manifenseignantsbbo00

Après l’échec de la stratégie des massacres des civils dans Beni-Lubero, le Kyaghanda-Yira serait-il devenu la cible de l’Etat ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La communauté Yira Nande constate le déclenchement des nouvelles cyclones qui se rabattent sur la structure de son organisation culturelle, le Kyaghanda. Depuis quelques temps, les responsables ou représentants de cette structures subissent des menaces ouvertes à travers diverses entités administratives. Il est observé avec inquiétude une sorte d’acharnement judiciaire sans motifs valables contre les dirigeants de Kyaghanda un peu partout depuis le mois de Janvier de cette nouvelle année 2018, tels que les cas ci-dessous l’illustrent suffisamment:


– On enregistre l’arrestation du président de Kyaghanda-Rutshuru, Monsieur PALUKU SYAIRA Déogratias MBAKULA. Les autorités politico-administratives et judiciaires n’ont jamais présenté une raison honnête pour justifier cette arrestation. Et pourtant, Monsieur PALUKU SYAIRA Déogratias MBAKULA subit les rigueurs de détention dans la prison de Nyongera.
– A Kiwanja, le responsable des jeunes de Kyaghanda, Monsieur KAMBERE MUKINGA Jonathan, est également victime de ce même genre d’acharnement. Il a été arrêté et il est détenu à Nyongera aux côtés du président de Kyaghanda-Rutshuru, Monsieur PALUKU SYAIRA Déogratias MBAKULA.
– A Lubero, une chasse à l’homme a été engagée derrière le président de Kyaghanda de cette entité territoriale, Monsieur KATEMBO KATSETSE MASUDI, jusqu’à son arrestation à l’instar de ses collègues de Rutshuru.
– Monsieur KIWETE KABAHWERE, un vieux sage du Conseil Culturel de Kyaghanda-Yira et Chef de Cité à Lubero allonge la liste des martyrs ciblés par l’acharnement des autorités étatiques contre la communauté Yira et ses leaders culturels. Il a été pareillement mis aux arrêts.
– Il convient de mentionner aussi la mort du président intérimaire de Kyaghanda-Butembo dans laquelle les opinions locales entrevoient beaucoup d’ambiguïté donnant lieu à une hémorragie de spéculation.


L’acharnement judiciaire ainsi dénoncé rappelle toutes les manœuvres que le pouvoir en place entretient pour asphyxier et évincer le peuple Yira sur tous les plans:


– La stratégie principale du gouvernement demeure l’alimentation de l’insécurité pour déstabiliser la communauté Yira dans ses racines. C’est ainsi que la main du régime ne se dévoile point dans le massacre des civils à Beni et dans l’entretien des groupes armés dans la plupart des contrées du Nord-Kivu. L’objectif de ce plan est diversifié, car tout en réduisant le nombre des membres de la communauté, les rescapés sont aussi forcés de se délocaliser, rendus nomades et incapables de s’adonner aux activités de l’agriculture qui est le poumon de son économie, abandonnant ses terres au profit des envahisseurs.
– Pour le pouvoir, il faut aussi briser l’orgueil de la prospérité commerciale de Benilubero qui a atteint une renommée mondiale. C’est pourquoi, on remarque que les taxations douanières au Poste frontalier de Kasindi sont énormément plus chères que partout ailleurs dans le pays; les routes sont soumises au pillage des braqueurs et des kidnappeurs exigeant des rançons vertigineuses, un tronçon routier exagérément impraticable entre les deux principales villes du grand Nord-Kivu (Beni et Butembo)…
– Par ailleurs, nul n’ignore les efforts que le gouvernement fournit pour incriminer des innocents par le fameux tribunal à caractère comique qui avait été palcé sous la direction du général Mukuntu dont le monde a été témoin à Beni. Les coupables du flot intarissable de sang humain à Beni, dont le général Akili Muhindo alias Mundos, ont été blanchis, tandis que des innocents ont été incriminés à leur place à cause de leur souci et leur zèle pour la justice, le droit et la vérité.


C’est sous cette optique que se comprend mieux l’acharnement actuellement observé sur les dirigeants de Kyaghanda. Le gouvernement se décide d’attaquer la communauté dans son point le plus existentiel, c’est-à-dire son organisation culturel d’où émane toute sa philosophie sociale dont le résultat est palpé dans la prospérité économique des enfants Yira partout à travers le pays et dans le monde, et surtout dans son unité en tant qu’une communauté ainsi que sa collaboration harmonieuse avec tous les autres peuples dans le pays et dans le monde.

Kaswera Trident
Beni.

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un commentaire

  1. Dans tout ça,il y a quelqu’un qui commande le systeme ,c’est aux societe civil d’etre attentifs en renseignement pour le denicher .il faut etre fort en renseignement et en action pour mettre fin en ça

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*