Le Membres du Conseil de Nations unies a New York

Conseil de sécurité de l’ONU : Un message clair de Mme Nikki qui frustre le régime de Kinshasa, mais rassure l’espoir au peuple!!!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Ceci aura été une des rares fois que les opinions auront capté sans ambiguïté la prise de position de la communauté internationale sur un dossier aussi crucial qu’est la crise socio-politique en République Démocratique du Congo. Le gouvernement congolais est certes au top des manipulations rusées des opinions, cependant il n’est nullement le plus malin pour prétendre duper continuellement la communauté internationale dont la surveillance ininterrompue sur la RD Congo ne saurait se donner du répit tant que les signaux de perturbation y demeurent visibles avec le risque de déstabiliser le système des affaires internationales (politique, commerce, diplomatie etc.).


Finalement, le plateau du Conseil de sécurité des Nations Unies le fait retentir solennellement : c’est le gouvernement congolais qui est « responsable » de la souffrance de son peuple; le régime de Kinshasa doit cesser de s’apprendre aux Evêques et aux pays amis de la RD Congo qui, par souci du bien-être des congolais, relèvent les failles du pouvoir en place et soulignent sa responsabilité dans la misère de ses citoyens en lui souhaitant de faire mieux; le gouvernement congolais doit écouter les cris du peuple qui demande à juste titre l’amélioration de ses conditions de vie; la RD Congo doit se rassurer qu’elle a autant d’amis de par le monde qui veulent l’aider jusqu’à la voir « réussir » et qui ont jurer de « ne point abandonner son dossier jusqu’à ce qu’il y ait la tenue des élections libres et crédibles ».


Madame Nikki Harley, Ambassadrice des Etats Unis à l’ONU, exprime encore mieux cette préoccupation quand elle s’adresse en ces termes:


« Je voudrais ajouter quelques commentaires, particulièrement à Monsieur Okitundu.

Je vous ai entendu dire que ceux qui critiquent le gouvernement Congolais doivent se rendre au Congo pour comprendre ses réalités…


Eh bien moi j’ai visité le Congo. J’ai vu le Congo, et j’ai entendu la voix du peuple Congolais.

Vous avez ici une communauté internationale qui désire vous venir en aide. Une communauté internationale qui vient de passer des heures à parler de la marche à suivre pour sortir le pays de la crise. Vous avez autour de vous une communauté internationale qui veut réellement voir des élections libres et équitables en RDC.


Je comprends votre frustration et les raisons qui ont motivé votre colère de tout à l’heure, mais cela ne m’empêche pas de vous dire la vérité:


En ce qui concerne l’assassinat des enquêteurs, veuillez demander à Monsieur Kabila de dire (ouvertement) ce qu’il a fait de ma liste. Je lui ai remis une liste, mais aucune action n’a été prise.


Cette liste est selon nous, celle qui doit être prise en considération. C’est une liste sérieuse par rapport à la lumière qui doit être faite sur la mort des deux enquêteurs des Nations unies (Michael Sharp & Zaida Catalan).


Deuxièmement, quand vous dites que vous en avez assez de la manière dont les gens parlent de la République Démocratique du Congo, eh bien permettez-moi de vous dire que nous ne ressentons aucune joie à parler de la RDC. Si nous le faisons, c’est parce que nous avons pitié de la population Congolaise.


J’ai parlé aux gens qui se trouvent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des camps de réfugiés. Tout ce que ces gens veulent, c’est UNE VIE DÉCENTE. Ils veulent une bonne qualité de vie.


Les Congolais veulent pouvoir S’EXPRIMER LIBREMENT sans avoir à s’inquiéter s’ils vont se faire tirer dessus ou bien se faire maltraiter sévèrement au cas où ils décideraient de protester contre les abus du pouvoir.


Vous êtes fâché à cause des commentaires négatifs qui sont émis à l’égard de la RDC…?

Eh bien, je vous dis qu’en lieu et place d’exprimer votre frustration ici, vous feriez mieux de poser des ACTIONS DIGNES qui prouveront que vous avez ouvert vos oreilles aux cris de la population.


Vous feriez mieux de travaillez avec la CENI et les partenaires régionaux pour parvenir à des élections libres, crédibles et transparentes.


Vous devez POSER DES ACTES de bonne volonté au lieu de vous en prendre aux évêques et à toute autre voix qui parle contre vous.


Il est temps que vous puissiez comprendre que votre GOUVERNEMENT est RESPONSABLE de la SOUFFRANCE de la population dans ce pays, et qu’il vous revient, à vous, la RESPONSABILITÉ de réparer cela. Et nous sommes disposés à vous aider dans cette démarche.

J’ai vu la souffrance des enfants du Congo. Il n’y a aucun espoir dans leurs yeux en ce moment. J’ai écouté les mères Congolaises. Elles sont tristes à l’idée que leurs enfants n’auront pas d’emplois, qu’ils n’auront pas d’avenir.


Nous offrons à l’administration Kabila l’opportunité de penser à un HÉRITAGE.

Voulez-vous laisser l’héritage qui est déjà le votre à l’heure qu’il est? Celui des combats, de la répression et des manœuvres dilatoires? Ou bien vous voulez être un pays qui montre au monde entier qu’il est capable de se relever et de prendre ses responsabilités?


Combien de temps vous faudra-t-il encore pour finalement écouter la voix du peuple Congolais? Ce peuple mérite que vous l’écoutiez enfin!


À nos intervenants, aux membres du Conseil de sécurité et aux participants régionaux, je dis merci pour vos remarques réfléchies et votre engagement continu sur la question Congolaise. Nous continuerons à surveiller cela de près.


À la CENI je dis: Tous les yeux du monde sont sur vous!
À la RDC je dis: Sache que tu as beaucoup d’amis qui veulent te voir réussir!

Mon message aux congolais: Soyez sûrs que n’abandonnerons pas votre dossier, jusqu’à ce qu’il y aura des élections libres et crédibles dans votre pays.


Enfin, je vous demande à tous de garder l’œil et l’oreille ouverts sur cette crise. La réunion d’aujourd’hui a été très longue certes (plus de 3 heures), mais sachez que nous n’avons pas encore fini de parler du Congo.


Chaque mois qui suivra, nous nous attèlerons à examiner les points clés afin d’être sûrs qu’ils sont appliqués comme il se doit.

Merci beaucoup!  »

Nikki Haley, ambassadrice des États-Unis à l’ONU (Réunion sur la crise Congolaise tenue le 12 Février 2018 à New York)

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*