Assassinat de Jean-Louis Kambale (27 ans)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Noël, fête de la paix conclue entre Dieu et les hommes, a été tout sauf une journée de paix à Butembo, une ville cible des occupants qui poursuivent leur sale besogne ! La paix entre les citoyens congolais et les occupants rwandophones tarde à venir au Nord-Kivu, et d’une manière particulière dans la ville de Butembo.
A la place d’une crèche de Noël, le quartier Katsya de Butembo a une croix et une coulée de sang humain
Pendant que les chrétiens de par le monde festoyaient, ceux de Butembo pleuraient les leurs assassinés par des militaires de l’armée nationale ou écrasés sur des routes où le code de la route n’est pas respecté. D’autres encore ne pouvaient pas festoyer, décorer leurs maisons ou jouer de la musique pour éviter de s’attirer une visite indésirable des tueurs qui choisissent ceux qu’ils tuent au hasard de leurs caprices.
Le Quartier de Katsya (voisin du quartier Vutsundo) en commune Kimemi, a porté le palme de l’assassinat du jour de Noël 2009. Mr Kambale Jean-Louis, étudiant à l’Université Ouverte de Butembo, G3 Gestion des entreprises, a été fusillé devant son alimentation où ses clients, surtout les plus jeunes, affluaient encore pour se procurer un dernier bonbon de Noël. Il n’était ni Mai-Mai, ni FDLR, ni bandit.
En 20h18’, un groupe de militaires armés contre les civils dont certains en tenue des policiers, et d’autres en tenue militaires, d’autres encore en tenue civile, arrivent comme un cheveu sur la soupe, dans l’avenue où se trouve l’alimentation de Mr Kambale Jean-Louis. Ces malfrats tirent des balles à l’air, à quelques mètres de l’alimentation de Kambale, créant une panique et un sauve-qui peut dans le quartier. Un jeune homme est blessé grièvement à l’avant-bras et grâce à ses amis qui ne l’ont pas abandonné pendant la débandade, il est à l’heure actuelle aux soins à l’hôpital Matanda. Dans cette même débandade, Kambale tente de fermer son alimentation avant de se sauver lui-aussi. Trop tard pour lui. Les malfrats sont déjà devant son alimentation. Ils l’obligent à ouvrir son Alimentation qu’ils vandalisent de tout ce qu’ils voulaient et pouvaient prendre dans leurs sacs. Après, ils ont fait sortir Kambale et lui ont logé à bout portant deux balles dans la poitrine et une dans la tête. Kambale s’écroule et meurt sur le champ. Il n’avait que 27 ans d’âge et laisse une veuve et son premier bébé de 4 mois.
Photo de Feu Kambale Jean-Louis de son vivant
L’émotion est grande au quartier Katsya à la suite de cet assassinat. Kambale était très connu à Katsya à cause de son Alimentation très fréquentée à cause du service professionnel qu’il rendait à ses clients.
Un foule d’habitants du quartier Katsya sur le lieu du crime
Ce matin, 26 Décembre, la population est rouge de colère au quartier Katsya.
Le tableau des lamentations pour les pleureurs
Quand la Police a voulu venir faire l’enquête comme d’habitude, la population, avec pierres à la main, lui a refusé l’accès au domicile de l’illustre disparu. Après négociations, seul le commandant du groupe, du nom de YOGO a eu accès au domicile pour soi-disant faire le constat.
De la foule, une maman en pleurs a maudit les policiers et les jours où ils sont nés.
Comme Kambale était aussi étudiant, ses collègues étudiants ont barricadé quelques avenues de la ville, surtout pendant que le cortège transportant la dépouille de Kambale s’ébranlait vers le cimetière de Kitatumba à 15h 30. Pour montrer leur solidarité avec leur camarade abattu par les militaires, les étudiants ont transporté son cercueil à bras le corps de Katsya jusqu’au rond point Kidubai, ce qui fait une distance de plus de deux kilomètres. C’est seulement au début de la montée de Kambali que le cercueil a été mis dans le corbillard. Pendant la marche de Katsya vers le cimetière, les étudiants venus de toutes les universités de la place ont chante en swahili :
« Kifo cha etudiant kina bei kubwa. Trop c’est trop ! Police Yuma, Fardc Yuma » ( La mort de l’étudiant à un grand prix, police lâche, Fardc lâche ». Tout le long du parcours, les bubolais sont sortis de chez eux pour compatir avec les amis de l’illustre disparu.
Adieu Jean-Louis Kambale !
.
Correspondance particulière de Katsya
Butembo
Beni-Lubero Online
.
MESSAGE DES CONDOLEANCES A LA FAMILLE DE JEAN-LOUIS ET LA COMMUNAUTE ESTUDIANTINE DE BUTEMBO
Encore une fois, alors que nous étions dans la joie des festivités de la nativité et que nous voulions lire les bonnes nouvelles de chez nous, nous venons d’être désagréablement émotionnés par l’assassinat d’un autre fils de Beni-Lubero, le regretté Jean-Louis Kambale.
Nous n’avons d’autres mots que de condamner énergiquement encore une fois cet assassinat et, comme enseignant d’université, présenter nos sincères condoléances à la famille de la victime et la communauté estudiantine de Butembo.
Katembo Thaddee, Puting Kahoy, Philippines

 
De KAKULE KAMUHA Jackson, Etudiant à l’ UNIVERSITE DE KINSHASA
D’entrée de jeu, je présente tout d’abord les vœux les meilleurs de noël 2009 et souhaite une bonne fête de nouvel an 2010 à tous les agents et opérateurs de BLO.
Mon message n’est rien d’autre qu’une expression d’inquiétude et parfois de frustration assaisonnées de colère que j’éprouve en lisant vos articles sur la situation qui prévaut à Beni-Lubero.
En effet, je suis Nande de sang et de souche car mes parents ont vu le jour, grandi et évolué dans le territoire de LUBERO. Je suis né à Butembo et c’est cette ville qui m’a vu fréquenté l’école primaire MATENGENEZO et ensuite le Lycée BUTEMBO avant de m’envoler pour KINSHASA afin de poursuivre mes études à l’UNIVERSITE DE KINSHASA.
Alors où résident mon inquiétude et ma frustration? D’abord chaque fois que je consulte le site benilubero, la première information: assassinat à …, assassinat de…, attaque à…, que des noires nouvelles, un véritable terrorisme psychologique. Quand est-ce que les territoires de BENI et de LUBERO penseront développement? Est-ce que la ville de BUTEMBO et les territoires de BENI et de LUBERO sont-ils devenus la Palestine et la bande de GAZA congolaises? Franchement j’ai peur du retour. Et comme je suis obligé de retourner au bercail, c’est mon droit et personne ne peut me le méconnaître, je plaide vraiment pour une pacification de la ville de BUTEMBO, des territoires de BENI et de LUBERO et de tous les KIVU. Je remercie tout le staff de BLO pour l’éveil des consciences qu’il suscite dans les esprits de Beniluberois et exhorte tous les bubolais à demeurer vigilants. Que tous les esprits malfaisants et tous ceux qui ont l’intention de nuire la communauté YIRA soient extirpés d’entre nous. Surtout ce qui m’énerve personnellement c’est de constater que certains YIRA sont devenus des loups pour les YIRA : les Mai-Mai et tous ces malfrats ne sont-ils pas nos frères? Mon intention serait de les inviter dans le cadre du KYAGHANDA (sans politiser la rencontre) et leur expliquer que rien ne sert à tuer leurs frères pour décrocher un poste à KINSHASA. Vraiment soyons avant tout humains.
Pour conclure mon propos, je tiens à vous remercier encore une fois pour tous les travaux abattus et si possible je vous prie de me faire part de pistes de solutions que vous pouvez proposer à nos autorités afin que les territoires de BENI et de LUBERO puissent être pacifiés et échapper à l’occupation par des peuples malintentionnés. MERCI. Kamuha J.
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *