Butembo: Assassinat de Kasereka Pascal (25 ans) par des Fardc

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Le sang des paisibles congolais continue de couler à Butembo et rien ne fait entrevoir un début de sécurisation de cette ville beniluberoise jadis havre de paix ! Les commandants militaires ou policiers qui se succèdent à la tête des forces de securité de la ville de Butembo se ressemblent en ceci qu’ils ne font rien pour sécuriser les bubolais !
Le corps de Feu Kasereka Pascal à la morgue de Matanda/Butembo
Hier, Jeudi 8 juillet vers 21h, Mr Kasereka Pascal (25 ans) bien connu à travers la ville sous le nom de MWANAZAIRE est tombé sous les balles de l’ennemi alors qu’il rentrait au domicile de son grand frère au Quartier Matanda, Cellule Wayimirya, en ville de Butembo. Arrivé seul au volant d’une voiture de la COOPEC IMARA achetée la veille, à moins de 100 m de la résidence de son grand frère FATAKI où il vivait, soit au niveau de la clôture des Petites Sœurs de la Présentation (PSP) de Vungi et de la résidence de l’opérateur économique Mbumba, il aurait rencontré un groupe des militaires qui l’auraient arrêté. Selon les voisins qui suivaient de loin l’embuscade, un des militaires lui aurait logé 3 balles dans la tête deux minutes plus tard. Et puis, c’était le silence ! La voiture vrombissait toujours avec des phares allumés jusque 4h du matin, l’heure à laquelle la batterie se serait déchargée complètement.
Le Lieu du Crime Non loin du Pont MBUMBA
Un autre jeune garçon à la fleur de l’âge vient de tomber victime des militaires supposés sécuriser la ville ! Les autorités locales se taisent et réduisent leur rôle à réprimer les manifestations de colère des populations victimes au lieu de conjuguer les efforts pour mettre la main sur les tueurs. Un autre échec de l’opération AMANI LEO pilotée au Nord-Kivu et en Territoire de Lubero par les officiers militaires Dieudonné AMULI, Bosco Ntaganda, Yav Philémon, Bruno Mandefu, le Commandant de la 11ième brigade déployée actuellement à Butembo et dont le vrai nom n’est pas encore connu de bubolais, qui un jour devront rendre compte de toutes ces tueries des civils qui ne sont ni FDLR, ni LRA.
Veillée mortuaire en l’Eglise Protestante Francophone CEBCA Matanda
Selon des sources proches de l’Hôpital Général de Matanda, son corps était déposé au cours de la même nuit par un groupe des militaires à la morgue. Le corps de Mwana Zaïre est exposé dans l’Eglise de la CBCA Francophone de Matanda, où il était chantre. Notez aussi que Mwana Zaïre était aussi chantre à l’aumônerie protestante de la Paroisse Universitaire de l’UCG/Butembo. Les étudiants ont ainsi voulu prendre en charge les frais du cercueil de leur camarade. Ils ont ainsi remplace le cercueil acheté par la famille par le leur, créant de l’embouteillage et de l’émotion à l’Eglise Protestante Francophone CEBCA Matanda.
En bois rouge, le cercueil des étudiants où le corps de Pascal a été transféré
Les parents de Mwana Zaïre sont attendus de Goma et de Kisangani où ils habitent pour l’enterrement qui aura lieu demain Samedi 10 juillet 2010 !
Quelle émotion et quelle colère à travers la ville ! Comme si cela n’était déjà suffisant, le Commandant militaire connu sous le seul nom de Dieudonné est arrivé de Rughenda le matin au lieu du lieu pour ajouter l’injure à la blessure au lieu de promettre une enquête pour retrouver les assassins! En effet, aux mamans qui pleuraient l’assassinat de Mwana Zaïre, le Commandant Dieudonné, un rwandais transfuge du CNDP, aurait, sans froid aux yeux, demandé aux « valiri » (les pleureurs) de ne pas pleurer et aux jeunes de ne pas s’attrouper dans l’avenue en des termes rapportés comme suit : «MUFANYE ANGALISHO, PASIPO HIYO MUTAKUFA WENGI SANA » (Faites Attention sinon il y aura beaucoup plus de morts parmi vous). Un brave militaire congolais qui était ave lui, voyant la colère des membres de la famille et amis rassemblés pour cette circonstance douloureuse, n’a pas eu peur de corriger son supérieur militaire en public en ces termes : « APANA KUSEMA HIVYO » (Il ne faut pas parler de la sorte). Les deux militaires se seraient échangé un regard de colère, avant de quitter le lieu, probablement pour se faire de leçons de morale militaire loin des civils.
Mais pour les jeunes attristés par l’assassinat de leur camarade par des militaires, le commandant Dieudonné a franchi le Rubicon. La mémoire de la veillée mortuaire dispersée à Kirumba par des militaires rwandais transfuges du CNDP est encore fraiche. La réaction immédiate des jeunes et des étudiants amis de Mwana Zaïre à l’assassinat de leur camarade doublé de l’insolence du commandant Dieudonné ne s’est fait pas attendre. Plusieurs rues de la ville ont été barricadées avec des pneus en feu. Des calicots demandant le retour des Mai-Mai pour l’auto-défense de la ville ont été déployés sur plusieurs artères de la ville. Les activités de la ville commerciale de Butembo ont été paralysées. Pour mater la révolte des Jeunes, ce qu’on appelle forces de l’ordre ont fait ce qu’elles savent faire, à savoir, réprimé les manifestations des paisibles civils congolais.
Correspondance Particulière de Butembo
©Beni-Lubero Online
.
MESSAGE DE CONDOLEANCES
C’est avec grande émotion que nous venons encore de découvrir des images macabres de l’assassinat de Monsieur Kasereka Pascal, dont les ennemies de la paix viennent d’arracher la vie et donc toutes les potentialités futures qu’il incarnait en 25 ans d’âge seulement. Cette mort vient s’ajouter à toutes les autres qui inondent les archives de Beni-Lubero Online.
 
Alors que l’espérance de vie à la naissance du Congolais n’est plus que d’une quarantaine, cela pouvait suffire pour remplir notre coupe.
 
A partir de l’extérieur, nous sommes de cœur avec vous pendant ces moments de dure épreuve. Nous épousons l’avis de la société civile et de la FEC Butembo qui réclament la démilitarisation de la ville.
 
Nous osons croire que cette fois-ci les enquêtes vont aboutir selon la déclaration de Gérôme Bayao, Auditeur de Garnison de Beni-Butembo sur radiookapi.net, que je cite " S’agissant du meurtre d’un étudiant de Butembo, il affirme que deux suspects, un militaire et un policier, sont déjà aux arrêts.". Mais alors il faudra qu’on arrive aussi à l’étape de la prévention comme c’est le cas sous d’autres cieux.
 
Nos condoléances les plus attristées a la famille biologique, la CEBCEA Francophone, la COOPEC IMARA et à la communauté estudiantine de Butembo.
 
Dans toute cette injustice sociale, notre Dieu dit " vengeance et rétribution lui reviennent " 
 
Thaddeus Katembo
Philippines
Extrême-Orient

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *