Population de Beni-Lubero en commémoration de 3 ans sans interruption de génocide de Beni

Beni: Nouveau carnage à Mabalako

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les massacres de Beni continuent sans répit. Trois personnes ont été sauvagement tuées à Mabalako dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 octobre 2017. Mabalako est situé dans le village de Mayigone en localité Baswagha pendekali, groupement Baswagha Madiween territoire de Beni.Aucun mot ne saurait traduire le degré de cruauté par laquelle les victimes ont été tuées. Les informations relatives à cet événement macabre ont circulé au départ comme des rumeurs, jusqu’à ce que Monsieur Muhindo Makasi Lusenge, chef dudit groupement interrogé par Jean de Dieu Kayithula confirme le fait.

Les victimes appartiendraient à une même famille. Il s’agirait d’un homme et de son beau-frère ainsi qu’une grand-mère. Les auteurs de cet acte inhumain qui cours dans la nature étaient vêtu en tenues civiles.Une panique générale s’est emparée de la population de mabalako ce mardi, le marché public également n’a point fonctionné. Les motards ont manifesté leur mécontentement face à cette situation en troublant l’ordre public par des courses incontrôlables et par l’usage désordonné de leurs klaxon.

Aucun commentaire ne saurait traduire la sauvagerie et la barbarie des auteurs de ces massacres. Mais, ceux qui estiment que leur cœur est assez dur pour maintenir son sang froid devant des preuves de cruauté des égorgeurs impitoyables de Beni peuvent contempler les images ci-dessous, sinon nous vous conseillons de ne point y porter de curiosité:

image 1

image 2

image 3

image 4

Kasereka Mastaki Dido
Beni

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un commentaire

  1. C’est un pur montage des autorités congolaises à toutes les structures. comment des gens peuvent-ils entrer dans une zone en habits militaire rfardc sans que rien n’ait été fait pour les stopper des sales besognes à réaliser; Nous voulons que kabila soit vite déguerpi pour nous épargner du pire.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*