Beni : Attaque Arm

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
L’insécurité causée par les hommes de troupe a atteint déjà son paroxysme à Beni-Lubero où il y a lieu de dire que l’on y vit une situation de non Etat.
Ce qui est plus inquiétant, les auteurs de cette insécurité commencent à poser des actes ciblés contre les Défenseurs de droits humains qui prennent le courage de dénoncer ce mal. Il s’agit d’un mécanisme mis en place pour décourager toute voix qui peut oser se lever pour en alerter l’opinion.
La récente visite indésirable au domicile de Sieur KIZITO BIN HANGI, Vice–Président de l’ASADHO-Nord KIVU/Section de Beni en est une belle illustration pouvant traduire la détermination des bourreaux de nos compatriotes Beniluberois à museler la voix de sans voix.
 
                          KIZITO BIN HANGI, Vice-président de l’ASADHO/Section de Beni
C’était vendredi 21mai2010, vers 2heure locale quand plus de 8hommes armés ont investi la parcelle de l’Activiste de droits humains ; quatre parmi eux se sont introduits à l’intérieur de la parcelle, les autres se plaçant au quatre coin de celle-ci pour permettre a ceux qui ont gagné l’enclos à opérer en toute tranquillité. 
Les inciviques vêtus en treillis militaires, cagoulés et porteurs d’armes à feu ont cassé les portes de la cuisine avant de tenter pendant plus d’une heure d’accéder au bâtiment abritant la famille.
En dépit de nombreux coups de sifflets, de cris poussés par la famille KIZITO BIN HANGI à titre d’alerte, les bandits ont poursuivi leur opération sans se gêner avec une détermination d’accéder à l’intérieur de la maison. Ils ont par tous les moyens cherché à forcer la porte ou tenter de casser sans succès les fenêtres.
 
                       La face de la maison où les hommes armés ont tenté de forcer
Finalement, il fallu les alertes soudés de voisins qui ont aussi fait du bruit, faisant du tapage sur bidons vides et sifflotant pour que les assaillants se rendent compte que tout le quartier suivait leur action, pour qu’ils disparaissent dans l’obscurité.  
Ce qui est curieux, pendant tout le temps que les malfrats opéraient chez le Vice-président de l’Asadho, les patrouilles mixtes FARDC-Police se poursuivaient dans la Ville mais apparemment les bruits des bidons du  quartier du Vice-président ne sont jamais parvenus à leurs oreilles.  Il y a anguille sous roche. On ne doit pas en être surpris car, ceux qui prétendent protéger la population et leurs biens en ces lieux sont ceux qui s’apprennent à la même population prise en otage par les forces dites de l’ordre et de la securité.
Cette visite indésirable ne doit pas être perçu comme un simple fait d’hasard. il s’agit d’un acte ciblé surtout que Monsieur KIZITO BIN HANGI venait de condamner avec toute véhémence sur les Chaines locales l’insécurité causée par les militaires indisciplinés de l’armé régulière.
En tout cas, cette action incivique contre le Défenseur de droits humains doit être prise au sérieux et sa sécurisation ainsi que celle d’autres leaders d’opinion de Beni-Lubero doit préoccuper les autorités gouvernementales.
 
Obède Bahati
Beni
©Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *