Flash!! Massacre à Kindindiwe (Beni) – 5 majors des FARDC tués!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le fléau des massacres ne quitte point le territoire de Beni. Ce mercredi 17 mai 2017, une date qui commémore le 20e anniversaire de la libération de Congo-Kinshasa par l’AFDL, la population de Beni se réveille encore dans la consternation de tuerie massive perpétrés par des ennemis de la paix.

Dans une circonstance que même le porte-parole de l’armée congolaise en opération Sokola 1 à Beni ne parvient pas à élucider, il a été ramassé plusieurs corps des militaires de FARDC dont au moins dix (10) cadavres se trouvent exposés dans la morgue de l’hôpital général de Beni, parmi lesquels figurent cinq (5) officiers du rang de Major. L’événement s’est produit à Kindindiwe, une contrée qui se rapproche de Mayangose, non loin de la périphérie Est de la ville de Beni.

Or, depuis le mardi dernier (16/05/2017), les FARDC bouclaient ce rayon, en se concentrant sur l’axe Nyaleke – Semuliki, pendant qu’un autre bouclage était signalé au niveau de Bulongo, suite à une information faisant état de mouvement des colonnes des personnes assimilées aux présumés ADF, qui auraient été aperçues dans la partie du Graben du groupement Isale-Bulambo,chefferie des Bashu, en territoire de Beni.

Jusqu’à présent une perte subite d’environ dix officiers des FARDC reste un vrai mystère. D’aucuns s’interrogent quand est-ce que les ADF seraient-ils infiltrés dans cette zone avec une si grande capacité de nuisance?

C’est pourquoi, beaucoup d’observateurs spéculent de manière à suspecter un coup qui aurait été monté au sein de l’armée gouvernementale elle-même, par des « agents terroristes » du pouvoir en place infiltrés parmi les FARDC pour jouer aux ADF. Nos vaillants FARDC tombés sur le champ d’opération auraient donc été victime d’une embuscade de leurs propres collègues jouant aux traîtres.

Le commandement de l’opération Sokola 1 devrait se prononcer urgemment pour lever le voile sur cet événement. Sinon, son silence prolongé risque d’accréditer les présomption déjà en cours sur l’armée elle-même.

Christine KYALWAGHE
Beni

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *