Assassinat de Maman Kavira Pendeza (enceinte) à Eringeti/Beni

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le corps sans vie de Maman Kavira Pendeza qui attendait famille a été retrouvé dans la brousse non loin de son village de MAPIRI/Eringeti hier mardi 11 octobre 2011. Elle était portée disparue le lundi 10 octobre 2011. Partie au champ le lundi matin, elle n’est jamais revenue. Les atrocités qu’elle a subit rappellent le génocide rwandais. Son corps porte les traces du viol. Ses tueurs l’ont égorgé comme une chèvre. Ils ont aussi ouvert son ventre à la machette… Elle laisse un mari et six enfants. Son mari, Mr ANTIRAMINE, a piqué une crise à la vue du corps ensanglanté et découpé de son épouse.

00aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaapend

Feu Maman Pendeza et ses six enfants

Cette scène horrible a répandu dans tout Eringeti une onde de choc qui a jeté toutes les mamans dans les rues. Pour montrer leur colère, les mamans ont marché vers les postes de Police et des militaires pour demander leur départ immédiat. Au lieu de calmer une situation si explosive, les policiers comme les militaires qui sont les premiers suspects dans l’assassinat de Maman Kavira Pendeza ont choisi de fouetter les mamans et de les disperser à coups de gaz lacrymogène, et des tirs à l’air… Tout Eringeti s’est vidé de sa population qui craignait d’autres assassinats pendant la nuit du mardi à mercredi. Plusieurs mamans blessées au cours des échauffourées avec les Fardc (Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo) ont été admises dans un centre de santé de la place. 

Mr MUSITU du même village que Feu Maman Kavira Pendeza est aussi porté depuis dimanche 9 octobre 2011. 

L’assassinat de Maman Kavira Pendeza et la disparition de Mr MUSITU interviennent au moment où Eringeti est sous tension à la suite de l’afflux des rwandais devenu quotidien depuis le début de ce mois d’octobre. L’objectif serait de finaliser le transfert des populations rwandaises vers la région du Kivu-Ituri avant les élections de novembre. Le report des élections dont certains parlent ne s’expliquerait pas par le retard dans l’impression des bulletins de vote ou par le refus de la CENI de faire accéder Tshisekedi au fichier électoral mais par le retard de la finalisation de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri. La rallonge de six mois ou un an qui se chuchote à Kinshasa n’aurait d’autre but que celui de permettre aux rwandais qui se sont enrôlés dans leurs camps de transit au Rwanda de voter pour Joseph Kabila et pour leurs représentants au parlement. Le vote aurait même déjà était fait, les urnes scellées avec des résultats fins prêts. Il ne resterait plus qu’à maquiller la magouille avec le transfert au Kivu-Ituri de ses futurs occupants. Ces rumeurs se font persistantes au Nord-Kivu. Elles méritent cependant une opposition politique qui ne perd pas son temps à chercher le candidat commun ou unique mais qui travaille avec la CENI pour définir les règles du jeu du vote, le comptage manuel, la représentation de chaque parti politique dans chaque bureau de vote, la représentation de chaque parti politique dans chaque convoi et vol de transfert des urnes vers Kinshasa, l’affichage des resultats de chaque bureau de vote, la sommation des résultats non à partir du serveur central de la CENI mais à partir des PV de chaque bureau de vote, etc.

deplaceseringetibestbest00

       Déplacés d’Eringeti à Oïcha/Territoire de Beni 

L’afflux des rwandais à Eringeti est inquiétante. 55 familles rwandaises (avec 25 membres chacune) sont arrivées à Eringeti le vendredi de la semaine écoulée. Les habitants d’Eringeti disent que des camions les y avaient déposées nuitamment. Ces familles rwandaises disent qu’elles étaient chassées de Boga/Ituri sans dire comment du Rwanda elles s’étaient retrouvées à Boga et pourquoi elles ont choisi Eringeti au lieu de Bunia ou Dodro. Pour tromper la vigilance des Nande, Bunia a remplacé Goma et Bunagana comme portes d’occupation du pays des Nande. Profitant de la morphologie des Hema de l’Ituri, les occupants qui investissent Eringeti prétendent au début qu’ils sont des congolais de l’Ituri qui fuient la guerre entre les rebelles du FPRI et les Fardc, etc. Mais la langue les trahit. La majorité parle Kinyarwanda, ou un peu de swahili. Ceux qui ont une certaine éducation parlent anglais. L’armée et la Police qui devraient assurer la securité de tous, s’acharnent plutôt sur les congolais. Les occupants arrivent nuitamment dans des gros camions, une preuve que quelqu’un tapis dans l’ombre assure la logistique de cette occupation. Des nouvelles ONG surgissent dans la région avec des gros moyens et des gestionnaires qui se disent originaires de Bunia pour distribuer l’aide aux occupants, construire des maisons, etc… Les occupants sont en securité pendant que les congolais sont pourchassés, tués, pillés, appauvris, dispersés, etc. L’abandon des congolais à leur triste sort est la nouvelle qui vient d’Eringeti. Qu’en sera-t-il demain ? 

Correspondance particulière d’Eringeti /en Territoire de Beni

©Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *