An 2009 : Les deux d

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
1er janvier 2006- 1er janvier 2009, BLO entame sa quatrième année d’existence. En cette date anniversaire, BLO vous souhaite une bonne année 2009 productive et vous remercie tous et toutes pour votre contribution à sa mission de former et d’informer le peuple congolais.
.
Selon la philosophie de BLO, tout événement local, personnel ou communautaire, est une nouvelle qui intéresse les lecteurs. En effet, ce qui est personnel est réel, universel, et vrai. Quand Juvénal Paluku nous rapporte que l’Assistant Kakule Kahuwite a été assassiné à Butembo par des hommes en armes, c’est réel, c’est vrai, car il ne s’agit pas d’une idéologie ou d’une suspicion, mais de la réalité. Et partout dans le monde, loin de Butembo, les lecteurs sont touchés par la douleur de cet assassinat local d’un jeune assistant, à la fleur de l’âge. Il en est de même d’une naissance d’un bébé, de la défense d’un mémoire, d’une collation de grade, de la hausse du prix d’une denrée alimentaire dans un village, des inondations dans un quartier d’une ville, de la sortie d’un nouvel album de musique, etc. Le  fait local et concret intéresse les lecteurs de BLO. Au nom de cette philosophie de BLO, nous réitérons notre appel à vous nos lecteurs et correspondants : ce que vous vivez au quotidien, individuellement ou communautairement, constitue un événement qui intéresse le public de BLO de par le monde. Si vous pouvez communiquer aujourd’hui ce qui se passe dans votre village, vous permettrez au reste du monde de connaître votre situation et peut-être de vous aider au moment opportun pour prévenir le pire. N’attendez que Nkunda ou Joseph Kony occupe votre village et y massacre les gens pour saisir la rédaction de BLO. BLO place l’année 2009 sous la bannière de la prévention des crises, de  l’organisation et de l’auto-prise en charge des congolais pour leur propre libération.
.
L’année 2008 a été pour BLO une année de mise en garde des congolais sur la préparation à peine voilée de l’abandon progressif de l’Est du Congo aux mains des Rwandais et des Ougandais par le gouvernement de Kinshasa, sous la facilitation de la Monuc et de certaines ONG internationales. La situation actuelle en R.D. Congo donne raison à BLO sur tous les plans. Les congolais viennent de découvrir le vaste complot dont ils sont les cibles et les victimes à l’Est comme à l’Ouest du pays. Les membres du gouvernement collaborateurs dans ce vaste complot sont connus du peuple congolais par leur absence du terrain de la lutte, leur manque d’initiative de résolution du conflit, leur confiscation des moyens de l’Etat pour leur maintien au poste, etc. Ces collabos répriment avec violence les civils mais laissent l’ennemi conquérir et dépeupler des territoires entiers du Congo sans le nommer, sans le condamner ouvertement, etc. L’ennemi utilise le CNDP Nkunda et le LRA de Joseph Kony pour dépeupler le Kivu et la Province Orientale. Les troupes des Fardc encore à l’Est du pays sont sous le commandement des officiers complices du vaste complot. Cette complicité interne empêche aux actions d’auto-défense entreprises par les forces vives congolaises de porter tous leurs fruits. Ainsi, les memoranda de la société civile, les lettres pastorales des évêques, les pétitions contre X et Y, les marches de colère ou de soutien, etc. qui sont des instruments de pression qui réussissent ailleurs, n’arrivent pas encore à changer le rapport des forces en jeu dans le conflit congolais. Les congolais découvrent que le Congo n’a pas d’institutions civiles indépendantes capables d’influer positivement sur l’action du gouvernement. Selon plusieurs analystes, les plusieurs institutions congolaises, y compris celles de l’opposition politique et de la résistance populaire, se nourrissent aux mamelles du pouvoir ou des puissances étrangères, etc. En d’autres termes, les institutions civiles congolaises n’ont pas tous les moyens de leur politique. Leur totale dépendance financière du pouvoir ou des institutions étrangères explique en grande partie l’étouffement dans l’œuf de leurs projets d’auto-détermination. C’est aussi pour les mêmes raisons que les gouvernants congolais, bien qu’ils soient élus démocratiquement, se retrouvent aujourd’hui servir les intérêts des étrangers avant de servir ceux de leur pays.
Devant ce constat amer, les congolais ont devant eux deux urgences auxquels ils doivent répondre sans tarder, notamment la création d’un mouvement national du peuple congolais et son autofinancement.
.
Primo : Les congolais doivent créer urgemment une institution citoyenne démocratique et indépendante qui a comme objectif la prise du pouvoir au Congo et la gestion de la République selon les aspirations profondes du peuple congolais. Pour que ce projet se réalise, il faut que se lèvent des congolais courageux comme nos héros nationaux, comme les révolutionnaires de l’histoire de l’humanité. Les révolutionnaires attendus au Congo aujourd’hui devront recruter large à travers toutes les provinces et ethnies du Congo, au pays comme dans la diaspora, pour poser les bases d’un mouvement révolutionnaire représentatif des aspirations du peuple congolais aujourd’hui et capable de défendre les intérêts des congolais dans le concert des nations. C’est à cette condition que la campagne demandant la démission du gouvernement actuel peut porter ses fruits. En effet, faire appel à la démission sans condition du gouvernement congolais comme c’est la mode aujourd’hui dans plusieurs milieux congolais. Mais la question que l’on ne se pose pas très souvent est celle de savoir quelle institution citoyenne crédible, quels animateurs, prendront la relève. Le risque est de faire campagne pour le changement et laisser les mêmes animateurs décriés aux commandes du pays.
.
Secundo : Pour que l’institution citoyenne à créer accomplisse sa mission, il faut que les congolais qui la composeront acceptent de la financer eux-mêmes. C’est une contradiction d’accuser les grandes puissances d’impérialisme tout en leur demander en même temps de financer nos politiques de souveraineté. C’est ainsi que chaque congolais qui se dit résistant, choqué de voir les déplacés et refugiés congolais mourir sur les routes, indigné de l’occupation du pays par des étrangers, et qui de son salon or sur son blog vocifère que jamais le Kivu ne sera annexé au Rwanda, l’Ituri à l’Ouganda, Kahemba à l’Angola, que le Katanga ne sera jamais autonome sous l’influence de la Belgique, etc. doit mettre la main à la poche, donner son fils ou sa fille à la résistance, adhérer à un mouvement d’action, pour concrétiser ses paroles. Aider les congolais à franchir cette étape de la concrétisation de nos propos de salon et de nos condamnations verbeuses de l’occupation du pays est le vœu de BLO pour l’an 2009 qui commence. Que les congolais apprennent une fois pour toutes qu’il n’y aura pas de changement au Congo sans sacrifice des congolais. Qu’on ne peut pas attendre que les casques bleus Indiens, Guatémaltèques, ou des soldats européens viennent se battre pour notre liberté pendant que nous ne faisons rien pour soutenir les résistants locaux, les Fardc loyalistes, préférant passer nos journées entrain de boire la Kasiksi, affairés sans rien faire, dans un pays à la dérive. Il n’y aura pas non plus de solution magique comme le disent les marabouts-sorciers. Les congolais doivent s’organiser, créer des institutions (des mutuelles d’action), travailler dur, s’autofinancer, braver toutes les peurs distillées par l’ennemi pour nous maintenir sous sa coupe, mettre en commun les ressources humaines, créer des alliances avec les pays amis, démasquer les collabos de l’ennemi et les corriger sévèrement, etc. C’est à ce prix que le Congo peut espérer faire échec au projet machiavélique en passe de réussir sous nos yeux tout simplement parce que nous ne savons pas nous organiser ou parce que nous avons peur de nous engager et de payer le prix de notre propre libération. Ce défi parait effrayant mais il n’est pas impossible à réaliser.
.
Le vœu de BLO est que l’an 2009 voit se lever au Congo des nouveaux dirigeants courageux, travailleurs, honnêtes, crédibles, visionnaires, confiants en la capacité du congolais de se libérer, rassembleurs de tous les congolais pour la lutte commune en faveur de la justice et de la paix qui ne se donnent pas mais se conquièrent. Bonne Année 2009!
.
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*