CELEBRONS LES MORTS DE JANVIER (par Magloire Paluku)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les morts du mois de Janvier occupent une place de choix dans l’histoire pour la R.D. Congo.

Si l’Amérique du Président Washington a eu une suite de célébrités politico-culturelles dont les noms accompagnent le calendrier; la RDC en a aussi au mémorial.

Chez l’Oncle Sam la phrase de Moise au Pharaon en Egypte "Let my people go” afin que les juifs esclaves soient libérés, est devenue une citation de blouse que les Noirs ont chantée et chantent encore pour célébrer Martin Luther King Junior assassiné en Janvier 64. La journée du 16 janvier est chômée et payée aux USA.

C’est par King que l’Amérique des noirs peut répéter en chœur Enfin libre, Enfin Libre, Enfin Libre…!

En RDC aussi le "Let my people go" s’est vécu dans les messages des indépendantistes comme Patrice Emmery Lumumba demandant aux Pharaons-Belges la liberté du peuple congolais. Tout comme Martin Luther King Jr, Emery Patrice Lumumba sera tué en janvier et son Mémorial est célébré parfois dans l’indifférence, parfois par obligation nationale ou par implication d’un congé payé.

Pourtant… pourtant c’est par Lumumba que même Mobutu Sese Seko s’est défini comme indépendantiste et démocrate.

Et sont venus dans la ronde les rebelles "Lumumbistes Kabila et Kisase" tués en Janvier comme leur leader.

Après le 4 janvier dite journée des Martyrs de l’Indépendance, deux autres morts sont á célébrer.

Le 16 Janvier 1997 mourait André Kisase Ngandu, assassiné par un commandant Rwandais dont le nom est aujourd’hui un secret de polichinelle mais que nous taisons par modestie.

André Kisase Ngandu est l’homme de valeur en RDC dont l’assassinat est un petit flash dans les nouvelles ou tout simplement dont la mort est gênante pour être jetée dans les oubliettes de l’histoire. Pourtant, comme Martin Luther King Jr, il a aussi repris la phrase de Moise devant les Pharaons-Rwandais leur disant"Let my People go". A. Kisase Ngandu a voulu que les congolais se libèrent, sans une aide encombrante des Rwandais, pour célébrer un culte á leur indépendance et leur développement social.

Le peuple Yira serait content de la présence sur cette terre des hommes de A.K.Ngandu puisque celui-ci avait un respect pour l’essor économique du territoire de Beni-Lubero. Il a été le seul à s’entourer des Kadogos Kasindiens et á donner une place de choix aux Yira durant la guerre de 1996-1997.

Le 16 Janvier 2000 était le tour de Laurent-Désiré Kabila. Lui aussi assassiné le 16 janvier; il a rallié la liste des mystérieux disparus de Janvier. Si la date de ces morts de janvier est dans la troisième semaine du premier mois, leurs commémorations sont différentes.

L.D Kabila est le mort national le plus honni de l’extérieur mais le plus inspirant. Si on a voulu coller á son assassinat un nom Yira ; c’est parce qu’il avait sur son cœur l’un de ses gardes les plus aimés ; le jeune KASEREKA. Ce dernier est mort dans un accident de moto à Kinshasa dans des circonstances mystérieuses.

L.D Kabila a aussi su dire aux Pharaons Occidentaux Impérialistes "Let my People Go" et que la RDC et son peuple marchent vers la liberté.

Si toute mort est égale dans la forme, les hommes en sont privilégiés ou amoindris selon leur nom, leur renom, et leur nation.

Célébrer les morts de Janvier en RDC même si leurs identités politiques ne correspondent pas á nos tendances; c’est aussi répondre à une obligation intellectuelle et nationale.

MAGLOIRE PALUKU

Journaliste-Musicien, Pays-Bas

{moscomment}

.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*