps de l’assassin assassiné par ses pairs (habillé en double tenue de policier et de militaire Fardc) a été déposé à la morgue de l’hôpital de Musienene vers 16h00 du lendemain par l’administrateur du territoire de Lubero qui avait promis une enquête pour son identification.

 

118. 10 mai 2009 : 62 personnes tuées et une quarantaine d’autres blessées lors d’une attaque perpétrée par des assaillants soupçonnés d’être des rebelles hutus rwandais « FDLR » dans le village de Busurungi, dans le groupement Walowa-Luanda, en territoire de Walikale. Les assaillants avaient d’abord enfermé les habitants de Busurungi dans leurs maisons respectives avant de faire du porte à porte au cours duquel le carnage a eu lieu.

 

119 : 21 mai 2009 : Mr HAGUMA, commerçant de PINGA/WALIKALE a été tué lorsque son véhicule de marque FUSO a été la cible d’une attaque des hommes en uniforme. 16 autres personnes dont Kakule, Chimi, ont péri dans l’attaque.

 

120. 21 mai 2009 : Mr KAKULE, tué à PINGA/WALIKALE lorsque le véhicule de marque FUSO appartenant à Mr Haguma et dans lequel il voyageait a été la cible d’une attaque des hommes en uniforme.

 

121. 21 mai 2009 : Mr CHIMI, Etudiant à l’UNIGOM/GOMA tué à PINGA/WALIKALE lorsque le véhicule de marque FUSO appartenant à Mr Haguma et dans lequel il voyageait était la cible d’une attaque des hommes en uniforme.

 

122. 1 juin 2009 : Mlle Kahindo Wivine est abattue au Quartier Katwa, Cellule Kanyangungu, Ville de Butembo par des hommes en armes arrivés chez elle vers 1h00 du matin. N’ayant pas réussi à défoncer sa porte, ils ont tiré sur la fenêtre de la chambre des enfants. En voulant s’enfuir dans la chambre des parents, Mlle Wivine sera mortellement atteinte par une balle.

 

123. 5 juin 2009 : Le Chef du village Mathulu, Secteur Ruwenzori, Territoire de Beni est assassiné en son domicile pendant la nuit par des hommes en armes non autrement identifiés.

 

124. 6 juin 2009 : Mr Emmanuel (25 ans), de la localité d’Idou en Territoire d’Irumu, Province Orientale est abattu dans la nuit par des éléments armés du FPJC (Front Populaire pour la Justice au Congo), un mouvement rebelle opérant en Ituri.

 

125. 6 juin 2009 : Mr Faustin (31 ans), de la localité d’Idou en Territoire d’Irumu, Province Orientale est abattu par dans la nuit par des éléments armés du FPJC (Front Populaire pour la Justice au Congo), un mouvement rebelle opérant en Ituri.

 

126. 6 juin 2009 : Mme Paluku (22 ans), de la localité d’Idou en Territoire d’Irumu, Province Orientale est abattu par dans la nuit par des éléments armés du FPJC (Front Populaire pour la Justice au Congo), un mouvement rebelle opérant en Ituri.

 

127 : 6 juin 2009 : Mr Kakule Mapendo de la Cellule Kakuva, Commune Bulengera, Ville de Butembo est abattu en son domicile vers 23h00 par des bandits armés en présence de son épouse.

 

128 : 7 juin 2009 : Mr. Kakule Kalengani Dako, un karateman ceinture noire au Club HINO de Butembo, habitant du Quartier Kyaghala, Cellule Kakuva, Commune de Bulengera, en ville de Butembo, est abattu à bout portant dans sa parcelle pendant les petites heures du matin par des hommes en armes et en uniforme militaire. Plusieurs habitants du quartier ont aussi été tabassé, pillé de leurs biens de valeur, tels argent, téléphones portables, habits, etc. Utilisant ses techniques de karaté, DAKO avait maîtrisé seul pendant longtemps les trois bandits armés. Mais Hélas ! D’autres assaillants qui opéraient dans le même quartier étaient venus au secours de leurs camarades tenus en échec par DAKO. Sans pitié, ces derniers lui logeront deux balles dans la tête et deux autres dans la poitrine. Mr Dako s’écroulera à 1 h du matin. Il venait à peine de se marier. L’épouse de Dako et son premier bébé de 6 mois assistèrent la mort dans l’âme à son assassinat macabre.

 

129. 7 juin 2009 : Mr Kasereka Kisaka, du Quartier Kyaghala, Celule Vutara, Commune Bulengera en Ville de Butembo était voisin de Dako ( cfr supra n° 128). Réveillé par les cris venant de la cellule voisine, Mr Kisaka sorti de sa maison pour s’enquérir de ce qui se passait chez les voisins. Dans leur fuite, les tueurs de Dako l’apercevront et lui logeront deux balles dans la tête avant de continuer leur fuite. Mr KISAKA est mort sur le champ vers 2h du matin.

 

130. 7 juin 2009 : Mlle Kavira Kasienene SAFI, du Quartier Kalemire, Ville de Butembo a été retrouvé morte dans la concession de Cafekit, route Muchanga. Elle était partie de chez ses parents le samedi 6 juin vers 18h30 pour s’amuser avec ses amies du quartier. Elle ne reviendra plus. Son corps sera retrouvé le dimanche matin avec des blessures au poignard au coup et ailleurs sur son corps.

 

131. 8 juin 2009 : Mr Muyisa Maliro (20 ans), taximan de Rughenda, Parking Maulinga, immatriculé- Gillet n° 0968 et membre de l’ATAMOV (Association des Taximen et Automobilistes de Butembo) est assassiné par un client armé qu’il conduisait à Musienene dans l’après-midi du lundi 8 juin 2009. Son corps a été retrouvé au matin du mardi 9 juin 2009 dans le village de Kimbulu, sur la route Butembo-Musienene par des bergers avec des plaies des balles sur son corps.

assassinatmaliromotard00

Les taximen protestent l’assassinat de Muyisa Maliro

132. 7 juillet 2009 : Mlle VINDU MULIWAVYO (24 ans), de Miriki au Sud du Territoire de Lubero, a été violée par neuf militaires issus du CNDP, brûlée, découpée à la machette lorsque son village était attaqué nuitamment par des militaires issus du CNDP. Sa dernière parole fut « Papa je souffre ». Vers 6 h du matin, elle succomba à la suite de ses blessures par manque de secours.

assassinatvindumiriki00

133. 8 juillet 2009 : Mr Pascal, un jeune homme du village BAMBAUSU, Watalinga, Territoire de Beni est abattu vers minuit dans la maison de ses parents par des hommes en armes non autrement identifiés.

 

134. 12 Août 2009 : Le Chef terrien Laurent MASITOLA, de la localité de KAKUNE à 40 km de la cité de Kirumba en passant par Miriki, au sud du territoire de Lubero est abattu par balles et son corps calciné par des hommes armés parlant Kinyarwanda mais portant l’uniforme FARDC. Avant son assassinat ignoble, Chef Masitola battait campagne dans sa chefferie en disant que depuis Adam et Eve, aucun rwandais ne peut s’appeler originaire de Kanune. Deux autres chefs terriens de Kanone subirent le même sort tragique.

 

135. 12 Août 2009 : Le chef terrien MATATA : de la localité de KAKUNE à 40 km de la cité de Kirumba en passant par Miriki, au sud du territoire de Lubero est abattu par balles et son corps calciné par des hommes armés parlant Kinyarwanda mais portant l’uniforme FARDC. Avant son assassinat ignoble, Chef Matata battait campagne dans sa chefferie en disant que depuis Adam et Eve, aucun rwandais ne peut s’appeler originaire de Kanune.

 

136. 12 Août 2009 : Le chef terrien KALISYA : de la localité de KAKUNE à 40 km de la cité de Kirumba en passant par Miriki, au sud du territoire de Lubero est abattu par balles et son corps calciné par des hommes armés parlant Kinyarwanda mais portant l’uniforme FARDC. Avant son assassinat ignoble, Chef Kalisya battait campagne dans sa chefferie en disant que depuis Adam et Eve, aucun rwandais ne peut s’appeler originaire de Kanune.

 

137. 4 septembre 2009 : 1 femme de Mbughavinywa (et ses deux filles, cfr. No. 138 et 139) au Sud du Territoire de Lubero, 60 km de la Cité de Lubero, est morte calcinée dans sa maison lorsque 18 autres maisons de son village avaient été incendiées dans la nuit par des hommes en armes.

 

138. 4 septembre 2009 : 1 jeune fille (16 ans) de Mbughavinywa, au Sud du Territoire de Lubero, 60 km de la Cité de Lubero, est morte calcinée dans la maison de ses parents et 18 autres maisons de son village étaient incendiées au cours de la même nuit par des hommes en armes.

 

139. 4 septembre 2009 : 1 jeune fille (14 ans) de Mbughavinywa au Sud du Territoire de Lubero, 60 km de la Cité de Lubero, est morte calcinée dans la maison de ses parents et 18 autres maisons de son village étaient incendiées au cours de la même nuit par des hommes en armes.

 

140. 6 Septembre 2009 : Kasereka Kasomo Charité (34 ans), Etudiant ISC-BENI fusillé à bout portant vers 21h00 près de l’Hôtel OASIS Butembo, à moins de 80 mètres du bureau de Groupe Mobile d’Intervention, GMI, et à côté du Stade Matokeo, Commune de Vulamba, Ville de Butembo, par des hommes en armes et en uniforme militaire. Il laisse une veuve enceinte et 4 enfants inconsolables. Dans la matinée du lendemain, son corps a été retrouvé dans la morgue à l’hôpital général de Matanda ! D’après les déclarations d’un garde malade, sa dépouille mortelle avait été amenée dans un Land Rover de la Police vers 1h00 du matin du lundi 7 septembre. Feu Kasereka Kasomo Charité était arrivé à Butembo le samedi la veille de son assassinat en provenance de Beni où il résidait pour un week-end de travail à son mémoire de Licence avec son Directeur. Mr Kasereka Kasomo Charité attendait seulement le feu vert du Directeur pour la défense de son travail de fin de deuxième cycle à l’Institut Supérieur de Commerce, Campus de Beni. Cette Défense n’aura plus jamais lieu !

assassinatkaserekakasomo00

141. 23 Septembre 2009 : Mlle Masika Desanges Kyokwe (38 ans), infirmière de profession, enceinte de 5 mois, est violée et assassinée par des Fardc dans la journée de mercredi 23 septembre 2009 à Kirumba, au Sud du Territoire de Lubero, par une dizaine de militaires du CNDP. Desanges était infirmière au Centre de Traitement Psychiatrique de Kirumba depuis 18 mois, après avoir travaillé au Centre du même genre Chez Maneno, à Muchanga /Butembo. A Kirumba comme à Butembo, elle soignait plusieurs militaires Fardc qui mettront fin à sa vie.

assassinatDesanges00

142. 25 septembre 2009: Mme Claudine Kahambu, domiciliaire au Quartier Congo ya Sika, kidnappée le dimanche 20 septembre par un inconnu. Une partie de son corps sans tête, bras, jambes, reins et organe génital, sera retrouvée par les bergers de Kisalala dans la rivière Kimemi en cellule Amini Yesu sur le tronçon routier Butembo- Beni, le vendredi 25 septembre. Maman Claudine laisse derrière elle quatre orphelins dont deux filles et deux garçons.

assassinatclaudinekahambu00

143. 4 octobre 2009 : Mr Mumbere MUYISA (22 ans), un Kadhafi (vendeur des produits pétroliers) habitant l’Avenue Lubwe, n˚ 65, revient de chez ses amis de l’Avenue Goma où il était parti suivre le match TP Mazembe contre El Hillal du Soudan. Arrivé au niveau de l’avenue Goma n°25, Muyisa rencontre des militaires Fardc. Les voisins entendent la voix d’un jeune homme criant « Minakufa, Minakufa » ! Après, ils attendent des crépitements des balles, et des bruits des bottes dans l’avenue. Grand silence. Entretemps, des passants qui sont encore nombreux ainsi que des voisins découvrent un corps d’un jeune homme sans vie, gisant dans son sang. Muyisa, le Kadhafi du coin, n’est plus ! Il a été poignardé dans ses cotes du côté droit et fusillé au niveau de la hache.

assassinatmuyisa00

144. 3 Novembre 2009 : 1 femme d’une cinquantaine d’années est retrouvée morte dans la concession de l’opérateur économique Mbanga à Kangote, faubourg de Butembo, route Beni, avec deux piquets de bois dans sa partie génitale et un piquet de bois dans son anus.

 

145. 10 novembre 2009 : Abbé Jean-Gaston BULI, Vicaire et Econome de la Paroisse Nyakasanza, Diocèse de Bunia est assassiné dans sa chambre dans la nuit du lundi 9 novembre au mardi 10 novembre 2009 par des hommes en armes qui s’étaient introduits au presbytère, avant de forcer leur entrée dans la chambre de la victime. Judoka de formation, l’Abbé BULI se serait bien défendu contre ses bourreaux qui ont finalement eu raison de lui à cause de leur grand nombre et de leurs armes. Ayant attrapé un coup de couteau à la clavicule gauche, un autre à la clavicule droite, et un coup de fusil dans sa poitrine, le vaillant Abbé BULI mourra à l’hôpital à la suite d’une forte hémorragie.

bunianyakasanzabest00

146. 25 Novembre 2009 : Mme Esperance Kavugho Kalwahali, épouse d’un militaire Fardc du Quartier Rughenda en Ville de Butembo est abattue par balles par des militaires à 30 m du Camp Militaire de Rughenda, dans sa parcelle où elle tenait un bistro. Elle laisse 4 enfants et un veuf militaire déployé au Sud de Lubero. Maman Espérance avait ouvert le bistro pour pouvoir élever ses 4 enfants dont le père militaire est impayé.

assassinatkalwahalibest00

147. 27 novembre 2009 : Mr Kasereka Amza Musa (32 ans), Chauffeur de l’ONG. « ADRA », résident au Quartier Matonge, Commune Mulekera de la ville de BENI, non loin de la Clinique PILIPILI, est abattu à bout portant vers 0 heure par des hommes en armes et en tenue militaire Fardc. Ces malfrats qui ont défoncé la porte de sa maison, l’ont fait sortir pour lui logé une balle au coup et lui crever l’œil gauche par un poignard. Les militaires tueurs de Musa n’ont rien emporté de sa maison. A part la résidence de l’infortuné Musa, neuf autres maisons d’habitation du Quartier Matonge étaient vandalisées dans la même nuit par des militaires Fardc qui ont torturé leurs habitants avant d’emporter des biens de grande valeur.

AssassinatAmzapass00

 

 

148. 1er Décembre 2009 : Assassinat de FISTON PALUKU KABWANA (18 ans) assassiné vers 20h00, heure locale. Il était élève de l’école secondaire Institut de l’Espérance de Butembo, fils ainé de ses parents, 18 ans d’âge à peine accomplis, et habitait l’Avenue Bamate n˚ 3, Commune de Kimemi, ville de Butembo. Fiston a été lâchement abattu parce qu’il voulait alerter la cible des militaires ainsi que les autres jeunes du quartier de l’attaque. Ayant aperçu de sa parcelle familiale le militaire qui surveillait l’avenue, avec une des motos des assaillants en stationnement de l’autre côte de chez lui, Fiston, ne sachant pas que la cible était son voisin de droite, avait escaladé le mur pour l’alerter en criant « au secours, au secours ». Surpris par le cri SOS de Fiston, le militaire qui s’apprêtait à opérer dans la parcelle voisine l’a criblé de 5 balles dont l’une dans l’œil droit à sa descente du mur. Comme il n’était que 20h, une heure où la circulation est encore normale, le cri de Fiston qui lui a attiré la mort, a fait fuir les assaillants en même temps qu’il a sauvé la vie d’un comptable d’une ONG locale des Droits de la Femme (SAFDEF) qui selon les habitants du quartier que nous avons rencontré au lieu du deuil, serait la cible des tueurs. En effet, à Beni comme à Butembo, les gestionnaires des ONG locales sont ces derniers temps victimes d’assassinats et des vols à mains armées.

00aaaaaassassinatfistonpaluku

149. 3 Décembre 2009 : Mr Umbo Patient Nzuki Mulondi (23 ans), Etudiant à l’ISPT/Butembo et agent Informaticien de la SONAS et de l’OCC Butembo, habitant le Quartier Vutsundo, Cellule Mutsunga n° 173 est abattu vers 19h30׳ au salon familial où il préparait son examen du lendemain par 5 hommes en armes qui lui ont logé deux balles dans la poitrine et une balle dans sa jambe droite.

assassinatNzukipass000

150. 3 Décembre 2009 : Mme Kavugho Ngowiravyaki Firmine (94 ans), Grand-Mere de Patient Nzuki ( cfr. Supra n° 147) se pend dans son jardin après avoir vu son petit-fils qu’elle aimait beaucoup gisant dans son sang après son assassinat.

assassinatnzukigrandmerebes

151. 5 Décembre 2009 : Sr Denise Kahambu Muhayirwa (45 ans), moniale trappistine beniluberoise, du Monastère Notre Dame de la Clarté-Dieu de MURHESA est assassinée par balles 4 jours avant son anniversaire de naissance. Sr Denise était chargée de l’accueil au Monastère. Un soir, pendant qu’elle entretenait des visiteurs, des hommes en armes, minces, très grands de taille, avec une morphologie rwandaise, arrivent devant la grille de l’accueil avec un air menaçant. Voyant le danger venir, Sœur Denise a voulu se retirer en hâte pour alerter ses consœurs. Sans dire un mot, sans rien demander, ces malfrats pourchassent la Sœur Denise jusqu’à un pas de la porte du cloître où ils tireront des coups de feu dans sa cuisse gauche. Tombée la face contre terre, Sœur Denise est morte exsangue quelques minutes après, faute de secours.

AssassinatsrDenisepass00

152. 5 Décembre 2009: Mr Jackson Kasereka Kahehero(15 ans), du Quartier Rughenda en Ville de Butembo, Elève à l’Institut NGUNUNU de Butembo, est abattu avec son jeune frère vers 19h45 dans leur cuisine par des militaires arrivés dans la parcelle et qui ont ouvert le feu sans rien dire et sans rien demander. Le papa de Jackson qui était lui aussi dans la cuisine s’en était sorti avec une balle dans la cuisse et une autre dans son pied gauche.

assassinatjacksonkaheherobe

153. 5 Décembre 2009 : Mr KAKULE KAHEHERO SADIKI (8 ans), du Quartier Rughenda en Ville de Butembo, petit frère de Jackson ( cfr supra no. 147), et élève à l’Ecole Primaire Mizebere, est assassiné vers 19h45 dans leur cuisine par deux balles dans la poitrine par des militaires arrivés dans la parcelle et qui ont ouvert le feu sans rien dire et sans rien demander. Sadiki meurt sur le champ.

assassinatsadikikaheherobes

154. 19 Décembre 2009 : Mr Sylvain Katya Muke (21 ans), Il est 20h10’ heure de Katwa (Butembo), cellule Bwinongo, en commune Mususa, quand 4 militaires armés jusqu’aux dents font irruption dans l’Alimentation de Monsieur Katya Muke Sylvain, et s’enferment avec lui dans l’alimentation. Un client à la recherche des unités de communication téléphonique frappe à la porte et appelle Sylvain, lui demandant pourquoi il ferme si tôt. Les militaires ouvrent la porte, et mettent la main sur le client qu’ils introduisent de force dans l’alimentation, le torturent, et lui ravissent tout son argent et son téléphone. Après quelques minutes, ce client trouve une occasion de se sauver. Les militaires tirent des balles à l’air pour se créer un chemin, craignant que le client qui s’est enfui n’ait alerté le quartier. Avant de s’enfuir dans le noir, un des militaires tire sur Sylvain trois coups de balles dans la tête. Sylvain tombe sur le champ!

assassinatsylvaincorpsbest0

Année 2010

 

155. 5 Janvier 2010 : Mr. NSEKUYE NZAIMANA du Groupement BUHUMBI en Territoire de Rutshuru est assassiné par des hommes armés en tenue militaire Fardc.

 

156. 5 Janvier 2010 : Mr DEO MAKOMBE du Groupement BUHUMBI en Territoire de RUTSHURU est assassiné par des hommes armés en tenue militaire Fardc.

 

157. 22 Janvier 2010 : Un Pasteur d’une Eglise locale de MURAMBI en Territoire de Rutshuru est abattu à bout portant par un militaire des FARDC pour motif qu’il n’a pas voulu transporter sur l’ordre du militaire du bois de chauffage jusqu’au camp militaire de Murambi.

 

158. 26 Janvier 2010 : Mr Richard MBILA, Agent de la FPI de Goma, Quartier Officiel, en Ville de Goma est assassiné par balles à son domicile par des inconnus en armes et en tenue militaire qui ont emporté dans leur fuite ses deux téléphones portables, ses chaînettes en or et en argent, son ordinateur portable, une Caméra et bien d’autres biens de grande valeur.

 

159. 29 Janvier 2010 : Mr FABRICE (10 ans), de la Cité de Kirumba en Territoire de Lubero, est tué par balles à 19 heures par des militaires du CNDP. La victime a rendu l’âme après des soins d’urgence à l’Hôpital Général de Kayna qui ont malheureusement été vains.

 

160. 31 Janvier 2010 : Mr KUBUYA, Commune de Karisimbi en Ville de Goma, est assassiné en son domicile par des hommes inconnus, armés et en tenues militaires Fardc.

161. 2 Février 2010 : Mr Samuel Kakule est abattu dans sa maison durant la nuit dans la localité de Kipese en Territoire de Lubero par des hommes en armes et en uniforme militaire Fardc.

162. 5 Février 2010 : Mr Mutsuva Mulyatanga (42 ans), de la localité de Kipeseen Territoire de Lubero, est abattu à bout portant par des hommes en armes et en uniforme militaire des Fardc quand il revenait de son champ après une journée de travail bien chargée

163. 8 Février 2010: Mr Richard Kasereka Kihugho, Cambiste, du Quartier Malepe, Commune de BEU, Ville de Beni, non loin du Pont KABILA, est assassiné vers 19h00, heure locale, par des hommes en armes et en tenue militaire Fardc qui ont tiré à bout portant sur lui pendant qu’il regagnait son domicile après une journée de travail bien chargée. Les assassins lui ont logé une balle dans la tête et dans les cotes avant de lui ravir toute la somme d’argent qu’il avait dans son sac. En dépit de bons samaritains qui sont très vite intervenus pour acheminer Richard au Centre Médical de NYAKUNDE/BENI, il n’a pas survécu à la suite d’une hémorragie intense. Il laisse derrière lui une veuve et plusieurs orphelins inconsolables car il était le seul gagne pain pour la famille.

 

164: 16 Février 2010: Mr Kambale Jadot Kyaswereka, un activiste des Droits Humains de Rubare en Territoire de Rutshuru, est abattu dans la nuit du 16 au 17 février par des hommes bien armés identifiés comme FARDC basés à RUBARE. Mr Kambale dénonçait les violations des Droits Humains sous toutes les formes dans le milieu de Rubare.

 

165. 7 Mars 2010: Mr Kasereka Mukohe (50 ans), de Kyavuyiri, Quartier Mutiri, en Ville de Butembo, est abattu vers 21h10’ à quelques pas de chez lui quand il revenait de la ville à moto. Ses tueurs l’obligèrent de parquer sa moto au bord de la route. Faustin obtempère, croyant qu’il avait à faire à des patrouilleurs. Sans tarder, les tueurs l’entourèrent et l’obligèrent à donner tout ce qu’il avait comme argent et biens de valeur. De constitution robuste, Faustin n’avait pas voulu cédé aux menaces des bandits. Au contraire, il engagea une vive discussion avec eux. Pendant cette discussion, un de 4 assassins lui logea deux balles dans ses hanches. Le vaillant Faustin tomba et saigna abondamment. Devant le corps de Faustin gisant dans son sang, les assassins prirent peur. Ils essayèrent de prendre sa moto de marque « Freedom » mais n’arrivèrent pas à la faire démarrer. La moto de Faustin continua sa résistance aux présumés assassins. Pris de peur, les 4 présumés assassins montrent tous acrobatiquement sur une même moto pour s’éloigner du lieu du crime. Une fille du nom d’Edith qui suivait ces événements de sa cachette ne se lèvera que quand les jeunes du quartier arriveront sur le lieu du crime pour porter secours à Faustin. Dépêché au centre hospitalier WANAMAHIKA, les médecins de garde voyant la gravité de son cas, demanderont que le blessé soit plutôt dépêché à l’hôpital général de MATANDA. Il était trop tard. Faustin succomba à ses blessures en cours de route.

AssassinatKahemuloic00

166. 17 mars 2010: Mr Lukusa Kabeya (20 ans), est assassiné dans la ville de Beni un militaire Fardc. Le Jeune Lukusa qui vivait à Goma était en visite familiale en ville de Beni, Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu. Voyant un militaire Fardc malmené pour rien un jeune du quartier, Lukusa a voulu intervenir à sa faveur auprès du militaire. Le militaire n’a trouvé d’autre réponse à la demande de Lukusa que de lui tirer une balle dans la tête. Le bon samaritain Lukusa s’écroulera sur le champ.

 

167. 5 Avril 2010, Mr Patient MONTIGOMO, Journaliste Cameraman de la RTNC, de la Cellule MACAMPAGNE, Quartier KALINDA, en Commune MULEKERA, Ville de Beni, est assassiné à son domicile au retour de son lieu de travail vers 22h30’ par deux militaires Fardc. Les assassins le criblèrent de quatre balles dans la tête et dans la poitrine devant sa porte. Avant leur forfait, les assassins lui avaient ravi son téléphone portable et tout l’argent qu’il avait sur lui. Patient, un jeune marié, était abattu la clé dans la serrure de la porte d’entrée de sa maison, et sous le regard impuissant de son épouse qui de l’intérieur tentait de lui ouvrir la porte.

Patientchebeya00

168. 7 Avril 2010 : Le Policier Kaserela Makelele (25 ans), a été retrouvé mort sous le pont Birusha, sur Rue MBUTSI, au Quartier Tamende, en Commune MULEKERA, ville de Beni. Selon les policiers qui ont fait le constat de sa mort, Makelele aurait été étranglé par ses tueurs avant d’être jeté sous le pont. Le Policier KASEREKA MAKELELE, faisait partie de l’Unité « Groupe Mobile d’Intervention » (GMI). Des sources proches de son unité nous apprenons que la veille de son assassinat, soit le lundi 5 avril 2010, le Policier Kasereka Makelele était relevé de la garde des installations de la REGIDESO. Il venait donc de passer 24 heures « à dispo » chez ses parents en attente d’une nouvelle affectation par son hiérarchie. D’après ses parents, le Policier Kasereka Makelele avait quitté la parcelle familiale vers 17 h 00, heure de Beni, pour une petite promenade vespérale. Il était en tenue Civile, comme on peut le voir sur son corps sans vie. Son arme était restée à son Etat-Major. Il n’était venu à la maison qu’avec ses uniformes de policier qui sont bien rangés dans sa chambre à coucher.

AssassinatpolicierMakeleleb

169. 16 Avril 2010: Mme Sidonie Nyapenda (47 ans), mère de 4 enfants, résidente du Quartier KASABINYOLE, en Commune de Ruwenzori, Ville de Beni, a été assassinée quand elle sortait de sa parcelle vers 5h du matin pour préparer comme d’habitude des beignets chauds que ses clients adoraient. Le malheur de la pauvre c’est d’avoir crié « Mina kufa » (Je meurs), lorsqu’elle s’était aperçu brusquement de militaires armés cachés dans un coin de sa parcelle. Ces derniers l’ont froidement abattu sans échanger un seul mot avec elle, avant de disparaître dans le noir. Le secours apporté à la victime a été vain tellement qu’elle avait perdu beaucoup de sang.

 

170. 17 Avril 2010 : Mme Kahindo Françoise, mère de 7 enfants, mariée à Mr KASEREKA KATSONGO, habitant de la cellule de KATSEMU, Cité de Kiwanja en Territoire de Rutshuru, a été retrouvée assassinée dans la concession KITOKO. Selon le témoignage du mari, Veuf Kasereka, Feu Maman Kahindo était sortie le matin du Vendredi 16 avril 2010 pour se rendre à la cité de Kiwanja où elle tenait un commerce des denrées alimentaires. Contrairement à son habitude, elle ne reviendra pas le soir. La famille redouta le pire mais ne savait pas par où commencer pour la retrouver. Le lendemain, elle sera retrouvée morte poignardée au niveau du cou du côté du cœur, avec sur son corps du sang coulant des ses parties intimes, un signe qu’elle était d’abord violée avant d’être poignardée. Son mari rapporta qu’elle portait une grossesse de 5 mois. Les tueurs avaient abandonné son corps couvert des feuilles des patates douces dans un champ non loin de la route.

 

171. 17 Avril 2010 : Mumbere Mapendo alias Pendo (28 ans), habitant la Cellule Maghali du Quartier Auberge Mutiri, en Ville de Butembo, Finaliste de l’UCG en Sciences Economiques et Gérant de la COOPEC LA SEMENCE à Butembo. Pour avoir fait échapper cette COOPEC de la crise financière qui a emporté des dizaines des coopératives financières de la place, Mumbere venait d’être élevé au grade de Coordonnateur National de La Semence. Vers 19h58’ il sera assassiné par 4 militaires Fardc dans sa chambre à coucher. Selon la veuve de Pendo, les militaires avaient escaladé la clôture. Une fois arrivés à l’intérieur de la parcelle, ils avaient tiré dans la serrure de la porte extérieure de la maison. Ayant forcé la porte d’entrée de la maison, les militaires se dirigeront tout droit vers la chambre à coucher où s’était retranché Mumbere. De nouveau, les militaires utiliseront leurs armes pour faire sauter le verrou de la chambre à coucher. Deux militaires pénétrèrent dans la chambre sans rien dire et tirèrent plusieurs coups de balles dans le bassin de Mumbere sans défense et qui s’écroula. Avant de quitter le lieu du crime, les militaires emportèrent le téléphone portable et l’ordinateur PC de leur victime. Les voisins qui avaient accouru après le forfait dépêchèrent le corps ensanglanté de Mumbere à Matanda où il sera déclaré mort à l’arrivée.

assassinatmumberependo00

172. 19 Avril 2010 : Mr Kambere Kyalwahi Gires (8 ans), écolier de 2e Année de l’Ecole Primaire KILOKWA, en Ville de Beni, fils de Kidjos KYALWAHI (brigadier à l’OFIDA) et de mère Kavugho KATWAVO du Quartier Résidentiel, Avenue SAIDI, no.5, est retrouvé mort entre les latrines et les salles de classe de l’Ecole Primaire KILOKWA. Gires aurait rencontré ses tueurs en revenant de chez le voisin du quartier où il était allé suivre avec son père un film. L’assassinat par étranglement aurait eu lieu vers 20h00, heure de Beni, le lundi 19 avril courant, au chemin de retour. L’enfant était retourné seul à la maison lors d’une coupure de courant qui avait amené les enfants à sortir de la maison. Le courant rétabli, la visualisation du film s’était poursuivie sans Gires. Son papa avait pensé que Gires jouait toujours avec les autres enfants à l’extérieur. Au sortir du film, le Papa de Gires se rendra compte que Gires n’était pas parmi ceux du voisin. Il tenta de le rechercher mais sans succès. Après une nuit tourmentée, mais avec espoir de retrouver Gires le lendemain, il le retrouvera mais sans vie. Un passant était le premier à voir son corps dans la concession scolaire de l’E.P. Kilokwa. Ses tueurs lui avaient mis une corde au cou pour simuler une pendaison.

EnfantGiresassassineBeni00

173. 21 Avril 2010 : Mr MBUSA MAKASI, taximan de moto est retrouvé mort dans la rivière Lubiriha de KASINDI, à la frontière congolo-ougandaise.

 

174. 22 Avril 2010 : Mr Honoré Yambuka (30 ans), Déclarant en Douane a été abattu dans sa maison par des hommes armés et en tenue Fardc à son domicile vers 3h du matin à KASINDI, agglomération frontalière de l’Ouganda, située à environ 80 Km à l’Est de Beni, Secteur de Ruwenzori, Territoire de Beni. Ses assassins lui ont logé deux balles dans la poitrine. Il succomba quelques instants après, à la suite de ses blessures.

 

175. 25 Avril 2010 : Mr Adouze MUHINDO KAMUHANDO ASIMWE (27 ans), petit commerçant et boxeur de grande renommée à Butembo, père d’un enfant de 6 mois qui se préparait au mariage religieux au mois de Juin 2010, à été assassiné au Quartier VUKULA, dans l’Avenue reliant VUKULA et KITINGU. Il partait de chez ses parents pour dormir dans sa boutique vers 22h5’ quand subitement il rencontra les malfrats. Ces derniers lui arrachèrent son téléphone et de l’argent avant de le cribler de quatre balles dans la poitrine. En dépit du secours des bons samaritains, Adouze mourra à l’hôpital Général de Matanda quelques minutes plus tard. La fiancée ainsi que les fans de l’illustre disparu sont inconsolables.

assassinatadouzecorps00

176. 25 Avril 2010 : Mr Muhindo Kitara (32 ans), Petit Commerçant, Marié et Père de 3 enfants et ancien joueur de football dans l’équipe F.C. Nyuki/Butembo, a été abattu dans la Cellule KITINGU, Quartier Vukula n° 181 à 21h30’ à 10 mètres de sa parcelle devant sa famille. Avec son épouse, Mr Kitara venait d’accompagner sa grande sœur qui était venue lui rendre visite. Selon la veuve, les tueurs portaient des tenues de la Police Nationale Congolaise et avaient abattu son mari sans dire un mot par trois balles dans la poitrine. D’après les habitants du quartier, six policiers sillonnaient le quartier à partir de 18h30, heure de Butembo. Ils y commettront le meurtre trois heures plus tard.

assassinatkitaraposter00

177. 25 Avril 2010 : Lieutenant KALOYA NGUMA des Fardc, S2 adjoint au Camp Militaire de Nyaleke en Territoire de Beni, est tué lors d’une attaque nocturne du Centre d’Instruction militaire de NYALEKE (ancien Centre de brassage), Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu.

Nyalekecorpsmilitaire00

178. 25 Avril 2010 : Mme KAHINDO EUPHRASIE (24 ans), épouse du militaire NJONGALA, de la 113e Brigade est tuée lors d’une attaque nocturne du Centre d’Instruction militaire de NYALEKE (ancien Centre de brassage), Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu.

Nyalekecorpsfememilitaire00

179. 25 Avril 2010 : 1 Sergent de la 113e Brigade est tué lors d’une attaque nocturne du Centre d’Instruction militaire de NYALEKE (ancien Centre de brassage), Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu.

 

180. 25 Avril 2010 : 1 Garde de Parc de Nyaleke est tué lors d’une attaque nocturne du Centre d’Instruction militaire de NYALEKE (ancien Centre de brassage), Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu.

 

181 : 25 Avril 2010 : 1 épouse d’un Fardc de Nyaleke est tuée lors d’une attaque nocturne du Centre d’Instruction militaire de NYALEKE (ancien Centre de brassage), Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu.

Nyalekemereetfille00

182. 25 Avril 2010 : 1 fillette d’un militaire Fardc de Nyaleke, est tuée lors d’une attaque nocturne du Centre d’Instruction militaire de NYALEKE (ancien Centre de brassage), Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu.

 

183. 25 Avril 2010 : 1 enfant d’un militaire Fardc de Nyaleke, est tué lors d’une attaque nocturne du Centre d’Instruction militaire de NYALEKE (ancien Centre de brassage), Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu.

 

184. 29 Avril 2010 : 1 Taximan de Ndoluma, en Territoire de Lubero Territoire est abattu par balles par des malfrats armés et en tenue militaire Fardc. Dans une attaque séparée au village de Bwatsinge, toujours dans la localité de Ndoluma, trois autres personnes qui avaient été poignardées par ces mêmes malfrats luttaient entre la vie et la mort à l’hôpital de la place. Au cours de la même nuit, 20 maisons avaient été incendiées dans le village de Bwatsinge, toujours dans la localité de Ndoluma.

 

185. 29 Avril 2010 : Mme Kanyere Immaculée, veuve de son état, est assassinée dans son champ par six militaires du CNDP à plus ou moins 100 mètres du camp militaire de KITOBOKO. Son mari, en l’occurrence, Mr Kambale Vyatsuka, avait été assassiné un an auparavant, toujours par les rebelles du CNDP.

 

186. 2 mai 2010: Mr. Katembo Sivanzire Jonathan, commerçant de denrées alimentaires sur l’axe KIRUMBA-LUOFU avait été enlevé de chez lui par des malfrats en armes. Il sera retrouvé le lendemain mort, décapité, avec plusieurs traces de poignard sur son corps, dans une brousse de la localité de Kanyatsi à environ 20 km de la cité de KAINA, et environ 32 km de la cité de Kirumba au Sud du Territoire de Lubero. Il laisse dernière lui une veuve et 4 enfants.

 

187. 12 mai 2010 : Mr Kakule Mufazili (27 ans) Enseignant et Taximan de moto, habitant dans la localité de Kasingiri à 16 km d’Alimbongo, en territoire de Lubero, est assassiné par des militaires Fardc, vers 20h00, en son domicile. Les militaires avaient tiré plusieurs balles à travers les fenêtres et la porte de sa maison en pisée. Après ils avaient incendié sa maison avant de quitter le lieu de leur crime d’où ils emportèrent la moto de l’illustre disparu. Atteint au niveau des jambes et des cuisses, Kakule rendra l’âme quelques minutes plus tard par manque de secours médical pour ses blessures et brûlures. Sur le lieu du crime, les malfrats avaient fait tomber leur képi FARDC, élément de preuve de leur identité. Ailleurs dans le même village, ils avaient incendié 8 autres maisons réduites en cendres. Aux abords du Secteur Paroissial Catholique d’Alimbongo, 6 maisons ont aussi été incendiées au cours de cette même nuit, des biens de grande valeur calcinés, et ses habitants devenus sans logis abandonnés à leur triste sort.

 

188. 13 juin 2010: Mr Kambale Kakoma (33 ans), commerçant, est abattu à bout portant dans sa maison vers 22h00 au Quartier Muchanga, Ville de Butembo, avec 2 coups de balles dans la tête. Kakoma venait juste de suivre le match de la coupe du monde entre l’Allemagne et l’Australie. Kakoma laisse une veuve et 3 enfants. Avant son assassinat, Kakoma, venait de décharger un container de diverses marchandises venu de la Chine au cours la journée de dimanche sans savoir que la mort l’attendait le soir.

assassinatkakoma00

189. 13 juin 2010 : Mr Musiyiro (22 ans), commerçant des denrées alimentaires en provenance d’Oïcha et de Mangina, est retrouvé mort dans la rivière Kanyavuyiri, sous le pont Saghasa, non loin du marché de Makerere et du marché de Muchanga. La parcelle de Musiyiro et de Kakoma (cfr. supra No. 181) sont séparées d’une centaine des mètres seulement. Les circonstances de sa mort n’ont pas encore été élucidées même si on pense qu’il aurait croisé la même bande des tueurs qui venaient d’abattre son voisin de quartier. Sur son corps, on a retrouvé plusieurs blessures au couteau. Musiyiro laisse une veuve inconsolable et 2 orphelins.

Assassinatmusiyirovieux00

190. 14 juin 2010 : Mlle Kavugho Désanges (18 ans), Quartier Kalemire, Institut Makerere en ville de Butembo. Son corps sans vie est retrouvé dans un champ des haricots au Quartier Kalemire.

 

191. Avant le 8 Juin 2010 : Mr Kakule Mwiraghulu Ladislas (50 ans), Cambiste, Père de 7 enfants, habitant le Quartier Kalemire, Cellule Kavale, Ville de Butembo, a été retrouvé mort, son corps découpé à la machette et au poignard, une partie de ses cheveux brulés, et enterré dans un trou de ½ mètre, une semaine après sa disparition. Ses assassins ont prétendu être des clients avec 1000 US $ à échanger contre des Francs Congolais. Arrivé à Vuhinga, lieu convenu au téléphone pour l’opération d’échange, ses clients se transformèrent en assassins.

assassinatladislasposter00

192. 10 juin 2010 : Mr Bienvenue Kambale (32 ans), taximan de moto, Butembo, habitant du Quartier Vutsundo MUNZAMBAYE, cellule Ngengere, n° 77, a été lâchement abattu par des hommes en armes en plein travail de taxi moto. Le jour de l’assassinat était spécial pour Bienvenu. Il venait de s’acheter une moto pimpant neuf qu’il utilisait pour la première fois. De son retour à la maison vers 19h00, un autre motard trouvera son cadavre le long de la route Vutsundo.

AssassinatBienvenucorpsband

193. 12 juin 2010 : Mme Kavugho Kalumbi, de Kirumba en Territoire de Lubero, a été tuée dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 juin 2010 vers 1h00 du matin par des hommes armés qui ont pénétré dans sa maison du quartier ITSU dans la cité de Kirumba. La balle assassine avait traversée la main de son mari qui fut hospitalisé au Centre de Santé de Kirumba.

194. 24 juin 2010 : Mr Kasereka Kisuki Mbida (44 ans), Secrétaire du Centre de Santé de Référence de MALEKI (Groupement de Batangi-Mbau, Secteur de Beni-Mbau, en Territoire de Beni) est abattu par balles dans la tête et dans la poitrine vers minuit par des hommes en tenue militaire Fardc. Il était marié et père de 5 enfants.

195. 24 juin 2010 : Mr Kahindo Virirwako (41 ans), Trésorier du Centre de Santé de Référence de MALEKI (Groupement de Batangi-Mbau, Secteur de Beni-Mbau, en Territoire de Beni) est abattu par balles dans la tête et dans la poitrine vers minuit par des hommes en tenue militaire Fardc. Il était marié et père de 4 enfants.

196. 28 juin 2010 : Mr Christophe Baosolange (69 ans), Vétérinaire de Mutwanga, Secteur Ruwenzori, Territoire de Beni est tué lorsque des assaillants dits ADF-NALU ont attaqué nuitamment la résidence du Chef du Secteur Ruwenzori ainsi que les habitations environnantes.

197. 28 juin 2010 : Mr Nelson Basikania Muvingi, Fils du chef de collectivité Mutwanga, Secteur Ruwenzori, Territoire de Beni est tué lorsque des assaillants dits ADF-NALU ont attaqué nuitamment la résidence du Chef du Secteur Ruwenzori ainsi que les habitations environnantes.

198. 28 juin 2010 : Mr. Kambale Kazimoto, Cuisinier du Chef Secteur Ruwenzori, Mutwanga, Territoire de Beni est tué lorsque des assaillants dits ADF-NALU ont attaqué nuitamment la résidence du Chef du Secteur Ruwenzori ainsi que les habitations environnantes.

 

199. 28 juin 2010 : Mr Muvala, Enseignant de l’ITM/Mutwanga, Secteur Ruwenzori, Territoire de Beni est tué lorsque des assaillants dits ADF-NALU ont attaqué nuitamment la résidence du Chef du Secteur Ruwenzori ainsi que les habitations environnantes.

 

200. 28 juin 2010 : Mr Asumani Degauche, chauffeur du Chef du Secteur Ruwenzori, Territoire de Beni est tué lorsque des assaillants dits ADF-NALU ont attaqué nuitamment la résidence du Chef du Secteur Ruwenzori ainsi que les habitations environnantes.

 

201. 28 juin 2010 : Mr Kamate IseVaithima, Cultivateur de Mutwanga, Secteur Ruwenzori, Territoire de Beni est tué lorsque des assaillants dits ADF-NALU ont attaqué nuitamment la résidence du Chef du Secteur Ruwenzori ainsi que les habitations environnantes.

 

202. 28 juin 2010 : Mr Mateso, Cultivateur de Mutwanga, Secteur Ruwenzori, Territoire de Beni est tué lorsque des assaillants dits ADF-NALU ont attaqué nuitamment la résidence du Chef du Secteur Ruwenzori ainsi que les habitations environnantes.

 

203. 28 juin 2010 : Mr Kakule Kalemberwa, Cultivateur de Mutwanga, Secteur Ruwenzori, Territoire de Beni est tué lorsque des assaillants dits ADF-NALU ont attaqué nuitamment la résidence du Chef du Secteur Ruwenzori ainsi que les habitations environnantes.

 

204. 30 juin 2010: Mr Muhindo Salvator (40 ans), représentant de l’ONG des Droits Humains « BON SAMARITAIN », père de 5 enfants, marié à Katungu VENERANTE, résidant à KALUNGUTA (localité de KABASHA, Groupement de BULIKI, Collectivité-Secteur de Ruwenzori), en Territoire de Beni, est assassiné par balles ( 1 balle dans la poitrine) dans son domicile vers 1h00 du matin du 30 juin 2010, Journée commémorative du Cinquantenaire de la R.D.Congo par trois hommes vêtus en treillis militaires et cagoulés qui se sont volatilisés dans la nature après leur forfait.

assassinatMuhindosalvatorbe

205. 3 juillet 2010: Mr Kasereka Mayani, de la Cellule Musingiri/ Malende, est tué par balles par des hommes en armes et en uniforme militaire. Deux de ses proches étaient poignardés et laissés pour morts. Ces deux survivants avaient été conduits au Centre de Santé de Malende pour des soins de santé appropriés. Sur leur parcours, les mêmes malfrats avaient vandalisé 10 maisons d’habitation y compris le couvent des Pères du Sacré Cœur de Jésus.

 

206. 5 juillet 2010: Mr Mweyo Mokili, Chef d’Avenue du Quartier Boikene, Cellule Vuthakohola, en Ville de Beni est abattu vers 22h00, heure locale. Il laisse derrière lui une veuve et 5 Orphelins inconsolables. Rappelons que la victime était abattue dans l’avenue où il était le chef, à quelques pas de son domicile lors de son retour d’une journée de travail au service de sa communauté.

 

207. 8 juillet 2010 : Mr Kasereka Pascal Mwanazaire (25 ans), est abattu par balles alors qu’il rentrait au domicile de son grand frère au Quartier Matanda, Cellule Wayimirya, en ville de Butembo. Arrivé seul au volant d’une voiture de la COOPEC IMARA dédouanée par lui la veille, à moins de 100 m de la résidence de son grand frère où il vivait, soit au niveau de la clôture des Petites Sœurs de la Présentation (PSP) de Vungi et de la résidence de l’opérateur économique Mbumba, il rencontre un groupe des militaires qui lui demandent de s’arrêter. Selon les voisins qui suivaient de loin l’embuscade, un des militaires lui loge 3 balles dans la tête sur ordre du Bourgmestre TSIKO qui était en patrouille avec les militaires.

AssassinatKaserekavivant00

208. 9 juillet 2010 : Mr Bara Paluku Moyolo, vendeur des Bananes Plantains, est assassiné dans sa parcelle sur la route de Muchanga, Quartier Kalemire, Cellule Muhindo. Il était 20h00, sous une pluie fine comme on en connait à Butembo. Papa Bara s’étale sur son lit pour un petit repos pendant que son épouse apprête le repas du soir. Les enfants s’amusent dans la cuisine. Tout à coup, trois hommes armés et en tenue militaire Fardc feront irruption dans la parcelle et forceront leur entrée dans la maison de papa Bara. Ils le feront sortir de sa chambre lui demandant de l’argent. Son épouse et les enfants dans la cuisine suivent la discussion entre les militaires et papa Bara. Sans trop tarder, un des militaires ouvre le feu sur papa Bara, lui logeant trois balles dans la poitrine. Un autre militaire sortira son poignard pour transpercer le cœur de papa Bara. La dernière parole de papa Bara pendant les coups de balles fut selon son épouse qui assistait la mort dans l’âme à l’assassinat de son mari «Ngakwirachi vadii » (Pour quel motif suis-je tué ?). Après, c’était sa fin. Toute l’attaque a duré quelques cinq minutes.

assassinatpalukubara00

209. 11 juillet 2010 : 9 civils tués à Linzo-Sisene, 2 km au Sud d’Eringeti lors d’une embuscade des coupeurs de route.

 

210. 11 juillet 2010 : Commandant Pascal Akonda, un Policier congolais est tué par des assaillants dits ougandais de l’ADF-NALU à Mamundioma, Oïcha, en Territoire de Beni.

 

211. 11 Juillet 2010 : Policier Mbombo de la Police Nationale Congolaise est tué par des assaillants dits ougandais de l’ADF-NALU à Mamundioma, Oïcha, en Territoire de Beni.

 

212. 13 juillet 2010 : 4 civils assassinés dans la ville de Goma par des hommes en armes et 1 bandit armé tué par la population de la ville de Goma en signe de protestation contre l’insécurité grandissante.

 

213. 14 juillet 2010 : 1 Jeune homme âgé de 20 ans du village de Mukeverwa au Sud de Lubero à plus ou moins 35 km à l’ouest de la Cité de Kirumba est assassiné et calciné dans la maison familiale incendiée par des hommes en armes. Au cours de la même attaque, tous les animaux de la basse-cour et tout le gros bétail du village ont été emportés par les assaillants.

214. 14 juillet 2010 : 1 Jeune homme âgé de 18 ans, du village de Mukeverwa au Sud de Lubero à plus ou moins 35 km à l’ouest de la Cité de Kirumba est assassiné et calciné dans la maison familiale incendiée par des hommes en armes. Au cours de la même attaque, tous les animaux de la basse-cour et tout le gros bétail du village ont été emportés par les assaillants.

215. 15 juillet 2010 : 1 femme déplacée du village de MUKOKO (33 km au Nord de BENI), est retrouvée morte sur un sentier agricole. Elle était certainement à la recherche de peu de nourriture pour ses enfants déplacés loin de leur village. Personne ne sait encore qui des Fardc et des ADF-NALU aurait exécuté cette maman congolaise.

 

216. 15 Juillet 2010 : 1 jeune femme déplacée du village de MUKOKO (33 km au Nord de BENI), est retrouvée morte sur un sentier agricole. Elle était certainement à la recherche de peu de nourriture pour ses enfants déplacés loin de leur village. Personne ne sait encore qui des Fardc et des ADF-NALU aurait exécuté cette jeune maman congolaise.

 

217. 15 Juillet 2010 : 1 Homme, Taximan de moto, est abattu à 28 Km route Kamango/ Mamundioma, Secteur Beni-Mbau en Territoire de Beni par des assaillants dits ADF-NALU.

 

218. 15 Juillet 2010 : 1 Homme, Taximan de moto (différent de celui du numéro 210) est abattu à 28 Km route Kamango/ Mamundioma, Secteur Beni-Mbau en Territoire de Beni par des assaillants dits ADF-NALU.

219. 16 Juillet 2010 : 1 Homme du Village Makembi, Oïcha, Territoire de Beni est abattu par des assaillants dits ADF-NALU.

 

220. 16 juillet 2010 : 1 femme du village de Mukoko Kasuku, Oïcha, Territoire de Beni est abattue dans son champ au lendemain des affrontements de Mukoko entre FARDC-ADF/NALU alors qu’elle tentait de récolter un peu de nourriture ses enfants.

 

221. 16 Juillet 2010 : 1 Jeune femme du village de Mukoko Kasuku, Oïcha, Territoire de Beni est abattue dans son champ au lendemain des affrontements de Mukoko entre FARDC-ADF/NALU alors qu’elle tentait de récolter un peu de nourriture ses enfants.

 

222. 17 Juillet 2010 : Mr Mumbere Kithavuha (40 ans), Homme d’affaires, Patron du Nganda SUN CITY de la Cellule Musenze, Quartier BUTSILI, Commune de MULEKERA, en pleine ville de Beni, marié à Patience BAHEMULA et père de six enfants, est assassiné dans sa maison par des hommes en armes et en uniforme militaire qui lui ont logé trois balles dans la poitrine, au bras gauche et au bassin dans la nuit de vendredi à samedi 17 juillet 2010 vers 22h00, heure de Beni. Son épouse PATIENCE BAHEMULA a été touchée à l’épaule droite et à sa jambe gauche par deux balles tirées par les mêmes tueurs qui ont disparu dans le noir après leur forfait.

 

assassinatkitavuhamumbere00

223. 20 juillet 2010 : Mme Masika Ndaliko Chantal (29 ans), enseignante à l’Ecole Primaire MALEKI, mère d’un enfant, épouse de Mr Kambale Kakoko, Préfet de l’Institut MABASELE à MAVIVI, résidente sur 15, Avenue MWANGAZA, Cellule des Ecoles, Quartier PAKANZA, Cité d’Oïcha, Territoire de Beni, est abattu dans sa maison vers 2h00 du matin par des hommes en armes et en treillis militaire Fardc et policiers PNC qui ont tiré pêle-mêle des coups de feu à travers la fenêtre de la chambre à coucher du couple. Mme Masika attrapera une de ses balles dans sa poitrine et mourut sur le coup.

224. 24 Juillet 2010 : Mr Jacob Kambale (25 ans), marié et père de 2 enfants, taximan de son état, habitant de la Commune Bulengera, route Butembo-Bunyuka, près du petit marché appelé « Marché Kalumba ». Son corps a été retrouvé en putréfaction avancée dans la brousse de Mavono, à 8 km du Centre ville de Butembo. Parti au travail, le samedi 24 juillet 2010, Mr Jacob n’est jamais revenu.

AssassinatJacobkambalevivan

225. 26 juillet 2010 : Mr Kambale Kasongya alias Mokolo Diamant (43 ans), Commerçant, du Quartier Biondi, Cellule Vétérinaire, n° 123 est abattu chez lui vers 20h45 par des hommes en armes qui s’étaient introduits dans la parcelle où ils avaient coupé le fils d’alimentation électrique du Groupe Electrogène, et pris en otage Thierry fils de Mokolo Diamant quand ce dernier était sorti pour s’enquérir de la coupure du Courant.Il est 20h45, heure de Butembo, dans la soirée du Dimanche 25 au Lundi 26 juillet 2010. Mr Mokolo Diamant sort pour voir pourquoi son fils n’est pas revenu de l’extérieur. Il se retrouve face à face avec les malfrats ayant pris son fils Thierry en otage. Robuste qu’il était, il saute sur les deux bandits, les jettent par terre et libère son fils. Malheureusement, deux autres tueurs étaient embusqués dans un coin de la parcelle. Voyant leur cible sorti de sa maison, ils lui logent 2 balles dans sa poitrine. Le fils Thierry s’en sort sain et sauf grâce à la bravoure de son papa. Mais le papa s’écroule sur le champ ! Dépêché à l’Hôpital Général de Matanda, les médecins n’arrivent pas à sauver sa vie !

assassinatMokolodiamantpic0

226. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante du Village Kisima, Route Kasindi, Territoire de Beni. Vers 17h00, heure locale, un groupe des militaires tente de piller les camions et Bus pleins de passagers revenant du marché de Kasindi. Quand le premier bus arrive au lieu de l’embuscade, un militaire Fardc sort de la brousse, braque son arme au chauffeur et le contraint de s’arrêter. Le chauffeur est au courant de ce qui se passe ailleurs. Il sait que s’il s’arrête, il sera tué ainsi que tous ses passagers. Il décide d’écraser le militaire braqueur et accélère son engin pour s’éloigner du lieu du crime. Il réussit à sauver tous ses passagers de l’embuscade. Les militaires qui attendaient dans la brousse que leur camarade arrête le bus pour qu’ils s’adonnent au pillage, sont surpris de voir que le bus est passé. Ils n’ont pas encore rencontré des chauffeurs qui leur résistent. Pendant qu’ils enlèvent le cadavre de leur camarade de la route, un autre véhicule de marque FUSO en provenance de Kasindi arrive sur le lieu. Il appartient à Mr MUTEMOIN de Tamende, ville de Beni. Un des militaires lance une roquette sur le véhicule pour l’arrêter à 50 mètres du corps sans vie du militaire braqueur écrasé. Une histoire d’un tueur tué. Un autre militaire tire une balle dans la poitrine du conducteur qui s’écroule sur le champ. Les autres militaires tirent pèle mêle sur les passagers à bord du véhicule. 11 passagers meurent sur place. 3 autres passagers iront mourir au Centre de Santé de Bulongo (35 Km à l’Est de Beni). Un autre passager a trouvé la mort à l’Hôpital Général de Beni, le matin du mercredi 28 juillet 2010. Ce qui porte le nombre des victimes civiles à 15 dont 9 femmes, 1 bébé et 5 hommes. La seizième victime est celle du militaire braqueur écrasé par le chauffeur du premier véhicule tombé dans l’embuscade.

kisimavictim300

227. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante tuée lors du carnage de Kisima (cfr Supra numéro 219).

Kisimavictim1

228. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante tuée lors du carnage de Kisima (cfr Supra numéro 219).

kisimavictim200

229. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante tuée lors du carnage de Kisima (cfr Supra numéro 219).

kisimavictim400

230. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante tuée lors du carnage de Kisima (cfr Supra numéro 219).

 

231. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante tuée lors du carnage de Kisima (cfr Supra numéro 219).

 

232. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante tuée lors du carnage de Kisima (cfr Supra numéro 219).

 

233. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante tuée lors du carnage de Kisima (cfr Supra numéro 219).

 

234. 27 juillet 2010 : 1 femme commerçante tuée lors du carnage de Kisima (cfr Supra numéro 219).

 

235. 27 juillet 2010 : 1 commerçant tué lors du carnage de Kisima (cfr. Supra numéro 219)

 

236. 27 juillet 2010 : 1 commerçant tué lors du carnage de Kisima (cfr. Supra numéro 219)

 

237. 27 juillet 2010 : 1 commerçant tué lors du carnage de Kisima (cfr. Supra numéro 219)

 

238. 27 juillet 2010 : 1 commerçant tué lors du carnage de Kisima (cfr. Supra numéro 219)

 

239. 27 juillet 2010 : 1 commerçant tué lors du carnage de Kisima (cfr. Supra numéro 219)

 

240. 27 juillet 2010 : 1 bébé tué lors du carnage de Kisima (cfr. Supra numéro 219)

 

241. 27 juillet 2010 : 1 Militaire Fardc braqueur tué lors du carnage de Kisima (cfr. Supra numéro 219)

 

242. 4 Août 2010 : 1 militaire Fardc est abattu par des coupeurs de route au niveau de KAHONGERO/MATABA (environs 12km-Sud de Beni, sur la route Beni-Butembo) lorsqu’il volait au secours des civils tombés dans une embuscade tendue au minibus dans lequel ils voyageaient. L’attaque est attribuée aux éléments/FARDC de la 6e Brigade.

 

243. 7 Août 2010 : Mr Musubao, Taximan de moto de Mamundioma/ Oïcha, Territoire de Beni est abattu par balles par des assaillants dits ougandais de l’ADF-NALU.

 

244. 7 Août 2010: Mr Kizito Ndungo: Taximan de moto de Mamundiona est abattu par balles par des assaillants dits ougandais de l’ADF-NALU.

 

245. 8 Août 2010: Mr Sede Kapipi de Kambi ya Miba/ Oïcha, Territoire de Beni, est abattu par balles par des assaillants dits ougandais de l’ADF-NALU.

246. 15 Août 2010 : Mr. BAKELE LUKALA Déon (de Goma) est abattu à Eringeti, Territoire de Beni lors d’une embuscade tendue aux civils qui transportaient un militaire FARDC sur une Moto.

 

247. 19 Août 2010 : Mlle Yvette Kahindo (20 ans), est abattue dans la nuit par des bandits non autrement identifiés. Son corps sans vie a été retrouvé au croisement de la rue Matadi et de la rue Père Jérôme Masumbuko ( route kambali), à face de l’Institut d’Avenir de Butembo ( IABU en sigle). L’état de son corps abandonné dans un costume d’adam dans un caniveau démontre qu’elle a été poignardée dans sa partie intime couverte de sang coagulée avec un visage et une poitrine ensanglantés et portant des marques de griffes humaines et des coups de couteau. Les premières femmes arrivées au lieu du crime ont pris de leurs pagnes pour couvrir les parties intimes d’Yvette Kahindo complètement déformées par ce qui doit avoir été une cruauté indescriptible. Yvette Kahindo était du Quartier Vusenzera, cellule KATULU, N° 110, route Vutsundo, en direction du site Universitaire de l’UCG/horizon. Elle était partie de la maison le mercredi 18 pendant la journée et elle n’est plus jamais revenue.

Assassinatyvettekahindo00

248. 23 Août 2010 : Mme Kavira Mutsuva alias Maman Vivi (29 ans), est retrouvée morte par des passants vers 10h00 du matin à Mutiwandwa sur la route de Vulamba en ville de Butembo. Elle était mariée et mère de deux enfants, vendeuse des souliers sur l’Avenue Bayeux et domiciliaire du quartier Vutsundo, un des quartiers martyrs de la ville de Butembo. Maman Vivi avait quitté son domicile dimanche pendant la journée pour rendre visite à une famille amie de Vulamba. Elle n’est jamais revenue chez elle.

 

249. 25 Août 2010 : 1 homme, Taximan de moto est assassiné à environ 25 km de la cité de Kirumba, entre Miriki et Luofu dans la mâtinée du 25 Août, tombé dans le filet des hommes en armes. Il transportait 2 militaires FARDC congolais. Un des Fardc a aussi été fusillé. Tous deux sont morts sur le champ. On rapporte que le FARDC congolais tué transportait la solde des militaires. La solde aurait été emportée par les tueurs.

 

250. 25 Août 2010 : 1 militaire Fardc (cf. numéro 242) est tué à environ 25 km de la cité de Kirumba, entre Miriki et Luofu dans la mâtinée du 25 Août, tombé dans le filet des hommes en armes. On rapporte que le FARDC congolais tué transportait la solde des militaires. La solde aurait été emportée par les tueurs

 

251. 7 septembre 2010 : Mr Paluku Kyana (32 ans), mâcon, du Quartier MGL, Cellule Kyatsinge, Ville de Butembo est abattu par balles dans la parcelle de ses parents. Les tueurs venaient de pillé 150 US$ et 20 000 FC au domicile de Son Excellence Muthethe Mundenga, Ministre Provincial chargé de l’Administration et des Affaires Coutumières. L’habitation des Parents de Paluku Kyana est à quelques mètres de celle du Ministre, soit au numéro 76 du Quartier Kyatsinge. A leur entrée dans la parcelle, les tueurs trouvent plusieurs jeunes gens en train de suivre la télévision. Pour contrôler la situation, ils exigent aux jeunes de s’asseoir par terre. Tous obtempèrent à l’exception de Paluku Kyana. Un des tueurs lui loge trois balles au bas ventre. Satisfaits comme des vampires du sang de Paluku Kyana, les assassins n’ont emporté aucun bien matériel de ce lieu.

AssassinatPALUKUkyana00

252. 11 septembre 2010 : Mr Kambale Oscar (54 ans) du Quartier Kalemire, Cellule Hangi, N° 8, a été assassiné par des inconnus et abandonné dans un ravin de l’Institut Malkia Wa Mbingu dans la nuit du Jeudi au Vendredi 10 septembre 2010. Son corps portait des plaies de 3 balles. Les sentinelles de l’internat qui ne sont pas loin, on dit avoir entendu un vrombissement du moteur en provenance du lieu où le corps sans vie était retrouvé vers 4h00 du matin. Ils n’avaient pas entendu des coups des balles. Il est vraisemblable qu’il était tué ailleurs. Il était marié à Kahambu Madeleine et avait six enfants.

assassinatoscarvisage00

253. 25 septembre 2010 : Un officier militaire Fardc, membre d’un gang qui pillait les passagers à Karuruma au Graben, Axe Kyondo-Kasindi, Chefferie des Bashu, en Territoire de Beni a été livré à la Police de Karuruma par une prostituée chez qui il s’était refugié après le vol. Vers 2h00 du matin, les policiers de Karuruma viendront l’arrêter mais comme il opposait une résistance farouche à son arrestation en tirant sur les policiers, ces derniers lui logeront une balle dans la poitrine. Parmi les effets qu’il détenait on a dénombré 10 téléphones portables, plusieurs bijoux, 1300 dollars et un lingot d’or.

 

254. 25 Septembre 2010, Mr Kakule Nzuvukiro Anaclet (59 ans), un vendeur de carburant de la Cellule Kisuluba n° 313, Quartier Kitulu, Commune Mususa en Ville de Butembo, a été assassiné dans sa résidence qui se trouve non loin de la salle polyvalente de Vulumbi par quatre hommes en armes qui lui ont logé deux balles dans le bassin et dans l’abdomen. Avant de s’enfuir, les malfrats avaient fouillé toute la maison, ravi des téléphones, caméras et un total de 800 US$. Originaire de Kakonze, en Groupement Isale, Nzuvukiro laisse derrière lui une veuve du nom de Kavira Béatrice et 10 orphelins.

assassinatnzuvukirofesbest0

255. 26 Septembre 2010, Mr Kisuba Vusange Leonard (62 ans), de la Cellule Ngule n° 262, Quartier Vutetse, Commune Kimemi en Ville de Butembo, est abattu par balles dans sa parcelle par trois tueurs qui lui logeront une balle dans la jambe gauche et une autre dans le bassin. Le papa Kisuba s’écroule et rend l’âme peu après en s’écriant en Kinande « tukakwiraki kwe » (pourquoi sommes-nous tués). Les tueurs profiteront de la panique créée dans la parcelle pour fouiller la chambre des parents d’où ils ont emporté 1500 US et 10 téléphones portables des enfants.

assassinatkisubaceinture00

256. 20 Octobre 2010 : Mr Tsongo Senki (30 ans), étudiant en G2 Santé Communautaire à l’Université Officielle de Ruwenzori (UOR) a été retrouvé mort dans la Concession de l’ITAV, à la place communément appelée KIKUYU avec des blessures au poignard sur son corps. L’illustre disparu est né à Bukavu en 1980. Il était le fils du Directeur de la RTNC/Butembo Kasereka Wa-Tsongo KIKI, connu sous son abrégé de KAWAKI.

assassinattsongosenki00

257. 21 Octobre 2010 : Dr Muliro Matata (53 ans), Médecin, Coordinateur National Médical des Anglicans, est abattu par balles par des hommes en armes qui ont fait irruption dans le cafeteria de Tamende, en Ville de Beni, où il prenait son repas du soir. Le Dr Muliro est survécu par une veuve du nom de Maman Kandara, enseignante à l’ITM Kitatumba/Butembo et par plusieurs enfants.

DrMulirobest00

258. 22 Octobre 2010 : Mr Kamate Kamundu alias Socrate, Enseignant du Secondaire très connu à Kirumba, au Sud du Territoire de Lubero est abattu par balles en son domicile de Mbughavinywa par des militaires Fardc parlant Kinyarwanda.

 

259. 31 Octobre 2010 : Mr Ponga Wakwinga (23 ans), Etudiant finaliste de l’Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR), résident en Cellule Bas-Congo, au Quartier TAMENDE, en Commune de MULEKERA en ville de Beni, est assassiné vers 19h30 à quelques mètres de la résidence familiale. Ses tueurs étaient 3 militaires Fardc. Mr PONGA se ravitaillait dans une boutique de son avenue quand les trois militaires tueurs y ont fait irruption, demandant à tous les clients de donner tout ce qu’ils avaient comme argent et téléphones portables. Pour avoir refusé d’exécuter l’ordre des malfrats, ces derniers lui logèrent 5 balles dans la poitrine.

 

260. 3 novembre 2010: Un Inconnu est retrouvé mort près de la rivière Laluholu à MBINGI au Sud du Territoire de Lubero.

 

261. 3 Novembre 2010 : Un inconnu d’une cinquantaine d’années est retrouvé mort près de la rivière Laluholu à MBINGI au Sud du Territoire de Lubero. Notez que de Bunyatenge à Muhanga des bandits qui se disent FDLR-PARECO font la loi avec à la tête un certain Major Patient

 

262. 3 Novembre 2010 : Mr Mumbere Patrick (22 ans), mécanicien du Quartier Mutiri, Cellule Maghala, en Commune de Bulengera, Ville de Butembo, marié et père d’un bébé du nom de Patricia âgée de 8 mois, est abattu dans sa parcelle vers 22h00 où se défendait seul contre 9 tueurs en tenue militaire et civile. Finalement, les tueurs auront raison de lui. Ils l’abattront par deux balles dans les jambes et 4 autres dans la hache. Son dernier cri en swahili était : «Vadi mina kufia nini, nime fanya nini, Patricia wangu ata kuwa wa nani…., aiii Mungueeeee… ».

assassinatmumberepatrick00

263. 5 Novembre 2010 : Mr Lambert Musabaha, est tué vers 12h30 dans le Village de Kyavisale, Isale-Vulambo/ Bashu, Territoire de Beni lorsque son camion qui revenait du graben d’Isale a été attaqué par des lances roquettes.Selon des sources proches de dépendants ou concubines des militaires, l’attaque serait perpétrée par les militaires Fardc qui venaient d’être déployer dans le graben d’ISALE.

 

264. 5 Novembre 2010 : 1 Fardc est tué dans l’attaque du camion à Kyavisale, Isale/Vulambo, Bashu, Territoire de Beni.

 

265. 5 Novembre 2010 : 1 Fardc est tué dans l’attaque du camion à Kyavisale, Isale/Vulambo, Bashu, Territoire de Beni.

 

266. 5 Novembre 2010 : 1 Fardc est tué dans l’attaque du camion à Kyavisale, Isale/Vulambo, Bashu, Territoire de Beni.

 

267. 5 Novembre 2010 : 1 Fardc est tué dans l’attaque du camion à Kyavisale, Isale/Vulambo, Bashu, Territoire de Beni.

 

268. 5 Novembre 2010 : 1 Fardc est tué dans l’attaque du camion à Kyavisale, Isale/Vulambo, Bashu, Territoire de Beni.

 

269. 5 Novembre 2010 : 1 Epouse d’un militaire est tuée dans l’attaque du camion à Kyavisale, Isale/Vulambo, Bashu, Territoire de Beni.

 

270. 5 Novembre 2010 : 1 Epouse d’un militaire est tuée dans l’attaque du camion à Kyavisale, Isale/Vulambo, Bashu, Territoire de Beni.

 

271. 5 Novembre 2010 : 1 civil est tué dans l’attaque du camion à Kyavisale, Isale/Vulambo, Bashu, Territoire de Beni.

 

272. 8 Novembre 2010: Abbé Bakulene Christian (42 ans), Curé de la Paroisse de Kanyabayonga, au Sud du Territoire de Lubero est abattu par balles par deux militaires à la barrière de Mapera/Kinyondo lorsqu’il revenait de Kirumba à moto où il était parti réceptionné des Bibles en provenance d’Europe pour ses paroissiens.

assassinatabbebakulene00

273. 8 Novembre 2010 : Mr Paluku Mastaki Kabila (30 ans), un jeune diplômé de l’Institut Supérieur de commerce ISC/de Butembo de l’année 2009, agent de la Branche Civile de la Police des Frontières, résidant de la Cellule Vungi, Pont Kabakuli en ville de Butembo, est abattu par des hommes en armes et en tenue militaire devant la boutique où il voulait s’acheter des unités de communication, à environ 20 m de sa parcelle. En voulant entrer dans la boutique, il voit tous les clients, le vendeur ainsi que le patron de la boutique assis par terre avec les mains à l’air. Son reflexe instinctif est de faire marche arrière. Mais il ne peut pas car il se trouvait déjà sur un terrain quadrillé par des hommes armés qui surveillaient tout mouvement autour de la boutique assiégée. A deux pas de son recule, il attrape 4 coups de balles dans l’abdomen et s’écroule sur le champ. Sa mort obtient la libération des captifs de la boutique car les tueurs ayant signalé leur présence par des crépitements des balles s’enfuiront dans les ténèbres avec 10 000 US$ cash de la boutique et des téléphones portables des clients.

assassinatmastakipaluku00

274. 14 novembre : 18 Inconnus, égorgés à l’arme blanche par les Fardc au Pont de la Rivière Semuliki. Selon des sources proches des services de securité, ces 18 congolais étaient accusés d’appartenir aux groupes armés opérant dans la région. Leurs corps auraient été jetés dans la rivière. Parmi les victimes, 10 étaient de Beni et 8 de Butembo. L’identité de chacune des victimes n’a pas été révélée.

275. 28 novembre 2010 : Mr Bienvenu, taximan de moto, a été retrouvé mort par étranglement dans la concession de l’ISDR/BENI, Quartier RWANGOMA, en Commune BEU, dans la nuit du samedi au dimanche 28 novembre 2010. Sa moto est portée disparue. Bienvenu est un jeune brave taximan très connu au Quartier Malepe. Son corps avait été identifié par Mr. Gemika Wamilonde, Président de l’Association des Conducteurs de Moto en ville de Beni pour qui Bienvenu travaillait pour le compte de Mr PASCOS.

276. 20 Décembre 2010 : 1 Homme de Ngandasinakiti/ Groupement Baswagha-Madive, Mabalako, Territoire de Beni est tué lors d’un affrontement nocturne dans son village entre Fardc et milices Mai-Mai du Commandant SAPERITA.

277. 20 Décembre 2010 : 1 Homme du village Kiboto, Groupement Baswagha-Madive, Cantine, Territoire de Beni est tué lors d’un affrontement nocturne dans son village entre Fardc et milices Mai-Mai du Commandant SAPERITA.

278. 28 Décembre 2010 : Mr MKANZIKAVO KAMBALE Jeannot (30 ans) cultivateur du Quartier Matembe, Cellule Vuvatsi, Commune Vulamba en ville de Butembo (non loin de l’Eglise Catholique de Kitatumba) est abattu dans la nuit dans sa maison par 4 hommes en armes qui ont aussi pillé sa maison et d’autres maisons du quartier de fond en comble, emportant argent, téléphones, habits, animaux de la basse cour, etc. Feu Jeannot était marié et père d’un enfant a été criblé de 3 balles à bout portant au niveau de l’abdomen par quatre hommes en armes dont 2 en tenue militaire et 2 en tenue civile. Après avoir tuer Jeannot, un voisin qui voulait alerter le quartier a lui aussi été attaqué par les mêmes malfrats qui lui ont logé une balle dans l’avant-bras.

assassinatjeannotkanzikavo0

279. 30 Décembre 2010 : 1 fillette d’environ 3 ans est retrouvée morte apparemment par étranglement par des bergers dans une rigole près d’un petit ruisseau à Musienene sur la route Musienene-Muhangi, à 4 km de Musienene Etat et 7 km du monument BIONDI. Les bergers ayant aperçu le corps sans vie de la fillette ont fait appel à la Croix Rouge de la Chefferie de Baswagha qui a récupéré le corps pour le déposer à la morgue de l’Hôpital Général de Musienene. La rigole près du petit ruisseau où l’on a retrouvé le corps se trouve à plus d’un km du village voisin. 12 heures après la découverte du corps de la fillette, personne dans les environs ne dit avoir perdu sa fillette. Aussi, aucun des paysans du village voisin qui ont accouru sur le lieu du crime n’a dit connaitre la fillette. D’où les spéculations sur son identité et les circonstances de son assassinat.

Assassinatfille2ansmus00

 

280. 1er janvier 2011 : Mr MBALE MAYANI (36 ans). Les habitants du Quartier Muchanga en Commune de Bulengera, Ville de Butembo se sont réveillés au matin du 1er janvier 2011 sous le choc de l’assassinat de Mr MBALE MAYANI (36 ans) dont le corps a été retrouvé dans la rivière KANYAVUYIRI, sous le pont SAGHASA, route Butembo-Vulambo, non loin de la concession CAFEKIT et du marché de Makerere. Il aurait été assassiné dans la nuit du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011 par des assaillants parlant Lingala. L’illustre assassiné habitait le Quartier Kimbulu, Cellule KALENGERE, en Commune de Bulengera. Il était un boucher de profession et laisse une veuve et six orphelins.

Selon les voisins du lieu du crime, vers minuit du 31 Décembre 2011, pendant que les bubolais avaient les yeux braqués sur leurs montres pour être témoin de la première seconde de 2011, un bruit désolant s’était fait entendre au niveau du Pont Saghasa. Une vive dispute entre des gens qui parlaient Lingala et une personne qui parlait Swahili se déroulait sur le pont. Puis c’était un cri mélancolique d’une personne qui demandait secours. Un silence s’en était suivi et un bruit de quelque chose qui tombait dans l’eau. Sur la montre, il était 0h6׳. Au petit matin, le corps sans vie de Mbale Mayani a été retrouvé sous le pont Saghasa.

Depuis une semaine avant l’assassinat de Mbale, un peloton des policiers et militaires était visible au rond pont MDD de Muchanga, non loin du lieu du crime d’autres martyrs de la cellule Kyavuyiri notamment Mukohe, Musiyiro, Kakome, etc. La suspicion de ces policiers et militaires dans l’assassinat de Mbale est ainsi très grande. D’après ceux qui ont prélevé le corps de Mbale du lieu du crime, ses habits déchirés démontrent qu’il s’était défendu avant que ses tueurs en surnombre ne le balancent mort dans la rivière. Mbale Mayani est ainsi le premier martyr de la ville de Butembo pour l’an 2011 !

assassinatmbalemayani100

281. 8 janvier 2011 : Mwami TCHOMBWE SALATIER, chef coutumier dans la localité de Lubango en Territoire de Lubero est fusillé dans sa maison par une dizaine d’hommes en armes et en uniforme militaire Fardc dans sa maison! Ces tueurs en uniforme militaire n’avaient rien emporté après leur forfait.

282. 8 janvier 2011 : 1 homme, cultivateur de la localité de Lusevere, à environ 40 km de la cité de Kirumba, en Territoire de Lubero, est abattu dans son champ des hommes en uniforme lourdement armés. La victime a succombé sur le champ.

283. 8 janvier 2011, 1 homme, suspecté d’être un des tueurs de Mr KANZIKAVO KAMBALE Jeannot assassiné à Malende dans la nuit du 28 Décembre 2010 est lapidé à mort par la foule à Vuvatsi, Quartier Malende dans le faubourg de la ville de Butembo. Le suspect avait été aperçu dans la ville de Butembo par un des rescapés de l’attaque qui alerta la police pour son arrestation. Pour besoin d’enquête, la police décidera d’aller avec le tueur présumé sur le lieu du crime. En voyant le tueur présumé, la population en colère l’a lapidé à mort devant une police impuissante qui a aussi failli subir le sort de leur captif. Le corps sans vie de ce tueur présumé avait été déposé à la morgue de l’Hôpital de Matanda. Après un jour d’exposition et d’annonces de sa mort sur les radios de la place, aucun bubolais n’a reconnu le cadavre de cet inconnu présumé tueur et lapidé à mort par une foule en colère. Ce fait comme tant d’autres contredit le Président Joseph Kabila qui avait dit à Butembo que les Nande se tuaient eux-mêmes. Ce tueur présumé et lapidé à Vuvatsi n’était pas un Nande selon les témoins mais bien un …

assassinathutunande000

284. 10 Janvier 2011 : Mr Kasereka ( ?), chauffeur d’un minibus sur l’axe Kiwanja-Goma en Territoire de Rutshuru, est abattu vers 9h00 du matin au niveau du Monument Rumangabo par un militaire Fardc issu du CNDP qui a surgi de la brousse pour tirer pêle-mêle sur le chauffeur et les passagers du minibus. Avec une balle dans la tête, le chauffeur, Mr Kasereka, sentant le danger venir avait réussi à éloigner son minibus d’un demi-kilomètre du lieu de la fusillade. Malheureusement, ce vaillant chauffeur Kasereka perdra connaissance suite à une forte hémorragie et ira cogner son engin contre un mur où il sera déclaré mort.

285. 10 Janvier 2011 : 1 maman commerçante qui voyageait dans un minibus de Kiwanja pour Goma ( cfr. # 283) est morte sous les balles de l’assaillant, militaire Fardc issu du CNDP qui a ouvert le feu pêle-mêle sur tous les passagers du minibus en commençant par le chauffeur.

286. 10 Janvier 2011 : 1 homme, militaire Fardc issu du CNDP qui a ouvert le feu sur un minibus sur l’axe Kiwanja-Goma (cfr. 283) a, après son forfait, tourné son arme contre lui-même et déclaré mort sur le champ.

287. 13 janvier 2011. 5 morts et plusieurs blessés graves au marché de KALENGERA, Cité de Kiwanja, Territoire de Rutshuru, Province du Nord-Kivu au cours d’une fusillade perpétrée vers 10h00, heure locale, par un groupe des militaires Fardc issus du CNDP ayant fait une irruption au marché avant de tirer pêle-mêle sur la population présente au marché. Une débandade indescriptible s’en est suivie, chacun essayant de se sauver. Un Bilan provisoire de cette fusillade fait état de 5 personnes tuées sur le champ et de plusieurs blessés graves qui luttent entre la vie et la mort dans les centres hospitaliers de la place. Cette fusillade mortelle qui avait vidé le marché de Kalengera de ses usagers de mercredi avait durée 5 minutes. Après leur forfait, les militaires tueurs ont disparu dans la nature laissant derrière eux mort et désolation. Ailleurs dans la région, les vols à mains armées, les viols des femmes, et les incendies des maisons se commettent au quotidien au point que la population sans défense vit dans la peur et sans espoir du lendemain surtout que les autorités locales, provinciales et nationales ne font rien pour protéger les populations civiles contre leurs alliés du CNDP !

 

288. 16 janvier 2011 : 1 corps sans vie d’un homme (faisant partie d’un tas de 4 hommes morts cfr. numéros ci-dessous) est découvert dans le Secteur Ruwenzori en état de putréfaction avancée. Les proches des victimes les auraient identifiées à partir des habits qu’ils portaient. Les rebelles ougandais dits ADF-NALU sont soupçonnes d’être derrière ce massacre.  

 

289. 1 corps sans vie d’un homme (faisant partie d’un tas de 4 hommes morts cfr. numéro 287) est découvert dans le Secteur Ruwenzori en état de putréfaction avancée.

 

290. 1 corps sans vie d’un homme (faisant partie d’un tas de 4 hommes morts cfr. numéro 287) est découvert dans le Secteur Ruwenzori en état de putréfaction avancée.

 

291. 1 corps sans vie d’un homme (faisant partie d’un tas de 4 hommes morts cfr. numéro 287) est découvert dans le Secteur Ruwenzori en état de putréfaction avancée.

 

292. 17 janvier 2011 : 1 militaire Fardc issu du CNDP est lapidé à mort par la population du Territoire de NYIRAGONGO, Nord-Kivu. Pour cause, ce militaire avait abattu deux civils du coin à bout portant.

 

293. 17 janvier 2011 : 1 homme est abattu par un militaire Fardc issu du CNDP dans le Territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu (cf. numéro 287).

 

294. 17 janvier 2011 : 1 homme est abattu par un militaire Fardc issu du CNDP dans le Territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu (cf. numéro 287).

 

295. 18 Janvier 2011 : 1 homme est retrouvé mort dans la rivière TALIHYA sur la route Butembo-Kyondo.

 

296. 19 Janvier 2011: 1 homme d’une trentaine d’année a été poignardé par les hommes en armes dans la localité de Kamandi-Lac. Il est mort sur le champ. Les hommes en armes sont armés dans sa maison pendant la nuit. Ils l’ont réveillé pour lui demander de donner tout ce qu’il avait comme argent et biens de valeur. Après, ils l’ont poignardé avant de disparaître dans le noir.

 

297. 22 janvier 2011: Mr Yalala Mbusa John alias « YALOS » (36 ans) est assassiné dans sa maison du Quartier Muchanga par trois Policiers vers 19h45. Il était père de 4 enfants, cambiste de profession, meilleur guitariste de la Paroisse CBCA KIMEMI connu aussi comme CBCA Banque. Son épouse était hospitalisée depuis 3 trois jours au Dispensaire de Mr SINDANI au Rond Point Route Muchanga-Kyavuyiri non loin du domicile de papa SAMU KASUMBAKALI. Revenu du marché de change après une journée de dur labeur, Feu Yalala avait fait un crochet au Dispensaire qui se trouve à 200 m de son domicile pour s’assurer de l’état de santé de son épouse. Arrivé à son domicile, il entre dans sa chambre pour se reposer en attendant qu’on lui apprête le repas du soir. A moins d’une minute, trois policiers en tenue de la PNC font irruption dans la parcelle comme s’ils attendaient le retour de Yalala non loin de sa parcelle. Ils forcent leur entrée dans la chambre à coucher de Yalala où ils le trouvent allongé sur son lit. Son fils Muhindo Musa Yalala de six ans qui raconte les derniers moments de son papa était avec lui dans la chambre. Un policier s’occupe des autres enfants et de leur berceuse en les enfermant dans la cuisine. Dans la chambre, les deux autres policiers torturent Feu YALALA, lui demande avec la pointe du fusil sur la tête son téléphone et tout son capital de cambiste. Feu YALALA donne tout ce qu’il avait aux tueurs qui ne sont pas toujours satisfaits. C’est ainsi que l’un des policiers tirera à bout portant dans son œil. Yalala meurt sur le champ. Comme toujours, après le forfait, les trois policiers tueurs prirent le large. Les voisins apprendront la triste nouvelle après le forfait au point que les efforts de rechercher les malfrats n’avaient rien produit. Le petit MUSA Yalala que les malfrats ont épargné quitta la chambre avec le cadavre de son papa en pleurant pendant que les autres enfants étaient toujours enfermés dans la cuisine. Ce sont les cris du petit MUSA « Basuda Bameua ye papa, papa amekufa » (les militaires ont tué mon père, mon père vient de mourir) qui annonceront la triste nouvelles aux voisins. Le petit Musa sanglotant n’eut d’autre reflexe que de courir vers le dispensaire où sa mère était alitée avec une forte fièvre. Avec les mêmes mots, le petit Musa annonce l’assassinat de son papa à sa mère « Maman, Basuda bameua ye papa, papa amefuka ». La maman qui venait d’avoir la visite de son mari quelques dix minutes auparavant n’en revient pas. Presque en même temps, les voisins viendront confirmer les paroles du petit Musa. Immédiatement, celle qui venait de devenir veuve rechuta pour entrer dans un coma tellement le coup était dur. Pour éviter d’avoir deux morts dans la même famille, la veuve de Yalala fut transférée au Centre Hospitalier de Wanamahika pour des soins d’urgence appropriés.

assassinatyalalapostervivan

AssassinatYalalambusa00

298. 24 janvier 2011 : 1 militaire Fardc est tué lors d’une embuscade tendue aux patrouilleurs de l’axe Rwindi-Mabenga. L’attaque coûte la vie à 5 militaires Fardc et 3 Gardes du Parc National des Virunga ( cfr. Numéros ci-dessous).

 

299. 24 janvier 2011 : 1 militaire Fardc tué lors d’une embuscade tendue aux patrouilleurs de l’axe Rwindi-Mabenga ( cfr. numéro 288)

 

300. 24 janvier 2011 : 1 militaire Fardc tué lors d’une embuscade tendue aux patrouilleurs de l’axe Rwindi-Mabenga ( cfr. numéro 288)

 

301. 24 janvier 2011 : 1 militaire Fardc tué lors d’une embuscade tendue aux patrouilleurs de l’axe Rwindi-Mabenga ( cfr. numéro 288)

 

302. 24 janvier 2011 : 1 militaire Fardc tué lors d’une embuscade tendue aux patrouilleurs de l’axe Rwindi-Mabenga ( cfr. numéro 288)

 

303. 24 janvier 2011 : 1 Garde de Parc de Virunga tué lors d’une embuscade tendue aux patrouilleurs de l’axe Rwindi-Mabenga ( cfr. numéro 288)

 

304. 24 janvier 2011 : 1 Garde de Parc de Virunga tué lors d’une embuscade tendue aux patrouilleurs de l’axe Rwindi-Mabenga ( cfr. numéro 288)

 

305. 24 janvier 2011 : 1 Garde de Parc de Virunga tué lors d’une embuscade tendue aux patrouilleurs de l’axe Rwindi-Mabenga ( cfr. numéro 288)

 

306. 25 janvier 2011 : 1 homme en armes est lapidé à mort par des Jeunes du Quartier Katwa en Ville de Butembo. Trois bandits armés avaient attaqué et volé plusieurs biens de valeur de la résidence du journaliste Léon SHAHAVA de la Radio Vulumbi/CBCA connu comme la voix des victimes des hommes en armes du Territoire de Lubero. Les jeunes du quartier ont suivi derrière ces trois bandits dans leur fuite. Ne pouvant pas aller loin avec les biens volés, les trois bandits les ont cachés dans une brousse quelque part. Les Jeunes ont campé toute la nuit non loin du butin sachant que les bandits reviendraient le récupérer. Vers trois 3h du matin, les bandits reviendront. Les jeunes y compris le journaliste victime du vol les attendaient de pied ferme. Ils engagent un combat avec les bandits. Deux prennent la fuite. Mais un bandit qui réussit à ravir une machette à un jeune, s’en servit pour blesser le journaliste à la main. Ouf ! Le bandit voulait lui donner un coup de machette à la tête mais grâce à sa bravoure, il a détourné la machette par un geste de sa main… La blessure est profonde mais la vie du Journaliste est hors danger selon les médecins. Les autres jeunes sautèrent sur le bandit pour le battre à mort. Comme toujours, le corps sans vie de l’assassin assassiné n’a eu personne pour le réclamer ou ne fut-ce que l’identifier à la Morgue de l’Hôpital de Katwa. Ce fait vient confirmer la thèse selon laquelle les tueurs sont des étrangers largués dans la région pour tuer, rien que pour tuer.

assassinassassinekatwa00

307. 26 Janvier 2011 : 1 homme en tenue de la Police Nationale Congolaise qui cambriolait une maison avec deux autres qui se sont sauvés est lapidé à mort par la population au Quartier Kasongomi, Cellule KIKUNGU en Ville de Butembo. Dans la nuit du 25 au 26 janvier 2011, trois tueurs armés de fusils, d’une machette et d’une hache ont encerclé la maison de maman Kanyere. Ils ont forcé toutes les portes extérieures au moyen de leur hache mais celle de la maison principale n’a pas cédée. Devant cet échec, les trois tueurs ont usé comme par le passé des menaces verbales de mort si les occupants n’ouvraient pas la porte. Moyennant un téléphone portable, les enfants de Maman Kanyere ont alerté les jeunes du quartier qui n’ont pas tardé à s’organiser pour encercler les tueurs en pleine opération. En l’espace de quelques minutes, c’est tout le quartier qui était en effervescence. Sentant l’étau des voisins se refermer sur eux, deux des tueurs munis chacun d’un fusil ont pris la fuite. Le troisième muni de hache est tombée dans le panneau des civils venus au secours de maman Kanyere. Les civils en colère l’ont d’abord ligoté avant de l’interroger sur son identité. Ce tueur, grand de taille et brun n’a pas voulu ouvrir la bouche pour répondre aux questions lui posées. Devant le silence du tueur, ce qui devait arriver arriva, à savoir l’acharnement de la foule sur lui. Le tueur succombera quelques temps après à la suite de coups de pierres lui administrer par une foule sans âme et en colère.

assassin2assakasongomi00

308. 29 Janvier 2011 : 1 militaire Fardc a été lapidé à mort par la population du Quartier Mbogho, Avenue Kasusuki de Kirumba au Sud du Territoire de Lubero. L’infortuné faisait partie d’un gang de 5 militaires Fardc qui défonçaient la porte d’entrée d’une résidence familiale de l’Avenue Kasusuki. Pendant que le gang défonçait sa porte à coups de crosse de fusil, menaçant de tuer les occupants si on ne lui ouvrait pas la porte, de l’intérieur de la maison, le papa appelait certains et envoyait des sms à d’autres voisins de quartier à partir de son téléphone portable pour les alerter de l’attaque dont il était victime. Aussitôt, tout le quartier était réveillé pour porter secours à la famille attaquée. Les femmes et les enfants ont fait du bruit en tapant sur des casseroles ou tam-tams pour ceux qui en avaient. Les hommes ont fait une ceinture dissimulée tout autour de la maison attaquée. Se sentant découverts à cause du vacarme dans tout le quartier, les 5 militaires tueurs et voleurs à mains armées ont tenté de prendre la fuite. Quatre ont réussi mais le cinquième a été appréhendé par des vaillants hommes qui ont sauté sur lui, le lapidant jusqu’à ce qu’il rende le dernier soupir. A part sa tenue militaire, l’infortuné n’avait sur lui aucun autre identifiant.

309. 1 Février 2011. Un jeune homme de 20 ans a été tué par balles dans la nuit du 31 janvier au 1er Février 2011 par des hommes en armes non autrement identifiés dans la localité de KITOVO, Groupement Malio, Chefferie des Bashu, en Territoire de Beni, à quelques 30 kilomètres à l’ouest de la ville de Butembo. Au cours de la même nuit les villages de KISESA, LUTUHWE, KAUMO et VUTANGI étaient systématiquement pillés par des hommes en armes non autrement identifiés. Selon les habitants du village, les assaillants étaient des militaires Fardc déguisés en combattants patriotes Mai-Mai. Au cours de cette attaque nocturne, plusieurs habitants étaient blessés à la machette et qui sont restés étalés sous le soleil mardi 01 février avant d’avoir les premiers soins au centre hospitalier de KITOVO.

310. 2 Février 2011 : Le Sergent Kalunga Sulemani militaire-FARDC de la 6e Brigade basée à Oïcha, engagé dans les Opérations Ruwenzori, est lapidé à mort par la population vers 3h00 du matin par la population du Quartier BAKAHEKU, Cellule MABAPULA de la Cité d’Oïcha, en Territoire de Beni. Feu Sergent Kalunga Sulemani était engagé cette nuit-là dans des opérations de vol avec un autre militaire Fardc. Tous les deux pillaient les maisons d’habitation de la cellule, porte à porte, y compris les kiosques et boutiques du coin, avant de finir leur aventure chez le manutentionnaire KENNEDY très célèbre dans la Cellule pour sa bravoure. Là, le Sergent Sulemani a ravi une moto, des téléphones et argent. Kennedy, le patron de la maison, avait par son téléphone alerté les voisins pour qu’ils lui viennent au secours. Ce qui fut fait immédiatement. Comme d’habitude, les hommes sont sortis pour voir le mouvement du bandit Sulemani. Son collègue s’était déjà sauvé dans le noir. De leurs maisons, les femmes et les enfants, ont fait du bruit avec leurs casseroles et autres objets sonores. Pris de peur et de panique, Sulemani fait crépiter des balles pour se frayer un chemin de fuite. Mais, les bruits des armes n’effraient plus personne dans cette province martyre de la RDC où depuis 1996, les armes crépitent et font la loi. Au vu de la résistance de Sulemani qui continuait à tirer à l’air, les braves hommes du quartier ont fait appel à la police qui est venu tenter de convaincre Sulemani de déposer son arme. Sulemani ne voulait pas obtempérer aux injonctions de la police. Au contraire, il a tiré sur la police. Se sentant en danger, un policier lui tira une balle dans l’épaule. Le Sergent tombe et s’affaiblit. Craignant que les Fardc ne viennent le récupérer vivant, les habitants du quartier qui avaient pillé et tabassé par Sulemani l’ont achevé par un jet des pierres. De son cadavre, on a recouvré tout l’argent et tous les autres biens volés. Le corps de l’incivique a été conduit à la morgue de l’Hôpital Général d’Oïcha vers 7h00 du matin. Ses collègues Fardc, très furieux, l’ont récupéré dans l’après-midi pour l’ensevelir.

asergentsulemanibest00

311. 2 Février 2011. Assassinat de Mr Aristote Kasereka, réparateur-électronicien, de la Cité de Mangina, à 30 Km à l’Ouest de la Ville de Beni, a été abattu en son domicile vers 22h30 par des hommes en armes et en uniforme militaire. Ces malfrats lui avaient logé deux balles dans la tête avant d’emporter sa moto, ses téléphones, ses appareils électroménagers et ses outils de travail.

312. 4. Février 2011 : Assassinat de Kasereka Chryso (35 ans) enlevé en date du 1er Février 2011 et retrouvé sans vie à SELELE (non loin d’ABIALOS) le jeudi 04 février 2011dans la localité de Maymoya, en Groupement de Bambuba-Kisiki, Collectivité-Secteur de Beni-Mbau, dans le Territoire de Beni. Des sources locales attribuent cet enlèvement et assassinat aux rebelles ougandais de l’ADF-NALU. Cela parait paradoxal d’autant plus que les FARDC soutiennent avoir neutralisé la capacité de nuisance de ces rebelles ougandais ADF-NALU à travers la 1ère, 2e et la 3e phase des Opérations Ruwenzori

313. 6 Février 2011. Assassinat de Kambale Michel SHAYIGHANZA (36 ans), Taximan moto de son état, marié et père de deux enfants, a été fusillé à bout portant en son domicile, vers 21h00, par des militaires Fardc dans la cité de Kaina, quartier SHABANTU, au Sud du Territoire de Lubero, Province du Nord-Kivu. Le crime a été commis pendant que Feu Michel dormait. Vers 21h00, des militaires Fardc débarquent au domicile de Feu Michel et l’obligent à ouvrir la porte. De l’intérieur, Michel refuse d’ouvrir la porte mais prend l’option de réveiller ses voisins en tapant sur un bidon vide. Devant cette résistance, les militaires Fardc décident d’user de leurs armes pour défoncer les portes et les serrures de la maison. Une fois à l’intérieur de la maison, ces malfrats ont tiré à bout portant trois balles sur Michel qui est mort sur le champ. Le lendemain, la population de Kaina folle de colère a saccagé et brulé le poste de la police de Kaina, le bureau de la Cité de Kaina en brûlant toute la documentation. Le camp militaire de Kaina a été aussi saccagé par une population qui scandait des chansons hostiles au gouvernement en place dont l’incapacité à assurer la securité des congolais et de leurs biens est notoire.

314. 6 Février 2011 : Mr Mbusa Muyali, un père de famille, a été retrouvé mort dans la localité de Vutsorovya toujours au Sud de Lubero. Son corps portait les traces d’un étranglement et ses poches étaient vides de ses pièces d’identité, son téléphone et son argent. Sa famille a récupéré son corps pour le porter en terre au cours de la même journée du dimanche 6 février.

315. 8 Février 2011 : Mr Muhindo Makelele, Prisonnier de la Prison Centrale de Kakwangura/Butembo a été abattu par balles vers 19h par un policier de garde lors d’une tentative d’évasion. Mr Makelele était emprisonné pour viol et était originaire de l’axe Manguredjipa. Avant de rendre l’âme, Mr Makelele a révélé qu’il avait remis 120 US$ à l’un des policiers de garde pour qu’il lui facilite la sortie. Mais le policier corrompu ne voulait pas honorer sa promesse. Il ne voulait pas non plus remettre les 120 US$ à Makelele. Devant ce refus, Makelele a voulu s’enfuir pensant que le policier corrompu le laisserait partir. Mais le policier l’a abattu par balles.

316. 9 Février 2011. 1 policier de la Cité de Kyondo, Collectivité-Chefferie des Bashu en Territoire de Beni, est abattu lors d’une attaque nocturne du Commissariat de Police par des hommes en armes non autrement identifiés. Ces assaillants emportent trois armes et plusieurs munitions avant de se sauver vers MAHIGHA, dans le Poste d’Etat de VAYANA.

317 : 9 Février 2011 : Un des assaillants qui ont attaqué nuitamment le Commissariat de Police de Kyondo est abattu par les policiers. (cfr. # 315). Le Chef de cité de Kyondo, Mr Kilemasi Bin Kisatiro a confirmé cette attaque mais n’était pas en mesure de relever l’identité des assaillants.

318. 10 Février 2011 : Assassinat de Kasereka Katusi (21 ans) de la famille Sakode Mwambili, lors du carnage de 11 congolais à ABIALOSE et à SESELE, dans la localité de Maymoya, Groupement de Bambuba-Kisiki, en Collectivité Secteur de Beni-Mbau, au Nord du Territoire de Beni. Ces victimes avaient été enlevées de leurs maisons ou portées disparues entre le 27 janvier et le 02 février courant. Les medias officiels attribuent ce massacre aux rebelles ougandais des ADF/NALU. Mais les populations civiles locales les attribuent aux militaires et policiers portant des uniformes FARDC et issus du CNDP.

319 : 10 Février 2011 : Kambale Katusi (26 ans), famille Sakode Mwambili ( cfr 318)

 

320 : 10 Février 2011 : Gedeon Kasombe (24 ans), famille Sakode Mwambili (cfr. 318)

 

321 : 10 Février 2011 : Lembeka Katusi (38 ans), famille Sakode Mwambili (cfr. 318)

 

322 : 10 Février 2011 : Mateso Katusi (36 ans), famille Sakode Mwambili ( cfr. 318)

 

323 : 10 Février 2011 : Kaburi Kanamungoya ( 36 ans), famille Sakode Mwambili ( cfr. 318)

 

324 : 10 Février 2011 : MBUZA ASANI, de la famille Bawena ( cfr. 318)

 

325. 10 Février 2011 : Katembo MUPANGA, de la famille Bawena ( cfr. 318

 

326. 10 Février 2011 : KAmbale Rondo, de la famille Bawena ( cfr. 318)

 

327. 10 Février 2011 : KAmbale Kitshuru (24 ans) de la famille Kalimbuko, ( cfr. 318)

 

328. 10 Février 2011 : Kasereka Kitshuru (22 ans), de la famille Kalimbuko ( cfr. 318)

 

329. 13 Février 2011 : Assassinat de Mr Kambale Katsunga Kalyamavuti (45 ans) dans sa maison de Mavono au Quartier Kamesi Mbongo, Commune de Bulengera, en ville de Butembo. Il était 20h de la place. Ses tueurs étaient 10 militaires Fardc et Policiers qui ont fait irruption dans sa parcelle. Après avoir admis que c’était lui le papa de la famille, ses tueurs l’ont criblé de 4 balles dans la hanche et des coups de crosse du fusil sur la tête. Pendant que le cadavre de papa Katsunga gisait dans son sang à l’entrée de ce qui fut sa maison, les tueurs ont fouillé sa maison en recherche de l’argent et des biens de valeur. Feu Katsunga laisse une veuve et 4 orphelins inconsolables.

assassinatkatsungacorps00

askatsungasang00

Après leur forfait sur Mr Katsunga, cette horde de la mort a fait du porte à porte dans le quartier voisin de WAYENE où plusieurs personnes ont été torturées, violées sexuellement, recevant coups et blessures, etc. Plusieurs biens de valeur étaient emportés. C’est ainsi qu’à 500 m de la résidence de Feu Katsunga, la famille de KAKULE KUNAHIMBIRE a été la cible de ces mêmes tueurs. Mr Kunahimbire a échappé car il était en voyage. Son épouse a été torturée et fouillée pendant la recherche de l’argent. Dans cette même parcelle, on a forcé à l’oncle des enfants de coucher avec sa nièce avec une arme pointée sur la tête de l’oncle s’il ne s’exécutait pas.

 

330. 16 Février 2011 : Mr Kambale Mulekya (1974-2011),soit 37 ans, du Quartier Katwa, Cellule Mitoya en Ville de Butembo, Territoire de Lubero, est assassiné par 7 militaires Fardc sur l’axe routier Komanda-Mambasa lors de son retour de Kisangani. Feu Kambale etait chauffeur de l’Agence de Transport « Les enfants d’abord ». Le mercredi 16 Février 2011, il revenait d’un voyage de Kisangani. Vers 5h00 du matin, un groupe de 7 militaires Fardc surgit de la brousse et arrête le véhicule que conduisait Feu Kambale Mulekya. La pointe du fusil braqué sur son front, un militaire Fardc lui demande 500 US$ cash. Feu Kambale donne tout ce qu’il a comme argent en poche, soit 30 US$. Le chef de la bande estime que Feu Kambale se moquait de lui et ordonne son meurtre. Un militaire Fardc tire sur Kambale à bout portant. Kambale meurt sur le champ !Profitant de la panique provoquée par le meurtre du Chauffeur Kambale, les 7 militaires ont procédé à une fouille systématique de chaque passager à la recherche disaient-ils de l’or, du diamant, de l’argent, des téléphones portables, etc. Quelques femmes qui voyageaient à bord du camion ont été violé au vu et au su des autres voyageurs. Les voyageurs-hommes ont quant à eux étés torturés de plusieurs manières.Les militaires Fardc auteurs de ce nième assassinat et coupure de route appartiendraient au contingent chassé d’Oïcha après le massacre de Maymoya et l’opération « nuit blanche » qui avait poussé les chefs militaires à exiger le départ du triste contingent militaire vers Bunia. Le camion de transport de Feu Kambale serait ainsi tombé entre les mains de ces Fardc qui pendant deux semaines ont endeuillé toute la région d’Oïcha. Feu Kambale Mulekya laisse derrière lui une veuve et trois orphelins. Son enterrement a eu lieu ce jeudi 17/02/2011, sous une grande émotion et colère au cimetière de Katwa.

assassinatkambalemulekya000

331. 19 Février 2011. Assassinat de Mr Paluku Muhongya (30 ans) à Kanyihunga/Beni

La nuit de vendredi à samedi 19 février 2011 était cauchemardesque pour la population de la localité de KANYIHUNGA, à 30 km de la ville Beni, Chefferie de Bashu, au sud du Territoire de Beni. Cette nuit-là vers 2h00 du matin, un groupe d’hommes en armes ont investi la localité de Kanyihunga pour y semer terreur et désolation. Ils y ont perpétré un pillage indescriptible de porte à porte, emportant chèvres, poules, sommes d’argent, téléphones portables et autres biens de valeurs dans les habitations visitées. Au cours de ce raid, les assaillants ont fait parler leurs armes non seulement pour semer la panique mais aussi pour tirer à balles réelles sur certaines personnes du village. Le bilan du raid est lourd : 1 mort et 5 personnes grièvement blessées. La victime mortelle du jour s’appelle Paluku Muhongya (30 ans), marié et père de deux enfants. Il était abattu à bout portant par en présence de ses enfants et de son épouse par deux balles dans la poitrine. Feu Paluku Muhongya a été porté en terre durant la journée du même samedi 19/2 à Kanyihunga, un village plusieurs fois la cible des tueurs. Après l’enterrement de Feu Muhongya, les femmes et les enfants ont cherché refuge à Maboya. Les blessés graves ont été admis au Centre de Santé de Référence de Maboya où ils luttent entre la vie et la mort.

332. 22 Février 2011 : Assassinat de Mr Paluku Mangwengwe Jackson (17 ans) vers 20h30. Feu Jackson était fils de Mr Kendakenda MANGWENGWE et de Kavugho. Il était aussi élève à l’Institut Kisolokele, en 5e Humanités Pédagogiques. Il résidait en Cellule MACAMPAGNE, Quartier KALINDA, Commune de MULEKERA, dans la Ville de Beni.Les bandits armés ont exigé à tout le monde de se coucher à même le sol, avant de se livrer à la fouille systématique de leur poche pour y récupérer argent et téléphones portables. Comme si cela ne suffisait pas, les inciviques ont intimidé sérieusement les parents de la victime, leur extorquant une importante somme de 1.140 US$ Insatisfaits de cette somme d’argent qu’ils souhaitaient arrondir à 2000 US$, deux assaillants se sont introduits en chambre avec le Père et la mère de Jackson, laissant l’autre au Salon avec les enfants. Le Jeune Jackson, se retrouve seul avec un des assaillants pendant que l’autre intimide les parents en chambre. Brave qu’il est, il saute sur l’assaillant et le maitrise. Malheureusement, avant que Jackson ne lui ravisse son arme, un des assaillants qui étaient à l’extérieur entendra les cris de secours de son complice et viendra abattre Jackson par une balle dans la poitrine. Jackson est mort sur le champ. Les Jeunes de Beni le tiennent pour héros et pour martyr car il a fait ce qu’il fallait faire : se défendre et défendre ses parents. Après ce forfait, tous les malfrats qui étaient plus de quatre ont pris le large dans le noir comme des véritables fils des ténèbres. La Police qui est intervenue quelques heures après a mis la main sur trois suspects, tous des éléments FARDC dont deux de l’Etat Major de Beni (OZACAFE) et un autre qui se passait pour démobiliser à Beni, alors qu’il est en fonction à BYAKATO ( en Territoire voisin de Mambasa, Province Orientale). Les enquêtes sont en cours indique l’inspecteur de la Police en Ville de Beni qui précise que les trois suspects sont déjà déférés à l’Auditorat militaire Près le Tribunal de Garnison de Beni. Rappelons que cet assassinat a été à la base d’une très grande manifestation à Beni où les élèves ont cherché à venger la mort de leur condisciple. Les jeunes manifestants ont mis en feu deux habitations du Quartier qui appartiendraient à l’un des suspects avant d’être persuader par la police d’attendre l’issue des enquêtes. Les élèves de l’institut KISOLOKELE ont décrété deux journées de deuil à mémoire de leur illustre disparu.

AssassinatJacksonkendakenda

333. 27 Février 2011. Assassinat de Mr Mumbere Ndungo sur la route Maboya-Mabalako. Mumbere était un chauffeur d’un camion de marque FUSO.La journée du dimanche 27 Février 2011 a été ainsi un calvaire pour ceux qui fréquentent la route Mabalako. En effet, des militaires Fardc ont encore une fois inquiété les passants qui se rendaient au marché de Cantine – Aloya, localité située à environ 60 km à l’Ouest de Maboya (25 km au Nord de Butembo sur la route Beni). Le fait s’est produit vers 14 heures au pont jeté sur la rivière Tanu, environ 30 km de Maboya, entre les localités de Mambingi (22 km de Maboya) et de Visiki (37 km de Maboya) – rivière limitant les Groupements Malyo et Madiwe en territoire de Beni, lorsqu’un camion de marque Fuso qui transportait des commerçants ambulants communément appelées « Mikumbi », c’est-à-dire ceux qui voyagent à bord de gros camions de marchés. Signalons que quelques auparavant (9h, 10h) ces inciviques étaient déjà visibles sur ce lieu du crime, extorquant téléphones et argent des pousseurs des vélos. Quiconque osait résister, on lui montrait seulement la rivière comme tombe. Vint alors un camion marque Fuso. Le chauffeur, Mr Mumbere Ndungo du Quartier Rughenda/Butembo, qui voulait résister à l’arrestation de ces hors la loi s’est vu logé deux cartouches dans ses épaules et son aide-chauffeur, Mr Kakule Kamabu du Quartier Rughenda/Butembo, découpé à l’aide d’une machette lutte entre la vie et la mort dans un Centre de Santé de Mabalako. Le chauffeur, Mr Mumbere Ndungo, quant à lui, a succombé à ses blessures au Centre de Santé de Visiki ce Lundi 28 février 2011. Les voyageurs à leur tour se sont vu ravir leurs téléphones et argent qu’ils utiliseraient au marché de ce Lundi à Cantine – Aloya et de ce mardi à Mabalako. Ces malfaiteurs se sont enfuis dans la nature après avoir réalisé leur sale besogne.

334. 1er mars 2011 : 1 homme abattu par des hommes armés parlant Kinyarwanda lors d’une embuscade tendue à un minibus en partance pour Goma dans le Parc National de Virunga au niveau de RUMANGABO. L’attaque avait commencée par un pillage systématique de chacun des passagers à bord. Craignant la fusillade qui accompagne chaque pillage du genre, un papa qui voyageait à bord de ce minibus a voulu se sauver dans la nature. Malheureusement, mal lui a pris. Les pilleurs l’ont poursuivi et l’ont fusillé à quelques mètres seulement du lieu de l’embuscade. Il est mort sur le champ ! Cette tentative d’évasion avait fait monter d’un cran la folie meurtrière des malfrats qui ont tiré pêle-mêle. Avant de quitter le lieu du crime, les malfrats ont mis le minibus à feu avec tout ce qu’il transportait comme marchandise. Il n’y a pas meilleur façon de casser l’économie d’une région. Les passagers à moitié mort attendront longtemps sur ce lieu de la mort avant que des passants leur viennent en aide.

335. 2 Mars 2011 : 1 homme abattu par des hommes armés dans le village de Lukanga en Territoire de Lubero. Plusieurs biens de la population ont été emportés dont l’argent, le bétail, les téléphones portables, etc. L’incursion a eu lieu vers 23 h locales. Les assaillants, armés de fusils et de machettes, ont tiré plusieurs coups de feu en l’air; brutalisé la paisible population et abattu l’homme qui tentait de leur résister.

336. 23 janvier 2011 : Mr Kavira NZOHE est abattu au village de KIHGERI à KISALALA, dans le groupement de MALIO, Collectivité chefferie des Bashu, en Territoire de Beni, sur la route Butembo-Beni, à 10 km de la ville de Butembo. C’était en 22h30 quand des tueurs en uniforme militaire et lourdement armés ont fait l’incursion au village. Après pillages, vols, et viols des femmes, ces hommes en armes ont fusillé Mr KAVIRA NZOHE, père de 3 enfants, dans sa maison.

337. 27 Février 2011 : Mr VUVONDO KAMBALE avait été retrouvé mort dans la localité de Malende sur la route Butembo-Manguredjipa. Son corps portait les traces du poignard. Il était père de 8 enfants. Folle de colère, la population du coin s’était attaquée à la police locale, jusqu’à bruler le poste de police.

338. 6 mars 2011. Mr KALERE (32 ans), Commerçant de Kirumba au Sud du Territoire de Lubero est assassiné dans sa maison dans la nuit du 5 au 6 mars 2011 à 21h00 par des hommes en uniforme militaire des Fardc. Ces malfrats avaient forcé les portes de sa maison pour entrer et l’abattre à bout portant avec 6 balles. La victime voulait leur donner une somme de 700 $ pour qu’ils lui laissent la vie mais en vain. Ils avaient abandonné et la somme d’argent et la victime, un indice qu’ils étaient venus pour le tuer. Les voisins avaient alors amené le corps sans vie à l’Hôpital de Kayna pour lui soutirer les balles. Au retour ils avaient amené son corps au bureau de la cité de Kirumba où ils ont été forcement réprimés par des FARDC et Policiers qui tiraient en balles réelles pendant au moins trois heures de temps causant ainsi une grande panique dans le milieu. Le lendemain, les jeunes étaient descendus dans l’artère principale pour manifester leur mécontentement mais ils étaient réprimés par des militaires FRDC qui ont assez de cartouches pour disperser la foule mais moins pour la sécuriser.

kalereoo

339 : 25 mars 2011 : Cdt Jean YUNGWE, militaire Fardc a été retrouvé mort la tête et un doigt coupés à la machette à Kyavisale, groupement d’Isale-Bulambo, Chefferie des Bashu, en Territoire de Beni. Les habitants du village de Kyavisale avaient trouvé son cadavre non loin d’un chemin fréquenté le matin vers 8h00 heure locale. Craignant les représailles envers quiconque annonce une telle trouvaille, les paysans ont attendu que les Fardc et les Policiers découvrent eux-mêmes le corps décapité de leur camarade. Ce qui fut fait vers 10h00. Les militaires ont fait transporter le corps de leur camarade jusqu’à Mahero, Village traditionnel Nande de Bulambo où il a été enterré au début de l’après- midi. Après l’enterrement, les militaires ont alors fait parler leurs armes provoquant une panique au sein de la population. Les femmes et les enfants de plusieurs familles ont pris le chemin de «l’exil intérieur » vers Vitungwe, Vuhovi, Bunyuka, Butembo. On se rappelle que le 5 novembre 2010 une attaque à la lance roquettes avait eu lieu dans le même village avec un bilan lourd de 9 morts dont 5 Fardc congolais et 4 civils congolais. Kyavisale qui abrite une ancienne plantation de café d’un colon belge se trouve sur la fameuse carte du PNUD comme site d’accueil des retournés du Rwanda.

340. 1er Avril 2011 : Mlle KAVIRA TSONGO (35 ans), connue sous le nom d’Evé par les intimes, célibataire de son état, et résident au Quartier KASONGOMI, cellule VUKULA, en Ville de Butembo, a été assassinée par des policiers affectés au centre d’enrôlement de la CENI de l’INSTITUT VISOGHO, au Quartier Vutsundo, ville de Butembo, à côté de l’ex- Night Club OLYMPIC. Notez que le mercredi dernier, les kits électoraux avaient été déployés dans tous les 36 centres d’enrôlement de Butembo. A chaque centre, 2 policiers ont été affectés pour la sécurité. Mais comme toujours, les agents de la sécurité de la RDC sont ceux qui, très souvent, insécurisent la population civile. C’est ce qui ressort du cas d’assassinat de Mlle Kavira. A 20h00 du 1er avril 2011, veille du lancement officiel des activités d’enrôlement, la population de VUTSUNDO a entendu du bruit d’une dispute entre une femme et des hommes. La femme, d’une voie forte et angoissée, appelait au secours : « Minakufa eee » (Je meurs). Après c’était le crépitement des balles suivi d’un silence de mort. Quelques heures plus tard, la police viendra prendre le corps ensanglanté et sans vie de Mlle Kavira pour le conduire à la morgue de Matanda. Alerté par les amis de BLO de Vutsondo, nous sommes descendus sur le lieu du crime ou cette salle de classe de l’Institut Visogho. Nous avons vu beaucoup de sang sous des pupitres. Les policiers de garde soupçonnés dans cet assassinat avaient fuit. Sur le lieu du crime, il y avait des douilles des balles, des condoms utilisés et non utilisés, des sachets d’emballage des boissons fortement alcoolisées, etc. Tout donne à croire que Mlle Kavira avait été violée avant d’être tuer comme cela se fait habituellement. Mlle Kavira tuée dans un centre d’enrôlement de la CENI devient ainsi la première victime du processus électoral de 2011.

00assasinatkaviratsongo00

341. 4 Avril 2011 : Mme Kavira Mbalutwirandi Zawadi (32 ans) de la cellule Makoka, en Ville de Butembo. Mme Kavira était l’épouse de Mr Nelson est assassinée sur la route de Karuruma dans la vallée de la Semliki. Des militaires ont braqué des voitures transportant des opérateurs économiques de Butembo qui allaient à Kampala (Ouganda) pour leurs affaires.

00assassinatzawadimbalupost

342. 4 avril 2011 : Mr Kambale Kahongya Sambela (31 ans), homme d’affaire et acheteur d’or, originaire de Vahyana-Kyondo, assassiné sur la route de Karuruma dans la vallée de la Semliki. Des militaires ont braqué des voitures transportant des operateurs économiques de Butembo qui allaient à Kampala (Ouganda) pour leurs affaires. Mr Kambale laisse une veuve et 4 orphelins. Les blessés dont certains en état critique sont internés à l’hôpital de Kasindi, à la frontière entre la RDC et l’Ouganda.

00assassinatsambelacorps00

343. 10 Avril 2011 : Mr Kasereka Sivihwa alias Kastro (25 ans) est assassiné dans la cité d’Oïcha, Chef-lieu du Territoire de Beni vers1h00 du matin. Feu Kasereka était vendeur chez le commerçant Benjamin LITECHO et résidait au domicile de son patron, en Cellule MABAPULA, au Quartier BAKAHEKU. Il a reçu plusieurs balles au bas ventre et à ses jambes lorsque les malfrats forçaient la porte par des coups de balles pour accéder à sa chambre à coucher. Kasereka sera atteint mortellement. A la suite d’une forte hémorragie, il a succombée quelques instants après. Son oncle paternel qui partageait avec lui le même lit a reçu deux balles dans sa cuisse gauche. Les hommes armés et en uniforme militaire ont emporté à l’occasion deux téléphones dans la chambre avant de s’attaquer à la maison du patron. Ils ont, comme d’habitude, forcé les portes par des cous de feu pour accéder à la chambre à coucher. N’ayant pas trouvé le patron, les assaillants ont tiré plusieurs coups de balles dans sa chambre exigeant 100.000$ et téléphones mobiles. Ici, ils ont emporté 2.500$, des bijoux et des téléphones portables avant de quitter le lieu du crime. Les voisins indiquent que les malfrats étaient plus d’une vingtaine, sans compter ceux qui opéraient à l’intérieur de la parcelle. Les mêmes sources ajoutent que les malfrats étaient véhiculés. La police venue au secours des victimes est arrivée comme toujours après départ des malfrats. Elle se mettra alors à dépêcher les deux victimes à l’Hôpital d’Oïcha où pour le moment, le survivant, KAMBALE MUHESI Romain (28 ans) est soumis aux soins intensifs. Cette situation a créé une vive tension dans la Cité d’Oïcha où la population, folle de colère, a amené la dépouille mortelle au Bureau du Territoire de Beni en scandant des chansons contre les autorités locales et les FARDC. Ici, les Officiers militaires amèneront le cercueil et couvertures pour tenter d’apaiser les manifestants, mais sans succès. Le Corps a été déposé devant l’office et des milliers de personnes y ont fait un sit-in, exigeant aux autorités et leurs militaires de s’en occuper.

00assassinatkaserekasivihwa

344 : Lundi 13 Avril 2011 : Assassinat d’un policier congolais commis à la garde du Centre d’enrôlement de LUOTU, en Territoire de Lubero. La victime a été abattue à bout portant à Kyondo par un policier d’un Sous-Commissariat de Police de Kyondo le lundi 13 avril 2011. La victime affectée au Centre d’ Enrôlement de LUOTU avait sa famille dans la cité de Kyondo d’où il était détaché pour LUOTU. Tous les centres d’enrôlement sont en congé chaque Lundi. La victime profitait ainsi de son congé de Lundi pour dire bonjour à sa famille à Kyondo. Profitant de la même occasion, la victime a voulu dire bonjour à ses compagnons d’armes d’un sous-commissariat de Kyondo. Arrivé au Sous-Commissariat, il n’y a trouvé aucun policier pour la garde. Connaissant le milieu, la victime savait dans quel débit des boissons trouver ses compagnons d’armes. Arrivé dans un débit des boissons, il rencontre le policier qui devait être de garde. Comme on pouvait s’y attendre il lui reproche devant témoins et sous forme de blague, son abandon du poste. Au lieu de répondre à ce reproche amical, les témoins rapportent que le policier de Kyondo a fait parler son arme en tirant sur son ami à bout portant. Le policier venu de Luotu est tombé sur le champ.

345. Mercredi 20 avril 2011 : Assassinat de Mme Kavira Tsongo (26 ans) et fusillade de son bébé Ezekiel (4 mois) à Butembo. Le sang des innocents coule toujours à Beni-Lubero. Aujourd’hui, mercredi 20 avril 2011, jour de deuil chez les Nande décrété par l’association culturelle Kyaghanda Kikulu en mémoire des victimes des assassinats des Nande par militaires Fardc, Mme Kavira Tsongo (26 ans) a succombé à la suite de la fusillade dont elle a été victime dans la nuit du dimanche 17 au Lundi 18 avril 2011 à Butembo. Son bébé Ezekiel de 4 mois qui avait été fusillé dans la cuisse lutte toujours pour sa survie à l’hôpital de Matanda. Au cours de cette nuit fatidique, 3 militaires Fardc avaient forcé la porte de la maison familiale de Mme Kavira Tsongo. Une fois à l’intérieur de la maison, ils demandèrent de voir le mari de Mme Tsongo. Mr Tsongo était absent car ayant dormi au lieu d’un deuil dans la famille élargie. Les Militaires extorquèrent alors argent, téléphone portable, et tout autre bien de valeur à leur portée. Comme si cela n’était pas suffisant, avant de partir, ils tirèrent à bout portant dans le bassin de Mme Tsongo et dans la jambe du bébé Ezéchiel (4 mois). Dépêchés à l’hôpital général de Matanda, Mme Tsongo est décédée aujourd’hui laissant derrière elle un mari et un bébé blessé de 4 mois.

00assassinatkaviratsongo00

00assassinatkaviratsongobeb

346 : 20 avril 2011 : Assassinat de Mr BAHATI KATEMBO Jean-Pierre à RUBARHE en Territoire de RUTSHURU. Il a été assassiné par des militaires Fardc dans la nuit du mardi 19 au mercredi 20 avril 2011. Son assassinat a suscité un soulèvement de toute la communauté Nande de la place au point que la police a tiré à l’air pour tenter de disperser les manifestants en deuil.

347. 21 Avril 2011. Madame MUNTU ANGELINE violée en date du lundi 18 Avril par 5 militaires Congolais des FARDC à Tungudu, village situé à 3 km de la localité de Kokola en Secteur de Beni-Mbau est décédée dans la nuit du jeudi 21 avril. La victime avait été tellement violentée sexuellement que son acheminement au Centre de Santé de Kokola, en Groupement Bambuba Kisiki, Territoire de Béni par des hommes de bonne volonté, n’avait pas réussie à la sauver de la mort. Saisie de cette mort anormale de Mme Angeline, la population s’est dite déçue par les autorités locales qui ne font rien pour sécuriser les personnes et leurs biens en laissant les agents de l’ordre s’illustrer par des violations graves des droits humains

348. Samedi 23 Avril 2011 : 1 homme du Village de Kivugha, localité de Vuyinga/Muhangi, Chefferie des Baswagha en Territoire de Lubero. Son village a été attaqué dans la nuit du samedi saint, c’est-à-dire la veille de Pâques, par des militaires congolais armés d’armes, des poignards, et des machettes. Après avoir semer la panique par les détonations d’armes lourdes, ils ont fait du porte à porte pour violer les femmes, découper les hommes à la machette, et emporter l’argent qu’ils demandaient sous des menaces de mort à leurs victimes. Le premier bilan avancé est lourd. A part les femmes violées qui nécessitent des soins appropriés, l’attaque de la veillée de Pâques 2011 à Vuyinga s’est soldée par 2 morts et 20 personnes découpées à plusieurs endroits du corps à la machette ou au poignard. Les victimes découpées à la machette sont dans un état critique et attendent des occasions de leur transfert vers les hôpitaux mieux équipés de la région. Vue la gravité de leur état de santé, l’informateur de Beni-Lubero Online dit que le bilan risque de s’alourdir si une prise en charge rapide des victimes ne s’en suit. La localité de Vuyinga se trouve sur la fameuse du PNUD/HCR comme site d’accueil des retournés du Rwanda. Comme plusieurs sites dits d’accueil, Vuyinga n’a jamais connu de phénomène des déplacés qui seraient partis jusqu’au Rwanda et qui menaceraient de revenir aujourd’hui comme retournés. L’attaque de la veille de Pâques est la plus meurtrière depuis l’annonce des retournés par le PNUD/HCR. Les attaques de fin 2009 étaient l’incendie des maisons pendant la nuit.

349. Samedi 23 Avril 2011 : 1 deuxième homme (non autrement identifié) du Village de Kivugha, localité de Vuyinga/Muhangi. ( cfr. # 347)

350. Samedi 23 Avril 2011 : Le Sergent EWOLO OBO Willy surnommé « Diable Rouge » des Fardc est mort lapidé par les Jeunes de la cité d’Oïcha en Territoire de Beni. Il avait été deshabillé et lapidé jusqu’à en mourir par les Jeunes de la Cité d’Oïcha le lendemain de son arrestation par la police locale et de son hospitalisation à l’Hôpital général d’Oïcha. Le Sergent EWOLO « Diable Rouge » avait volé des biens de grande valeur au Quartier Oïcha 1er et Bakaheku dans la nuit du jeudi au vendredi 22 avril 2011. Le lendemain, il fut repéré par ses victimes de la veille. Alertée, la police locale mis trois heures de combat et de chasse ardue pour l’attraper. Une balle dans les jambes tirée par un des policiers à ses trousses avait mis fin à sa fuite. Lors de son transfert vers l’Hôpital d’Oïcha pour des soins de santé, les victimes de l’infortuné avaient voulu en finir avec sa vie mais les éléments de la police s’étaient interposés. A l’hôpital, la police avait interdit tout accès au pavillon de l’Hôpital où il était interné. Dans la cité d’Oïcha, la colère était à son comble. Devant une justice militaire qui piétine et qui dédouane souvent les malfrats, la population d’Oïcha a décidé cette fois-ci de braver sa peur et de se faire justice. Le lendemain, soit samedi 23 avril 2011, une foule immense composée en majorité des étudiants, élèves, et taximen est allé rendre visite au Sergent EWOLO. Les deux policiers commis à la garde du Sergent EWOLO ne pouvaient pas empêcher cette visite de la mort. Pendant que les deux policiers tentaient de palabrer avec quelques membres de la foule, d’autres membres avaient réussi à exfiltrer de la salle d’hôpital le sergent EWOLO pour l’offrir à une foule des victimes en furie qui l’a lapidé sans pitié. Comme si la mort par lapidation n’était suffisante, certaines victimes avaient commencé à asperger le corps d’Ewolo d’essence pour son incinération immédiate dans l’enceinte de l’hôpital. Le sens de cette incinération était que le corps d’un génocidaire comme EWOLO n’avait pas droit de reposer dans la même terre que ses victimes. C’est ainsi que la foule a voulu réduire son corps en fumée. Mais cette incinération n’aura pas lieu car les deux policiers de garde avaient réussi à faire appel à un renfort de la police, qui comme toujours n’était pas arrivé en temps pour sauver la vie de Diable Rouge. Ce renfort de la Police avait seulement permis au corps du Diable Rouge d’échapper à l’incinération, une pratique réservée aux malfrats dans le milieu.

00adiablerougefardcoicha00

351. 1er mai 2011. Assassinat du Général Floribert Kisembo Bahemuka, Commandant Second de la 7ième Région Militaire des Fardc par un commando des militaires congolais partis de Bunia dans la localité de Lonyo, collectivité de Bahema-Banywagi dans le territoire de Ndjugu, district de l’Ituri en Province Orientale. Le site internet le Confidentiel ainsi que plusieurs sources de l’Ituri saluent en la personne du Feu Général Kisembo un héros national dont l’action entrera au moment voulu dans les annales de l’histoire congolaise. Selon ces sources, le Général Kisembo « en connaissait beaucoup sur les dossiers de massacres perpétrés en Ituri », des massacres que la Cour Pénale Internationale passe actuellement au peigne fin. Il y a quelques jours, le site internet Le Millénaire publiait aussi les révélations du même genre de la part d’un certain Colonel Richard Beiza Bamuhiga, ancien de la Police Nationale Congolaise actuellement refugié en Ouganda. Selon toutes ces sources, le Président congolais Joseph Kabila ainsi que plusieurs personnalités congolaises de ses divers gouvernements, seraient impliquées de loin ou de prêt, et cela depuis 2001, dans les massacres de l’Ituri. La proximité de ces accusations avec l’audition des renseignants de la CPI n’est pas à negliger. Pour se tirer d’affaires, les anciens alliés de Kinshasa veulent-ils incriminer Kinshasa? Selon le Confidentiel, l’autre crime du général Kisembo serait d’avoir découvert le jeu de l’armée régulière congolaise avec les Rebelles Hutu Rwandais (FDLR). L’illustre disparu aurait constaté que les FDLR qu’il combattait à Lubutu dans la Province du Maniema recevaient des armes et munitions de la même source que lui, à savoir, l’Etat Major Général des Fardc de Kinshasa. Ce constat aurait été troublant pour un ancien milicien de l’UPC dont le Chef Thomas Lubanga attend son jugement à La Haye ! Pourquoi sa milice avait-elle été désarmée, intégrée de force dans les Fardc pendant qu’une milice dite étrangère et qui décime les populations congolaises est équipée militairement par l’EMG des Fardc? Cette découverte macabre aurait poussé Feu Général Kisembo à retourner dans son village natal pour s’y reposer selon les uns, et pour former une milice selon les Fardc.

352 : 4 mai 2011 : Assassinat de MUMBERE NYARWENGE (37 ans), commerçant-ambulant des poissons à Butembo a été abattu par un groupe des militaires congolais (Fardc) sur la route Kasenyi-Bunia. Mr Nyarwenge bravait tous les dangers de la route et de l’insécurité pour acheter du poisson à la pêcherie de Kasenyi/Ituri. Sa femme les revendait au marché de Butembo. D’après un membre de famille de l’illustre disparu, Feu Mumbere qui auparavant était un taximan moto en ville de Butembo disait qu’avec son nouveau métier, il gagnait un peu plus d’argent pour nourrir sa famille. Notez qu’il laisse une veuve et 7 orphelins. C’est ce commerce prometteur qui s’est arrêté brusquement dans la journée du mercredi 4 mai 2011. La rencontre des militaires congolais sur sa route a mis fin à son rêve de business. D’après son compagnon de route qui a survécu à l’embuscade, c’est l’assassinat de Mumbere Nyarwenge qui lui a sauvé la vie. Le rescapé roulait plus vite que Feu Mumbere, raison pour laquelle il était le premier à tomber dans l’embuscade des militaires. Ces derniers lui avaient demandé de se coucher par terre pendant qu’ils le torturaient et le dépouillaient de tout ce qu’il avait en poche. Trois minutes plus tard, Feu Mumbere arrive et voit son compagnon en train d’être torturer. Il a eu le culot de demander pourquoi son collègue était torturé. La réponse qu’il a reçu c’était deux balles dans la tête. Feu Mumbere s’est écroulé sur le champ. La moto de Feu Mumbere étant neuve, les Fardc tueurs l’ont emporté dans leur fuite. Son cadavre gisait dans son sang à côté de son compagnon jusqu’à l’arrivée d’un camion en partance pour Butembo. Le deuil de Feu Mumbere Nyarwenge se tient à Butembo/Rughenda. Son enterrement a eu lieu aujourd’hui 6 mai 2011 à Kyondo, son village natal. Aucune justice ne s’occupe de son cas. Il est mort comme les six millions des congolais morts sans justice depuis le début de l’agression du Congo par la coalition rwando-burundo-ougandaise en 1996.

00ademumberepic00

353. 4 mai 2011 : Assassinat de Jean de Dieu KASIDI (37 ans) à Alungupa, localité située en groupement Malambo, dans le Secteur de Ruwenzori, à environ 25 Km-Est de Beni-ville. A la base de cette agitation, l’assassinat en plein jour du manutentionnaire Jean De Dieu KASIDI (37 ans, père de 2 enfants), par un militaire-FARDC de la 2e Brigade, déployés dans cette localité située après le pont Semuliki sur la route Beni-Kasindi. C’était au tour de 15h00, heure locale, lorsque ce tueur de l’armée régulière a tiré à bout portant sur ce civil innocent, lui logeant une balle au coup. La victime a succombé sur le coup. La seule faute commise par ce paysan est d’avoir refusé de partager sa cigarette avec cet homme de troupe qui la lui demandait sans moindre courtoisie. Cet acte a ravivé la colère de la population qui a réussi à mettre la main sur l’assassin. Elle l’avait conduit au Bureau de la police pour qu’il ne se sauve. Mais, pour ajouter l’insulte à la blessure, le Commandant du Bureau de la Police a refusé de détenir le Fardc tueur et d’autre part, les militaires-FARDC d’Alungupa ont voulu par une preuve de force sauver leur collègue de mains de la population qui s’était bien comportée en laissant en vie le militaire tueur. Devant cette non-violence récompensée en monnaie de singe, la population a saccagé les locaux de la police (Bureau, cachot,…), celui de l’ANR (Agence Nationale de Renseignement) avant de mettre en feu les dix casernes des militaires déployés dans la localité. Personne ne pouvait réussir à contenir les milliers de manifestants en colère, jusqu’à ce que la hiérarchie-FARDC vienne récupérer le criminel et son complice. Les deux ont été remis à l’Auditorat de Beni le jeudi dernier pour qu’il réponde de leurs actes devant la justice militaire. A en croire le Major MAKELELE SUMAILI, Auditeur près le Tribunal Militaire de Beni qui s’est confié au Président de la Société Civile Territoire de Beni, un dossier judiciaire vient d’être ouvert ce vendredi en charge du criminel présumé et son collègue qui avait assisté à son forfait sans l’en empêcher.

354. 5 mai 2011 : Assassinat du Chef coutumier TAHERA MWERU (73 ans) du groupement KATAMBI dans la localité de KIPESE en Territoire de Lubero vers 18h30 par des hommes en armes et en uniforme militaire Fardc vient s’ajouter à la longue liste des chefs coutumiers fauchés dans la guerre d’occupation en cours. Le chef MWERU laisse derrière lui une veuve et plusieurs enfants et petits enfants. Après son assassinat, tout le village de Katambi avait été pillé de ses biens, de son bétail, et d’une rondelette somme de 270 US$. Né en 1938, le Chef MWERU était un des chefs terriens qui refusent de brader la terre de ses ancêtres. En 73 ans, il était de la génération fidèle à la tradition Nande et pour qui il y a une procédure à suivre pour avoir un lopin de terre à location. Cette coutume ne plait pas aux occupants qui veulent être les nouveaux chefs terriens ou dans le cas échéant, tuer ou remplacer les vieux chefs par des plus jeunes chefs viveurs, usurpateurs, et corruptibles.

355. 9 mai 2011. Le Commandant Moka de la Police Nationale Congolaise, Sous-Commissariat de Mabalako est abattu par balles au Centre d’Enrôlement de l’Ecole Primaire de Visiki dans la nuit du dimanche au Lundi 9 mai 2011 vers 1h00 du matin par un policier de garde. Visiki est à environ 40 Km de Maboya, Groupement de Baswagha-Madiwe, en Territoire de Beni. Le Policier de garde aurait pris son commandant pour un voleur des Kits électoraux car ce dernier cherchait à ouvrir la salle d’enrôlement sans signaler sa présence aux policiers de garde. Selon le policier de garde, le commandant tué avait une machette à mains et non un fusil, raison pour laquelle il l’aurait pris pour un infiltré. Depuis le début de la révision du fichier électoral à Beni-Lubero, plusieurs centres d’enrôlement sont le théâtre d’une violence qui n’a pas encore révélé tous ses secrets. Au cours de la journée du Dimanche 8 mai, un message selon lequel des hommes non autrement identifiés s’étaient infiltrés dans la localité de Visiki s’était répandu dans toute la localité de Visiki comme une trainée de poudre. C’est ainsi que tout le monde était aux aguets y compris les policiers de garde. Il semble que le commandant MOKA venait d’apprendre aussi la nouvelle de l’infiltration dans la localité et qu’il faisait le tour de la localité pour remonter le moral de ses troupes, y compris ceux commis au centre d’enrôlement de Visiki. Malheureusement il sera pris lui-même pour un infiltré par un policier sous ses ordres. Le Lundi 9 mai au matin, le corps du Commandant Moka a été conduit au sous commissariat de Mabalako où se trouvait son bureau, avant d’être conduit au commissariat de Mangina d’où il était venu il y a un mois et où il a été enterré. Plusieurs zones d’ombre entourent les circonstances de la fusillade du Commandant Moka. Seule la justice pourra aider à répondre aux nombreuses questions sans réponse.

356. 13 mai 2011 : Assassinat de Muhindo Kalendi (12 ans) sur la route Kirumba-Butembo. Les tueurs étaient des policiers de la Police Nationale Congolaise. Ils ont tiré sur le bus « Kivu Kwetu Safari » dans lequel Muhindo voyageait en Provenance d’un deuil familial à Goma. Le Bus Kivu Kwetu Safari venait de quitter la cité de Kirumba en direction de Butembo quand l’attaque du bus à la kalachnikov a eu lieu vers 15h00, heure locale. Une balle a atteint le jeune Muhindo à la gorge. L’infortuné était assis sur le deuxième siège derrière le chauffeur. Le Chauffeur quant à lui a été touché à son bras gauche mais a su conduire le véhicule jusqu’en un dispensaire de Kaseghe où il a reçu les premiers soins. Après avoir immobilisé le bus, les assaillants sont sortis de la brousse pour piller les passagers. Les passagers rapportent qu’une somme de 5 800 US$ a été emporté sans compter les téléphones, les montres, et d’autres biens de grande valeur. Cette fouille a duré près d’une demi-heure et les assaillants ont opéré sans aucune peur d’être inquiéter. Le Bus ensanglanté était arrivé à Butembo tard dans la soirée de ce samedi 14 mai avec le corps inanimé de Muhindo et des passagers tristes. L’enterrement a eu lieu le samedi 14 mai 2011 au cimetière de KITAKANDI. Le deuil s’est tenu au domicile de ses parents au Quartier Kihinga, Commune de Bulengera, en Ville de Butembo.

00aamuhindikalendocorps00

 

357. 28 mai 2011. Assassinat de Benoit Muhindo (28 ans) à 20h30′ à Kirumba, Quartier KASUNGANO au Sud du Territoire de Lubero par des rwandais dont deux retournés du Rwanda. Ces assaillants étaient armés jusqu’aux dents. La victime Muhindo voulait intervenir en faveur de son voisin qui était la cible de l’attaque. Malheureusement un des assaillants a tiré sur Muhindo deux balles dans la poitrine et une balle dans la tête. Muhindo est mort sur le champ. Il était marié et père de trois enfants. Après l’assassinat de Muhindo, les assaillants ont continué à piller le quartier sans peur de se faire inquiéter. Deux jeunes garçons du quartier ont été enlevés par les mêmes assaillants et sont depuis lors portés disparus.

00aaassassinatbenoitmuhindo

Photo de mariage de Feu Benoit Muhindo

00aabenoitmuhindoassasine

358. 7 juin 2011 : Mr KATIRI KAVUTIRWAKI Dominique (56 ans), commerçant, est assassiné dans sa boutique à LINZO-SISENE/Beni vers 1h00 du matin par des militaires congolais (Fardc). LINZO-SISENE est localité située à environ 52 Km-Nord de la ville de Beni, non loin d’ERINGETI, Groupement de Bambuba-Kisiki, Secteur de Beni-Mbau, en Territoire de Beni. Feu KAVUTIRWAKI était père de 16 enfants. Il était 1h du matin dans la nuit du 6 au 7 juin 2011, quand les tueurs ont forcé la porte de sa boutique où il passait la nuit pour protéger ses affaires. Sans tarder, les tueurs lui demandent de dollars, et son téléphone. Avant qu’il ne dise mot, un des militaires lui plusieurs balles dans ses deux jambes. Feu Kavutirwaki s’est écroule dans une marre de sang. Les tueurs pillent alors la boutique de tout ce qu’ils veulent avant d’emporter le coffre-fort de la boutique et le téléphone de la victime. L’opération dure une demi-heure, le temps que les tueurs emballent les articles pillés et quittent le lieu du crime en tirant à l’air pour effrayer les voisins. Les voisins accourent pour secourir la victime après le départ des assaillants, mais à la suite d’une forte hémorragie, il succombe quelques minutes après son arrivée au centre hospitalier de la place. Il a au moins eu le temps de raconter avec des bouts de phrases l’identité de ses tueurs, c’est-à-dire des militaires armés jusqu’aux dents en tenue militaire des Forces Armées de la RDC (Fardc en sigle). Au cours de la même nuit vers 1 h00 du matin, le Centre Médical du village d’UPENDE, à l’ouest de MBAU (Chef-lieu du Territoire de Beni), a été visité par des hommes en armes et en uniforme militaire qui y ont crépité plusieurs coups de feu. De l’argent, des téléphones de l’infirmier responsable ont été ravis par les assaillants qui se sont volatilisés dans la nature. Ces tueries quotidiennes rapportées ne représentent pas toute la réalité d’insécurité de la région. Les nouvelles des coins très reculés ne sont pas connues. Il faut rappeler que ces tueries se passent dans une région supposée bénéficière du programme de stabilisation appelée « STAREC », une région où la Monusco est supposée protéger la population civile.

359. 9 juin 2011 : Mlle Kavugho SIFA (20 ans) est assassinée par un policier congolais au Centre d’Enrôlement de Vulindi en ville de Butembo, Territoire de Lubero, Province du Nord-Kivu. Il était 13h00, heure de Butembo. Un de deux policiers commis à la sécurité du Centre d’Enrôlement de Vulindi est celui qui a commis ce crime crapuleux. Ce dernier était parti boire de la bière de bananes appelée « KASIKSI » en Kinande dans la parcelle voisine au Centre d’Enrôlement. Une facture de 400 FC soit 0,4 US$ lui fit présentée. Le Policier sorti de sa poche les 400 FC. Une seconde après, le policier demandera à Mlle SIFA de lui remettre ses 400 FC. La vendeuse SIFA refuse de les lui remettre en lui disant que ce n’était pas son argent. Le Policier décide de tirer sur SIFA dans le dos. SIFA tombe et meurt sur le champ ! Pour 40 centimes de dollar américain, le policier congolais donne la mort. Pour montrer que les 40 centimes n’étaient qu’un prétexte, le policier tueur n’a pas pris les 40 centimes de mains de sa victime avant de s’enfuir. Il avait une mission du tuer. Son compagnon resté au poste s’est enfui aussi comme s’il était complice. Comme la cellule Vulindi est voisine de la cellule de Furu, les premiers qui ont accouru au lieu du crime n’étaient autres que les parlementaires debout de FURU. Ils y ont rencontré le corps de la jeune fille gisant dans son sang. Sur le lieu, il y avait un député provincial du Nord-Kivu du nom de Jeannot Lukambo. Les habitants du quartier ont aussi accourus. Folle de colère mais aussi d’impuissance devant le corps sans vie de la jeune dame sur le sol, la foule a tabassé le député Provincial Jeannot Lukambo en se lamentant que l’assemblée provinciale est complice des tueries des civils et qu’elle n’a jamais rien fait pour la population. Le député Provincial n’a pas voulu tenir à son rang d’honorable devant la menace de jet des pierres. Il s’est éclipsé dans la bananeraie pour prendre le large. Sur le lieu du crime, des pneus ont été brulés en signe de colère. Le hangar des policiers était démoli et mis en feu! Cherchant un responsable de la mort de Mlle SIFA, la population de Vulindi appuyée par les parlementaires de FURU a pris la décision de faire de la CENI le responsable de cette bavure. Pour la foule, la CENI ne fait rien pour sécuriser les électeurs. C’est ainsi qu’une expédition punitive de la CENI est partie de Vulindi au Nord de la Ville de Butembo pour le quartier VUNGI où se trouve le bureau central de la CENI. Avec des morceaux de bois, des feuilles vertes aux cous et aux hanches, des pierres, la foule en colère a traversé le centre-ville pour aller saccager le bureau central de la CENI au Quartier Vungi.

00aaaassassinatsangbis00

360. 13 juin 2011 : Assassinat d’une maman (1) à KYAMAROGHO, aux environs de Malende à 12 Km à l’Ouest de la Ville de Butembo, par des hommes en armes portant l’uniforme de la Police Nationale Congolaise. Ces malfrats avaient d’abord pillés systématiquement le quartier. C’est au cours de ce pillage systématique que deux mamans furent abattues par balles. Les assaillants s’enfuirent dans le noir après leur forfait.

361. 13 Juin 2011 : Assassinat d’une maman (2) à KYAMAROGHO. Cfr supra # 360

362. 17 juin 2011 : 1 militaire Fardc (1) lapidé par la population à Lubango, au Sud du Territoire de Lubero lors d’une tentative de vol à mains armées. Le Sexe de l’infortuné avait été coupé par la foule en furie.

363. 17 juin 2011 : 1 militaire Fardc (2) : 1 militaire Fardc (1) lapidé par la population à Lubango, au Sud du Territoire de Lubero lors d’une tentative de vol à mains armées. Le Sexe de l’infortuné avait été coupé par la foule en furie.

364. 17 juin 2011 : 1 militaire Farc (3) : 1 militaire Fardc (1) lapidé par la population à Lubango, au Sud du Territoire de Lubero lors d’une tentative de vol à mains armées. Le Sexe de l’infortuné avait été coupé par la foule en furie.

365. 18 juin 2011 : 1 maman de Kitsombiro en Territoire de Lubero a été tuée par balles par des hommes en armes portant l’uniforme des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (Fardc en sigle). La population rouge de colère est descendue dans la rue et a marché jusqu’à Lubero pour y déposer un mémorandum de protestation au bureau de l’administrateur du Territoire.

366. 21 juin 2011 : Assassinat de KAMBALE MISONIA Jackson (28 ans), Journaliste, à Kirumba au Sud du Territoire de Lubero par des militaires Fardc. C’ était aux environs de 19h30, heure locale. Mr Jackson KAMBALE, surnommé « Patchelli », Journaliste et vendeur des téléphones au shop Airtel, une maison de télécommunication jadis appelée Celtel puis Zain, revenait du service pour se diriger vers son domicile sis au Quartier Virere, Cellule Katero en Cité de Kirumba. Tout à coup il rencontre des bandits armés et en uniforme militaire Fardc. Il était à 75 m de son domicile. Les bandits le séquestrent, fouillent ses poches, et ravissent son téléphone portable et toute sa recette du jour. Comme si cela ne suffisait pas, ils lui logent une balle assassine dans la poitrine avant de disparaître dans le noir. Patchelli s’écroule et meurt sur le champ. Comme plusieurs martyrs avant lui, Patchelli est arraché brutalement de la vie sans aucune faute de sa part. Dans un pays sans autorité de l’Etat, aucune enquête n’a été initiée pour retrouver et punir les assassins. Ce mercredi 22 juin, son corps est attendu à Butembo chez ses parents et d’où il était parti pour travailler à Kirumba. Agé de 28 ans, Mr Jackson laisse derrière lui une veuve inconsolable et un orphelin.

00aaaaaajournalistemisoniab

367. 21 juin 2011 : Assassinat du Commerçant Abdelaziz LITALE (58 ans) à KASINDI/Beni . Le Commerçant Abdelaziz LITALE (58 ans) de KASINDI-LUBIRIA par une balle dans sa poitrine lorsqu’il revenait de son magasin d’alimentation. Il était accompagné de son épouse STEPHANIE qui a été touchée à son bras droit par une autre balle tirée par l’assassin de son mari. Abdelaziz a succombé sur le coup. Son bourreau, un homme vêtu en culotte, chemise militaire a disparu dans le noir après son forfait. Il était 20h30, heure locale, au Quartier CONGO YA SIKA de Kasindi, à quelques encablures de la frontière RDC-Ouganda, à 80 Km à l’Est de la Ville de Beni, Collectivité Ruwenzori, Territoire de Beni. La veuve de l’illustre disparu est admise présentement au Centre de Santé de KASINDI. Elle n’a pas assisté à l’enterrement sous grande émotion de son mari qui laisse derrière lui une famille nombreuse. Les activités commerciales étaient paralysées le mercredi matin, tous les habitants de Kasindi étant sous le choc de cet assassinat de trop. Comme d’habitude dans cette cité frontalière, nos sources locales révèlent que le tueur aurait fui en Ouganda tout de suite après son crime.

368. 24 Juin 2011 : Assassinat de Maman Kyakimwa Zawadi (30 ans et enceinte) à Butembo au quartier de l’Evêché Catholique, Cellule LONDO, non loin de la concession de DADA. Son corps a été retrouvé découpé à la machette et jeté dans une rigole. Maman Zawadi était commerçante des souliers KATOTA en ville de Butembo, dans la Gallérie de la Clôture Kabede. Elle habitait avec son enfant au Quartier Congo ya Sika, en Cellule Lwangongo, Commune de Vulamba en Ville de Butembo.

00aaaaaassassinatjacquis00

369. 24 Juin 2011 : Assassinat de bébé Mumbere Jospin (2 ans), fils de Maman Kyakimwa Zawadi ( cdr. # 368) à Butembo au quartier de l’Evêché Catholique, Cellule LONDO, non loin de la concession de DADA. Son corps a été retrouvé découpé à la machette et jeté dans une rigole. Le cerveau de bébé Masika était complètement par terre à la suite d’un coup de machette qui lui a ouvert le crane. Elle habitait avec sa mère au Quartier Congo ya Sika, en Cellule Lwangongo, Commune de Vulamba en Ville de Butembo.

00aaaaaassassinatjacsfille0

370. 30 juin 2011 : Mr MUMBERE KAHANDAVUKO Jean Paul (34 ans), sentinelle au Chantier de la station de l’opérateur économique PIUS au Quartier Vutetse, en face de l’école primaire VUTETSE, Commune KIMEMI, Ville de Butembo, a été assassiné. Il était engagé depuis seulement deux mois à la grande joie de son épouse et de son enfant. Son corps a été retrouvé au matin du 30 juin par le chef du personnel du chantier, Mr MUMBERE KATSETSE. Son corps sans vie portait les traces d’un étranglement atroce et une bouche ensanglantée. La position du corps montrait que Mr Kahandavuko s’était défendu contre ses tueurs. Si les tueurs avaient emporté du matériel de construction ou tout autre objet de valeur du chantier, on pourrait penser à des voleurs. Mais les tueurs de Feu Kahandavuko n’ont rien emporté. Ils étaient donc venus tuer Mr Kahandavuko. Feu Kahandavuko était marié et père d’un enfant. Son épouse et son enfant viennent ainsi de s’ajouter à la longue liste des veuves et des orphelins de Beni-Lubero qui méritent la compassion et la solidarité de tous. Que l’âme de l’illustre disparu repose en paix dans la terre de nos ancêtres !

00aaaaaaakahandavuko00

371. 8 juillet 2011 : 1 militaire Fardc décapité à Kirumba au Sud de Lubero par la population. C’était au Quartier BIRERE de la Cité de Kirumba. Le Fardc lourdement armé était surpris dans une parcelle qu’il voulait piller durant la nuit. Alertés, les voisins se réveilleront comme un seul homme pour l’attraper, prononcer sa sentence de mort par décapitation. Son corps sera enterré le lendemain par les agents de la Croix Rouge. Notez que ce Fardc décapité est le neuvième condamné à mort et exécuté par la population depuis le 10 juin 2011.

372. 12 juillet 2011: Assassinat de Mr KAMBASU Vianney sur le tronçon Alimbongo-Bingi par des malfrats armés et en uniforme militaire des Fardc au niveau de la localité de KASINGIRI en chefferie des Bamate, Territoire de Lubero. Mr Kambasu Vianney voyageait dans un groupe des cyclistes et commerçants-ambulants congolais sur la route Alimbongo-Mbingi. Subitement, le groupe est tombé entre les mains des malfrats armés qui ont alors procédé à une fouille systématique de chacun de voyageurs, confisquant marchandise, tout ce qui était dans les poches, montres, téléphones portables, etc. En dernier lieu, les malfrats ont voulu faire de même à Mr Kambasu Vianney. Pris de colère, Mr Kambasu n’a pas voulu qu’on le fouille les poches. Au contraire, il a giflé un des malfrats. Voyant leur camarade humilié et surpris par un tel comportement auquel les malfrats armés qui endeuillent la région depuis 2009 ne sont pas habitués, un autre malfrat a ouvert le feu sur Kambasu. Trois balles dans la poitrine ont eu raison de Kambasu. Il s’est écroulé. Les malfrats ont pris la fuite. Ses compagnons de fortune qui avaient été pillés avant lui et qui s’éloignaient déjà du lieu de l’embuscade ont suivi à distance ce meurtre crapuleux d’un innocent qui était chaque jour sur la route pour nourrir sa famille. Il n’était ni FDLR, ni Mai-Mai mais un commerçant-ambulant. Il a été tué par des militaires Fardc qui sont dans la région soi-disant pour la sécuriser ! Adieu Kambasu ! Ton combat à mains nues contre les malfrats armés démontre bien ta résistance jusqu’au bout contre l’occupation de la terre de tes ancêtres. Tu es un vrai martyr de Beni-Lubero car tu as été tué en pleine action d’auto-défense et jamais tu n’as cédé aux caprices de l’ennemi. Tu as gardé ta liberté jusqu’au bout car pour toi il faut vivre libre ou mourir !

373. 15 juillet 2011: Mr Kakule Vikuke (60 ans), Sentinelle du Centre de Santé de SAYO, résidant au Quartier SAYO, Commune MULEKERA en ville de Beni, a été abattu durant la nuit par des hommes en armes et en tenue militaire. Il était marié et père de 6 enfants. Son domicile était situé à deux parcelles du Centre de Santé dont il était sentinelle. Au cours de la même nuit, la sentinelle de l’Institut Kisolokele a été enlevée par les mêmes inciviques. Cet assassinat et cet enlèvement sont consécutifs à l’évasion des prisonniers dangereux et condamnés à mort de la prison centrale de KANGWAYE de Beni, une prison laissée sans portes par les autorités pénitentiaires depuis le 9 mars 2011.

374. 19 juillet 2011 : Assassinat de Mme Françoise MBAZE, enseignante à l’Institut Alpha de Beni, dans son lit, dans la nuit du Lundi au Mardi 19 juillet 2011 au Quartier Kalinda, Commune Mulekera, en ville de Beni. Les tueurs ont cassé une fenêtre pour entrer et sortir de la maison, lieu du crime. Feu Mme MBAZE était entrain de construire une clôture en briques pour protéger sa famille. Mais, avant que les travaux de construction ne s’achèvent, voilà que les tueurs contre lesquels elle voulait se protéger sont venus mettre brutalement fin à sa vie et à celle de sa fille ainée. En arrivant au chantier ce matin, ce sont les mâcons qui ont découvert les deux corps sans vie après avoir cassé les portes. En effet, les mâcons trouvaient anormale que les portes soient encore fermées vers 7h30 du matin. Cela n’était pas dans les habitudes de Mme Françoise Mbaze qui les accueillaient chaque matin pour leur remettre le matériel de construction

00aaaaaaaaaaabenifran000bestbis

375 : 19 juillet 2011 : Assassinat de Mlle Masika MANGASA (18 ans), fille de Maman Françoise MBAZE (cfr. # 374) dans son lit dans la nuit du Lundi au Mardi 19 juillet 2011 au Quartier Kalinda, Commune Mulekera, en ville de Beni. Les tueurs ont cassé une fenêtre pour entrer et sortir de la maison, lieu du crime.

00aaaaaaaaaabenimarie000_copy

376. 19 juillet 2011 : Assassinat du Policier Uriema ONEGE ULADIO au Quartier Butsili, Commune Mulekera, Ville de Beni. Dans la nuit du 19 juillet 2001, la parcelle voisine du Policier Uriema ONEGA ULADIO, originaire de la Province Orientale et âgé d’une trentaine d’années, était attaquée par des militaires Fardc. Alerté, le Commandant ONEGA était venu au secours de son voisin. Brave qu’il était, il réussit à ravir l’arme aux deux tueurs qui étaient déjà en action à l’intérieur de la maison. Les deux militaires Fardc désarmés par ONEGA sortirent de la maison pour s’enfuir dans le noir. Le Commandant ONEGA, comme un héros d’un film hollywoodien n’aura utilisé que ses biceps pour maitriser et désarmer les deux assaillants. Le commandant ONEGA sortira de la maison qu’il croyait avoir mise hors d’état de nuire pour retourner chez lui. C’était sans savoir que les deux assaillants désarmés avaient rejoint d’autres assaillants armés qui contrôlaient les alentours du lieu du crime. Pendant que le Commandant ONEGA sortait de la parcelle pour retourner chez lui avec la kalachnikov ravie en mains, les assaillants embusqués non loin du lieu du crime lui logeront plusieurs balles dans la poitrine. Le commandant ONEGA mourra sur le champ, la kalachnikov en mains. Les assaillants reprirent le dessus de leur opération. Ils avaient d’abord repris l’arme ravie par le Commandant ONEGA avant de rentrer dans la maison pour piller tout ce qu’ils voulaient. Avant de quitter le lieu du crime, les assaillants violeront deux filles de la famille attaquée à côté du corps sans vie du Commandant ONEGA. Quelle horreur ! L’opération avait duré plus de 45 minutes sans qu’un secours quelconque arrive. Les voisins qui assistaient impuissants à la scène macabre derrière des portes bien fermées, gardent un bon souvenir du commandant ONEGA, un policier doux qui faisait bien son travail. Malheureusement cette douceur dans une ville « irakisée » comme Beni, est ce qui lui a couté la vie. Il s’était montré doux aux tueurs. D’aucuns pensent qu’il les aurait reconnu raison pour laquelle il les avait laissé partir sans tirer sur eux. Malheureusement, quelques minutes plus tard, le commandant ONEGA paiera de sa vie sa clémence. Que son âme repose en paix !

377. 21 juillet 2011 : Assassinat du Policier Kambale Mbuto, Commandant de la Police Nationale Congolaise de Kikuvo à 15 km de Kirumba au Sud du Territoire de Lubero. Au matin du 21 juillet 2011 à 4h du matin, un groupe de militaires Fardc s’est introduit dans la résidence de l’officier de la Police KAMBALE MBUTO. Sans rien lui demander ces assaillants qui étaient visiblement venus pour le tuer, l’ont criblé de plusieurs balles dans la poitrine avant de vider le lieu du crime. Le Commandant Kambale Mbuto était originaire de Kaseghe au Sud de Lubero. Il était très connu dans la région et sa présence inspirait la confiance des populations locales. C’est peut-être cette sympathie du peuple à son égard qui a fait de lui un ennemi des envahisseurs qui ont choisi de le liquider. Vers 10h de ce matin, son corps a été dépêché dans son village natal de Kaseghe où l’inhumation aura lieu.

378. 28 juillet 2011 : Mr YAGI MUHINDO (29 ans), agriculteur, a été assassiné par des hommes en armes et en uniforme militaire des Fardc à Kasingiri non loin de la cité de Kirumba au Sud du Territoire de Lubero. Mr YAGI revenait de la cité Kirumba quand il est tombé dans le filet de ses tueurs. Les habitants de Kasingiri disent avoir vu les hommes en uniforme se positionner à l’entrée du village et non loin de l’habitation de Mr YAGI, vers 19h00 du Jeudi 28 juillet 2011. Ne le voyant pas revenir à la maison, son épouse pensa qu’il avait passé la nuit à Kirumba. Le lendemain matin, les bergers découvriront son corps sans vie dans la brousse non loin de son domicile. Son corps portait les traces des baillonettes et des machettes. Son enterrement a eu lieu le Vendredi 29 juillet 2011 dans la soirée. Mr YAGI laisse une veuve et deux enfants. Aucune enquête n’a été diligentée pour retrouver les tueurs de Mr YAGI qui vient ainsi allonger la liste des martyrs de Beni-Lubero.

379. 2 Août 2011 : 1 homme (a) pygmée de Bambuba-Kisiki en Secteur Beni-Mbau, Territoire de Beni retrouvé dans une fosse commune avec 5 autres congolais tués.

 

380. 2 Août 2011 : 1 homme (b) pygmée de Bambuba-Kisiki en Secteur Beni-Mbau, Territoire de Beni retrouvé dans une fosse commune avec 5 autres congolais tués.

 

381. 2 Août 2011 : 1 homme (c) pygmée de Bambuba-Kisiki en Secteur Beni-Mbau, Territoire de Beni retrouvé dans une fosse commune avec 5 autres congolais tués.

 

382. 2 Août 2011 : 1 homme (d) pygmée de Bambuba-Kisiki en Secteur Beni-Mbau, Territoire de Beni retrouvé dans une fosse commune avec 5 autres congolais tués.

 

383. 2 Août 2011 : 1 homme (e) Nande de Bambuba-Kisiki en Secteur Beni-Mbau, Territoire de Beni retrouvé dans une fosse commune avec 5 autres congolais tués.

 

384. 2 Août 2011 : 1 homme (f) Nande de Bambuba-Kisiki en Secteur Beni-Mbau, Territoire de Beni retrouvé dans une fosse commune avec 5 autres congolais tués.

 

385. 5 Août 2011 : Mr Muhima Mathe, Père de famille de Kotongo, Groupement de Basongora en collectivité secteur de Ruwenzori abattu avec sa femme et son fils de 20 ans dans sa maison par des hommes en armes et en tenue militaire de l’armée congolaise.

 

386. 5 Août 2011 : Mme Kavugho Katandu, épouse de Muhima Mathe ( # 385), abattue par balles avec son mari et son fils dans la famille familiale à Kotongo, Groupement de Basongora, collectivité secteur de Ruwenzori en Territoire de Beni.

 

387. 5 Août 2011 : Mr Fabien Muluki (20 ans), fils de papa Muhima Mathe (#385) et de maman Kavugho Katandu (#386), abattu par balles en même temps que son père et sa mère, sous le toit familial par des hommes en armes et en uniforme militaire des Fardc.

388. 16 Août 2011 : Mlle Dévote MASIKA MAKOMBANI (26 ans), fiancée qui attendait son mariage a été retrouvée morte au Quartier Matanda, Cellule Mutambayirwa, non loin de la morgue de l’Hôpital Général de MATANDA et du Snack Bar Zamba Garden en ville de Butembo. Son corps enveloppé d’une bâché portait des traces du poignard et d’un étranglement. Les plaies asséchées sur le corps de la victime font penser que Dévote était tuée ailleurs plusieurs heures auparavant. Les voisins du lieu où l’on a ramassé le cadavre de Mlle Dévote disent avoir entendu vers 3 heures du matin un véhicule s’arrêter et le bruit d’un colis jeté par terre du haut du véhicule ! Au lever du jour ce corps se révélera être celui de Mlle Dévote. Mlle Dévote, Diplômée de l’Institut Secondaire Vihamba, Option Pédagogie Générale, Mère d’un enfant, habitait Nziapanda dans la commune Mususa. Elle était fille à Feu MBUSA KASAYI (frère du commerçant VINGI) et de maman REGINA. Selon les proches de la famille, Dévote était fiancée et sa dot était versée il y a moins de deux semaines. Sortie de chez elle le Dimanche matin, Dévote ne reviendra plus ! Seul son corps sans vie sera retrouvé très loin de son domicile familial deux jours après sa disparition.

00aaaaaaaaaDevoteface00_copy

389. 19 Août 2011 : Assassinat de Mlle Gladis KAHAMBU (16 ans) à Kitatumba/Butembo. Il est 9h00 du matin à l’Hôpital Général de Kitatumba. Deux Policiers congolais y font la garde des prisonniers malades. Un des policiers abandonne son poste sous prétexte d’aller acheter sa cigarette. C’est ce moment qu’un prisonnier malade choisit pour demander au policier de garde resté seul la permission d’aller aux toilettes. La permission est vite accordée. Curieusement, une fois le prisonnier malade est entré dans une des toilettes, le policier de garde l’a laissé pour aller fumer sa cigarette loin des toilettes. Le prisonnier malade profite de l’absence de ces deux geôliers pour se sauver dans le quartier de l’Hôpital Kitatumba. Quelques minutes après, le policier de garde se rend compte de la cavale de son prisonnier. Au lieu de se mettre à sa recherche, il fait crépiter plusieurs coups des balles dans l’enceinte de l’Hôpital où plusieurs malades essaient de se refaire une santé. Le crépitement des balles sème la panique à l’Hôpital et ses environs. Prés d’une heure après les coups de feu, l’évadé est aperçu à quelques 300 m de l’Hôpital par une femme d’un policier qui le connaissait. Le mari de cette femme est un policier ami au policier de garde qui a laissé s’évader le prisonnier malade. Cette femme, fera appel aux autres femmes des policiers du quartier pour mettre la main sur le fugitif. Les femmes des policiers se montreront plus courageuses que leurs maris en maîtrisant le fugitif qui espérait certainement trouver refuge auprès de femmes de ses amis. Selon certains observateurs, son évasion était certainement orchestrée par les deux policiers de garde. Mais les femmes des policiers qui n’étaient pas au parfum de la chose auraient donc fait échouer le coup. Une fois l’évadé arrêté et maitrisé par les femmes des policiers, une d’elle ira à l’Hôpital pour alerter les deux policiers de garde. Entretemps, comme une trainée de poudre, la nouvelle de l’arrestation d’un prisonnier par les femmes s’est rependue dans tout le quartier. Très vite, les habitants du quartier et les passants ont entouré la parcelle où l’évadé était tenu en respect par les femmes des policiers. Saisi de l’affaire, le policier de garde coupable de l’évasion du fugitif partira de l’Hôpital en train de faire ce que les policiers congolais savent mieux faire, c’est-à-dire, effrayer les civils par des coups des balles à l’air. Ce crépitement des balles a en effet eu l’effet escompté. L’attroupement autour de la maison où l’évadé était devenu de nouveau prisonnier s’est dispersé. L’évadé a profité de la débandade pour se cacher dans un ravin non loin de la maison. Quand le policier de garde arrive sur le lieu, il continue de tirer pêle-mêle pour effrayer la foule. Au lieu de mettre la main sur l’évadé, le policier de garde tire sur lui. L’évadé gravement blessé à la tête feint le mort et reste couché dans le ravin. Les femmes des policiers ainsi que d’autres voisins du quartier et des jeunes qui ne sont plus effrayés par le crépitement des balles essaient de supplier de cesser de crépiter des balles inutilement. Au contraire, le policier ouvre le feu sur la foule. Un jeune garçon de 12 ans, du nom de Blaise Mumbere, attrape une balle dans l’avant-bras. Blaise tombe avec son bras fracassé qui saigne à profusion. La foule continue de supplier le policier d’arrêter de tirer. Mais plus la foule lui parle, plus il tire sur elle. C’est ainsi qu’une jeune fille du nom de Gladis KAHAMBU âgée de 16 ans, attrapera deux balles dans son bas ventre. Elle tombe dans son sang. Malgré les amis qui l’ont dépêché à l’Hôpital, Gladis KAHAMBU rendra l’âme quelques minutes plus tard. Le nombre des blessés lors de cette fusillade de Kitatumba est très élevé. Cette dépêche ne reprend que les trois cas graves dont un mort, Gladis Kahambu.

00aaaaaaaaaaaagladisdead00_copy

390. 21 Août 2011 : Assassinat de Kambale Hérode (25 ans) à Mambingi/Beni. Le dimanche dernier 21 Août 2011 à 16h00, le taximan Kasereka Hérode (25 ans) faisait du transport par taxi moto sur l’axe Mambingi-Visiki, Collectivité Chefferie des Bashu, en Territoire de Beni. Subitement, lui et son client tombent dans une embuscade d’un groupe de Cinq militaires Fardc armés jusqu’aux dents au niveau du Pont de la rivière TANU, à cinq kilomètres du village de Mambingi. Après les avoir déposséder de tout ce qu’ils avaient comme argent, téléphone, montres, les militaires ont tiré à bout portant sur le taximan Kasereka Hérode (25 ans) qui est mort sur le champ. Son passager Muhindo Kavikula (23 ans) sortira de la fusillade avec une plaie par balles à l’épaule gauche. Il lutte entre la vie et la mort dans un centre de santé de la place dont nous taisons le nom pour la securité du centre hospitalier et du témoin oculaire et rescapé de la tuerie de dimanche 21 Août 2011. Selon le rescapé, une fois la fouille des poches terminée sans aucune résistance de leur part, le chef militaire du groupe avait donné l’ordre d’éliminer les deux infortunés par balles. La suite était immédiate et aux conséquences incalculables. Ce témoignage démontre que les militaires et policiers tueurs ne sont pas des éléments incontrôlés comme leurs collabos tentent souvent de les dédouaner de leurs crimes de génocide. Ce n’est pas non plus parce qu’ils sont impayés qu’ils tuent. Les militaires de Mobutu étaient impayés mais ne tuaient pas. Ceux qui tuent aujourd’hui donnent l’air d’être des tueurs déployés dans la région pour exterminer à petit feu les congolais en commençant par les plus actifs dont l’âge varie entre 1 et 45 ans. Comme d’habitude, après l’assassinat de Kasereka Hérode, aucune enquête n’a été diligentée pour retrouver les militaires tueurs qui ne sont pas à leurs premiers crimes sur ce même pont de la rivière TANU, devenu tristement célèbre car plusieurs congolais y ont perdu la vie ou tout leur avoir. Le lendemain matin, soit le lundi 22 Août 2011, les motocyclistes de la place ont procédé à l’enterrement de leur camarade assassiné la veille en plein exercice de son métier au service de la communauté. Pour éviter les représailles du chef des militaires tueurs, aucune autorité militaire, policière, et administrative de la place n’est venue participer aux cérémonies funèbres. Ce fait qui n’est pas passé inapercu a été sévèrement puni par les taximen qui ont incendié cinq maisons des agents de renseignement (ANR) et des policiers.

00aaaaaaaaaaaamambingi00_copy

Vue du village de Mambingi (le lieu du crime est à 5 km, au Nord de ce village)

391. 29 Août 2011 : Mr Kisembo Rasha Joël alias Papy, Chauffeur, est assassiné par des hommes en armes à Tipemutche, en Territore de Mambasa/ Ituri, Province Orientale. Feu Kisembo Rasha Papy était chauffeur d’une camionnette de marque SARAH de couleur blanche, plaque d’immatriculation OR 6181 BB. Il effectuait régulièrement le transport des poissons entre Kasenyi (Lac Albert) en Territoire d’Irumu et Bafwabango en Territoire de Mambasa, axe routier NiaNia- Isiro au PK 51 à partir de Nia-Nia. Feu KISEMBO RASHA JOEL alias PAPY, membre de l’Association des Chauffeurs du Congo A.C.CO /Bunia, a été lâchement et sauvagement abattu par un groupe d’hommes en armes non autrement identifiés qui, depuis un certain temps, opèrent activement en toute quiétude en Territoire de Mambasa. Le lundi, 29/08/2011 vers 22h00, ladite camionnette, en provenance de Kasenyi, pleine des poisons et des passagers en bord, s’est retrouvée en face d’une barrière irrégulière érigée par des malfrats de carrière au PK 65 du chef-lieu du Territoire de Mambasa, sur la rivière Epuusu qui sépare les localités de Bana-Congo et Tipemutche, à la limite du territoire de Mambasa avec celui d’Irumu, à environ 10 km de LOLWA. Se rendant compte de cette situation d’embuscade et voulant sauver la vie de son équipage, le chauffeur avait forcé la barrière pour s’échapper. Malheureusement un des assaillants, placé après la barrière, a tiré sur la camionnette, logeant une balle dans la poitrine du conducteur qui a immédiatement succomba au volant. Les passagers qui étaient dans sa camionnette se sont éclipsés dans la brousse et dans les villages voisins déjà vidés de leurs populations qui étaient aussi terrifiées auparavant par des multiples coups des balles des malfrats. Signalons que les pillages par des hommes en armes sont monnaie courante. La fois passée c’était un camion de marque Mercedes Benz 1924 qui était victime de pillage au même endroit et dans les mêmes circonstances. Comme d’habitude, les tueurs pillards se sont volatilisés dans la nature après leur forfait.

00aaaaaaaaaaaaaMambasamapgo

392. 30 Août 2011: Mr Muhindo Jacques de Kiwanja, en Territoire de Rutshuru, chauffeur d’un camion en provenance de Goma a été fusillé à la barrière de Lubero vers 8h30 du matin par des militaires Fardc qui gardaient la barrière. Muhindo venait juste de se marier. Il n’avait pas encore d’enfant. Sa veuve est inconsolable! Les balles avaient atteint trois passagers du camion y compris le chauffeur décédé. Les deux autres passagers luttent entre la vie et la mort dans un hôpital de Butembo. Interrogé sur les mobiles de ce meurtre crapuleux, le commandant Fardc Lubero a laissé entendre que le chauffeur avait refusé de s’arrêter à barrière de contrôle de la Police de roulage qui se trouve à l’entrée de la cité de Lubero. La Police de roulage avait ainsi communiqué par téléphone l’incident aux militaires qui garde la barrière de péage route de Lubero qui se trouve à quelques 500 mètres plus loin. De nouveau le chauffeur n’avait voulu s’arrêter au poste de péage. Un des militaires du lieu aurait alors tiré à balles réelles dans la cabine du camion, blessant mortellement le chauffeur et deux autres passagers qui se trouvaient dans la cabine. Les trois blessés graves avaient été conduits à l’Hôpital Général de Lubero pour des soins d’urgence avant de transférer pour des soins appropriés dans un hôpital de Butembo où le chauffeur rendra l’âme. Son corps a été rapatrié à Kiwanja pour l’inhumation. Les observateurs regrettent que les militaires congolais ne sachent autre façon d’appréhender un récalcitrant que de le tuer.

00aaaaaaaaaaaaaaaluberobest_copy

393. 4 septembre 2011 : 1 Policier congolais tué au village Makumo, Groupement Bangole, Chefferie de Babila-Babombi, Territoire de Mambasa, District de l’ITURI, en Province Orientale lors d’une attaque du village par un groupe commando de cinq malfrats armés jusqu’aux dents. C’était le dimanche 4 septembre 2011 vers 21heures, heure locale. Le chef du village, Mwami KIMBAMBU MUNANDE, avait échappé à ces malfrats tout simplement parce qu’il était absent de son domicile lors de l’attaque. Un des policiers qui étaient venus au secours du village avait été tué par les malfrats dont la puissance de feu était visiblement supérieure à celle des policiers du Sous-Commissariat de Makumo.Avant d’opérer, ces inciviques non encore autrement identifiés, avaient d’abord semé la panique au village par des tirs nourris à l’arme lourde comme si MAKUMO était en guerre. Leur cible principale a été la maison d’habitation du Président du Kyaghanda du village qu’on appelle aussi Mwami Kimbambu Munande. Avant de saccager sa maison, les malfrats ont fouillé tous ceux qui y étaient, ravissant argent, téléphone, et biens de grande valeur. Mwami MUNANDE n’a eu la vie sauve que parce qu’il était absent de son domicile au moment de l’attaque. Après la maison du chef, toutes les autres maisons du village ont été vandalisées. Le bilan de cette attaque fait état de 2 000 US$ extorqués, sans compter les Francs Congolais et la maison du Mwami MUNANDE complètement saccagée. Le lendemain de cette attaque, les habitants de Makumo encore sous le choc de l’attaque, avaient observe une journée morte. La société civile de Makumo demande aux autorités territoriales de renforcer les mesures de securité dans cette localité en renforçant et en équipant les agents de l’ordre qui y sont déployés.

394. 6 septembre 2011 : Assassinat d’un Jeune homme (+- 20 ans) à Butembo. Son corps sans vie a été retrouvé dans une rigole sur Rue Kinshasa (à coté de l’Institut Vungi, prolongement de l’Avenue du Centre), Quartier Vungi B, Rue Kinshasa, Commune Mususa, Ville de Butembo dans la matinée de ce 6 septembre 2011. Selon les premières impressions lors du lever du corps de la rigole, la victime semble avoir été tuée ailleurs avant d’être jetée dans la rigole de Vungi. Cette hypothèse est soutenue par la majorité des bubolais et des bubolaises qui ont entendu pendant plusieurs minutes des crépitements des balles au Centre Ville de Butembo vers 2h00 du matin. La police urbaine ainsi que les services de securité de la ville de Butembo reste muets sur ce nième assassinat d’un congolais en ville de Butembo.

00aaaaaaaaaaaaaaavungiassas_copy

395. 6 septembre 2011 : Un corps sans vie d’un homme (a) a été retrouvé très tôt le matin dans la localité de KASINZWE, au Sud du Territoire de Lubero. Le corps de l’illustre disparu était découpé à la machette, une pratique du Rwanda pendant le génocide qui a élu domicile à Beni-Lubero.

396. 6 septembre 2011 : Un corps sans vie d’un homme (b) a été retrouvé très tôt le matin dans la localité de KASINZWE, au Sud du Territoire de Lubero. Le corps de l’illustre disparu était découpé à la machette, une pratique du Rwanda pendant le génocide qui a élu domicile à Beni-Lubero.

397 : 7 septembre 2011 : Mlle Agnes Katungu (19 ans) de la Cellule Kibwa, Quartier Matembe, Commune Bulamba en Ville de Butembo. Elle était portée disparue le 2 Août 2011 Son corps en décomposition avancée a été retrouvé dans la brousse de la concession inhabitée de la Regideso non loin de la résidence familiale. Les enfants du quartier génés par l’odeur ont découvert le corps de l’illustre disparue. Les circonstances de sa mort n’ont pas été élucidées.

398. 15 septembre 2011 : Mr Muhindo Kaghoma (35 ans), agriculteur, marié et père de trois enfants est tué par la Police à Lubango en Territoire de Lubero. Le mercredi 14 septembre, le chef du groupement Buhimba fait appel aux hommes du village de Katsira pour un salongo (travail communautaire) d’entretien de la route qui mène au village. Pour une raison encore inconnue, Mr Muhindo Kaghoma est absent au Salongo du 15 septembre. Les témoins attestent qu’il n’était pas le seul absent de cette activité communautaire. La différence est qu’il était très connu au village. Son absence ne pouvait donc pas passer inaperçue. Informé de cette absence, le chef du groupement Buhimba donne l’ordre aux éléments de la Police d’arrêter Mr Muhindo Kaghoma. Il est 11h00, heure de Luvango ! Les témoins rapportent que les policiers exécutant la mission du chef du groupement étaient déjà ivres. Ils exécutent ainsi la mission dans un état d’ébriété. Quand ils arrivent au domicile de Mr Muhindo Kaghoma, ils se saisissent de lui et le frappent à mort au lieu de l’arrêter comme prévu dans leur ordre de mission. Une fois informée, la population locale décide de venger Muhindo Kaghoma. Le chef du groupement est tenu pour responsable car les policiers avaient bien dit qu’ils étaient envoyés par lui. La justice populaire décide, séance tenante, la mise à mort du chef du groupement. Mis au parfum de la colère du peuple, le chef se cache ainsi que les membres de sa famille. Mais sa maison est complètement détruite. Pour sauver le chef du groupement de la justice populaire, la Police le garde dans un cachot local en attendant son transfert vers Lubero, le chef lieu du Territoire.

399. 17 septembre 2011 : Une maman et son Bébé de la Cellule Vutahira, Quartier Rughenda, Commune de Bulengera, en Ville de Butembo L’absence de securité routière, et notamment des ponts convenables sur les cours d’eaux, est responsable de la mort d’une maman et de son bébé le samedi 17 septembre 2011. Pendant la grosse pluie qui tombait sur la ville de Butembo, une maman et son bébé de la Cellule Vutahira, Quartier Rughenda, Commune de Bulengera, en Ville de Butembo a glissé sur le pont du cours d’eau de Kyaghala et tombé dans le cours d’eau. Les bons samaritains venus à son secours l’ont tiré de l’eau mais elle et son bébé étaient déjà morts.

400. 17 septembre 2011 : Un bébé de moins d’un an, Cellule Vutahira, Quartier Rughenda, Commune de Bulengera, en Ville de Butembo… cfr # 399

401. 17 septembre 2011 :Le Caporal MATESO NGANDIO, Fardc, camp militaire de Butuhe, Groupement Malio, Chefferie des Bashu, Territoire de Beni. Double meurtre en localité de Masoyi dans la soirée de samedi 17 septembre 2011. Deux militaires FARDC se disputaient une belle femme de la place. Subitement, l’un a tiré dans un membre inférieur de l’autre. Pendant que ce dernier git dans son sang, il trouve la force de tirer dans la poitrine de son adversaire qui tombe, s’évanouit et meurt. Ayant constaté le décès de son adversaire, il se tire une balle dans la tête. Les corps de ces deux « mbanda » des FARDC ont été transférés à Butuhe le dimanche 18 septembre 2011 dans la matinée où ils ont été enterré le jour- même dans l’après-midi près du Centre de Santé de Butuhe.

402. 17 septembre 2011 : Le sergent WASAKWA MUNJILI Fardc, du camp militaire de Butuhe, Groupement MALIO… ( cfr. # 401)

403. 18 septembre 2011 : Mr Kasereka Tsoroma (31 ans) originaire de Luveve II, Masereka et habitant du quartier Bwinongo à KATWA, a été retrouvé le dimanche 18 septembre 2011 au matin pendu dans une de salle de l’Ecole Primaire Tarse, Cellule Wayimirya, Quartier Vungi, Commune Mususa, en Ville de Butembo. Selon les observateurs ainsi que le constat du Bourgmestre de la Commune Mususa, la pendaison en ce lieu semble être une simulation d’un assassinat qui a eu lieu ailleurs. En effet, à part la corde au cou de la victime, les pieds étaient à même le sol. Il était enseignant au Complexe Scolaire de la Paix. Feu Tsangoma avait quitté son domicile dans l’après-midi de samedi 17 septembre pour rendre visite à ses amis. Il sera retrouvé mort et pendu le lendemain dimanche à Wayimirya. Sur autorisation du Bourgmestre de la Commune, le lever du corps du lieu de la pendaison et son transfert à la Morgue de Matanda étaient effectués par la Croix Rouge. La famille de l’illustre disparu n’a pris connaissance du drame que vers 12h00.

404. 18 septembre 2011 : Mr CAMELEON de Mutwanga/Territoire de Beni. Son corps sans vie et en décomposition de Mr Caméléon (un sobriquet devenu nom) a été retrouvé dans le cours d’eau Butau de Mutwanga le dimanche 18 septembre 2011 par des mamans qui lavaient leurs habits. D’après ses proches, Mr Caméléon était porté disparu depuis 10 jours. Les circonstances de son assassinat n’ont pas encore été élucidées même si les soupçons pèsent sur les infiltrés rwandais dont le nombre ne fait qu’augmenter et contre lesquels, Mr Caméléon était très vocal. Notez que Mr Caméléon était originaire de Kanyatsi / Butuhe où il été très célèbre en sa qualité de CADER sous le régime de Mobutu. Il vivait actuellement à Mutwanga. Son enterrement a eu lieu le dimanche 18 septembre 2011 dans la soirée.

405. 21 Septembre 2011 : Mr Kasereka BELO (19 ans) a été abattu par balles dans une rue de KIBIRIZI en Territoire de Rutshuru par trois rwandophones armés se présentant comme des rebelles Rwandais des FDLR. Devant cet assassinat d’un jeune homme à la fleur de l’âge, la réaction des jeunes de Kibirizi a été immédiate. Au lieu de pleurer et de s’occuper du corps sans vie de leur ami Kasereka, les jeunes de KIIRIZI se sont mis plutôt aux trousses des tueurs. Deux de trois tueurs ont réussi à se sauver dans la brousse. Mais malheur a pris le troisième tueur qui était rattrapé dans sa fuite par les amis de Kasereka. Soumis à un interrogatoire serré de la justice populaire et expéditive, le tueur attrapé a laissé entendre que les tueurs avaient confondu Kasereka avec un jeune homme du même âge qui leur devait du chanvre cannabis. En dépit de cette explication, la sentence de la justice populaire qui applique le code d’Hammourabi « œil pour œil, dent pour dent » était que la mort par le feu du tueur attrapé. N’ayant pas d’armes sur eux, les jeunes en colère ont ligoté le tueur, l’ont emballé dans des feuilles sèches des bananiers (evirere) sur lesquelles ils ont mis du feu. Le tueur n’a pas survécu au feu ardent de la foule. Son corps brulé au troisième degré était méconnaissable. Soulager d’avoir vengé leur camarade, les jeunes sont rentrés au village pour s’occuper du corps sans vie de leur ami.

406. 21 Septembre 2011 : Un Hutu rwandais se réclamant du mouvement des rebelles étrangers FDLR a été brulé vif… ( cfr. # 405)

407. 21 Septembre 2011 : un corps sans vie d’un homme portant les traces d’un poignard a été retrouvé dans une brousse par les chasseurs, dans la localité de KASINGIRI à 10 km de KASEGHE, Territoire de Lubero, sur la route Butembo-Goma. Et comme le corps était dans un état très avancé de décomposition, on fit appel à la CROIX ROUGE pour procéder au lever de ce qui restait du corps.

408. 22 septembre 2011 : Mr Moise Kakule VAGHENI (16 ans) et Mr Josué Kasereka VAGHENI (20 ans) deux frères consanguins et utérins, fils de Mr Kithi Constant, Pasteur Adventiste du village de Mbumbi/Kabasha, ont été abattus dans leur parcelle par un groupe des militaires Fardc à KABASHA sur la route Butembo-Beni, en territoire de Beni. Après l’assassinat les tueurs n’ont rien pris de la parcelle, signe qu’ils étaient venus tuer pour tuer. Cet assassinat de deux jeunes frères a provoqué la colère la population locale qui est descendue dans la rue principale de Kabasha pour demander le départ immédiat de ce qu’elle appelle une armée d’occupation et non de securité. Rappelons en effet que l’armée déployée à Beni-Lubero est celle issue du CNDP de Nkunda, c’est-à-dire, celle qui refuse jusqu’à nos jours d’être déployer ailleurs qu’au Kivu et Province Orientale. Sans surprise, le Kivu et la Province Orientale constituent le ventre mou de la République avec ses assassinats des populations civiles, ses viols et mutilations des femmes, ses braquages, etc.

409. 22 septembre 2011 : Mr Josué Kasereka VAGHENI (20 ans) assassiné à Kabasha, Territoire de Beni ( Cfr. # 408)

410. 23 septembre 2011 : un Fardc du nom de PATRICK (22 ans) a été lapidé à mort par la population meurtrie de Kirumba. La population de Kirumba le cherchait depuis le jour qu’il était impliqué dans un vol armé dans un quartier de Kirumba. Un mois après son forfait, Patrick avait certainement pensé que la population avait oublié. Mal lui a pris le vendredi matin quand il a voulu arpenté une rue très fréquentée de la cité de Kirumba, probablement à la recherche d’une nouvelle cible de vol. La première personne qui l’a vu a crié « Mwizi Mwizi » (le voleur, le voleur). A quelques secondes, Patrick était encerclé par une foule des gens en colère, tabassé, lapidé jusqu’à ce qu’il rende l’âme. Il était 9h00 du matin, heure de Kirumba au Sud de Lubero.

411. 23 septembre 2011 : 1 marin de Fardc (A) a été abattu par une patrouille des gardes de parc de Vitshumbi, Secteur Chondo, au bord du Lac Edouard ( ou IDI AMIN), Territoire de Rutshuru, Province du Nord-Kivu. Les gardes de parc l’avaient surpris entrain de pratiquer la pèche illicite des alevins, poissons interdits de pêche. Les observateurs cette culture de la mort qui fait les forces de l’ordre de la RDC ne recourent à autre méthode de dissuasion que tuer. Il est vrai aussi que les prisons n’ont plus des portes et que les évasions des prisonniers sont devenues monnaies courantes.

412. 23 septembre 2011 : 1 marin de Fardc (B) a été abattu par une patrouille des gardes de parc de Vitshumbi, Secteur Chondo, au bord du Lac Edouard (ou IDI AMIN), Territoire de Rutshuru, Province du Nord-Kivu. Les gardes de parc l’avaient surpris entrain de pratiquer la pèche illicite des alevins, poissons interdits de pêche. Les observateurs cette culture de la mort qui fait les forces de l’ordre de la RDC ne recourent à autre méthode de dissuasion que tuer. Il est vrai aussi que les prisons n’ont plus des portes et que les évasions des prisonniers sont devenues monnaies courantes.

413. 24 septembre 2011 : Assassinat de Mr Marcel Kambale KATOTO, chef du Quartier Mathembo, ancien chef du Quartier KALINDA, Commune de Mulekera en ville de Beni en son domicile vers 21h00 du samedi 24 septembre 2011. Le lendemain, la population en colère est descendue dans les rues pour protester contre cet assassinat d’un chef respecté. Les dégâts de la manif sont très importants : kiosks détruits, vitres cassées, bureau de la commune incendié, etc. Le lundi 26 septembre 2011 : Journée ville morte en ville de Beni. Lors de la manifestation que la police a dispersée à coups des balles réelles, un jeune homme de 22 ans a été mortellement atteint par balles. Le nombre exact des blessés n’est pas encore connu.

414. 25 septembre 2011 : Un jeune homme de 22 ans a été mortellement atteint par balles lors de la manifestation populaire contre l’assassinat du chef du quartier Mathembo en ville de Beni. (cfr. martyrologue #412).

415. 25 septembre 2011 : Mme Kavira Furaha du Village Mahohe situé à l’entrée de Kalunguta en venant de Maboya, a été fusillée le samedi 24 septembre 2011 à 20h00 par des militaires Fardc quand elle se rendait aux toilettes. Ayant aperçu ces tueurs dans un coin de sa parcelle, elle a eu le reflexe de faire marche arrière pour se mettre à l’abri dans sa maison. Mais c’était trop tard. Un des militaires l’a fusillé avec deux balles dans la poitrine. Mme Kavira Furaha est tombée devant la porte de sa maison, baignant dans un flot de sang. Ses voisins venus la secourir l’amenèrent au Centre de Santé de Référence de Maboya pour les soins d’urgence. Elle succombera de ses blessures le lendemain dimanche 25 septembre à 11h00, heure de Maboya. Elle laisse derrière elle un mari, Mr Kasereka Mandeume, et plusieurs enfants inconsolables. Le lundi 26 septembre, la population en colère est allée le chef de Poste de Maboya pour lui demander de decréter une chasse aux Fardc de la localité de Maboya. Le chef a repondu qu’une action de ce genre dépassait ses compétences.

416. 28 septembre 2011 : Papa Mumbere Kitsongo alias « Kiberin », Commerçant, Patron des Ets Bel Œil spécialisés dans l’Agro-alimentaire a été assassiné à Goma par un gang de 5 hommes en tenue civile et armés jusqu’aux dents. C’était en son domicile à coté de la station de MODIN, Rond Point SINYERSE, à 20h00, heure de Goma. Ses tueurs ont sauté le mur de la parcelle pour forcer leur entrée au salon. Papa Mumbere etait dans la douche en ce moment là. Sur un ton menaçant les tueurs ont demandé aux enfants de leur montrer où se trouvait leur papa. Les enfants ont répondu que papa n’était pas à la maison. Les tueurs ont rétorqué qu’ils savaient que papa Mumbere était bel et bien dans la maison. Ne sachant pas que des tueurs étaient dans son salon, Papa Mumbere est sorti de la douche pour se retrouver nez à nez avec ses tueurs. Sans tarder, ils lui ont tiré une balle dans la jambe, puis une autre dans le thorax. Papa Mumbere est tombé mort sur le champ. Ayant constaté qu’il avait rendu l’âme, ses tueurs ont disparu dans le noir. Comme fils ainé du commerce Nande en ville de Goma, papa Mumbere avait acquis plusieurs parcelles à travers la ville, notamment à Keshero, Lac Vert, et à Mugunga. Une de ces parcelles était en conflit. Dans la journée d’hier mercredi 28 septembre 2011 il était au parquet où il avait brillamment prouvé que l’autre partie au conflit faisait tout simplement de l’usurpation, profitant de son appartenance à l’ethnie qui contrôle le tout puissant gouvernement parallèle de la province et de ses enfants bien positionnés dans l’armée locale. Quelques heures après sa victoire au parquet, les tueurs sont venus l’achever à son domicile et ont opéré sans aucune peur de se faire inquiéter. La communauté Nande de Goma ainsi que les habitants de Birere saluent le courage de l’illustre disparu qui a tenu tête jusqu’au martyr et par la force de la loi, à ses adversaires, quelles que soient leurs connexions au gouvernement parallèle qui endeuille le Nord-Kivu. L’illustre disparu nous laisse un héritage de détermination et de courage.

00aaaaaaaaaaaaaaaaaadecesKI

00aaaaaaaaaaaaaaaaaaKitsong

417. 28 septembre 2011 : Un Pygmée (A) de BIAKATO, Territoire de Mambasa, en Province Orientale, surpris entrain de voler du riz est blessé mortellement lors de l’altercation avec le propriétaire. Depuis très longtemps, un agriculteur Nande de Biakato se faisait voler plusieurs sacs de sa récolte de riz quelle que soit sa vigilance. Le mardi 27 septembre, il a finalement mis la main au voleur, un pygmée. Lors de l’altercation, le propriétaire du riz a blessé mortellement le voleur. Abandonnant le cadavre dans sa parcelle, il est allé s’accuser lui-même au commissariat de police de Biakato. Le commandant le gardera au cachot parce qu’il y avait, dit-il, mort d’homme. Mais au lieu que la Police descende sur le lieu du crime pour faire le constat et assurer la securité des uns et des autres, elle a choisi de ne rien faire. Quand la nouvelle du meurtre s’est propagée dans la communauté pygmée, les guerriers pygmées sont descendus à Biakato armés des lances et des flèches empoisonnés pour venger leur frère tué. Une fois arrivés à Biakato, ils ont fait du porte à porte, tirant sur toute personne, enfant, jeune ou adulte qu’ils rencontraient. Les dégâts humains et matériels sont importants. La crainte des sources locales est qu’il y ait plusieurs morts dans les maisons abandonnées. Avant de s’enfuir, les Nande avaient attrapé et brulé vif un assaillant pygmée. Cette deuxième victime pygmée a rajouté à une situation qui était déjà explosive. D’après les sources hospitalières, 32 blessés graves ont été admis au Centre de Santé local. Craignant pour eux-mêmes, certains malades qui avaient un peu de force, ont fui le Centre de Santé pour se cacher dans la brousse. L’inaction de la police est de nouveau pointée du doigt. La situation aurait été vite maitrisée si la Police avait agi avec diligence.

418. 29 septembre 2011 : Un pygmée (B) de BIAKATO, Territoire de Mambasa, en Province Orientale, est brûlé vif lors des affrontements entre Pygmées et Nande à la suite de l’assassinat (cfr. # 111).

419. 30 septembre 2011 : Mr Kasereka NGAMBAMALI a été retrouvé dans une rue de la cité de Kirumba le Vendredi 30 Septembre 2011 à 20h45, heure locale, au Sud du Territoire de Lubero, Province du Nord-Kivu. Son corps ensanglanté portait des traces du poignard. Feu Kasereka Ngambamali venait juste d’être libéré de la prison de Munzenze/Goma cinq jours auparavant. Il était arrivé à Kirumba, sa cité d’origine, le jeudi 29 septembre 2011 en provenance de Goma. Feu Kasereka Ngambamali était au départ un redoutable collabo des FDLR au Sud de Lubero dans les années 2002-2008. Quand ceux-ci devinrent CNDP, lui aussi devint militaire du CNDP et fut affecté à Goma. Quelques mois après il fut arrêté pour vol à mains armées. A la fin de la semaine dernière, il bénéficiera de la grâce qu’accordent actuellement les forces d’occupation qui ouvrent les portes des prisons où étaient incarcérés des criminels et des bandits de toutes sortes. Le retour de Feu Kasereka Ngambamali à Kirumba était ainsi indésirable pour la population locale qui le redoutait comme « Kalumirahaviri » ou collabo en français. C’est ainsi que son assassinat moins de 24 heures après son retour à Kirumba soulève bien d’interrogations quant à ses assassins et les mobiles derrière son assassinat. Il n’est pas impossible qu’il y ait de nouveau tenté de cambrioler une boutique comme il peut être tout simplement victime des massacres aveugles des congolais en cours d’exécution dans la région. L’afflux des rwandais armés continue d’inquiéter les congolais du Sud de Lubero à quelques semaines des élections présidentielles et législatives.

420. 4 octobre 2011 : Le Policier Kambere SAASITA (30 ans) a été assassiné au Bureau de la Police de la Cité de Lubero, chef lieu du territoire de Lubero, où il faisait la garde de nuit par un groupe d’hommes en armes et en uniforme militaire. Ces malfrats armés avaient d’abord ravi l’arme du Policier SAASITA avant de l’utiliser pour le cribler des balles dans la cuisse et au dos. Le policier SAASITA est mort sur le champ. Après le forfait, les tueurs n’ont rien emporté, pas même l’arme de l’illustre disparu. Son enterrement a eu lieu à Lubero le lendemain, mercredi 5 octobre 2011. Il était originaire de Kibirizi en Territoire de Rutshuru. Il laisse une veuve et deux orphelins inconsolables.

421. 6 octobre 2011 : 1 militaire Fardc surnommé OBAMA a été attrapé, lapidé à mort et calciné au Quartier Ngongolio, Commune Mulekera, ville de Beni, par la population qui a décidé de prendre sa sécurité en charge vue l’absence du gouvernement. Notez que le quartier Ngongolio est le quartier le insécurisé de la ville de Beni. L’infortuné en tenue civile était surpris entrain de vendre au marché noir certains biens volés dans le quartier.

422. 10 0ctobre 2011 : Assassinat de Maman Kavira Pendeza (enceinte), 33 ans, à Eringeti/Beni. Le corps sans vie de Maman Kavira Pendeza qui attendait famille a été retrouvé dans la brousse non loin de son village de MAPIRI/Eringeti hier mardi 11 octobre 2011. Elle était portée disparue le lundi 10 octobre 2011. Partie au champ le lundi matin, elle n’est jamais revenue. Les atrocités qu’elle a subit rappellent le génocide rwandais. Son corps porte les traces du viol. Ses tueurs l’ont égorgé comme une chèvre. Ils ont aussi ouvert son ventre à la machette… Elle laisse un mari et six enfants (cfr. photo). Son mari, Mr ANTIRAMINE, a piqué une crise à la vue du corps ensanglanté et découpé de son épouse. Cette scène horrible a répandu dans tout Eringeti une onde de choc qui a jeté toutes les mamans dans les rues. Pour montrer leur colère, les mamans ont marché vers les postes de Police et des militaires pour demander leur départ immédiat. Au lieu de calmer une situation si explosive, les policiers comme les militaires qui sont les premiers suspects dans l’assassinat de Maman Kavira Pendeza ont choisi de fouetter les mamans et de les disperser à coups de gaz lacrymogène, et des tirs à l’air… Tout Eringeti s’est vidé de sa population qui craignait d’autres assassinats pendant la nuit du mardi à mercredi. Plusieurs mamans blessées au cours des échauffourées avec les Fardc (Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo) ont été admises dans un centre de santé de la place. Mr MUSITU du même village que Feu Maman Kavira Pendeza est aussi porté depuis dimanche 9 octobre 2011. L’assassinat de Maman Kavira Pendeza et la disparition de Mr MUSITU interviennent au moment où Eringeti est sous tension à la suite de l’afflux des rwandais devenu quotidien depuis le début de ce mois d’octobre. 55 familles rwandaises (avec 25 membres chacune) sont arrivées à Eringeti le vendredi de la semaine écoulée. Les habitants d’Eringeti disent que des camions les y avaient déposées nuitamment. Ces familles rwandaises disent qu’elles étaient chassées de Boga/Ituri sans dire comment du Rwanda elles s’étaient retrouvées à Boga et pourquoi elles ont choisi Eringeti au lieu de Bunia ou Dodro. Pour tromper la vigilance des Nande, Bunia a remplacé Goma et Bunagana comme portes d’occupation du pays des Nande.

00aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaapend

423 : 13 octobre 2011 : Assassinat du policier MUMBERE OBEDI alias « NGOYI ». Le policier Mumbere OBEDI a rejoint le rang des martyrs de Beni-Lubero hier jeudi 13 octobre 2011. Son corps retrouvé ce matin à la morgue de l’Hôpital de Kitatumba portait les traces d’une balle dans la jambe gauche et six balles dans le thorax. Le Jeudi 13 octobre vers 23 heures, les bubolais ont entendu pendant prés d’une demi-heure des crépitements des balles au Centre-ville de Butembo. Au matin de ce vendredi 14 octobre, un fin limier patriote de FURU qui faisait le tour des morgues pour s’enquérir des possibles conséquences des crépitements des balles de la veille, a découvert le corps sans vie du Policier Mumbere Obedi alias « Ngoyi » dans la morgue de l’Hôpital de Kitatumba. Arrivé sur le lieu, nous avons trouvé la morgue déjà fermée et des femmes des policiers en colère qui scandaient des injures contre le gouvernement congolais et contre le Colonel Blaise DIMUNDU, Inspecteur de la Police de Butembo. Selon la veuve de l’illustre disparu, à savoir, Maman Kahambu Matumaini, son feu mari avait comme Numéro Matricule : 104053/S et comme Numéro Transitoire : Son mari était en prison de Butembo depuis le 17 septembre 2010 (Plus d’un an). Il était emprisonné la veille de l’arrivée du Président Joseph Kabila à Butembo pour inattention grave vis-à-vis de son commandant Blaise DIMUNDU. En pressant la veuve par des questions pour savoir ce qu’elle voulait dire par inattention, elle a dit que lors du désarmement des policiers la veille de l’arrivée de Joseph Kabila à Butembo, le policier Mumbere était retenu parmi les policiers qui devaient désarmer les autres et démonter leurs fusils. Pendant cette séance en présence du Colonel Blaise DIMUNDU, le Policier Mumbere avait commis l’imprudence de tourner le canot en direction du Colonel Blaise au lieu de le tourner contre la terre ou dans l’air. D’après la veuve, il s’agissait d’une imprudence pure et simple, surtout que le Policier Mumbere avait plusieurs fusils à démonter. Malheureusement dit la veuve Kahambu, le colonel Blaise a toujours pensé que le policier Mumbere voulait tirer sur lui. Il le jeta en prison. Avant son emprisonnement, le policier Mumbere qui était chauffeur lors des diverses patrouilles en savait un peu trop sur les actions du Colonel Blaise et de la police en ville de Butembo. Cela peut aussi constituer un motif d’acharnement contre lui de la part du Colonel Blaise. L’auditorat militaire l’a acquitté plusieurs fois mais le colonel Blaise le récupère toujours pour le remettre au gnouf ! Une fois, le colonel Blaise aurait dit au policier Mumbere qu’aussi longtemps qu’il sera à Butembo, Mumbere mourra en prison. Et selon la veuve, la volonté du colonel Blaise s’est réalisée hier Jeudi 13 octobre. Le Policer Mumbere OBEDI alias « Ngoyi » est mort en prison. Il aurait été exécuté dans l’enceinte de la prison. Cependant des sources proches de l’hiérarchie de la police de Butembo disent que le Policier Mumbere voulait s’évader et que les gardes auraient tiré sur lui dans sa tentative de fuite. Mais cette version est balayée d’un revers de la main pour plusieurs raisons. Si la balle dans la jambe gauche voulait justifier la thèse de l’évasion, les six balles dans le thorax démontrent selon les observateurs une volonté de le tuer. L’accès aux prisonniers qui partageaient la même cellule de détention avec lui n’a pas été facile pour en savoir plus sur les circonstances de son assassinat. Dans un pays où la justice des petits n’existe pas, on ne saurait peut-être pas les vrais mobiles de l’assassinat de ce jeune policier qui laisse une veuve et deux enfants, dont le dernier bébé KAMBALE Faustin (9 mois d’âge) né pendant que son papa était déjà en prison ne connaîtra jamais la tendresse paternelle.

00aaaaaaaaaaaaaaaaaaMumbere

00aaaaaaaaaaaaaaaaaateteMum

424. 14 octobre 2011 : Assassinat de Mlle MASIKA YALALA Naomi (28 ans) à Eringeti en Territoire de Beni. L’occupation sanglante du Kivu-Ituri par les FARDC (Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo) fait rage en Territoire de Beni depuis le début de ce mois d’octobre 2011. Il ne se passe un jour sans que plusieurs congolais et congolaises à la fleur de l’âge tombent sous les balles des Fardc. C’est ainsi que, dans la nuit du Vendredi 14 octobre 2011, Mlle MASIKA YALALA Naomi (28 ans), a été violée avant d’être abattue par balles nuit de vendredi 14/10/2011 à Eringeti en Territoire de Beni. Elle était vendeuse d’unités prépayées VODACOM à Eringeti-Centre. Son corps sans vie et ensanglanté avait été retrouvé gisant dans un bain de sang dans son kiosque VODACOM. Originaire d’Oïcha où se trouvent ses parents, son enterrement a eu lieu le dimanche 16 octobre 2011 à 14h00. L’émotion était grande lors de l’enterrement de cette fille qui se préparait qui attendait que son fiancé verse la dot pour se préparer au mariage. La situation sécuritaire dans ce coin de la R.D.Congo est gravissime. Certaines autorités administratives et militaires locales qui s’expriment sous le sceau de l’anonymat disent en Kinande « Kyavirighenda » (La terre est partie ou occupée). Ces congolais dont tous n’ont pas vendu leur âme au diable disent qu’ils sont obligés de maintenir leur rôle de figurant jusqu’à la fin de la conquête rwandaise de la région. C’est ainsi qu’ils continuent à gerber des dossiers qui n’ont pas d’incidence sur la securité de leur entité administrative, l’exploitation des minerais, la mise en place des agents, etc.

00aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaayala_copy

425. 17 octobre 2011 : Assassinat de Mr RIGO (33 ans) au Quartier BANKOKOLO à Bunia. Des hommes en armes et en uniforme militaire FARDC (Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo) ont abattu par balles Mr RIGO au Quartier BANKOKOLO, en ville de Bunia, dans la nuit du dimanche 16 au lundi 17 octobre 2011 vers 21h00, heure locale. Après avoir réalisé leur sale besogne, les malfrats ont pris la dépouille de MR RIGO pour la jeter derrière la troisième maison à partir du lieu du crime. L’illustre disparu était très connu dans la ville de Bunia où il était changeur de monnaie. Il laisse une veuve et trois orphelins inconsolables. Son enterrement a eu lieu à Bunia dans la journée du lundi 17 octobre 2011. Que son âme repose en paix ! Depuis le début de ce mois d’octobre 2011, l’espace géographique connu comme Kivu-Ituri, terre du coltan, gaz méthane, or, diamant, cassitérite et pétrole est dans le collimateur d’une coalition armée rwando-ougandaise. Plusieurs sources parlent d’une occupation rwando-ougandaise du Kivu-Ituri en cours. L’intensification des assassinats des congolais serait une conséquence du plan d’occupation précité.

426 : 25 octobre 2011 : Maman Héritier habitant le Quartier Ndosho /Goma est assassinée. Vers 20h00, heure de Goma, Maman Héritier reçoit un appel téléphonique d’une agence où son mari en voyage aurait envoyé un colis pour sa famille. Contente du message, Maman Héritier se rendra à l’adresse indiquée (tenue secrète pour raison de l’enquête en cours). Elle ne reviendra plus chez elle. Son corps sans vie et mutilé sera retrouvé au Quartier Mikeno où ses tueurs l’auraient violé avant de la mutiler à la machette. Le sadisme de ces tueurs est étranger au Congo. Après leur sale besogne, les tueurs ont éparpillé les différentes parties du corps de la défunte. Au lendemain de l’assassinat, les membres inférieurs ont été retrouvés dans le quartier Ndosho où habitait la victime. Les membres supérieurs étaient mis dans une mallette et jetés le long de la route principale de Mikeno. A coté des membres inférieurs, il y avait du chanvre et des préservatifs remplis de sperme. Jusqu’à présent, l’organe génital (le sexe) de la victime n’a pas encore été retrouvé. Quelle horreur ! D’aucuns pensent que le mobile de cet horrible mutilation était le prélèvement du sexe de Maman Héritier pour les trafiquants d’organes humains.

AssassinatHeritiermaman000

AssassinatMamanGoma

427. 30 octobre 2011 : Le cambiste Katembo Mwira (30 ans) a été abattu au Quartier Bakaheku, Cité d’Oïcha en Territoire de Beni, par deux militaires Fardc. Le crime a eu lieu au domicile de la victime vers 21h00, heure d’Oïcha. Aucune enquête n’a été initiée pour retrouver les militaires tueurs.

428. 31 octobre 2011 : Papa Eric Kambale (50 ans) a été assassiné et découpé à la machette à Bukano, prés de la cité de Lubero, chef-lieu du Territoire de Lubero, dans la nuit du dimanche au Lundi 31 octobre 2011. Il était parti de chez lui le matin du dimanche 30 octobre 2011 pour aller à la messe à la Paroisse Catholique « Bon Pasteur » de Lubero où il est Catéchiste Animateur. Les tueurs l’auraient enlevé sur son chemin de retour de la messe. Les morceaux de son corps seront ramassés le lendemain non loin de la route. Les paisibles congolais de Lubero n’en reviennent pas car ils n’ont jamais vu une telle sauvagerie. Feu Animateur Eric laisse une veuve et 8 orphelins.

429. 2 novembre 2011 : Assassinat de maman KAVUGHO KAGHUSWA Fazila (38 ans) dans la nuit de mardi au mercredi 2 novembre 2011 par un gang de 8 militaires Fardc armés de fusils et des machettes, dans le quartier Kaliva, Cellule Mondo en ville de Butembo.Deux familles étaient la cible de l’attaque. Selon les dires d’un assaillant, la première famille était attaquée par une erreur d’adresse. Attaque Parcelle A : Les militaires armés forcent leur entrée dans la maison pendant que ses occupants dorment. Mlle KASOKI KAGHOSI (26 ans) est réveillée par les bruits des assaillants devant la porte de sa chambre. Comme premier reflexe, Mlle Kasoki se lève pour voir de près ce qui se passe devant sa chambre. En même temps, un des assaillants force la porte d’un coup de pied avant de se retrouver nez à nez avec Mlle Kasoki. Celle-ci essaie de se battre mais l’assaillant la poignarde au bras. Elle saigne abondamment pendant que l’assaillant fouille sa chambre de tout ce qui est argent, téléphone, et autres objets de valeur. Mlle Kasoki a comme business la charge des téléphones. C’est ainsi que son assassin remplit ses poches des téléphones qui est sous charge pendant la nuit. En ce moment, un des assaillants restés à l’extérieur entre dans la maison pour dire à ses camarades occupés à fouiller la chambre de Mlle Kasoki qu’ils s’étaient trompés d’adresse. Mais c’est trop tard qu’un autre assaillant venait de forcer son entrée dans la chambre à coucher des parents. Utilisant sa machette, il découpé le papa (Mr MAKOMA KAPOSO) pendant que ce dernier est encore sous la couverture. Mr MAKOMA est grièvement blessée à la jambe. Attaque Parcelle B:Les victimes de la parcelle B étaient déjà réveillées par les cris d’angoisse de leurs voisins. Une jeune fille de la 6ième primaire était la première a tenté alerter les voisins du quarter par des cris appelant au secours à travers la fenêtre de sa chambre. Elle parviendra à se sauver par la fenêtre. Entretemps les bandits forçaient la porte de la maison par des coups de marteau, des coups des balles dans la serrure pour accéder aux verrous. Mais la porte résistera pendant longtemps. Pendant que certains assaillants s’occupent de la porte, d’autres tirent pêle-mêle dans les murs de cette maison à pisée (Poto Poto). Le papa, Mr Kakuke Macho (43 ans) qui de l’intérieur de sa maison empêchait aux assaillants d’ouvrir sa porte attrapera une balle dans son fémur. Son épouse, Maman Kavugho Kaghuswa Fazila (38 ans) attrapera aussi une balle dans le ventre. Comme le papa tombé à terre et gisant dans une marre de sang ne pouvait plus défendre l’entrée dans sa maison, les assaillants ouvrirent la porte. A l’intérieur ils découvrent les deux corps dans un fleuve de sang. Il était 1h30 du matin. Pensant avoir accompli la mission pour laquelle ils étaient venus, les assaillants se sont sauvés dans le noir. En dépit de son bras poignardé, Mlle Kasoki dont la parcelle était attaquée par mégarde fut la première à organiser le secours pour les autres blessés de deux parcelles voisines. Dépêchés à l’Hôpital de …(nous taisons le nom des victimes pour protéger les survivants), la maman Fazila rendra l’âme le lendemain du drame et a été enterrée à Kavingu, sur la route de Kyondo. Elle laisse un veuf et 7 enfants dont la plus jeune est en deuxième année primaire. Le veuf, papa Kakule Macho, est un déplacé de guerre du Sud de Lubero qui avait pensé s’établir en ville pour sécuriser sa famille. Il ne savait pas que l’insécurité qui a progressé depuis 2007 de Goma, Masisi, Rutshuru, Sud de Lubero, Lubero, allait atteindre Butembo, Beni, Eringeti, Mambasa, etc. Papa Macho ne sait pas pourquoi sa famille était la cible principale de l’attaque. Avec son métier de tradi-praticien (guérisseur des maladies avec les plantes), Papa Macho gagne difficilement sa vie. Avec sa jambe fracassée au niveau du fémur il ne sait que faire pour payer la facture de ses soins de santé et pour nourrir sa famille. Quand son épouse était en vie, c’est elle qui faisait ce qu’on appelle « match » ou débrouillardise pour nourrir sa famille.

machojambe00

Mr Kakule Macho, mari de Feu Maman Fazila , sur son lit d’Hôpital à Butembo

430. 4 novembre 2011 : Assassinat de Josephat Kambale Makatazo ( 1998-2011) en ville de Beni par deux deux militaires des FARDC armés jusqu’aux dents qui avaient fait irruption dans la résidence du journaliste Guy CLAUDE SIRIMUHANI, de la Radio Télévision Rwenzururu /Beni, vers 19h30, heure locale. Menaçant d’abattre toute personne qui leur résisterait, ils ravissent téléphones, argent, et autres objets de valeur. Le journaliste Guy se voit arracher 100 US$ et 1020 Francs Congolais. Dans une pièce de la résidence, le petit frère du Journaliste, en l’occurrence Mr Josaphat Kambale MAKATAZO (23 ans) et son épouse regardent la télévision. Quand les inciviques entrent dans la pièce ils ravissent téléphone et argent. Mr Kambale résiste aux ordres des inciviques. Un des inciviques lui loge une balle dans la poitrine. Il meurt sur le champ. Feu Makatazo était un jeune papa qui laisse une veuve enceinte et une fillette de 3 ans. Le corps de ce nième martyre de l’occupation de Beni-Lubero a été porté en terre aujourd’hui, samedi 5 novembre 2011 dans l’après-midi sous une grande émotion d’amis et membres de la famille. La jeune veuve est inconsolable. En quittant le lieu du crime sans peur d’être inquiéter, les tueurs sont partis dans la parcelle voisine de Mr Kasereka, un commerçant des chèvres de qui ils ont extorqué 10 000 Francs Congolais. La présence très remarquée des militaires rwandais dans la ville de Beni fait craindre l’exportation des méthodes génocidaires rwandaises dans la ville.

Josaphat00

431. 4 novembre 2011 : Mr Evariste ( 29 ans), Commerçant des Poissons a été abattu par balles par des militaires des Fardc vers 19h00, heure locale, à 3 km de Kyavinyonge, sur la route Kyavinyonge-Museya-Butembo, Collectivité Chefferie des Bashu en Territoire de Beni. Avec 4 autres commerçants des poissons du Lac Edouard, Evariste était dans un convoi des motos pour Butembo. Le convoi est tombé dans une embuscade. Les 4 autres motards avaient réussi à se sauver dans le Parc National des Virunga. Evariste n’avait pas pu. Les assaillants l’ont abattu d’une balle dans la tête. Evariste est mort sur le champ. Il était originaire de Kamiriki, non loin de Kyavinyonge et faisait du commerce des poissons à Butembo. Il laisse une veuve et deux enfants inconsolables. La population locale a manifesté ce matin dans les rues de Kyavinyonge contre les militaires déployés il y a seulement deux semaines mais qui se distinguent déjà par des vols, des braquages et l’assassinat du Commerçant Evariste.

432. 7 Novembre 2011 : Assassinat de Mr Prince Kambale à Vusamba / Muhangi en Territoire de Lubero. Mr Prince Kambale a été abattu par balles par des militaires FARDC vers 8h00 du matin. Prince était un vendeur de carburant très connu à Muhangi, en Territoire de Lubero. Il vendait le carburant devant sa maison. Ses tueurs se sont présentés comme des clients qui avaient besoin de 20 litres de carburant. Prince n’avait que 15 litres dans le bidon exposé dans son kiosque. Content de la bonne commande, Prince a voulu prendre de son domicile un bidon de son stock de carburant pour satisfaire la commande de ses clients. C’est au moment que Prince tourne le dos aux clients pour entrer dans sa maison qu’un des tueurs l’a criblé des balles dans la hache. Prince est tombé et mort sur le champ. Les tueurs ont quitté le lieu du crime sans rien emporter et sans peur de se faire arrêter. Ils étaient venus tuer ce jeune papa sur le lieu de son service. Prince a été enseveli dans l’après-midi du Lundi à Vusamba après une messe des suffrages dite par l’Abbé Roger Malengera, Vicaire de la Paroisse Notre Dame des Grâces de Muhangi. Après l’enterrement, la population rouge de colère a arraché et trempé dans le sang de Prince tous les drapeaux des partis politiques qui flottent sur l’artère principale de Vusamba/Muhangi. Selon la population, à quoi servent les partis politiques et les candidats aux élections qui ne savent pas sécuriser leurs électeurs?

433. 9 novembre 2011 : Le corps sans vie et sauvagement découpé à la machette de Mlle Kavira Micheline (12 ans) a été retrouvé par des bergers dans la brousse du village Luvika, localité de KIRIMA-Malende, sur la route de Manguredjipa en Territoire de Lubero. La petite Micheline était portée disparue depuis 5 jours. Partie de chez ses parents pour puiser de l’eau à la source du village, elle n’est jamais revenue. Ce que ses parents craignaient est ce qui est arrivé. Son corps sans vie était amputé du bras gauche et du pied droit. Le visage était tuméfié. Il y avait aussi des traces de viol sexuel sur ses parties intimes. La recherche des parties du corps amputées n’a rien encore rien produit au point que l’enterrement a eu lieu sans elles. L’opinion locale attribue cette sauvagerie étrangère à la République Démocratique du Congo aux tueurs à la solde des occupants venant des pays où cette sauvagerie est habituelle. Plus la date des élections du 28 novembre 2011 approche, plus le nombre des militaires rwandais s’accroit dans la région, et plus les tueries des civils congolais s’intensifient. D’où la question de savoir d’où viendra le secours des populations congolaises de cette région occupée?

 

 434. 10 novembre 2011 : Le Major KASEREKA, alias « Saleh » du RCD-K-ML assassiné à Beni le Jeudi 10 novembre 2011 vers 20h30, heure locale. Il a été abattu à son domicile du Quartier NTONI, Commune de Mulekera, ville de Beni, par des malfrats armés jusqu’aux dents qui opéraient ouvertement sans peur de se faire arrêter. Avant l’assassinat du Major Kasereka, il y a eu des scènes de pillages et d’extorsion des biens au quartier NTONI. Les tueurs voulaient certainement intimider les voisins du Major Kasereka avant de commettre leur crime crapuleux. Vers 20h30, deux malfrats armés débarquent sur une moto devant la résidence du Major Kasereka. La porte de la maison étant encore ouverte, ils sont entrés dans la maison. Le Major Kasereka était au salon. Sans dire mot, les deux tueurs ont tiré plusieurs balles sur le Major Kasereka qui est tombé et mort sur le champ. Les deux tueurs sont repartis aussitôt sur leur moto. Le corps sans vie du Major Kasereka est exposé à la morgue de l’Hôpital de Beni. L’illustre disparu était un des officiers de l’Armée Populaire Congolaise (APC) du pays balkanisé de Beni-Lubero-Ituri qui avait comme président Mzee Antipas Mbusa Nyamwisi entre 1999-2003. Lors de la réunification de la RDC, la plupart des officiers militaires de l’APC étaient restés sans fonction dans l’armée intégrée contrairement à ceux du RCD-Goma. Obligés de jouer le rôle de subalternes sous le commandement des rwandophones qu’ils avaient maintenus hors d’état de nuire au pays du RCD-K-ML entre 1999-2003, certains officiers de l’APC ont pris la route de l’exil jusqu’à nos jours. D’autres comme Major Kasereka sont restés au pays espérant comme faisaient croire les sirènes de la pacification de la région par le mixage que les choses iraient mieux. Mais, le mixage de l’armée congolaise avec les anciens miliciens du CNDP s’est révélé du jour au jour être une armée d’occupation qui reçoit ses ordres de Goma voire du Rwanda. Au lieu de sécuriser la population, cette armée d’occupation commandée uniquement par les anciens miliciens du CNDP, s’est spécialisée dans l’insécurité des congolais et de leurs biens…C’est dans ce climat d’incertitude et d’abandon que le Major Kasereka aurait choisi il y a quelques mois de se démobiliser pour reprendre la vie civile. Selon les proches, Major Kasereka disait qu’il était fatigué d’être dans l’armée comme un figurant mais surtout être témoin des tueries quotidiennes de son peuple et de l’impunité dont jouissent les tueurs. L’armée d’occupation n’aurait pas vu la démobilisation volontaire du Major Kasereka d’un bon œil. En effet, les démobilisés des Fardc comme les Mai-Mai sont la cible des tueurs à la solde de l’occupation. Les observateurs pensent que l’occupant voudrait s’assurer que Beni-Lubero est complètement sans ex-militaire, sans mai-mai, et sans armes, pour réussir son entreprise funeste. Le Major Kasereka passe ainsi dans l’opinion locale comme un vrai martyr de l’occupation rwandophone de Beni-Lubero. Les habitants de la ville de Beni que Major Kasereka avait défendu dans le temps contre les miliciens du RCD-Goma et du CNDP, sont indignés de son assassinat. La ville morte organisée ce matin par la société civile est un signe de cette indignation généralisée au sein de la population civile mais aussi des militaires congolais qui craignent de subir le même sort que leur ancien commandant Saleh.

435 : 16 novembre 2011 : Tuerie des 6 Mai-Mai dont le Commandant Bataillon Muhindo David alias Libanais, au village de LOSE en Groupement Mwenye, Chefferie des BAPERE, en Territoire de Lubero, a la suite des violents combats entre Mai-Mai et Fardc –aile CNDP. A l’origine des combats, une trahison d’un pasteur d’une église locale dont nous taisons le nom pour des raisons de securité. Sur demande de l’ex-chef Mai-Mai SAPERITA devenu Colonel FARDC, un pasteur avait sensibilisé les Mai-Mai de Mwenye à se démobiliser pour rejoindre le camp de formation de Nyaleke en Territoire de Beni. L’homme de Dieu aurait rassuré les Mai-Mai que la démobilisation serait sans problème parce qu’il avait toutes les garanties de l’hiérarchie militaire de la région. Le jour J, soit le mercredi 16 novembre 2011, les Mai-Mai s’étaient présentés sans armes comme convenu au centre du village de LOSE. Mais Hélas, les FARDC venus de Cantine / Territoire de Beni pour les mobiliser n’ont eu comme langage de dialogue que l’usage des kalachnikovs. Au lieu du dialogue, les Mai-Mai sans armes ont été attaqués par les Fardc. Le temps que les Mai-Mai retournent aux abords du village où ils avaient déposé leurs armes qu’ils s’apprêtaient à remettre aux Fardc, six Mai-Mai étaient déjà tombés sous les balles des Fardc. Les Fardc auraient aussi perdu 2 de leurs éléments dans les combats qui avaient duré deux jours. D’où le bilan de 8 morts. Pendant les combats, le village s’était vidé de sa population. Selon la société civile de Beni Territoire, 115 ménages de LOSE ont été accueillis à CANTINE. Les Fardc qui étaient venus pour une séance de mobilisation des Mai-Mai pour l’armée nationale se sont révélés être une force d’occupation qui n’a pas besoin des congolais nationalistes dans ses rangs.

436. 16 novembre 2011 : Le commandant battaillon -adjoint Kasereka Tongo Etani, Mai- Mai, au village de LOSE en Groupement Mwenye, Chefferie des BAPERE, en Territoire de Lubero, a la suite des violents combats entre Mai-Mai et Fardc –aile CNDP. ( cfr. # 435)

437. 16 novembre 2011 : Mai-Mai (3) au village de LOSE en Groupement Mwenye, Chefferie des BAPERE, en Territoire de Lubero, a la suite des violents combats entre Mai-Mai et Fardc –aile CNDP.( cfr. # 435).

438. 16 novembre 2011 : Mai-Mai (4) au village de LOSE en Groupement Mwenye, Chefferie des BAPERE, en Territoire de Lubero, a la suite des violents combats entre Mai-Mai et Fardc –aile CNDP.( cfr. # 435).

439. 16 novembre 2011 : Mai-Mai (5) au village de LOSE en Groupement Mwenye, Chefferie des BAPERE, en Territoire de Lubero, a la suite des violents combats entre Mai-Mai et Fardc –aile CNDP. ( cfr. # 435).

440. 16 novembre 2011 : Mai-Mai (6) au village de LOSE en Groupement Mwenye, Chefferie des BAPERE, en Territoire de Lubero, a la suite des violents combats entre Mai-Mai et Fardc –aile CNDP. (cfr. # 435).

441. 16 novembre 2011 : 1 militaire congolais Fardc (1), au village de LOSE en Groupement Mwenye, Chefferie des BAPERE, en Territoire de Lubero, a la suite des violents combats entre Mai-Mai et Fardc –aile CNDP.( cfr. #435).

442. 16 novembre 2011 : 1 militaire congolais Fardc (2) au village de LOSE en Groupement Mwenye, Chefferie des BAPERE, en Territoire de Lubero, a la suite des violents combats entre Mai-Mai et Fardc –aile CNDP. ( cfr. # 435).

443. 17 novembre 2011 : Assassinat de Mr Mwami BOAZ à Rwindi, Parc National des Virunga, en Territoire de Rutshuru. Vers 16h00, heure locale, un minibus en partance pour Goma est tombé dans une embuscade à 3 km de la Station de la RWINDI, sur l’axe routier KANYABAYONGA-KIWANJA. Des Hommes en armes ont tiré plusieurs balles sur le minibus. Mr MWAMI BOAZ, un interprète de la MONUSCO-Rutshuru est mort sur le champ. 4 autres passagers étaient grièvement blessés. Les malfrats s’étaient sauvés dans la forêt après avoir pillé les passagers de leur argent et de tout ce qu’ils voulaient.

444. 28 novembre 2011 : Un vieux papa est mort devant un bureau de vote de Kaseghe, en Territoire de Lubero, lors d’une bousculade des électeurs. Les bureaux de vote de Kaseghe ayant ouvert avec un grand retard, et ne sachant pas que la CENI allait prolonger la durée du vote, les électeurs qui avaient attendu des longues heures ne voulaient pas retourner chez eux sans avoir voté. D’où la bousculade qui a coûté la vie à un vieux papa.

445. 28 novembre 2011 : Une maman a avorté après avoir été victime d’une bousculade devant un bureau de vote de Kaseghe en Territoire de Butembo. ( cfr. # 444).

446. 6 Décembre 2011 : Maman Mavira (40 ans) a été assassinée et découpée à la machette après avoir été violée par trois de ses tueurs à Mbughavinywa, au Sud du Territoire de Lubero. Des hommes en armes et uniforme militaire des Fardc se présentant comme rebelles rwandais avaient fait incursion dans la localité de MBUGHAVINYWA, au Sud du Territoire de Lubero où ils ont pillé les paisibles beniluberois de tous leurs biens. C’était dans l’après-midi du 6/12/2011. La dernière maison pillée était celle de la Maman MAVIRA (40 ans), une femme vivant seule qui a refusé de donner le peu d’argent qu’elle avait sur elle et qu’elle venait de gagner à la sueur de son front. Les témoins racontent qu’elle fut violée par trois de ses tueurs dans l’avenue à côté de chez elle. Elle était tombée dans une inconscience par l’effet du viol collectif. Avant de quitter le lieu du crime, ses violeurs l’ont égorgé comme une chèvre à la machette et on découpé en petits morceaux ses membres qu’ils ont abandonné dans la rue.

447. 7 Décembre 2011, un combattant tué (1) à Kalunguta en Territoire de Beni. Pour l’histoire, les trois présumés combattants tués par des militaires issues du CNDP étaient membres d’un groupe encore inconnu dans la région de Kalunguta sur la route Butembo-Beni, en territoire de Beni. Les habitants de Kalunguta les auraient pris pour des tueurs parce que l’un de cinq combattants portait une arme. Les habitants avaient alors alerté les militaires du coin qui, pour une fois, étaient arrivés sans tarder sur le lieu du crime. Deux combattants réussirent à se sauver mais trois furent tués par balles.

448. 7 Décembre 2011 : combattant tué (2) à Kalunguta en Territoire de Beni ( cfr. # 447)

449. 7 Décembre 2011 : combattant tué (3) à Kalunguta en Territoire de Beni ( cfr. # 448)

450. 10 Décembre 2011 : Assassinat de Mr Willy Wabo (32 ans), Secrétaire de la Coordination de la Société Civile et Défenseur des Droits Humains, en Territoire de Rutshuru en son domicile du village BUNYANGULA, Chefferie de Bwisha, entre Kiwanja et Rutshuru-Centre, autour de minuit. Ses tueurs non encore autrement identifiés ont tiré plusieurs coups des balles dans la fenêtre de la chambre où il dormait. Touché par ces balles assassines dans sa poitrine, il est mort sur le coup dans sa chambre à coucher. Le fait qu’il était un des grands dénonciateurs de la fraude électorale du 28 novembre 2011 qui battait campagne pour l’UNC de Vital Kamerhe, les observateurs pensent que son assassinat peut bien être un règlement des comptes de la part des perdants aux législatives de 2011. Il laisse derrière lui une veuve et deux enfants inconsolables.

451. 14 Décembre 2011: Meurtre de Patient MUJIRI MIRINDI (28 ans) par la police à Goma. ien avant l’appel d’Etienne Tshisekedi aux congolais de protéger leur victoire électorale par des manifestations pacifiques, les membres de l’UDPS ainsi que ceux des partis politiques de l’opposition en ville de Goma avaient organisé une manifestation pacifique le mardi 13 Décembre dernier. Malheureusement cette manifestation pacifique était réprimée par la police et s’est soldée par un bilan d’un mort et de plusieurs blessés par coups de pied, crosses de fusil, matraques, gaz lacrymogène, etc. C’est dans ce contexte de répression sanglante que le manifestant de l’UDPS, Mr Patient MUJIRI MIRINDI ( 28 ans) a succombé aux coups et blessures de la police qui avait brutalement réprimé la manifestation de l’opposition du mardi 13 Décembre 2011 au Rond-point SINYERS à Goma. Selon les témoins, Patient avait été battu par la police sur les cotes et au bas ventre. Il est mort le lendemain Mercredi 14 Décembre 2011 d’hémorragie interne dans la salle d’audience de la Prison de Munzenze en pleine audience. Malgré ses douleurs atroces durant toute la nuit, personne ne l’avait amené à l’hôpital pour des soins appropriés. Patient habitait le Quartier KASIKA à Goma. Il était originaire de Bukavu. A Goma, il était très connu par les hauts fonctionnaires de l’Etat pour nombreuses petites commissions qu’il leur rendait, telles que l’achat des souliers, montres, cirages « High class ». Patient était un connaisseur de la mode des grands ! Politiquement, il était un membre engagé de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi.

452. 18 Décembre 2011 : Assassinat de Mr Telé MBAYAHI, fils de Mr WANZA VALERE a été fusillé par des troupes du CNDP dans la localité d’IDOU, localité devenue célèbre en Territoire de Beni pour l’exploitation des planches par des commerçants de Butembo. La victime a laissé deux enfants et une veuve. Il a été enterré à KALUNGUTA son village natal, alors que sa femme qui a piqué une crise, a été dépêchée dans un hôpital à Beni pour des soins appropriés. Le deuil s’est tenu au domicile de ses parents au quartier MUKUNA, précisément à MALERA.

453. 21 Décembre 2011 : Assassinat de Mbusa Ephrem (40 ans) à Bunia/Ituri, par des tueurs en tenue de la police nationale congolaise vers 23h00, heure locale, dans sa residence de la ville Ephrem était originaire de MBAU, Territoire de Beni, en province du Nord-Kivu. Il était marié à maman Denise Kahambu et avait un enfant. Son métier était la vente d’or et de diamant en ville de Bunia. En réaction à l’assassinat d’Ephrem, ses voisins du quartier KINDIA de la ville de Bunia ont fait de leur quartier un lieu zéro police, zéro militaire. Aucun militaire ne peut entrer au quartier KINDIA. Un policier lapidé à mort a été déjà victime de cette opération zéro police.

454. 25 Décembre 2011 : Mr Muhindo Faustin (30 ans) de Kihemba/ Lubero fut retrouvé pendu. Le constat est qu’il était tué par balles et au poignard avant d’être pendu. Il était sentinelle de l’Institut Kabenge, Une école conventionnée protestante.

455. 29 décembre 2011 : Assassinat de Mr Pierre KALASI ( 56 ans) vers 23h00, en son domicile de Lulima, Localité Burora, Groupement Banyungu, Secteur OSSO, en Territoire de Masisi, Province du Nord-Kivu. Mr KALASI était un démobilisé de l’armée congolaise FARDC. Il était marié et père de 8 enfants. Ses tueurs portaient l’uniforme de l’armée congolaise. Ses tueurs avaient forcé la porte de sa maison avant de tirer sur lui, à bout portant, plusieurs balles dans la tête. Selon la coordination de la société civile du Nord-Kivu, le nombre d’assassinats commis au Territoire de Masisi et de Walikale au cours de deux derniers mois de Décembre 2011 dépasserait la centaine. Mais à cause de l’insécurité, leurs noms ne sont pas encore connus. Les Fardc et la Monusco sont accusées de croiser les bras devant les attaques des populations attribuées tantôt aux FDLR, tantôt aux milices locales appelées « GUIDES ». Aucun village n’est sécurisé même si la région est la plus militarisée de la RDC. Le constat est que les militaires congolais et ceux qu’on appelle FDLR, tous s’attaquent aux populations civiles qui sont pourchassées dans leurs maisons et dans les camps des déplacés. L’objectif de l’insécurité en province du Nord-Kivu semble ainsi l’extermination des populations civiles congolaises au profit des populations rwandophones.

456. 29 Décembre 2011 : Un paysan habitant de MAYMOYA, Secteur de Beni-Mbau, en Territoire de Beni qui était parti dans son champ de TSUTSUBO, y avait été exécuté par des hommes en armes non autrement identifiés. Son corps était retrouvé sans vie, était criblé des balles, pendu dans un arbre, et sans tête. Selon les proches, l’infortuné avait été vraisemblablement décapité avant d’être pendu.

457. 30 Décembre 2011 : Mr Kikama Kahongya Wilfrid (60 ans), agriculteur membre du Syndicat de Défense des Intérêts Paysans (SYDIP), résident au Village TEDEU, en localité de Bakila-Tenambo, Groupement de Batangi-Mbau, dans le Secteur de Beni-Mbau, à 31 km au Nord de la ville de BENI, a été tué par des militaires Fardc en son domicile vers 3h00 du matin. Les tueurs munis d’armes blanches l’avaient découpé en plusieurs endroits de son corps pour qu’il leur donne tout ce qu’il avait comme argent. Son épouse Thérèse Kahindo VYAHERAVITI qui avait subi le même sort est dans le coma et grièvement blessée. Elle lutte entre la vie et la mort à l’Hôpital Général d’OICHA, Chef-lieu du Territoire de Beni. Une semaine auparavant, soit la nuit du 24 au 25 Décembre, la même famille avait été attaquée par des bandits qui avaient emporté tout ce qu’il avait comme argent dans la maison, les mets et les habits de la fête de Noël, trois matelas, un poste de radio, une dizaine des poules, etc.

458. 31 Décembre 2011 : Assassinat de Kambale Kikimba Norbert (44 ans) à NGITE (16 km au Nord de la ville de BENI). Le forfait avait été commis par 4 inciviques armés jusqu’aux dents qui avaient braqué une camionnette de marque TOYOTA Stout immatriculée 1223 AB19, sur l’axe OICHA-Beni Ville. Les assaillants qui étaient vêtus en uniforme militaire des FARDC avaient tiré plusieurs balles sur la camionnette pour contraindre le chauffeur de s’arrêter. Sachant ce qui l’attendait ainsi que ses passagers le chauffeur avait essayé de pousser sur l’accélérateur pour s’éloigner du lieu de l’embuscade. Malheureusement les balles courraient plus vite que sa camionnette. La course du chauffeur s’arrêtera quand il attrapera une balle dans sa cuisse gauche. Le passager nommé KAMBALE KIKIMBA Norbert (44 ans), un commerçant des poissons en provenance de KASENYI (en ITURI) qui s’était fait embarqué dans cette camionnette à OICHA attrapa une balle dans la tête et succomba sur le coup. Il a été enterré dimanche 1er janvier 2012 en Ville de Beni. Le Chauffeur et propriétaire de la camionnette, Mr LUSENGE NGAHANGONDI NDEBO a, quant à lui, été admis à l’Hôpital Général de Beni.

459. 8 janvier 2012 : Mr Kakule Kasanga (21 ans) de Lukanga en Territoire de Lubero, a été battu à mort parce que soupçonné d’être collabo des Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo ( FARDC en sigle) à qui il servait d’éclaireur pour leur mission funèbre dans la région. Le jour où la justice populaire de Lukanga a eu raison de sa vie, Feu Kasanga était attrapé entrain de voler un porc d’une porcherie du village. Avant de mourir et lors de sa lapidation par une foule en colère, Feu Kasanga avait dit qu’il était envoyé par des Fardc pour leur chercher un porc pour leur ration et qu’il ne pouvait pas refuser car les Fardc l’avaient menacé de mort au cas où il rentrait mains bredouilles. La justice populaire avait jugé que Kasanga devait mourir par lapidation car il venait de confirmer lui-même qu’il était collabo des Fardc dans leur sale besogne en Territoire de Lubero. Kasanga a connu une mort atroce. Il était originaire de Kitsuku en Territoire de Lubero.

460. 9 janvier 2012 : Mr Samy Katembo Masimengo ( 20 ans), prisonnier de Kakwangura, a été abattu vers 5h du matin dans la cour de la prison, par un policier de garde sous-prétexte qu’il tentait de s’enfuir de la prison. Mr Masimengo est mort sur le champ. Il était un célibataire originaire de Musienene qui résidait avant son arrestation à Kitulu en ville de Butembo. Le motif de son incarcération n’est pas encore connu. Selon, les sources proches de la prison de Kakwangura qui ont requis l’anonymat, il semblerait que rien ne prouve que Masimengo voulait s’évader de la prison. Il serait sorti par la porte de la prison, un fait qui démontre que quelqu’un lui avait ouvert la porte de l’extérieur. Aussi, s’il avait tenté de s’enfuir, son corps aurait été retrouvé à quelques pas de la cour de la prison. En attendant qu’une enquête soit diligentée dans l’affaire Masimengo, sa mort suscite plusieurs interrogations. Depuis un certain temps, les exécutions sommaires des prisonniers militaires ou Mai-Mai congolais dans les enceintes des prisons congolaises sont souvent expliquées sans preuve aucune comme consécutives à des tentatives d’évasion. Pour plusieurs observateurs, il s’agirait tout simplement des crimes de guerre visant à débarrasser la région devant être occupée et balkanisée de toute personne formée au maniement des armes de guerre ou proche des groupes d’auto-défense locale. Une affaire à suivre.

assassinatmasimengo00

461. 10 janvier 2012. Assassinat du jeune commerçant Moïse Mutsuva (28 ans), opérateur économique, vendeur des motos SENKE et YAMAHA en cité d’OICHA. L’âge de l’illustre disparu confirme l’hypothèse selon laquelle la jeunesse dynamique et entreprenante de l’Est de la RDC est la plus visée par les tueries sans autre motif que celui de tuer pour tuer les cadres, les élites, les braves, etc. Cet acte ignoble a eu lieu le mardi 10 janvier 2012 à 18h40, heure de Beni. Le Jeune commerçant Mutsuva venait de fermer son magasin et se dirigeait pour le repos de la nuit vers sa résidence nouvellement construite au Quartier PAKANZA, Cité d’Oïcha. A quelques mètres du magasin, un militaire qui, selon les témoins, attendait dans les parages, avait commencé à le suivre par derrière avant de lui dire de s’asseoir par terre parce que son heure était arrivée. Avant que Mutsuva ne se retourne pour voir qui le sommait de s’asseoir par terre, le malfrat l’a criblé de balles. Mutsuva est mort sur le champ. Son enterrement sous forte émotion a eu lieu au cimetière de Musandava/Oïcha ce mercredi 11 janvier 2012. Les amis de Mutsuva rapportent qu’il venait d’achever la construction de sa première résidence et qu’il envisageait de se marier pour former une famille. Le tueur qui a choisi ce moment pour le tuer en avait décidé autrement. La nouvelle de son assassinat a provoqué la colère de ses clients et de ses amis qui demandent justice. La société civile de la place prévoit une manifestation d’ici la fin de la semaine pour demander que la police et l’armée disent qu’elle est sa vraie mission à Oïcha.

462. 15 janvier 2012 : Assassinat d’un cambiste au marché de Mabungo de la cité de Kiwanja, Territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu. Une semaine après le carnage des civils à Shabunda au Sud-Kivu, le Nord-Kivu vient d’enregistrer un carnage similaire par des militaires rwandophones le dimanche 15 janvier 2011 au marché de Mabungo, Cité de Kiwanja, en Territoire de Rutshuru. C’était vers 14h30, heure locale. Comme à Shabunda, ce qu’on appelle encore armée régulière et police locale n’avaient pas réagit pendant l’attaque comme après l’attaque de Kiwanja. Les assaillants en tenues militaires sont entrés à découvert au marché au marché et en plein jour avant d’ouvrir le feu sur les civils qui faisaient leurs achats de dimanche. La quiétude avec laquelle ils ont opéré laisse dire aux observateurs qu’il s’agissait d’un pillage et d’un massacre prémédité. Le bilan provisoire de l’attaque est de 12 morts dont 1 bébé de 8 mois, deux cambistes, 1 militaire congolais d’origine, 8 autres civils. Le nombre exact des blessés n’est pas encore connu d’autant plus que le carnage a provoqué une débandade au marché. Parmi les blessés graves qui ne pouvaient pas courir, on a compté 21, la plupart étant des mamans.

463. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 cambiste (2), cfr supra # 462

464. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 militaire Fardc, cfr supra # 462

465. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 bébé de 8 mois, cfr supra # 462  

466. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 civil, cfr. Supra #462

467. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 civil, cfr. Supra #462

468. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 civil, cfr. Supra #462

469. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 civil, cfr. Supra #462

470. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 civil, cfr. Supra #462

471. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 civil, cfr. Supra #462

472. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 civil, cfr. Supra #462

473. 15 janvier 2012 : Assassinat d’1 civil, cfr. Supra #462

474. 16 janvier 2012. Assassinat de Mr WEMBA alias LE BLANC, un boucher résidant au Quartier BUTSILI, Commune de MULEKERA, en ville de Beni par des hommes en armes et en uniforme militaire qui lui avaient logé trois balles dans la poitrine et le ventre. Ses 3 téléphones portables et son revenu journalier de 70 US $ étaient ravis par les tueurs. C’était vers 21h, le soir de samedi 14 janvier 2012. La victime a succombé à la suite de ses blessures dans la nuit de dimanche au lundi 16 janvier 2012, à l’hôpital général de Beni.

475. 17 janvier 2012: Assassinat de Dr Déogratias Mushegerha Kalaba, Député élu de l’UNC pour la ville de Bukavu. Une des conséquences du hold-up électoral du 28 novembre 2011 c’est l’installation de la dictature militaire et sanguinaire du CNDP qui a maintenant Son Etat-major à Kinshasa en RDC. Le triple mode d’action de cette armée d’occupation est l’enlèvement, l’assassinat, la mise en résidence surveillée des opposants (cas d’Etienne Tshisekedi) ou ceux soupçonnés d’être proches de l’opposition. Le Docteur Mushegerha vient de faire les frais de cette intolérance politique du régime d’occupation qui cherche à s’imposer en RDC par la terreur des armes. La soldatesque sanguinaire a choisi le moment où l’honorable Deogratias Mushegerha Kalaba s’apprêtait à célébrer sa victoire aux législatives du 28 novembre 2011 avec sa base électorale de la Circonscription de la ville de BUKAVU pour l’assassiner. L’assassinat de l’illustre disparu a eu lieu dans sa ferme à Kaziba où les hommes en armes et en uniforme militiare l’ont tué et découpé à la machette. « Le feu Déogratias Mushegerha Kalaba avait un doctorat en ingénierie électrique de l’Université Stuttgart (Allemagne). Il vient de laissé derrière lui huit enfants » a écrit Huruma sur un blog des congolais.

AUNCDepute00

476. 23 janvier 2012 : Assassinat de Mr Mumbere Kasereka (48 ans), agriculteur de cacao à IDOHU, localité d’Eringeti par des hommes en armes et en uniforme militaire Fardc. En dépit des missions d’évaluation de la sécurisation des populations civiles par la Monusco et le gouvernement congolais, il n’y a aucun plan de sécurité mis en place. Toutes les visites s’arrêtent à des discours, des promesses, sans rien changer aux dispositifs militaires et policiers qui sont responsables de l’insécurité dans ce coin de la RDC. La conséquence de cette inaction injustifiée est la pérennisation de l’insécurité au Nord-Kivu. Dans la nuit du 22 au 23 janvier 2012, Mr MUMBERE Kasereka (48 ans) cultivateur de son état, était dans son champ de Cacao du village d’IDOHU situé dans la localité d’Éringeti à la frontière entre la province du Nord-Kivu et la Province Orientale. Vers minuit, un groupe des hommes en armes et en tenue militaire FARDC fit irruption dans sa parcelle, força la porte de son kapulepule (ou cabane) avant de tirer sur lui à bout portant. Mr Mumbere tomba sur le coup. Les tueurs emportèrent tout ce qu’ils voulaient de la cabane. Comme les autres tueries dans ce coin de la RDC, le motif de l’assassinat de Mumbere semble être le même : tuer pour dépeupler la région de ses autochtones. Le corps de Mumbere a été rapatrié chez lui à Butembo. Après exposition de son corps à son domicile du quartier KITULU pour les dernies hommages, son enterrement a eu lieu dans son village natal au sud du territoire de Lubero.

477. 23. janvier 2012: Un homme tué dans son champ dans la localité d’Eringeti

478. 23 janvier 2012: Une femme d’Abialose tuée par des hommes en armes durant la nuit.

479. 23 janvier 2012: Un Homme tué dans sa maison en secteur de Beni-MBAU.

480. 22 janvier 2012 : Mr Roger Musafiri Kimbika, un veuf de 33 ans, a été arrêté par la population de la cité de Kirumba au Sud du Territoire de Lubero. Lui qui n’était qu’un civil, était en tenue militaire lors de son arrestation par la population. Motif de son arrestaton : Sa collaboration avec les Fardc (Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo) lors du pillage de Katehero, au Quartier Virere de Kirumba. Conduit devant la justice populaire, et confondu par plusieurs témoignages, son jugement était sans appel : La mort par lapidation pour dissuader d’autres congolais à collaborer les forces d’occupation qui pillent les richesses du pays et tuent les paisibles congolais. Le cri de demande de pardon de Mr Musafiri qui promettait de ne plus jamais collaborer avec les Fardc était inaudible à une foule en colère et en chahuts «Ahole (Qu’il meurt), Asulubiwe (Qu’il soit pendu), Asigh’omunyu (qu’il laisse le sel). La réaction des Fardc ne s’était pas fait attendre. Agissant de manière expéditive exactement comme la justice populaire, les Fardc ont identifié l’opposition politique comme instigatrice de la justice populaire qui se porte bien au Sud du Territoire de Lubero. La lapidation de Mr Musafiri, collabo des Fardc a ainsi servi d’alibi pour faire la guerre à l’opposition politique du Sud-Lubero. Plusieurs leaders de la contrée soupçonnés d’être proches de l’opposition politique sont aux arrêts ou se cachent pour échapper aux Fardc qui disent à ceux qui veulent les écouter que « la justice populaire est un crime selon la constitution de la RDC ». La population leur rétorque que le vol et le pillage des biens d’autrui dont Mr Musafiri était coupable sont aussi condamnables par la constitution de la RDC.

481. 27 janvier 2012. Un corps sans vie d’un homme d’une quarantaine d’années et non autrement identifié a été découvert à Mbingi, au Sud du Territoire de Lubero par des écoliers qui sentaient une odeur nauséabonde sur leur chemin de l’école. 24 heures après cette découverte macabre, la victime n’est pas encore reconnue par les habitants des villages environnants.

482. 29 janvier 2012 : 1 corps sa vie d’un militaire Fardc (1) découvert par les paysans sur la route Eringeti-Kainama en Territoire de Beni. A Beni-Lubero, il y a une vague d’assassinat des militaires et policiers congolais, des mai-mai, lors des operations dites de ratissage par les Fardc.

483. 29 janvier 2012 : 1 corps sa vie d’un militaire Fardc (2) découvert par les paysans sur la route Eringeti-Kainama en Territoire de Beni…

484 : 29 janvier 2012 : 1 corps sa vie d’un civil congolais découvert par les paysans sur la route Eringeti-Kainama en Territoire de Beni. Ce civil transportait des bagages des militaires.

485. 30 Janvier 2012 : Assassinat de Mr MUMBERE à la prison de MUNZENZE de Goma. Mumbere, prisonnier de son état, était battu à mort par un kapita (chef de cellule) de la prison et les policiers de garde pour avoir mangé de la nourriture du kapita sans permission. Une chose drôle : Le kapita étant lui-même prisonnier avait reçu le concours des policiers de garde pour battre à mort Mr Mumbere. C’est ce drôle traitement de Mumbere qui aurait provoqué la tentative d’évasion des pensionnaires de la prison de Munzenze. Selon certaines indiscrétions, la nourriture n’était qu’un alibi de liquider Mumbere dont l’assassinat aurait des mobiles politiques. La prison de Munzenze a une capacité de 250 personnes mais abriterait actuellement plus de 2500 prisonniers

486. 2 Février 2012 : Assassinat de Mme Karafuli à Vuhumbi à Bunyuka par un démobilisé connu sous le nom de KOMANDA, fils de Mr BONIFACE. Après le forfait, le tueur Komanda n’a été arrêté par personne. Pourtant il se promenait à plein jour avec la tête coupée de Mme Karafuli sur un stick de bois. Les habitants du village soupçonnent le conflit terrien qui oppose Mr KARAFULI et Mr BONIFACE, Père de KOMANDA. Mais la cruauté avec laquelle KOMANDA a tué et profané le corps de Mme Karafuli est un signe que les forces d’occupation peuvent avoir instrumentalisé la tuerie pour terroriser les paysans qui s’accrochent à leurs terres.

487. 2 Février 2012 : Assassinat de Mr Mbusa Kyavu (65 ans) à Kasinzwe à environ 25 km au sud de la cité de Lubero. Son corps était retrouvé juste derrière sa maison par son fils. Mr Kyavu était sorti de sa maison pendant la journée. Ses tueurs sont jusqu’aujourd’hui introuvables.

488. 2 Février 2012: Assassinat de la soeur Liliane MAPALAY, CJM de Kananga, Kasai Occidental. Feu Sœur Liliane MAPALAY de la Congrégation des Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie serait victime de la grève générale décrétée par Etienne Tshisekedi wa Mulumba, une grève qui avait été plus suivie dans les deux Kasai qu’ailleurs. La Sœur Liliane était caissière de l’Institut Janua Coeli de Kananga où le mot d’ordre de la grève avait été suivi. Les premières conclusions de l’enquête qualifient l’ignoble acte d’assassinat politique visant à faire peur à l’Eglise Catholique qui, par la voie de ses évêques, s’insurge contre la mascarade électorale du 28 novembre 2011 en demandant la restauration de la vérité des urnes telle que constatée par les observateurs dans les bureaux de vote au soir du 28 novembre 2011. Elle était assassinée dans le bureau de la Directrice de l’Institut Janua Coeli vers 13h15. C’est pendant le jour, entre 13h00 et 13h15 que le forfait a eu lieu dans l’enceinte de l’Institut Janua Coeli, dans le bureau de la religieuse, peu après le départ des élèves et la fermeture de la grille de l’école, pendant que les enseignants étaient occupés à corriger les examens du jour que les enfants venaient de terminer. Personne n’a vu le ou les assassins. Les faits: a) entre 11h00 et 12h45 Sœur Liliane travaillait dans le bureau de la consoeur Germaine Misumba, Préfet de l’Institut. Puis elle se souvient qu’en tant que membre de l’équipe de religieux qui devait préparer la célébration de la Journée Mondiale de la Vie Consacrée prévue pour 15h30 à Malole, elle devait déjà quitter l’école pour rejoindre les autres. b) à 12h45, elle s’est rendue à son bureau, qui est d’ailleurs contigu à celui du Préfet. c) Quelques instants plus tard, alors qu’elle est encore dans son bureau, un cri strident est entendu de tous ceux qui étaient encore dans l’institut : Sœur Préfet, le Directeur des études, le chargé de la discipline et les autres enseignants. En se précipitant dehors pour voir ce qu’il en était, l’on se rend compte que ce cri venait de chez la caissière, mais curieusement sa porte était fermée et la fenêtre aussi. Le Directeur et la Préfet entrent suivis des autres, et trouvent la sœur mi-debout. Elle a eu juste le temps de dire « Ya Germaine », sa consoeur Préfet, qui l’a reçue dans ses bras, croyant qu’elle avait piqué une crise de malaria. Puis, sœur Germaine se rend compte que sa consoeur inerte, avec un long couteau de cuisine planté entièrement dans son cœur. Le sang ne coulait pas. Dans la panique, on la précipite à l’hôpital général situé à quelques mètres du couvent des Sœurs de la Charité. Trop tard. Sœur Liliane a été poignardée entre 13h00 et 13h15.

assrlilianemapalayi00

489. 8 Février 2012 : Assassinat du Commerçant PALUKU KABANDU à Kisangani, capitale de la Province Orientale. Il était acheteur d’or au comptoir d’achat sis sur 83 Route Ituri, en Ville de Kisangani. Il a été tué après service dans sa résidence de la 5ième Avenue de la Commune de la TSHOPO vers 19h30 par des hommes en armes et en tenue militaire qui ont investi la parcelle et neutralisé tous ses habitants. De tous les occupants de la parcelle, ils n’ont tiré à bout portant sur les deux commerçants KABANDU et KIGHUSU qui constituaient visiblement leurs cibles. Dépêchés aux Cliniques Universitaires de l’UNIKIS, il sera déclaré mort en arrivant. Le Maire de la ville de Kisangani, Mr Augustin OSUMAKA a promis de diligenter une enquête pour retrouver les tueurs.

apalukukisangani00

490. 8 Février 2012 : Assassinat du Commerçant MUHINDO KIGHUSU MADINGE à Kisangani, capitale de la Province Orientale. Il était acheteur d’or au comptoir d’achat sis sur 83 Route Ituri, en Ville de Kisangani. Il a été tué après service dans sa résidence de la 5ième Avenue de la Commune de la TSHOPO vers 19h30 par des hommes en armes et en tenue militaire qui ont investi la parcelle et neutralisé tous ses habitants. De tous les occupants de la parcelle, ils n’ont tiré à bout portant sur les deux commerçants KABANDU et KIGHUSU qui constituaient visiblement leurs cibles. Dépêchés aux Cliniques Universitaires de l’UNIKIS, il sera déclaré mort en arrivant. Le Maire de la ville de Kisangani, Mr Augustin OSUMAKA a promis de diligenter une enquête pour retrouver les tueurs.

akighusukisangani00

491. 14 Février 2012 : Mr KATEMBO MATHUMO Edmond (39 ans) tué par des FARDC à MANGINA. Il était habitant au Quartier Mangina, Cité du même nom, dans la Cellule Makukulu, sur Avenue CECA-20. Il a été visité par un groupe des militaires-FARDC dans la nuit de dimanche à lundi 13 février 2012, entre 0h00 et 1h00 du matin. Les inciviques se sont introduits dans la maison pendant que a famille dormait, raconte la veuve. Une fois à l’intérieur, les tueurs ont braqué leurs armes sur Mr Katembo lui exigeant tout l’argent qu’il avait. Mr Katembo a répondit qu’il n’avait pas d’argent mais qu’à la place il leur offrait tous ses biens de valeur à contrepartie de sa vie. Furieux, les tueurs ont commencé à lui administrer des coups de crosse de fusil sur la tête, la partie du corps en passe de remplacer le sexe féminin comme cible de violence au Kivu-Ituri. Une grave hémorragie nasale s’en est suivie. Katembo a commencé à perdre connaissance. Réalisant que Mr Katembo était au point de mourir, un des tueurs s’est transformé en bon samaritain en le trainant vers la structure médicale la plus proche pendant que les autres tueurs s’adonnaient au pillage de la maison. Arrivé au Centre de Santé de Référence de Mangina, le criminel se serait présenté comme Bon Samaritain venu au secours de Mr Katembo après son attaque par des bandits. Se sentant suspecté par la suite, ce bon samaritain disparaîtra dans le noir. Quant à Mr Katembo, il a succombé ce matin du 14 février 2012 à la suite de ses blessures. Les habitants du quartier disent que les tueurs ont pillé d’autres maisons avant de commettre leur forfait chez Mr Katembo. Le chef de la Cellule MAKUKULU a lui-même été victime du pillage nocturne. Ce matin, la population locale en solidarité avec la famille de l’illustre disparu voulait en découdre mains nues avec les militaires en les sommant de venir enterrer leur victime. Mais, comme d’habitude, le Chef de Cité a apaisé les esprits pour éviter dit-il un bain de sang des civils. Il a tout de même pris en charge tous les frais d’enterrement et du deuil au nom de l’Etat. Le commandement militaire local a aussi laissé entendre qu’un militaire suspect était aux arrêts. L’Etat se reconnait donc coupable d’assassinat d’un paisible citoyen. Notez que les tueurs n’étaient pas des FDLR, LRA, ADF-NALU mais des FARDC. Mr Katembo a été mis en terre ce mardi 14 février vers 14h00, sous une forte émotion de la population qui ne sait plus à quel saint se vouer.

492. 16 Février 2012 : Mr Vianney HASSN, un militaire Fardc de la cité de Kirumba a été poignardé mortellement au cou par Mr PITCHEN (PITCHOU Mkombosi) un Fou bien connu à Kirumba au Sud de Lubero. Le Fardc HASSAN est mort sur le champ.

493. 16 Février 2012 : Mr PITCHEN (PICTHOU Mkombozi pour d’autres), est un fou très connu dans la cité de Kirumba au sud du Territoire de Lubero. Il est arrivé à l’arrêt des bus comme d’habitude très tôt le matin, vers 6h00, heure locale. Il y avait du monde, et parmi ce monde, des militaires Fardc. Parmi les militaires, il y avait Mr Vianney HASSAN qui aurait une morphologie rwandaise. Personne ne faisait attention à ce fou. Mais la présence du Fardc HASSAN semble avoir réveillée la folle insanité de « Pitchou Mkombozi’’ sans que personne ne s’en aperçoive. Les témoins ont raconté après les faits que Pitchou Mkombozi faisait des va-et-vient non loin du Fardc HASSAN. Subitement, on l’a vu sortir deux couteaux (EMIYALI) de sa poche pour poignarder mortellement le Fardc HASSAN au cou avant de quitter le lieu. HASSAN est mort sur le champ. Le fou semble avoir pris conscience du drame lors de l’attroupement autour du cadavre de sa victime HASSAN. Il s’est alors dirigé au Marché Central de Kirumba où les Fardc l’ont cueilli sans problème avant de le fusiller sur le champ. PITCHOU Mkombozi est mort sur le champ au Marché Central de Kirumba

494. 20 Février 2012 : Assassinat de l’opérateur économique Jean Paluku (53 ans) de KIKUVO au Sud du Territoire de Lubero dans la Province du Nord-Kivu qui était criblé de balles dans la nuit du 20 au 21 Février 2012 par des militaires Fardc s’exprimant en Kinyarwanda. Le crime a eu lieu au domicile de l’illustre disparu vers 21h00, heure locale. Les tueurs avaient défoncé la porte de sa maison avec des burins avant de l’abattre en présence de son épouse et de ses enfants. Après le crime, ils étaient repartis sans rien prendre. De toute évidence, ils étaient venus tuer un des hommes les plus prospères de la contrée. Papa Jean, comme on l’appelait à  Kikuvo, était commerçant grossiste du secteur Agro-Alimentaire. Il ravitaillait les villes et les cités du Nord-Kivu en farine de Manioc et Haricots. Il a été mis en terre le mardi 21 Février 2012 à Kikuvo. Il laisse derrière lui une veuve et 7 orphelins.

495. 27 Février 2012 : Mr Jean-Chrysostome LISONGO PAYPAY (34 ans) a été abattu par balles puis découper à la machette par des militaires FARDC à ALIMBONGO au Sud du Territoire de Lubero. Le lieu du crime était répugnant car les tueurs avaient détaché la tête du reste du corps très ensanglanté. Du jamais vu dans la contrée selon les habitants d’Alimbongo ! Selon les premières informations, Mr LISONGO PAY PAY vivait à Kanyabayonga. Il était arrivé à Alimbongo le dimanche soir pour le recouvrement d’une dette auprès d’un débiteur d’Alimbongo. Au cours de la nuit chez un de ses amis, un groupe des militaires FARDC non autrement identifiés sont arrivés et ont terrorisé tous les habitants de la maison. Curieusement, il n’y a que Mr LISONGO PAY PAY, le visiteur, qui a été sauvagement tué. Le soupçon pèse sur le débiteur que LISONGO PAY PAY devait rencontrer le lendemain matin, c’est-à-dire ce lundi 27 Février 2012, pour recouvrer sa dette. La rencontre et le recouvrement n’ont pas eu lieu car LISONGO PAY PAY n’était plus de ce monde.

496. 7 mars 2012 : Une maman de 30 ans a été assassinée à Rutshuru après avoir été violée par des militaires Fardc. Son corps avait été retrouvé sans tête, celle-ci ayant découpée à la machette. Ce nième ignoble assassinat a été au centre de la colère des femmes de Rutshuru lors du défilé du 8 mars 2012. En signe de protestation, les femmes de Rutshuru avaient barricadé la route avant d’être dispersées par la police.

497. 12 mars 2012 : Assassinat de Mme KAVIRA SIKIMINYA Ursule (36 ans), le Lundi 12 mars 2012 vers 21h30, heure locale, au Quartier Rughenda, à 150 m du Camp Militaire de l’Aéroport de Rughenda. Identité des tueurs : Militaires Fardc si l’on en croit leurs tenues. Vers 19h30, les voisins se rappellent avoir vu un groupe des militaires sillonner les abords du Centre Hospitalier. Ils se seraient cachés derrière la haie en cyprès qui entoure la clôture du centre hospitalier. Ils auraient donc attendu leur victime pendant 2h de temps, un signe qu’ils savaient qu’elle était sortie car, impatients, ils auraient essayé de la chercher à l’intérieur de la maison. Identité de la victime : Mme Kavira Sikiminya Ursule née le 22/08/1976, Deuxième épouse du Dr PALUKU KYAVULIKIRA Moise alias PAKIMO depuis 15 ans, de profession infirmière (A3 de l’ISTM Butembo), vivait avec son mari sur le lieu du service, à savoir, le Centre Hospitalier de Rughenda). Circonstances de l’Assassinat : A la fin du service vers 17h00, Maman Ursule envoie un texto à son mari : « je fais un saut à la maison pour voir maman car elle désire me voir pour la planification du mariage. La clé est en dessous du troisième bidon » Son mari l’attendait à la maison le soir. Il était en chambre en train faire un peu de lecture quand tout à coup il entend des coups des balles. Comme les coups des balles sont monnaie courante aux abords du camp militaire, Dr PAKIMO continue sa lecture. Après, quelques secondes, il entend des cris d’une femme qui appelle au secours’’. Il sort de la maison pour découvrir que c’est sa bien-aimée qui appelait au secours en ces termes : « « miye mwenye mina tunzaka mina kosa mutu wa ku ni secourir, badieee, mina kufa na muko na ona, mina kufia niniiii….. » ! Et puis c’était le silence. Mme PAKIMO ne parlera plus ! Elle respirait encore. Elle a reçu une balle dans sa hache et une autre dans ses trompes. Avant de s’enfuir, les tueurs avaient dépouillé leur victime de son téléphone, ses bijoux de grande facture, et son sac à mains. Secours : Comme toujours, les premiers secouristes de Butembo sont les voisins. Dépêchée à l’Hôpital Matanda car son Centre Hospitalier n’est pas outillé pour soigner des blessures du genre, Maman Ursule rendra l’âme pendant que les médecins cherchent du sang pour la maintenir en vie car elle avait beaucoup saignée. Enterrement : Le corps de Mme Ursule était exposé au Quartier MATANDA au domicile de l’oncle du Dr PAKIMO. L’enterrement a eu lieu dans la journée au cimetière de KITATUMBA sous une grande émotion des membres de famille, des amis, mais aussi des nombreux bubolais qui connaissaient l’infirmière, épouse d’un des grands docteurs pionniers de la médicine en ville de Butembo. Réaction des autorités locales : Aucune enquête n’a été diligentée. Après l’assassinat, aucun des militaires qui ne sont qu’à 150 m n’est arrivé sur le lieu pour s’enquérir de la situation.

aaaursuludcd00

498. 14 mars 2012 : Mr Kasereka Kabwave (36 ans) a été assassiné à Butembo. Son corps a été découvert dans un ravin en Cellule Wayimirya, Quartier Matanda en ville de Butembo. Les traces sur le cou tordu et le reste du corps de la victme font penser à une mort par étranglement dans la nuit du mardi au mercredi 14 mars 2012, soit 24h seulement après l’assassinat de Mme PAKIMO. La victime a été identifiée par les habitants du quartier comme Mr Kasereka Kabwave, marié et père de deux enfants. Sur la carte d’électeur découvert sur le corps de la victime, il était marqué 1976 comme l’année de sa naissance. Les membres de famille de l’illustre disparu n’ont pas encore été joignables pour éclairer l’opinion sur les circonstances ayant précédé son assassinat.

499. 15 mars 2012 : Assassinat de Mwami MBATSWE MUSHUNJU dans sa maison vers 19h30 par trois militaires Fardc. Il était Mwami du Groupement KIBATI, en Chefferie de BAKUMU, Territoire de NYIRAGONGO, Province du Nord-Kivu. La victime l’avaient abattu par six balles dans la poitrine et aux bras. Quand les habitants du groupement avaient voulu manifesté leur ras-le-bol à la suite de cet ignoble assassinat, les militaires du 802 régiment- FARDC sous le commandement du Colonel DAUDET, avaient sans broncher les avaient dispersé par des balles réelles. Plusieurs manifestants étaient blessés dans leur sauve-qui-peut. Mwami Mbatswe Mushunju etait membre du “ noyau de légitimité “ de Kibati du Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de l’Homme (CREDDHO) dans le groupement de Kibati, Territoire de Nyiragongo dans la province du Nord-Kivu. Pour rappel, en 2011, Mbatswe Mushunju avait reçu plusieurs menaces, et avait notamment fait l’objet d’un enlèvement par les FARDC du 802ème régiment, du 15 décembre 2011 au 5 janvier 2012, et dont le motif reste inconnu à ce jour. Deux mois après sa libération par ses ravisseurs, le voilà mort par assassinat.

500. 22 mars 2012: Assassinat du Commerçant PALUKU MUTI Jean baptiste (52 ans) à Mutiwandwa, route Malende. Mr Paluku Muti Jean-Baptiste (52 ans) était un commerçant dans la Province Orientale, notamment à WATSA. A cause du paludisme répétitif, il avait choisi de faire son business à partir de Butembo, et plus près de son village d’origine Kambaila sur la route de Manguredjipa. Il résidait au Quartier VUNGI, Cellule Vungi B, non loin du pont reliant Vungi B à MAKOKA. Il laisse une veuve et 4 orphelins. En 2006, Mr MUTI gagne un procès d’un conflit terrien à MAVONO-Route ISALE. Quelques mois après, quelqu’un se présentant comme le propriétaire de sa concession de Mavono était venu lui dire que celui qui lui avait vendu la concession était un usurpateur et un bandit, et qu’il avait perdu son argent. Chose grave, même le témoin qui avait signé l’acte de vente se rallia au prétendu vrai propriétaire. Ce dernier ouvrira un dossier de justice à la commune de Bulengera/Ville de Butembo. Mais chaque fois que Mr MUTI recevait une convocation, il ne trouvait ni les plaignants ni l’OPJ au local indiqué sur le papier de convocation. Mr MUTI avait conclu qu’’il y avait anguille sous roche au point qu’il ne voulait plus aller seul à ces faux rendez-vous. Mr MUTI décide de recourir au Kyaghanda pour que l’affaire soit résolu à l’amiable selon la coutume Nande. D’après les proches de l’illustre disparu, le Kyaghanda venait de mettre à nu l’escroquerie et de rétablir Mr MUTI dans ses droits. Il restait que le dossier ouvert chez l’OPJ de la Commune de Bulengera soit classé sans objet. Mr MUTI était content d’être rétabli enfin dans ses droits au point qu’il fit tomber toutes ses précautions sécuritaires telles que se faire accompagner chez l’OPJ de la Commune de Bulengera. La veille du jour de son assassinat, Mr MUTI reçu, selon ses proches, un appel de la Commune de Bulengera qui lui demandait d’être présent le lendemain pour clôturer le dossier de , concession de Mavono. Pour une fois, Mr MUTI parti seul de chez lui le jeudi matin à 10h00 au rendez-vous de la Commune de Bulengera. Il ne reviendra plus. Comme on lui avait dit au téléphone, le dossier était clôturé de manière irrémédiable. Vers 18h00, son fils qui jouait devant la maison familiale vu une camionnette de la Police stationnée avec phares allumées devant la maison. Un policier appelle le garçon et lui demande s’il connaissait le corps sans vie emballé dans une banche. Le garçon reconnut son père et fondit en larmes et en pleurs ‘’Ni Baba’ngu bame muua… Bana muuia nini…. » . Les cris du fils de l’illustre disparu alertant toute la famille et les voisins du quartier. Un des policiers qui transportaient le corps sans vie de Mr MUTI dira que son corps avait trouvé sans vie dans le bosquet de Mutiwandwa, sur la route de Malende , et que l’adresse du domicile du défunt avait été découverte grâce à la carte d’électeur mais des documents parcellaires recouvrés sur son corps. A coté de son corps, il y avait aussi un bidon d’acide sec et son corps portait des traces de poignard aux reins. Les observateurs pensent que les tueurs voulaient se débarrasser du corps par le feu mais pour une raison inconnue ils n’auraient pas accompli leur mission de « clôture du dossier de la concession de Mavono.’’ La famille demande que justice soit faite. L’enterrement de Mr MUTI a eu lieu le vendredi 23 mars 2012 à Kambaila, route Malende-Manguredjipa.

aaaassassinatPaluku_Muti00

501. 22 mars 2012 : Le FARDC Jean de Dieu, militaire de l’armée congolaise, tué par lapidation par des inconnus dans la soirée du jeudi 22 mars 2012. L’infortuné militaire Jean de Dieu était armé et en tenue militaire. Il était connu par la population pour ses actes de vandalisme sur les chemins de brousse, notamment le sentier qui mène vers Kitobindo où il attendait les paysans pour leur ravir nourriture ou argent pour ceux qui en avaient. Les paysans auraient déjà à plusieurs reprises dénoncé les exactions du militaire Jean de Dieu sans qu’une action disciplinaire de la part de ses responsables s’en suive. Les victimes de cette impunité de Jean de Dieu sont soupçonnées d’être les auteurs de sa lapidation dans la soirée du jeudi 22 mars. Ils auraient choisi de prendre leur courage en mains pour mettre Jean de Dieu hors d’état de nuire. Sa mort aurait été par lapidation. Son corps fut jeté en brousse. Ses camarades militaires l’avaient découvert plus de 24 h après, un signe qu’ils savaient par où le chercher. La réaction des militaires après la découverte macabre le vendredi soir de leur camarade mort par lapidation et jeté dans la brousse a été très musclée. Les Militaires de Kirumba ont fait une expédition punitive à travers la ville de Kirumba. Ils tiraient sur les civils qui s’enfuyaient dans tous les sens pour se cacher. Ceux qui sont tombés dans leur filet devaient donner tout ce qu’ils avaient comme argent en échange de leurs vies. Les survivants parlent d’une scène de guerre de militaires contre la population. Comme toujours, l’armée et la police déployées à Beni-Lubero ont eu une approche collective de la punition. Tous devaient être punis pour la faute de quelques-uns.

502. 24 mars 2012 : Mme Denise Kalivanda (36 ans) tuée à Kirumba, au Sud du Territoire de Lubero, lors d’une opération des représailles des Fardc à la suite de mort par lapidation d’un de leurs. Mme Denise KALIVANDA (36 ans) était connue à Kirumba sous le nom de Maman SHUKURU, mère de 4 enfants. Elle avait une boutique au Quartier Mbogho, Cellule SELEMANI. Les Fardc en colère avaient fait irruption dans sa boutique à 7h du matin. Mme Kalivanda venait juste d’ouvrir sa boutique pour commencer le travail. Elle était la première sur son avenue à ouvrir sa boutique. Sans sommation, les Fardc l’avaient criblé de balles avant de piller la boutique de tout ce qu’ils voulaient. Maman SHUKURU est morte sur le champ. Son deuil se tient chez elle au Quartier MAKASI, Avenue KABWE, Cité de Kirumba. 

503. 27 mars 2012 : 1 militaire Fardc (Rwandophone Hutu) brulé vif par la population du Quartier MUNYANGULA à 2 km de la Cité de Kiwanja en Territoire de Rutshuru, Province du Nord-Kivu. L’infortuné était surpris en flagrant délit de vol à mains armées dans la nuit du 26 au 27 mars 2012.

504. 29 mars 2012 : Mme Monique, Secrétaire à la Division des MinesNord-Kivu-Goma, a été assassinée par un groupe d’hommes en armes au Quartier Himbi dans la ville volcanique de Goma, dans la soirée du jeudi 29 mars 2012 vers 19h00, heure locale. Elle était morte sur le champ. La défunte était en pleine prière dans un groupe de prière se réunissant pour prier dans les maisons des membres. Lors de la fusillade, la maman propriétaire de la maison a aussi été touchée par balles et se fait soigner dans un hôpital de Goma.

505. 1er avril 2012 : Un papa de NGELEZA sur la route Butembo- Luotu en Territoire de Lubero en conflit de terre avec une autre famille de Ngeleza est abattu par des tueurs à gages engagés par la famille adverse.

506. 1er avril 2012 : 1 policier de Ngeleza /Luotu en Territoire de Lubero du groupe venu enquêter sur l’assassinat # 505 a été tué par lapidation par la population en colère. En effet, pour la population, les tueurs à gages sont des policiers ou des militaires déguisés. Souvent les bandits qui commettent les exactions en tenue civile sont les mêmes qui reviennent sur le lieu en tenue de la police pour diligenter des enquêtes qui n’aboutissent jamais. C’est ainsi que la population ne voulait pas voir des policiers dans leur village après l’assassinat d’un des leurs.  

507. 2 avril 2012 : Une Maman de Kalingate, Route Beni-Kalau au Sud-Est de la ville de Beni est égorgée durant la nuit dans sa maison avec ses trois enfants dont un garçon de 16 ans, par des bandits armés non autrement identifiés.

508. 2 avril 2012 : un garçon de 16 ans de Kalingate (cfr. # 507) 

509. 2 avril 2012 : Un enfant (1) de Kalingate (cfr. # 507) 

510. 2 avril 2012 : un enfant (2) de Kalingate (cfr.# 507) 

511. 2 avril 2012 : Le Fardc Jeudi Kasereka Matuleza (22 ans) est lapidé à mort par population de Kanyatsi au Nord de l’agglomération de MABUKU en Territoire de Beni. L’infortuné faisait partie d’un gang de trois militaires Fardc qui étaient venus piller nuitamment le village.

512. 7 Avril 2012 : Assassinat du Chef Coutumier Jean-Pierre KASONGYA d’Isonga, Groupement Bunyuka, Collectivité des Bashu, en Territoire de Beni. Invité à une réunion à Beni sur la gestion des terres et l’érection des communes rurales qui font couler beaucoup d’encre dans la région car perçue comme une stratégie de spolier les terres des congolais au profit des occupants étrangers, Mwami Jean-Pierre KASONGYA avait plaidé contre cette érection des communes rurales dans la région sous son contrôle qui comprend près d’un quart de la superficie du groupement Bunyuka. Le dernier de la réunion qui avait duré 4 jours, il commença à sentir des douleurs abdominales et un étouffement d’air dans ses poitrines. De retour chez lui à Isonga, sa situation ne fit que s’empirer au point qu’il n’a pas eu faire une restitution de la rencontre tumultueuse de Beni à ses notables. Dépêché à l’Hôpital de VUHIMBA-BUNYUKA, il rendit l’âme au matin du samedi 7 avril 2012. Il y a deux ans que son fils ainé KAZA KASONGYA qui devait être l’héritier et successeur est porté disparu. Il était parti à Butembo pour défendre un lopin de terre de leur circonscription qui était menacée de spoliation. On sait qu’il était parti de Butembo pour Isonga mais il n’est jamais arrivé. La terre de la famille royale KASONGYA, premier occupant du Groupement Bunyuka comprend une grande partie du graben où l’on a trouvé du pétrole. Depuis cette découverte, les chefs terriens disparaissent les uns après les autres. Jean-Pierre Kasongya est donc le troisième après son fils KAZA KASONGYA (+2010) et PATANGULI de Vuhesi /Isale (+ 2009).

513. 7 Avril 2012. Assassinat du footballeur MUMBERE Zawadi Kidolé (35 ans), gardien des buts de l’équipe de Football NYUKI MULTISYSTEM de la ville Butembo en Territoire de Lubero. Pour fêter la mort et la résurrection de Jésus-Christ, Kidolé et ses amis s’étaient donné rendez-vous dans un cafeteria au bord du Stade la Procure au Quartier MUTIRI en Commune de Bulengera. Après un repas copieux et une petite libation pascale, les amis s’étaient séparés vers 22h00. Si les uns sont arrivés chez eux sains et saufs, cela n’était pas le cas pour le goalkeeper Kidolé. Arrivé   au niveau du domicile de Feu KAPRO et MBINDU, Kidolé se retrouva face à face avec ses tueurs. Une dizaine au total selon les témoins terrés dans leurs maisons et qui suivaient la scène macabre par les fenêtres. Certains d’entre eux étaient habillés en tenue des militaires Fardc et de la Police, et d’autres en tenue civile. Sentant sa mort arrivée, avec son sang-froid habituel, Kidolé ne se laissa pas faire. Il bouscula ses tueurs et réussit à prendre la fuite. Malheureusement il prit la direction où d’autres membres du gang étaient postés. Atteint de deux balles dans la cheville du pied droit, Kidolé réussit à se faufiler dans une parcelle sans compter avec les tueurs qui étaient à ses trousses et qui l’ont achevé deux minutes plus tard par dix balles dans la poitrine. Pour empêcher tout mouvement des habitants de la parcelle où gémissait Kidolé, les tueurs avaient tiré deux balles dans une fenêtre au point que le propriétaire de la maison dit qu’il avait échappé bel car la fenêtre atteinte est celle de sa chambre à coucher. Quelques minutes après le crime, des militaires et des policiers en patrouille étaient arrivés au lieu du crime pour faire le constat. Une première dans l’histoire. Habituellement il faut les appeler et ils arrivent le lendemain ou plusieurs heures après les faits. Pour le cas de l’assassinat de Kidolé, ils sont arrivés d’eux-mêmes moins de quinze minutes après au point qu’on les soupçonne d’être les tueurs revenus comme enquêteurs sur le lieu de leur crime ignoble. Faisant le bon samaritain, ces enquêteurs véhiculés se chargèrent du transport du corps sans -vie de Kidolé jusque chez ses parents, non loin du lieu du crime, c’est-à –dire au quartier Mutiri, Cellule MUSUVULYA. Kidolé était le fils ainé de Mr Kambale MWEPU. Il habitait le même quartier que son père mai en Cellule VATOLYA, Commune de Bulengera, où il laisse une veuve et 5 enfants. KAKO, frère cadet à kidolé , lui aussi footballer de talent est inconsolable. Il était avec son unique grand-frère (leur famille n’ayant que deux enfants) à la fête pascale sans savoir que c’était une fête d’au-revoir. Avant l’enterrement de l’idole du ballon rond ‘’kidolé’’ dans son village natal d’ISALE, son corps a été exposé au stade MATOKEO où des milliers des jeunes et sportifs de la ville de Butembo étaient venus lui rendre leur dernier hommage. Avant d’être goalkeeper de NYUKI MULTI SYSTEM, Kidolé était goalkeeper de SOCOZAKI.

aaaaakidole00

514. 9 avril 2012 : Assassinat du Policier ALIMASI MWERA Kahindo (agent principal de la Police Nationale Congolaise) de la ville de Butembo en Territoire de Lubero. Des hommes armés non autrement identifiés ont attaqué l’Etat-major de la Police nationale congolaise (PNC) du Quartier BEL-AIR, Route Météo, en ville de Butembo, dans la nuit de dimanche 8 à lundi 9 avril 2012. Un échange des tirs a eu lieu entre les assaillants et les policiers qui montaient la garde du dépôt des minutions. Des sources policières parlent de 3 morts et 3 blessés.

aaaabbopolicestues00

515. 9 avril 2012 : Assassinat de Brigadier Pascal KAY Muhindo de la Police Nationale Congolaise de la Ville de Butembo en Territoire de Lubero. Des hommes armés non autrement identifiés ont attaqué l’Etat-major de la Police nationale congolaise (PNC) du Quartier BEL-AIR, Route Météo, en ville de Butembo, dans la nuit de dimanche 8 à lundi 9 avril 2012. Un échange des tirs a eu lieu entre les assaillants et les policiers qui montaient la garde du dépôt des minutions. Des sources policières parlent de 3 morts et 3 blessés.

516. 9 Avril 2012 : Assassinat du militaire Fardc Fiston BOZELA BOSILO à Butembo, Territoire de Lubero. Des hommes armés non autrement identifiés ont attaqué l’Etat-major de la Police nationale congolaise (PNC) du Quartier BEL-AIR, Route Météo, en ville de Butembo, dans la nuit de dimanche 8 à lundi 9 avril 2012. Un échange des tirs a eu lieu entre les assaillants et les policiers qui montaient la garde du dépôt des minutions. Des sources policières parlent de 3 morts et 3 blessés. Du côté des assaillants, rien n’est signalé jusqu’à présent. Les assaillants ont emporté deux armes, ajoutent les mêmes sources. Les bandits auraient abandonné des ‘’shikwange’’ à l’Etat-major de la PNC.

aaaabozela00

517. 9 avril 2012 : Assassinat de Mme Florence Kavira (32 ans) à Kanyabayonga en Territoire de Lubero. Mme Florence Kavira Florence (32 ans), mariée et mère de six enfants a été fusillé à la barrière TP de Kanyabayonga par un garde de parc du nom de KAGERA le lundi 9 avril 2012 à 14h00, heure locale. Mme Florence Kavira habitait à Butembo, Cellule NGULE et se rendait à Goma pour une visite familiale. Arrivée à la barrière TP de Kanyabayonga (1ière Barrière au début du parc de Virunga, à environ 1km après la cité de Kanyabayonga), le bus dans lequel elle voyageait s’est arrêté comme d’habitude à la barrière à 300 m derrière un autre véhicule dont le chauffeur était dans une discussion chaude avec les gardes de parc. Au centre de la chaude discussion était le taux de change du dollar américain pour les frais de la barrière. Le chauffeur du premier véhicule ne voulait pas payer 1500 FC (soit 1,7 US $) comme frais de passage car cette barrière n’est pas un péage-route. Cependant les chauffeurs donnent toujours un ‘’kitu kidogo’’ ou ‘’chai’’ aux gardes de parc. Le chauffeur était dans son droit mais la force du Kalachnikov était du côté des gardes de parc. Au lieu de s’en prendre au chauffeur, le garde de parc du nom de Kagera ira ouvrir le feu le bus dans lequel voyageait Mme Florence Kavira. Deux balles ont atteint Mme Florence Kavira. Le chauffeur a fait appel à l’ambulance de Kayna pour secourir les blessés dont Mme Florence Kavira. L’ambulance arrivera sur le lieu du crime plus d’une heure après l’accident. Mme Florence Kavira se débattait encore contre la mort. L’équipe médicale de l’Hôpital Général de Kayna a fait son travail mais les dégâts étaient sérieux. La balle était entrée par l’hypochondre droit pour sortir à l’hypochondre gauche. Le foie, la rate, les vaisseaux et la colonne vertébrale, la moelle épinière étaient touchés et le colon perforé selon les sources médicales de Kayna. Mme Florence Kavira a rendu l’âme pendant l’intervention chirurgicale. L’hôpital de Kayna a sur demande de la famille reconduit le corps de Mme Florence Kavira à Butembo où l’enterrement a eu lieu le mercredi 10 avril 2012. Le garde de parc assassin de Mme Florence Kavira serait aux arrêts à l’auditorat de Kanyabayonga en attendant son éventuel transfert à Butembo pour un jugement. 

aaaaaflorence00

518. 1er mai 2012 : Assassinat de Mr KAMBALE KINYAVWENGE à Kasindi en Territoire de Beni. Dans la nuit du samedi à dimanche, Mr KAMBALE KINYAVWENGE a été abattu par balles en son domicile du Quartier Kangahuka dans la cité de Kasindi, à la frontière du Territoire de Beni avec l’Ouganda. Le Quartier Kangahuka est celui qui abrite le Centre de Santé des Anglicans. Les tueurs en armes et en uniforme militaire ont pris la fuite après leur sale besogne. Et comme d’habitude dans ce coin de la R. D. Congo aucune enquête n’a été diligentée pour retrouver les tueurs. Un fait compréhensible dans la mesure où les tueurs sont des agents de l’ordre qui ne peuvent pas enquêter sur eux-mêmes. Feu Kambale Kinyavwenge entre au Martyrologue de Beni-Lubero comme le 518 ième martyr de l’Intégrité Territoriale de la R.D. Congo.

519. 1er mai 2012 : 1 militaire Fardc (1) tué par balles dans une embuscade à Timbo Timbo, Matembe, route Butembo-Kirumba en Territoire de Lubero. Un autre militaire Fardc est tué ainsi que trois civils, dont un enfant dont la mère s’en est sortie avec des graves blessures. Les tueurs avaient tiré sur un minibus en partance pour Goma. Plusieurs biens de valeur des passagers ont été emportés par les assaillants.

520. 1er mai 2012 : 1 militaire Fardc (2) tué par balles dans une embuscade à Timbo Timbo, Matembe, route Butembo-Kirumba en Territoire de Lubero. Un autre militaire Fardc est tué ainsi que trois civils, dont un enfant dont la mère s’en est sortie avec des graves blessures. Les tueurs avaient tiré sur un minibus en partance pour Goma. Plusieurs biens de valeur des passagers ont été emportés par les assaillants

521. 1er mai 2012 : 1 civil (1) tué par balles dans une embuscade à Timbo Timbo, Matembe, route Butembo-Kirumba, en Territoire de Lubero. Deux militaires Fardc ont été tués ainsi que deux autres civils, dont un enfant dont la mère s’en est sortie avec des graves blessures. Les tueurs avaient tiré sur un minibus en partance pour Goma. Plusieurs biens de valeur des passagers ont été emportés par les assaillants

522. 1er mai 2012 : 1 civil (2) tué par balles dans une embuscade à Timbo Timbo, Matembe, route Butembo-Kirumba en Territoire de Lubero. Deux militaires Fardc avaient été tués ainsi que deux civils, dont un enfant dont la mère s’en est sortie avec des graves blessures. Les tueurs avaient tiré sur un minibus en partance pour Goma. Plusieurs biens de valeur des passagers ont été emportés par les assaillants.

523. 1er mai 2012 : 1 enfant (2 ans) tué par balles dans une embuscade à Timbo Timbo, Matembe, route Butembo-Kirumba en Territoire de Lubero. Deux militaires Fardc sont aussi tué dans l’embuscade ainsi que deux civils. La maman de l’enfant tué s’en est sortie avec des graves blessures. Les tueurs avaient tiré sur un minibus en partance pour Goma. Plusieurs biens de valeur des passagers ont été emportés par les assaillants

524. 1er Mai 2012 : Mme Cécile Kanyere et sa fillette Patience (4 ans) sont assassinées vers 00h30 lors d’une attaque du camp militaire Fardc de Kasando (localité de Kirumba) dirigé le Colonel TSHOMBA, en Territoire de Lubero. 4 militaires ont été blessés légèrement. 8 blessés graves parmi les assaillants.

aaaaaakanyerececile00

525. 1er mai 2012 : Mlle Patience (4 ans) du camp militaire Kasando en Territoire de Lubero est assassinée avec sa mère (cf. # 524).

aaaaaakanyerececile00

526. 4 mai 2012 : Mr Kasereka Innocent (25 ans), taximan de moto d’Oïcha/Beni et marié depuis 3 mois seulement a été assassiné sur le tronçon Mbau-Mantumbi dans la soirée de jeudi à vendredi 4 mai 2012. Le taximan Kasereka était originaire de Kyanzaba, route Mangina. Il s’était installé à Oïcha pour des raisons de service. Ses tueurs s’étaient présentés à lui comme des clients qui voulaient se rendre à Mbau. Le système de transport de deux clients sur la même moto fait du taximan une possible victime du rapport de force surtout quand les deux passagers sont des hiboux du même plumage. Une fois dans un endroit non habité, les deux clients ont ravi la clé de contact à Kasereka. L’un d’eux a conduit la moto vers Mantumbi-Musuku. A environ 5km de Mbau, les clients devenus tueurs l’avaient criblé de plusieurs balles dans la tête. Après leur salle besogne, les tueurs avaient abandonné son corps à côté de la moto. Pour montrer qu’ils avaient comme objectif de le tuer, les tueurs n’avaient pas pris l’argent que Feu Kasereka avait sur lui. Son corps sera retrouvé par les passants dans la matinée du vendredi 4 mai 2012. Son enterrement a eu lieu dans son village natal de Kyanzaba. Sa jeune épouse qui reste veuve trois mois seulement après son mariage est inconsolable.

527. 8 mai 2012 : Assassinat de Kyakimwa Esther (24 ans) dans sa boutique-alimentation à Bunia, district d’Ituri en Province Orientale. Mlle Kyakimwa Esther (24 ans) était une beniluberoise originaire de Mahigha-Kyondo en Territoire de Beni. Elle a été abattue à bout portant de plusieurs balles dans son corps par des hommes en armes à 21h00, heure locale, heure de la fermeture de sa boutique-alimentation. Esther est morte sur le champ. Elle avait comme frère, Mr Malonga Ladislas, infirmier promoteur du Poste de Santé Amini Yesu, domicilié à Rughenda/Butembo et Mr Albéric, boucher au croisement de la Rue d’Ambiance avec l’Avenue Talihya à qui des messages des condoléances peuvent être adressés. Le corps de Feu Esther est arrivé à Butembo dans la nuit du dimanche à lundi 7 mai 2012. L’enterrement a eu lieu ce lundi 7 mai 2012 dans la terre de ses ancêtres à Mahigha-Kyondo sous une forte émotion de la famille qui sans préavis a perdu un membre gagne-pain de la famille.    

528. 9 mai 2012 : Mr KATEMBO SYAYIRA Obède la trentaine révolue, a été fusillé par des Policiers à Musienene en Territoire de Lubero dans la soirée du mercredi 9 mai 2012. Le lieu exact du crime est Misevere près de la ligne de l’Equateur dans la périphérie de la cité de Musienene. Dépêché à l’hôpital de Musienene par des bons samaritains, Mr Katembo Syayira succomba à ses blessures quelques heures après. Avant de mourir, il s’était présenté aux bons samaritains venus à son secours comme un Gérant d’une ferme de Kitsombiro en Territoire de Lubero , qu’il se rendait chez le patron propriétaire de la ferme pour donner le rapport d’activités et qu’il venait d’être fusillé par des policiers. La police de Musienene par la voix d’un certain Musafiri, Commandant de la PNC Commissariat de Musienene a quant à elle donné une version complètement différente de celle des bons samaritains venus au secours de la victime. Selon le Commandant Musafiri, Mr Katembo était surpris en train de voler une moto de marque SENKE, raison pour laquelle les policiers avaient tiré mortellement sur lui. Musafiri a au moins dit la vérité sur les auteurs du crime tout en couvrant les auteurs par l’usage légal de la violence. Comme il n’y a pas d’enquête, l’opinion locale donne plus de crédibilité à la version des bons samaritains. Toute la journée du jeudi 10 mai le corps de Mr Katembo était encore à la morgue de Musienene en attendant que sa famille et son patron de Butembo soient identifiés et informés de la tragédie.

529. 9 mai 2012 : Mme ZABIBU KAZINGUFU PHOEBE a été abattue vers 20h30 dans la nuit de mercredi 9 mai 2012 à KASUSULA/NZENGA, l’un des Quartier de la cité de MUTWANGA, Chef-lieu de la Collectivité de RUWENZORI, à 55 km à l’Est de la ville de Beni. Les tueurs étaient 3 bandits armés et vêtus en uniforme militaire Fardc. Mme ZABIBU qui vivait en Ville de Beni était en visite chez son frère cadet Mr LUNGO KAZINGUFU, un opérateur économique de Mutwanga. Pendant l’attaque, les tueurs ont extorqué 1.275 US$ et 210 000 Francs Congolais. L’un des assaillants s’était introduit dans la chambre où logeait Mme ZABIBU de qui il exigeait de l’argent. Comme Mme ZABIBU n’avait pas d’argent, l’assaillant a voulu la violer. Devant la résistance de Mme ZABIBU, l’assaillant l’a criblé de deux balles dans la poitrine. Mme ZABIBU est morte sur le champ. Le soupçon pèse sur les militaires du 807è Régiment de Mutwanga. La population en colère voulait déposer le corps de Mme ZABIBU au camp militaire du 807 ième Régiment Fardc de Mutwanga quand les militaires ont ouvert le feu pour la disperser. On a failli assister à d’autres dégâts humains. Impuissante devant l’armée, Mme ZABIBU fut inhumée à Mutwanga dans la soirée du 9 mai 2012.

530. 9 mai 2012 : Assassinat d’Augustin MATIYA (18 ans) par des mutins de Bosco Ntaganda à Isangi (2 km) à l’Ouest du centre d’Alimbongo, route Mbingi , en Territoire de Lubero. 5 mutins parlant kinyarwanda et habillés en tenues militaires Fardc étaient arrivés vers 22h00, heure d’Alimbongo à Isangi. Faisant du porte à porte, ils avaient réussi à extorquer tout objet de valeur. Arrivé au château-fort du Jeune Augustin, ils l’ont abattu sous prétexte qu’il ne voulait rien leur donner. La vérité est que le jeune Augustin (18 ans) n’avait ni biens matériels ni argent, dépendant toujours de sa famille. L’enterrement de Matiya a eu lieu le mercredi 9 mai 2012 dans son village d’Isangi sous une grande émotion de la population qui ne sait plus à qui recourir et à qui faire confiance depuis la decouverte que Kinshasa est complice des tueurs de l’Est du pays.

531. 9 mai 2012 : Assassinat du chef terrien Muhindo Vihugho (53 ans), chef terrien, à Kipese , chefferie de Bukenye, en Territoire de Lubero, en son domicile de Virenge/Kipese dans la nuit du 6 au 7 mai 2012 par des militaires Fardc. Dans la chefferie de Bukenye, l’illustre disparu était le gardien des coutumes. Ses tueurs, sans dire un mot et sans rien exiger, étaient venus l’abattre pour un motif déjà connu, à savoir, l’élimination des chefs coutumiers qui s’opposent à l’occupation de leurs terres par les rwandais. Dans l’intervalle d’un an, le chef Vihugho est le troisième de la chefferie de Bukenye a été assassiné par des militaires Fardc. Son enterrement a eu lieu le lundi 7 mai 2012 à Virenge en présence d’une foule immense venue rendre hommage à leur chef.

532. 12 mai 2012 : Mr Kakule Nzalire Nzaghani (60 ans), un agriculteur blessé par balles par des bandits en son domicile de Busekera/ Mbughavinywa dans la nuit du 6 au 7 avril 2012 a succombé à ses blessures à l’Hôpital de Kayna le 12 mai 2012. Il était marié et père de plusieurs enfants. Son enterrement a eu lieu à Busekera le 13 mai 2012.

533. 14 mai 2012 : Assassinat de Mr Nicodème Kabuyaya Ndondi (43 ans), agriculteur à Kikuvo-Lubero, à 8km à l’Est de Kirumba, Groupement Musindi, Chefferie des Batangi, en territoire de Lubero. Mr Kabuyaya était abattu à 22hOO en son domicile par un militaire Fardc. D’après les survivants de l’attaque, le militaire tueur parlait Kinyarwanda au point qu’on ne comprenait même pas ce qu’il disait. Avant d’abattre Kabuyaya par 6 balles dans la poitrine, le malfrat lui avait d’abord ravi son téléphone et fouillé ses poches, apparemment en recherche de l’argent. Kabuyaya est mort dans son salon en présence de son épouse et de ses enfants. La blessure morale provoquée par cet assassinat sera difficile à guérir. Les enfants sont inconsolables. Kabuyaya en avait 10 (5 garçons et 5 filles) et il était le seul gagne-pain de la famille. La colère de la population était visible lors de l’enterrement de Kabuyaya qui a eu lieu mardi 15 à Kikuvo au Sud de Lubero.

534. 14 mai 2012 : Assassinat de Mr Masumbuko Mbuka Constantin (73 ans), un Chef-Adjoint du Quartier Matonge –Beni, Commune de MULEKERA, en ville de Beni. Mr Masumbuko a été égorgé par un groupe de jeunes, porteurs d’armes blanches et une seule arme à feu. Ces inciviques se sont introduits en son domicile du Quartier KALINDA, en Cellule de NTONI, vers 20h30 du dimanche 14 mai 2012. Il était au salon avec son épouse et ses enfants. Les assaillants l’avaient conduit dans sa chambre à coucher où ils lui coupèrent la gorge. Ils emportèrent avec eux la gorge de la victime. Le chef Masumbuko a été enseveli sans gorge dans l’après-midi du lundi 14 mai 2012 sous une vive émotion de la population qui découvre à ses dépens des méthodes criminelles inédites dans la région.

535. 14 mai 2012 : 1 militaire Fardc (1) voyageait dans un véhicule FUSO vers Goma a été abattu par des tireurs embusqués sur le tronçon Kanyabayonga-Rwindi à environ 7 km de Kanyabayonga. Selon le chauffeur de ce FUSO, Mr BALUME MUBAWA, domicilié à NDOSHO en ville de Goma qui est aussi sorti avec blessures graves (deux cuisses cassé par balle avec une troisième bale dans l’abdomen,) le véhicule qu’il conduisait était en location pour le transfert des militaires Fardc de Kaseghe à Goma. Une lance-roquette lancée dans les deux pneus arrière qui sont sortis complètement calcinés, une autre lance-roquette dans le bloc moteur. Le bilan humain de l’attaque est de  4 personnes dont deux militaires et deux civils. Plusieurs blessés graves sont des militaires Fardc dont deux capitaines et quelques épouses des militaires, le chauffeur et son boy chauffeur…

536. 14 mai 2012 : 1 militaire Fardc (2) voyageait dans un véhicule FUSO vers Goma a été abattu par des tireurs embusqués sur le tronçon Kanyabayonga-Rwindi   à environ 7 km de Kanyabayonga. Selon le chauffeur de ce FUSO, Mr BALUME MUBAWA, domicilié à NDOSHO en ville de Goma qui est aussi sorti avec blessures graves (deux cuisses cassé par balle avec une troisième bale dans l’abdomen,) le véhicule qu’il conduisait était en location pour le transfert des militaires Fardc de Kaseghe à Goma. Une lance-roquette lancée dans les deux pneus arrière qui sont sortis complètement calcinés, une autre lance-roquette dans le bloc moteur. Le bilan humain de l’attaque est de   4 personnes dont deux militaires et deux civils. Plusieurs blessés graves sont des militaires Fardc dont deux capitaines et quelques épouses des militaires, le chauffeur et son aid-chauffeur.

537. 14 mai 2012 : 1 civil –Home Fardc (1) voyageait dans un véhicule FUSO vers Goma a été abattu par des tireurs embusqués sur le tronçon Kanyabayonga-Rwindi   à environ 7 km de Kanyabayonga. Selon le chauffeur de ce FUSO, Mr BALUME MUBAWA, domicilié à NDOSHO en ville de Goma qui est aussi sorti avec blessures graves (deux cuisses cassé par balle avec une troisième bale dans l’abdomen,) le véhicule qu’il conduisait était en location pour le transfert des militaires Fardc de Kaseghe à Goma. Une lance-roquette lancée dans les deux pneus arrière qui sont sortis complètement calcinés, une autre lance-roquette dans le bloc moteur. Le bilan humain de l’attaque est de   4 personnes dont deux militaires et deux civils. Plusieurs blessés graves sont des militaires Fardc dont deux capitaines et quelques épouses des militaires, le chauffeur et son boy chauffeur…

538. 14 mai 2012 : 1 militaire Fardc (2) voyageait dans un véhicule FUSO vers Goma a été abattu par des tireurs embusqués sur le tronçon Kanyabayonga-Rwindi   à environ 7 km de Kanyabayonga. Selon le chauffeur de ce FUSO, Mr BALUME MUBAWA, domicilié à NDOSHO en ville de Goma qui est aussi sorti avec blessures graves (deux cuisses cassé par balle avec une troisième bale dans l’abdomen,) le véhicule qu’il conduisait était en location pour le transfert des militaires Fardc de Kaseghe à Goma. Une lance-roquette lancée dans les deux pneus arrière qui sont sortis complètement calcinés, une autre lance-roquette dans le bloc moteur. Le bilan humain de l’attaque est de   4 personnes dont deux militaires et deux civils. Plusieurs blessés graves sont des militaires Fardc dont deux capitaines et quelques épouses des militaires, le chauffeur et son boy chauffeur…

539. 14 mai 2012 : Mr KAMBALE KAKOTI (48ans) un greffier au bureau de la Chefferie de BWITO, en Territoire de Lubero, qui voyageait comme passager à bord d’un véhicule qui est tombé dans une embuscade sur l’axe Kibirizi-Kanyabayonga est mort à la suite de ses blessures dans le même véhicule au centre de santé de référence de KANYABAYONGA vers 23h00 du même jour.

540. 14 mai 2012 : Mr Kwabene Nyarukemba tué entre 3h00 et 5h45 du matin dans la localité de Lukando, village de Kamananga, Bunyakiri au Sud-Kivu par une milice rwandaise. C’est ainsi qu’au lendemain du carnage de Kamananga, les rescapés devant l’horreur des corps ensanglantés jonchant les parcelles et les sentiers de Lukando, voyant qu’ils n’avaient plus rien à perdre et à protéger avaient choisi d’attaquer mains nues les casques bleus de la MONUSCO qui représentent la communauté internationale silencieuse quand il s’agit des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis en RDC. En effet, le camp de la Monusco n’est pas loin de Kamananga. Mais la Monusco n’était pas intervenue. C’est pourquoi elle était prise en partie quand elle s’apprêtait à faire ce qu’elle sait faire en RDC, à savoir, compter les victimes. Les échauffourées entre civils et agents de la Monusco avaient fait 14 blessés légers parmi les casques bleus de la Monusco.

541. 14 mai 2012 : Mme Kabubwa Ngomerero tuée à Bunyakiri (#547)

aaaaaaaaaaaabunyakirimassacre

542. 14 mai 2012: Mr Migo Mongo Bernardin tué à Bunyakiri (#547)

aaaaaaaaaaaaabunyakirimassacre

543. 14 mai 2012: Mme Baraka Silla tuée à Bunyakiri (#547)

544. 14 mai 2012 : Mme Solange Tulinabo tuée à Bunyakiri (#547)

aaaaaaaaaaaaaabunyakirimassacrefe

545. 14 mai 2012 : Mme Zawadi Maendeleo tuée à Bunyakiri (#547)

546 14 mai 2012 : Mlle Shukuru Hamuliko (enfant) tuée à Bunyakiri (#547)

547. 14 mai 2012 : Mme Balyamwabo Bukiro tuée à Bunyakiri (#547)

aaaaaaaaaaaaabunkafemme

548. 14 mai 2012 : Mme Bampa Bukiro tuée à Bunyakiri (#547)

549. 14 mai 2012 : Mr Moise Kangoma tué à Bunyakiri (547)

550. 14 mai 2012 : Mme Moise Kangoma Riziki tuée à Bunyakiri (#547)

551. 14 mai 2012 : Mme Katindi Bwaale tuée à Bunyakiri (#547)

552. 14 mai 2012 : Mme Passy Chibarachi tuée à Bunyakiri (#547)

553. 14 mai 2012 : Mme Julie Silla tuée à Bunyakiri (#547)

554. 14 mai 2012 : Mme Naburembo Maman Kafuluka tuée à Bunyakiri (#547)

555. 14 mai 2012 : Mme Monika Kakoko tuée à Bunyakiri (#547)

556. 14 mai 2012 : Mme Nazaire Hachombo tuée à Bunyakiri (#547)

557. 14 mai 2012 : Mme Vumi Mado (#547)

558. 14 mai 2012 : Mme Louise Namwenda Kachikomo (#547)

559. 14 mai 2012 : Fille de Mme Louise Namenda (#547)

560. 14 mai 2012 : Fille de Mr Malimingi Bukumba (#547)

561. 14 mai 2012 : Mme Mashopo (#547)

562. 14 mai 2012 : Fille de Mashapo (#547)

aaaaaaaaaaamassacrebunyakiri

563. 14 mai 2012 : Mme Sofia (#547)

aaaaaaaaaaaaaaabunyakirife

564. 14 mai 2012 : Fille de Pablo (#547)

565. 14 mai 2012 : Fille de Mr Théophile Ngirima (#547)

566. 15 mai 2012 : Le policier KAMBALE TSONGO, du District de la Police de Lubero s’est suicidé vers 14h00, heure de Lubero en se tirant une balle dans la tête. Selon ses camarades policiers, le policier Kambale Tsongo s’est suicidé parce qu’il ne voulait plus tuer des civils comme un ordre de mission le lui ordonnait dans le village de KAVALE à 15 km de Lubero-Cité. Depuis un certain temps, le Policier Kambale Tsongo qui était, semble-t-il, un homme épris de paix et de justice, se lamentait de ce genre des missions macabres qu’il était appelé à remplir. Selon le commandant de la Police Nationale de KAVIRO qui l’avait envoyé en mission, le Policier Kambale Tsongo se serait tiré une balle dans la tête par imprudence, sans dire dans quelles circonstances cette imprudence mortelle a eu lieu. La Police de Lubero est sous le commandement des officiers du CNDP depuis plus de deux ans… L’enterrement du Policier Kambale Tsongo a eu lieu à LUBERO le mercredi 16 mai 2012.

567. 16 mai 2012 : Un corps sans vie a été découvert à Kokola, sur la route Oïcha – Eringeti, en territoire de Beni. Il était d’abord égorgé avant d’être calciné et était déjà en décomposition au point qu’il est difficile de dire s’il s’agit d’un homme ou d’une femme.

568. 16 mai 2012 : Mlle Jeanine KASOKI (20 ans) de Maboya en Territoire de Beni a été retrouvée assassinée dans la rivière KIMEMI au niveau de l’endroit appelé AMINI YESU NA UTAOKOLEWA. Selon les membres de sa famille, Mlle Jeanine était partie au champ. Sur son chemin de retour, elle était tombée entre les mains des militaires Fardc qui étaient signalés sur le tronçon Kisalala-Maboya entre 18h00 et 21h00, heure locale. Plusieurs personnes qui revenaient de leurs champs disent avoir été pillées de leur argent, téléphones, etc. Mlle Jeanine aurait été retenue pour servir les appétits sexuels des militaires, un fait qui explique pourquoi son corps a été retrouvé très loin de Maboya. Les traces de poignard sur corps montrent qu’elle s’était défendue de toutes ses forces avant de succomber. Après leur forfait, les tueurs avaient attaché le corps sans vie de Mlle Jeanine sur un morceau de bois avant de le jeter dans la cours d’eau d’AMINI YESU. Les bergers l’ont découvert flottant sur l’eau le 16 mai vers 7h00 du matin. Aussitôt, les voyageurs et les radios locales ont propagé la nouvelle. Sa famille qui s’inquiétait déjà de ne pas la voir revenir du champ, n’a pas douté un seul instant qu’il s’agissait de leur fille. Ce qui était plus douloureux, c’est le fait qu’après la découverte du corps et l’arrivée des parents sur le lieu du crime, il n’y ait eu de corbillard pour s’occuper du transport du corps violenté et ensanglanté de feu Jeanine Kasoki. Les parents ont ainsi fabriqué un brancard sur lequel ils ont transporté le corps d’AMINI YESU jusqu’à Maboya, soit une distance de 12 km environ. Tout le long du trajet, les passants ont découvert avec colère et émotion l’ampleur de l’insécurité qui a élu domicile dans le Kivu-Ituri.

aaaaaaaakasokijeanine00

569. 17 mai 2012 : Assassinat du Commerçant Mbusa Malinga Paul (33 ans) à Bunia. Le dicton ‘’Je vais à Goma ou au ciel » s’applique aussi à Bunia car bon nombre de beniluberois ont perdu leur vie sur l’axe Butembo-Bunia. Le dernier cas recensé par Beni-Lubero Online est celui du commerçant MBUSA MALINGA Paul (33 ans). Parti de Mongwalo pour Butembo sur sa moto SENKE le jeudi 17 mai 2011, le commerçant Malinga est tombé dans une embuscade des forces d’occupation et de pillage à CHAI, soit environ 12 km après le Centre-ville de Bunia, route Butembo. C’était vers 19h00, heure de Bunia. Ses tueurs lui avaient logé plusieurs balles au ventre. Le Commerçant Malinga était mort sur le champ ! Son corps avait été déposé dans un hôpital de Bunia par des hommes de bonne volonté. D’après ses associés de Mongwalo, l’illustre disparu avait dans son sac un pactole de 16 500 US$ et un colis d’or dont la quantité n’a pas été révélée. Parti de Butembo le mercredi 16 mai 2012, le commerçant Malinga rentrait à Butembo le lendemain avec cette grosse somme d’argent, certainement pour acheter un article qui se vendait bien à Mungwalo. C’est cela la règle du jeu. Malheureusement l’insécurité entretenue au Kivu-Ituri ne permet pas un commerce florissant et des voyages par route. Feu Malinga et ses associés de Mongwalo et de Goma ont ainsi perdu non seulement leur patron mais aussi une partie du capital de leur entreprise. La moto a été retrouvée sur le lieu du crime. Les militaires qui étaient descendus sur le lieu du crime pour faire le constat disent avoir retrouvé 1500 US$ dans ses poches, les tueurs ayant emporté le reste de l’argent et le colis d’or. Feu Malinga est né à KATWA le 9 avril 1979. Agé de 33 ans et père de 4 enfants, Malinga était marié à Mme KASOKI MADAWA. Malinga avait fait ses études primaires à FARAJA/ KATWA et ses études secondaires à l’Institut KYAVAGHENDI de Butembo où il avait obtenu son diplôme d’Etat. Après son mariage, Malinga avait choisi comme profession le commerce Butembo-Goma, et Butembo-Mungwalo, deux endroits où il avait ouvert des points de vente d’articles divers et de forte demande. Son corps est arrivé à Butembo dans la nuit du Vendredi 18 mai 2012 vers 21h00, heure locale. Après une veillée mortuaire en son domicile de KITULU (VULUMBI) et un culte funèbre en l’église C.B.CA Vulumbi, l’illustre disparu a été inhumé à KASESA le Samedi 19 mai 2012. Que la terre des ancêtres lui soit douce et légère 

aaaaaaaaaamalinga00 

570. 17 mai 2012 : Assassinat de Mr Kambale Silwamughuma Justin (45 ans) qui a été abattu par balles à Rwindi dans le Parc National des Virunga, notamment à Rwindi, à quelques encablures du Camp de la Monusco. Le corps sans vie de Mr Silwamughuna (dont le nom en Kinande veut dire littéralement «la mort n’arrive pas qu’aux autres » a été rapatrié à Butembo. informée, l’épouse de l’illustre disparu avait piqué une crise au point qu’elle était sous perfusion lors de l’enterrement. Les enfants sont inconsolables de se voir devenir orphelins par la méchanceté des forces d’occupation et de pillage qui endeuillent le Kivu-Ituri. L’Abbé Wambereki Jean, Vicaire de la Paroisse de Luotu et Beau-Frère de l’illustre disparu a demandé aux nombreux membres de famille, amis et collègues de service venus rendre un dernier hommage à Silwamughuma de prier et de travailler pour la paix en RDC . Feu Kambale Silwamughuma Justin est le 545 ième martyr recensé par BLO et le 27ieme de ce mois de mai 2012. Que la terre des ancêtres de Beni-Lubero lui soit douce !

aaaaaaaaasilwamughumaposter

571. 25 mai 2012 : Assassinat de Mr Kasereka Musukali alias Capitaine (25 ans) à Kasindi-Beni. La population du Quartier Kiduduma de la Cité de Kasindi, Territoire de Beni est sous le choc de l’assassinat ignoble de Mr Kasereka Musukali alias Capitaine (25 ans) ce vendredi 25 mai 2012 à 4h00 du matin heure locale. Des éléments des forces d’occupation et de pillage de l’Est de la R.D. Congo habillées en uniforme militaire FARDC ont forcé leur entrée dans sa maison pour lui ôter la vie par deux balles dans l’abdomen et dans la cuisse gauche en présence de son épouse et de ses trois enfants. Mr Musukali est mort sur le champ. Il était connu en cité de Kasindi comme ‘’bombeur’’ ou transporteur tout terrain et tous travaux au parking de Lubiriha-Kasindi.

572. 28 mai 2012 : Assassinat de Kambale Muteghe François (19 ans) à Butembo. Le corps sans vie de Mr François Kambale Muteghe (19 ans), père d’un enfant, habitant au quartier Matembe, cellule Vuswagha, en commune Vulamba, ville de Butembo, a été repêché de la rivière Kamikingi au matin du 28 mai 2012. François était porté disparu le dimanche 20 mai 2012. Il était parti de son domicile pour aller acheter de la farine de Manioc à Vulambo/Isale à bord de sa moto de marque SENKE, couleur bleue. Il n’est pas revenu de Vulambo. Son épouse et ses amis s’étaient alors mis à sa recherche. Le lundi 28 mai 2012, le capitaine Lusenge Paul de la Police Nationale Congolaise, Commissariat de Bulengera a annoncé par la voie des ondes la découverte du corps en décomposition dans la rivière Kamkingi, Quartier Mavono, Groupement Bunyuka, sur la route de Vulambo. Il avait les mains liées et les yeux bandés. La police a déposé son corps à la morgue de l’hôpital Matanda en attendant que sa famille le récupère pour son inhumation. En voyant le corps en décomposition de François, la population de son quartier a mis à feu 4 maisons des gens soupçonnés d’être des collabos des forces spéciales larguées dans la région pour liquider à compte-goutte les beniluberois. Il y aurait une équipe de ces forces spéciales dans chaque Commune de la ville de Butembo, et dans tous les coins de Beni-Lubero.

573. 15 juin 2012 : Assassinat de Mr Kasereka Mongasi (39 ans) à KASINDI-LUBIRIHA en territoire de Beni. Il était marié et père de trois enfants. Monsieur KASEREKA MONGASI a été abattu vers 21h la nuit de vendredi 15 juin 2012 à son domicile situé au Quartier CONGO YA SIKA, à KASINDI-LUBIRIHA, en Collectivité Secteur de RUWENZOR, en Territoire de Beni. Comme fonction, Mr Mongasi était Président du marché des bois de KASINDI. Ses tueurs qui étaient au nombre de trois lui ont logé une balle dans la tête. Mr MONGASI revenait de la Cité à bord de sa voiture, pour venir se coucher. A son arrivée chez-lui, la victime a parqué sa voiture. En voulant ouvrir la porte de sa maison, ses tueurs l’ont abattu par balles. Après leur forfait, ses tueurs ont disparu dans le noir. L’assassinat de Mr Mongasi a paralysé toutes les activités commerciales de l’agglomération de Kasindi le samedi 16 juin 2012. Les commerçants de Kasindi ont voulu protester contre les assassinats répétitifs à Kasindi. Mr Mongasi était l’initiateur de la délocalisation du marché du bois, de la frontière ougandaise à Kasindi-RDC. Jusqu’à sa mort, il était aussi facilitateur en douane pour l’exportation du bois. Son corps a été re enseveli dans sa localité d’origine de LUME/Mutwanga.

574. 5 Août 2012 : Assassinat de Mr Pierre Kambale (commerçant) de la cité de Kirumba, en Territoire de Lubero, Province du Nord-Kivu par un groupe d’hommes armés non autrement identifiés vers 21h00, heure locale. L’infortuné a été atteint d’une balle dans la tête et d’une autre dans l’épaule avant de succomber sur le champ. Les bandits ont emporté une grande somme d’argent dont la hauteur n’a pas été révélée au public. Réagissant à cet assassinat ignoble, la population de Kirumba a observé une journée morte ce lundi 6 août 2012.

575 : 8 Août 2012 : Assassinat de Mr BUHUNDA, fils du Mwami BUHUNDA du groupement BWITO à Kabati non loin de GOMA, dans la nuit du mardi 7 à mercredi 8/8/2012. Ses tueurs non autrement identifiés l’ont criblé de balles lui ôtant la vie sur le champ

© Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *