Beni: La population suspend son appui aux FARDC engagées dans l’opération « Sokola1 » contre l’Adf.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les militaires-FARDC de la 31e Brigade engagés dans l’Opération de traque contre les rebelles ougandais de l’ADF brillent, contre toute attente, par des exactions de tout genre à l’endroit des civils en Ville et Territoire de Beni.

Dans les Villes, cités et agglomérations sous leur contrôle, aucune nuit ne passe sans que soient signalés des braquages, des vols à mains armées, des extorsions, des intimidations, des crépitements injustifiés de balles, des viols ou tentatives de viols, bref, des violations de droits humains frisant au trouble de la quiétude quotidienne de la population. Cela, curieusement, sous le regard impuissant des autorités militaires censées imposées la discipline militaire dans les rangs des hommes de troupes.

Tenez :

Seulement la nuit de lundi à ce mardi 25 février 2014, en Ville d’OICHA (chef-lieu du Territoire de Beni), entre 19 et 21h locale plusieurs dizaines de civils ont été dépouillés de leurs effets (argent, portables, bijoux,…) par des militaires prétextant patrouiller aux Quartiers BAKAHEKU et MASOSI, dans une ville pourtant entièrement sous contrôle des forces et services de sécurité.

Au NGANDA-ERINGETI, par exemple, une boîte de nuit située non loin de l’Etat-major de la Police District de BENI, au cœur de la Ville d’OICHA, un groupe des militaires de la 31e Brigade ont investi le lieu, ravissant à la patronne de la boite 300$, un ordinateur portable, des bijoux et une vingtaine des téléphones à ses clients, parmi lesquels le journaliste KASEREKA TAIPA de la Radio Télé MUUNGANO-OICHA ;

-Dans la même nuit, vers 20h locale, une femme, Mme FURAHA MANDINI (23ans, résidente en Cellule MASOLO, au Quartier BAKAHEKU) qui revenait de l’Hôpital Général d’OICHA a été violée par 2 militaires-FARDC, au sortir de l’enceinte de l’Hôpital. Pendant qu’on la violait, son beau-frère qui l’accompagnait était tabassé par un autre militaire qui l’avait dépouillé de tous ses effets ;

Vendredi 21 février courant, un militaire a tué, au tour de 19h locale, le taximan Jackson MUMBERE KASONDOLI, au Quartier MUKULIA, en Ville de BENI et l’a dépouille de tout avant d’abandonner son cadavre gisant à même le sol ;

-Depuis peu, les paysans de la Ville de BENI ayant leurs champs à LISASA, SOMA et PABUKA, au tour de la VILLE, dans le Secteur de RWENZORI, ne savent plus accéder à leurs champs. Les femmes y échappent de justesse et ce en pleins jours aux viols ; les hommes sont passés à tabas par des militaires qui extorquent à cœur-joie argent et téléphones ;

A MWENDA (9km de MUTWANGA, chef-lieu du Secteur de RWENZORI), un élément-FARDC de la 31e Brigade a purement et simplement tiré sur un paysan, Mr David KASEREKA, témoin oculaire d’une dispute entre militaires partageant des effets pillés ou ravis aux civils. C’était en pleine journée, vers 15h du mercredi 19 février 2014.

En ces jours, dans les Villes de BENI et OICHA ainsi que dans les grandes agglomérations du Territoire de BENI (BULONGO, MUTWANGA, ERINGETI,…) les hommes de troupes-FARDC font mauvaise presse de l’armée nationale de la RDC. Ils traduisent un comportement de véritables inciviques, au point d’être confondus eux-mêmes aux rebelles qu’ils sont venus combattre.

Face à la recrudescence des exactions des militaires de la 31e Brigade contre les civils, la Coordination Provinciale de Société Civile du Nord-Kivu annonce la suspension par la population des Ville et Territoire de BENI ses appuis matériels à titre de contributions volontaires (vivres, eaux et autres) aux hommes de troupes en opération contre l’ADF dans cette zone. Cela, jusqu’à ce que ces militaires et leurs commandants soient rappelés à l’ordre, à la discipline et au respect des droits humains.

Cette structure citoyenne invite le Gouverneur de Province, SE JULIEN PALUKU KAHONGYA, à organiser d’urgence un dialogue social entre les leaders de Société Civile et les autorités militaires engagées dans l’Opération SOKOLA1 à BENI, en vue d’une discussion devant favoriser la redynamisation de la confiance mutuelle entre la population et son armée.

Maître OMAR KAVOTA

Oicha/Beni Territoire

@Benilubero Online 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *