Assassinat et mutilation de Mme Claudine KAHAMBU

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

RIP Maman Claudine KAHAMBU !

L’insécurité en ville de Butembo prend une nouvelle forme. Cette insécurité, œuvre d’un groupe terroriste mobile dépendant de l’apparatchik militaire de la région, passe du kidnappings, violences sexuelles aux femmes, meurtres, assassinats au prélèvement d’organes humains des victimes, etc.
La dernière victime de ce groupe terroriste est Madame CLAUDINE KAHAMBU, domiciliaire au Quartier Congo ya Sika, kidnappée le dimanche 20 septembre par un inconnu. Une partie de son corps a été retrouvé dans la rivière Kimemi en cellule Amini Yesu dans une contrée mieux connue sous le nom de Kisalala sur le tronçon routier Butembo- Beni, le vendredi 25 septembre. Le corps de Maman Claudine était dépourvu de la tête, des bras, des jambes, des organes génitaux, des reins, etc. Les bourreaux de Maman Claudine avaient visiblement besoin d’organes humains. Au Sud de Lubero, certaines victimes sont retrouvées démunies de certains organes humains. Pour masquer ce trafic d’organes humains, les tueurs découpent le corps en petits morceaux qu’ils brulent avec de la paille ou d’autres feuilles mortes.
Les circonstances du Kidnapping de Claudine sont presque similaires à celles de Masika Desanges assassinée à Kirumba par des militaires qui lui avaient demandé d’aller secourir leur camarade malade. Mme Claudine a été dupé par un inconnu qui l’appelait au téléphone de la part de son ami malade qui venait d’être hospitalisé au Centre de Santé Kivika dans un état critique. L’inconnu a ainsi utilisé une connaissance de Maman Claudine pour préparer son embuscade. Pour faciliter la tâche, cet inconnu avait envoyé une voiture à Maman Claudine qui a cru faire du bien en rendant visite à un ami gravement malade. Maman Claudine avait informée sa famille qu’elle se rendait au Centre de Santé Kivika pour rendre visite à un ami gravement malade. Elle ne reviendra plus chez elle.
Le jeudi 24 septembre, le bourgmestre de la Commune de Vulamba avait lancé un avis de recherche de Maman Claudine sur toutes les chaînes de radio de Butembo. Le Vendredi 25 septembre, une partie du corps de Claudine a été retrouvée à Kisalala par les paysans du coin.
Les autorités urbaines de Butembo ont encore déçu les bubolais. Elles n’ont pas voulu dépêché la police sur le lieu du drame pour initier une enquête ou pour faire un constat. Devant cette faiblesse de l’Etat, les membres familles ont procédé eux-mêmes à la levée du corps de Kisalala et à l’enterrement de Maman Claudine au cimetière de Kitatumba.
Maman Claudine laisse derrière elle quatre orphelins dont deux filles et deux garçons. Sa mort est un rappel aux bubolais qu’en ce temps d’occupation, il faut faire attention aux appels téléphoniques de gens qui disent être des amis ou des amis de vos amis. Que ce soit la journée ou la nuit, l’insécurité généralisée à l’Est de la R.D.Congo exige une vigilance tous azimuts pour éviter ce qu’on peut encore éviter.
Le même dimanche du Kidnapping de Maman Claudine, un véhicule RAV4, était emporté par des bandits au niveau de la cellule Makoka. Les malfrats avaient terrorisé le propriétaire du dit véhicule qui accompagnait son ami après une visite de courtoisie. Le lendemain, la voiture était retrouvée à NJIAPANDA/ Butembo.
Un autre cas d’enlèvement qui fait parler de lui à Butembo est celui de quatre filles enlevées au quartier Kitulu par une dame aux mœurs légères dont l’identité n’a pas encore été revélée au grand public. Selon plusieurs personnes suivant l’évolution de l’enquête, ces jeunes demoiselles auraient pris la direction d’une carrière d’or de la Province Orientale où elles serviraient d’esclaves sexuels.
Toujours dans ce chapitre, un enfant du Quartier Congo ya Sika porté disparu depuis quelques semaines, a été retrouvé mort dans la rivière de Kimemi ce samedi 26 septembre près du Garage Cosmas, au Quartier Kalemire.
.
Ces quelques cas répertoriés ne représentent pas la totalité des cas des crimes contre l’humanité commis ces derniers temps à Butembo et ailleurs dans la région de Beni-Lubero. Devant la défaillance du pouvoir public, c’est tout congolais qui est interpellé dans sa conscience pour apporter sa pierre à la reconstruction d’un Congo à la dérive.
.
Kakule Mathe
Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *