Butembo : Répression violente du sit-in pacifique des enseignants

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le problème des listes de paiement des salaires des enseignants fait un sérieux problème en ville de Butembo. Les listes de paiement établies à Kinshasa sont bloquées à Goma. A la place des listes venant de Kinshasa, Goma établit ses propres listes pour Butembo, certes pour modifier la prime déjà insuffisante envoyée par Kinshasa. Le corps enseignant de Butembo veut mettre fin à cette pratique malhonnête orchestrée à Goma.

C’est ainsi que la semaine dernière, il y a eu une première manif des enseignants de Butembo devant le bureau de la SECOPE. Une promesse avait été faite pour faire parvenir à Butembo les listes originales établies à Kinshasa. Cette promesse n’a pas été tenue. C’est pourquoi, une nouvelle manif a été organisée aujourd’hui dans les normes requises par la ville de Butembo. Mais cettefois-ci, une police musclée et répressive était au rendez-vous ! L’ironie de cette police comme l’ont dit les enseignants en colère, c’est que cette police n’a de force que pour réprimer les populations congolaises. Quand il s’agit d’attraper un seul des malfrats qui endeuillent la ville de Butembo, la force de la police est absente.

 manifenseignantsbbo00

Curieusement, ce matin du 7 décembre 2010, les policiers étaient déjà légion au bureau de la sous-division pour empêcher le sit-in pacifique des enseignants.

Les enseignants sont arrivés en scandant des slogans moqueurs sur la bonne gouvernance, la tolérance zéro, la paix retrouvée, etc.

manifenseignantbbocalicot00

Pour casser le moral des manifestants, les policiers ont violemment arrêté l’organisateur MALIS MALISAWA et l’ont fait coffrer au cachot de la GMI. Les enseignants étaient aussi malmenés par une police surchauffée qui les a obligés à s’assoir par terre. Les enseignants ont alors entonné une série des chansons sur la prise en otage de l’enseignant de la RDC, la libération prochaine de la RDC, la libération prochaine de l’enseignant congolais, la libération de l’organisateur Malisawa, tc.

Deux heures après, une foule d’écoliers et d’élèves est venue soutenir la manif de leurs enseignants. Et la foule immense massée au rond pont Muchanga n’a fait que s’augmenter. Craignant un débordement, la Police est allée libérée l’organisateur de la manif Malisawa. Pendant que Malisawa était au bureau de la Sous-Division pour présenter les mêmes doléances des listes de paiement falsifiées à Goma, les élèves s’en sont pris aux policiers par une véritable intifada. Ce qui n’était qu’une manif pacifique s’est transformé ainsi en scène chaotique avec des policiers fuyant le jet des pierres pour se mettre à l’abri, etc. Pendant tout ce temps, les enseignants sont restés assis par terre. Les policiers avaient alors deux forces devant eux : les enseignants assis par terre, et les élèves libres de leurs mouvements. 

manifenseignantbbojeunes00

La question que tous se posent est de savoir pourquoi ce problème se pose seulement dans la grande ville de la province du Nord-Kivu, à savoir Butembo ? Le gouvernement congolais qui a déjà failli dans bien des domaines a-t-il intérêt de s’ajouter un autre problème comme celui-ci qu’il peut facilement résoudre? Les observateurs ne comprennent pas ce qui se trame derrière ce refus de payer les enseignants de Butembo à partir des listes établies à Kinshasa. 

manifenseignantbboecoliers0

Kakule Mathe

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *