Jacques Vithi en interview

Bientôt ces fossoyeurs et leurs complices seront appelés à la barre…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

BLO: Bonjour, monsieur Jacques Vithi

Jacques : Bonjour!

BLO:

Vous êtes le coordonnateur général adjoint de Kyaghanda chargé du comité international de pilotage et des relations extérieures. Comment appréciez-vous la victoire de Monsieur Felix Tshilombo Tshisekedi, telle qu’elle a été publiée par la CENI à l’issue des élections présidentielles du 30 décembre dernier?

Jacques:

Le peuple congolais s’est mobilisé pour se rendre aux urnes avec enthousiasme et a fait son choix. Quant au résultat qui proclame Felix victorieux, il n’est pas celui qui provient vraiment du verdict du peuple. A ce titre, il est clair que Felix vient d’être proclamé président sur base des résultats des élections, mais il a été tout simplement nommé à ce poste par celui qui prétend avoir l’omnipotence de manipuler les pions politiques en République Démocratique du Congo à son gré.

BLO:

Selon vos propres pronostiques, lequel des candidats avait vraiment plus de chance à battre ses compagnons à la course?

Jacques:

Le déroulement des campagnes et propagandes électorales a donné tous les indices de victoire irréversible du candidat de la coalition LAMUKA. Cette assertion n’est nullement gratuite. A travers plus de 90% d’entités où Tshisekedi et Fayulu sont passés l’un après l’autre, en toute évidence, le primat inégalable de Fayulu par rapport au candidat de la coalition CACH demeure incontestable.

BLO:

Certes, d’après vos interventions antérieures sur le média, on découvre combien vous manifestez d’intérêt à voir un changement véritable et radical en RDC. Pensez vous qu’il y a lieu d’espérer la concrétisation de ce changement avec le nouveau président annoncé par la Ceni?

Jacques:

Absolument non! Un président nommé par son prédécesseur n’est rien d’autre qu’un instrument de celui qui l’a désigné. Il est donc clair que Felix récupère le fauteil présidentiel pour parachever les oeuvres de Joseph Kabila. Vous poserez la question de savoir lesquelles? – Il s’agit de tous ces crimes planifiés par Kabila, en l’occurrence le plan de génocide visant l’extermination des Yira-Nande tout toute l’humanité est témoin aujourd’hui.
Or, ce n’est pas seulement le peuple Nande qui aspire au changement, mais c’est tout le peuple congolais. D’ailleurs, vous pouvez constater avec tout le monde combien le peuple congolais, sur toute l’étendue de la République, affiche sa méfiance et sa déception face à cette nomination de Felix qui intervient comme une nouvelle moquerie en l’endroit de ce peuple déterminer à tourner une nouvelle page à son histoire.

BLO:

Le peuple Nande dont vous êtes issu à l’est du pays est celui qui a le plus souffert par les massacres et toutes sortes de martyr au cours du règne du dernier régime. Comment percevez-vous son avenir avec Un Félix Tshilombo président de la République?

Jacques:

Je ne vois aucun avenir dans le sens du bonheur tant rêvé non seulement pour ma communauté d’origine, mais aussi pour tout le peuple congolais. Felix est une marionnette, un figurant, qui jouira uniquement d’honneur et des gains matériels de sa complicité, c’est-à-dire le prix de la trahison de sa Nation. Cependant, il restera sans aucun pouvoir, compte tenu des accords qu’il a signé avec le diable qui a tout confisqué: il est dépouillé du contrôle de l’armée et de la sécurité, de la diplomatie, des finances… Bref, c’est un président aux pieds et aux mains liées réduit à la mendicité envers son maître. Franchement, dans une telle condition, je doute même qu’il aille jusqu’au bout de son présent mandat de cinq ans.

BLO:

A Béni, la population en est arrivée quelques fois à accuser ouvertement Joseph Kabila d’être le commanditaire principal des massacres de ses filles et fils. Peut-on espérer qu’est arrivé enfin le moment de le traduire désormais devant la justice nationale ou internationale, peu importe?

Jacques:

Toute personne qui a prêté attention aux discours de Felix et son ami Vital Kamerhe ne peut manquer de découvrir d’emblée que les deux se sont engagés dans un accord qui leur impose la mission de protéger Joseph Kabila aussitôt qu’il aura perdu son statut de chef de l’Etat en exercice. Tous ensemble ils semblent se comporter comme un buffle qui se bat sans issue dans une marécage. Alors, ils devraient cesser de se faire d’illusion car Joseph Kabila devra impérativement être arrêté et jugé pour tous les crimes par lesquels il a profanié la terre de nos ancêtres, ne fût-ce que pour ce flot intarrissable du sang qu’il a versé, quand bien même on aurait à « relativiser » le pillage des ressources du pays à son compte. Il y a lieu de mettre également en garde les fils du pays qui continuent à jouer en complicité avec lui qui courent extrêmement le risque de le rejoindre à la barre.

BLO:

Auriez-vous un essai d’interprétation du fait que la Ceni et le pouvoir en place aient privé le peuple de Béni-Butembo, aux côtés de Yumbi dans Maindombe, de pouvoir participer aux récents votes en vue de décider eux- memes pour leur avenir. Comment réagissez vous en tant qu’un dignitaire dans la structure de kyafhanda, l’organisation culturelle qui réunit tous les Nande du monde?

Jacques:

Là nous sommes pratiquement devant une décision politique et non humanitaire. Le pouvoir a voulu tout simplement priver LAMUKA de quelque 1,3 millions de voix d’électeurs acquis à la cause du soldat du peuple, Monsieur FAYULU. Du coup, il y a lieu de comprendre que les exactions, l’insécurité, les massacres et même l’Ebola dans Beni-lubero sont un complot de haute sphère contre mon peuple. Nous ne cessons de dénoncer depuis de longues dates que le régime de Kabila préparait l’insécurité et, comme cela ne suffisait pas, l’Ebola pour priver la région ciblée des droits de voter.

BLO:

Beaucoup de peuple congolais sondés au sujet de la proclamation de victoire, excepté aux Kasai et quelque peu à Bukavu, ne cache pas leur déception. Pouvez-vous avoir une idée de ce qui est susceptible d’arriver au cas où la Cour Constitutionnelle validait également le résultat livré par la Ceni?

Jacques:

La nomination de Felix, nous le disions plus haut, est bien connu sur le plan national et international comme une déception pour le peuple congolais tout entier. Les preuves en sont déjà disponibles: partout commence à se lever la grogne pour exiger la vérité des urnes. Plus de 16 personnes civiles sont déjà mortes en martyrs dans le cadre de cette réclamation. Et rassurez-vous que ceci n’est qu’un début d’orage que nul ne saura bientôt maîtriser; ce n’est pas ma pensée que j’exprime, mais ce l’analyse objective que quiconque peut faire sur base de lecture des réactions et état d’esprit des populations de plus en plus emportées par la colère en l’endroit de ceux qui viennent de dépasser la limite du supportable dans leur mépris, sadisme et moquerie. D’où, la CENI, le système de Kabila et Felix/Kamerhe seront seuls tenus responsables de toutes les éventualités.

BLO:

Avec tous les jeux que messieurs Kamerhe et Tshilombo ont orchestrés pour aider Joseph Kabila et son système à demeurer aux affaires publiques de pays, que faudrait-on faire de plus pour que le peuple congolais accède au changement qu’il recherche de toutes ses forces?

Jacques:

Le peuple congolais n’est pas idiot ni naïf. Il connaît la vérité des faits et les manoeuvres qui entoure le phénomène des élections passées. Ce peuple a bien compris qu’il doit prendre son destin en main. Et quel est le choix qui lui reste? Imaginez-le vous-même…

BLO:

Felix Tshilombo a couvert son tête à tête avec Kabila par le prétexte de recherche de réconciliation et de passation pacifique de pouvoir. Partagez-vous son idée de pardonner gratuitement à Joseph Kabila et ses collaborateurs après tant de crime, de massacre des innocents et de pillage du pays?

Jacques:

J’ai déjà répondu à cette question d’une autre manière. Mais il importe que je m’y éclaircisse encore. Pour nous, le changement dans un tel pays délibérement meurtri par un individu ou groupe d’individus passe par une tolérance zéro. D’ailleurs, nous sommes convaincus que la paix n’émerge que des portes de la réconciliation. Or, une réconciliation véritable et solide exige absolument une justice et une réparation.

BLO:

Quel est votre message personnel à votre communauté dont l’espoir du changement vient de volet en éclat et au peuple congolais tout entier en cette circonstance?

Jacques:

Mon message est simple. Le peuple congolais a le droit et l’obligation de réclamer la vérité des urnes. Il faut donc que le peuple soit prêt à se battre par tous les moyens pour défendre la victoire de changement qu’il vient d’arracher le 30 décembre 2018, et qu’un groupe d’intrus s’époumone pour la lui confisquer. Que le peuple garde espoir d’un demain meilleurs, non les bras croisés, mais par des actions, tout en restant solidaire les uns envers les autres, comme garanti primordial une victoire totale dans cette lutte pour le changement et l’autolibération, vu que l’union fait la force.

BLO:
Je vous remercie grandement pour le temps que vous avez sacrifié pour nos services.

Jacques:
C’est moi qui vous remercie.

Interview accordée à BLO par Jacques Vithi au micro de Brigitte Kahinso.

L’Editeur de BLO

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*