Beni: Boucherie humaine au Camp Militaire de NYALEKE

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
L’insécurité qui frappe ces jours la Ville et le Territoire de Beni n’est plus à démontrer. L’heure est grave et, la situation va de mal à pire. Même les militaires (congolais) ne sont plus en securité. Ils basculent petit à petit dans la catégorie des cibles et des victimes. Et chose étonnante, 48 heures après l’attaque d’un symbole de souveraineté comme le camp militaire de Nyaleke, il n’y a pas de poursuite des assaillants qui n’avaient pas touché au dépôt des armes. Au lieu de poursuivre ces assaillants dans leur dernier retranchement, on organise des réunions sans tête ni queue, et demain, on apprendra que les mêmes assaillants ont tué ailleurs.  Pourquoi ne pas attaquer la cause pour éradiquer le mal ? Quand un serpent est dans la maison, on n’organise pas une réunion chez le voisin, mais on cherche un bâton pour le traquer, le sortir mort de sa tanière.  
 
La nuit de ce samedi à dimanche 25 avril 2010, le Centre d’Instruction militaire de NYALEKE (ancien Centre de brassage) dans le grand nord de la Province du Nord Kivu, a été attaqué. 
Les faits se sont passés entre minuit et 5h00 du matin, heure locale. Un groupe d’assaillants munis d’armes à feu, poignards, etc., ont investi le Centre militaire situé à 10km-Est de la Ville à la limite avec le Territoire de Beni.
Le bilan provisoire est très lourd. Certaines sources non encore confirmées parlent de plus de 200 morts parmi les recrus qui y étaient pour instruction. La vérification de ce chiffre se fera à partir des familles qui avaient les leurs parmi les recrus.
Officiellement, le bilan est de 7morts dont un lieutenant, un sergent, un garde de parc, deux épouses de militaire et deux enfants des militaires ;
 
 Corps du Lieutenant KALOYA NGUMA, S2 adjoint de NYALEKE à la morgue de Beni
                  Corps d’une femme d’un militaire et sa fillette

Corps de Maman KAHINDO EPHRASIE (24 ans) épouse du militaire NJONGALA, de la 113e Brigade à la morgue de Beni

.
18 blessés parmi lesquels nombreuses épouses de militaires et des enfants:
.
                             Madame MASIKA, poignardée et touchée par balles
Maman Kahindo Louise et sa fillette Mbambu, toutes les deux blessées à Nyaleke
-Plus de 60 casernes incendiées, et les cases envoisinant le Centre incendiées au cours de l’opération.  
Des blessés que nous avons rencontrés sur leurs lits d’hôpital, à Beni ont indiqué que l’attaque était surprise ; les assaillants ont crépité trois coups de balle de sommation à l’air avant de pénétrer d’investir les maisonnettes du camp et des environs où ils exécutaient sommairement, poignardaient tous ceux qu’ils rencontraient avant de se saisir de leurs armes et minutions.
Néanmoins indiquent, les autorités militaires, les installations d’armement n’ont pas été touchées.
                                      
Militaires FARDC  rescapés de la boucherie humaine  au sortir du Camp de NYALEKE
Jusqu’à l’instant, l’on ignore l’identité des assaillants qui ont saboté l’armée nationale à Beni sans être inquiété avant de se rétracter de leur gré à l’aurore vers MUNZAMBAYI, dans la brousse. 
.
Selon les survivants de ce carnage, les inciviques n’avaient autre mission que de tout de tout éliminer ou détruire à leur passage. Parmi ceux-ci, le Colonel MUKAZA YAYA MBANGU qui s’est échappé de justesse avant de voir sa caserne incendiée et son épouse qui a été touchée à la jambe.
Cet assaut, est un coup dur pour les FARDC à Beni, bien que des renforts militaires aient été déployés au camp le matin de dimanche pour rassurer la population et rétablir la quiétude.
.
Le même jour, de 14 à 17heures, le Maire de la Ville de Beni, MUFUNZA BAYENGO Ghislain a convoqué une réunion extraordinaire de sécurité élargie à la Société Civile et la MONUC aux fins d’inviter les uns et les autres à la vigilance et à contribuer à la sécurisation de la zone vue le pire qui s’observe.
Il a été question de discuter de manière concertée certaines mesures pour conjuguer les efforts ensemble.
.
La MONUC qui a déployée de ses hommes à NYELEKE a promis à son tour appuyer les FRDC et la police pour le rétablissement de l’ordre et le contrôle effectif de la situation.
 
Trouvez sur page suivante le reste d’images de personnes tombées ainsi que de certains blessés  lors de
cette attaque nocturne. 
 .
 
Obède Bahati
.
Beni
.
©Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *