Des Imbonerakure (milice Burundaise) à Beni parmi les ADF !!!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les FARDC de l’opération Sokola 1 ont capturé le 21 novembre 2017 un égorgeur qui a livré une révélation toute nouvelle mais à la fois surprenante et troublante. Il se fait reconnaître lui-même comme un sujet Burundais, membre de la milice Imbonerakure. Toutefois, les autorités locales ne lui donnent pas assez de chance pour justifier publiquement le fait que, milicien burundais qu’il est, de surcroit capturé parmi les tueurs appelés par présomption des « ADF », il soit revêtu en tenue militaire des FARDC. On espère que la justice aidera à en comprendre davantage plus tard.

Néanmoins, les personnes à mémoire fraiche peuvent se rappeler que l’irruption des Imbonerakure à Beni est un fait qui a été bel et bien préparé depuis quelque temps. En effet, tout récemment, lors de l’attaque de la ville d’Uvira par la coalition des miliciens chapeautés par le général Mai-mai Amuri Yakutumba, les opinions ont appris deux choses:

D’une part, des informations concordantes ont indiqués que des éléments de la milice Burundaise proche de la mouvance présidentielle du Burundi du non des Imbonerakure avaient rejoint massivement le rang de ces rebelles. La MONUSCO avait confirmé soigneusement le fait. Par la même occasion, les investigations ont découvert que l’arsenal de guerre qu’ont utilisé les rebelles de Yakutumba avait également transité par le Burundi, en même temps qu’un nombre considérable desdits hors-la-loi étaient des congolais que le cercle politique de Joseph Kabila avait envoyés en formation auprès des Imbonerakure Burundais en vue d’acquérir d’expérience en matière de massacre des civils.

D’autre part, toujours à l’occasion de l’attaque d’Uvira, le gouvernement de Kinshasa a trahi un des secrets de ses entrailles en extrapolant que le terrorisme islamiste menace à la fois la région d’Uvira et celle de Beni. Il avait livré au public que les terroristes ADF de Beni partageraient une même filière avec d’autres islamistes qui menaceraient la réion d’Uvira. N’est-ce pas là un effort qui visait à préparer l’état d’esprit des personnes intéressées par la situation tragique de Beni à accueillir un jour sans stupéfaction une éventuelle découverte des Imbonerakure à Beni? Car ces derniers venaient d’être connectés aux égorgeurs du grand Nord-Kivu.

Sinon, comment des Imbonerakure se sont-ils retrouvés en uniformes militaires des FARDC? Comment ont-ils procédé pour quitter le Burundi et Uvira afin de se retrouver à Beni? Qui leur a stimulé cette mutation? Pour quel intérêt? Certainement, le gouvernement congolais pourra répondre à toutes ces questions un jour.

Ainsi, on connaît avec plus ou moins certitude que les fameux présumés ADF actifs dans les massacres des innocents à Beni sont composés d’une amalgame de groupes d’individus d’origines très variées parmi lesquelles des réfugiés rwandais expulsés de la Tanzanie puis transférés par le duo Kigali-Kinshasa au grand Nord-Kivu et en Ituri, des éléments récupérés par le général Mundos des résidus des véritables ADF, des Ougandais recrutés par ces agents ADF de Mundos, des Burundais, Kenyans etc. acquis pour la besogne (massacre des autochtones) selon l’opportunité rencontrée sur le chemin de recrutement mené par le service secret de Mundos et collabos.

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 19 mars 2016, parole qui a valu son assassinat le jour suivant).

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*