Mr Mastaki Kowa, assassiné par égorgement à Butembo ce 21/11/2017

Butembo: Monsieur Mastaki KOWA égorgé dans son domicile

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La ville de Butembo s’est réveillée sous une forte émotion le matin de ce mardi 21 novembre 2017 suite à la mort brutale et tragique de l’opérateur économique Mastaki Kowa . Cet homme âgé d’une cinquantaine d’années a été égorgé dans sa chambre par des inconnues. Le fait s’est passé dans la nuit du 20 au 21 Novembre 2017. La victime est le grand frère biologique du feu Kowa très bien connu dans la ville de Butembo. Les habitants du quartier Vutetse en commune Kimemi pensent Mastaki Kowa aurait été emporté par la tempête du phénomène Kasuku qui ne veut pas dire son dernier mot en ville de Butembo. Mais l’hypothèse des investigation de BLO s’écarte de cette première piste: il est probable que la victime ait subi le sort du Règlement de compte ou du conflit d’intérêt ou encore du Conflit interne de sa familial.

Les auteurs seraient utilisés pour exécuter la volonté des vrais commanditaires de cette mort qui restent à déterminer. Au sein de la famille, l’on signale l’arrestation de certains de ses fils pour raison d’enquête, car faisant l’objet de présomption de culpabilité dans ce cas d’assassinat.

Il est surprenant de constater qu’aucun de ses enfants n’affiche l’air attristé suite à cette mort tragique, personne d’entre eux ne verse ne fût-ce qu’une goute de larme du regret en souvenir du feu papa Kowa. Il y aurait moyen de comprendre cette attitude à partir de quelques faits précédents. En effet, il y a au moins 30 jours que la victime (Mastaki Kowa) a été visité par des hommes munis des kasuku et était grièvement blessé puis interné à l’Hôpital Général de Référence de Matanda/Butembo pour des soins. Il était donc jusque là en état de convalescence…

Il se pourrait que la victime était en conflit ouvert avec sa progéniture, une réunion de famille était même organisée il y a moins d’une semaine, mais sans trouver une solution satisfaisante.

La justice congolaise, bien qu’affairiste, pourrait se pencher sur ce dossier comme les premiers suspects (ses fils) viennent d’être arrêtés. Soulignons qu’ils restent des présumés.

PALUKU MULIRO Vincent
Butembo

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*