Incendie de la résidence de Joseph Kabila: Un membre de Kyaghanda rappelle les notables autoproclamés à l’ordre.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Concerne : Avis sur le message de compassion de nommés « Notables Nande » au Président Josph Kabila suite à l’incident survenu à sa résidence de Musienene, Territoire de Lubero au Nord-Kivu.

Messieurs les initiateurs et auteurs du message,

Je reste solidaire à votre message dans son esprit, sa lettre et son fond ; et vous en encourage. J’use de mes prérogatives consignées à l’article 50 des textes qui régissent l’Union de la Communauté à laquelle vous avez fait allusion pour attirer votre attention sur les risques qui découleraient de la forme du message, du répondant et du protocole utilisé.

1. La Communauté Yira (Nande) est socialement organisée en Kyaghanda, avec des Vyaghanda aux niveaux des villes, territoires, provinces et même pays ou continents. Et seul le Conseil Culturel de la Communauté, basée à Butembo, la représente, siège à son nom et l’engage. Toute initiative privée, non soumise à ce Conseil, ne peut ni se prévaloir de la Communauté, ni l’engager : Elle reste individuelle.

2. Un quelconque organe «Notables Nande», à caractère communautaire et capable de parler au nom de la Communauté, n’existe pas, est informel. Cette conception est dangereuse et si c’est plutôt les notables qui contournent l’union pour se présenter en groupuscules d’intérêts politiques, économiques, sociaux et autres, et incrémenter leurs crédits chacun là où il est attaché, je crois qu’ils sont responsables des malheurs qui frappent la Communauté. Ainsi pour une idée au profit de la Communauté, vous auriez pu la soumettre au Kyaghanda Kinshasa, qui gère là où vous avez publié le message et qui, aux termes des textes, est appelé à accompagner vos initiatives individuelles ou au profit de la Communauté et coordonner leur action avec les autres.

3. Dans tous les cas, seul le Président du Kyaghanda dans lequel s’est passé l’événement, ici celui de Lubero Nord, est le répondant direct de la Communauté vis-à-vis des tiers. Il en fait rapport au Président du Conseil Culturel et au Secrétaire Général qui saisit ou échange avec les autres Vyaghanda pour toutes fins utiles. Si donc chacun doit s’improviser comme vous, sans mandat ni qualité, nous restons vulnérables.

4. La Communauté Yira (Nande), comme toute autre d’ailleurs, n’a pas vocation de garder les résidences. Les questions sécuritaires dont les populations, les biens et les terres sont victimes chez nous sont sous la responsabilité du Gouvernement, à travers les forces armées. Demander vous-même à la population de se mobiliser pour barrer la route à l’ennemie sans en définir, convenir et communiquer les règles, revient encore à créer ou avaliser des milices locales là où le Gouvernement a du mal à divorcer avec ses anciens partenaires mobilisés dans les mêmes conditions.

5. Rien ne justifie votre intention de faire apparaître la Communauté à la place des habitants ou populations locales. En plus, eux qui n’arrivent pas à se sécuriser ou ne sont pas, au nom de la loi, autorisés à le faire, comment le feraient-ils cette fois-là pour cette résidence rurale et isolée que la plupart de répondants ne savent même pas localiser. S’il était prouvé que des Yira figuraient parmi les malfrats, nous sommes convaincus qu’ils le feraient à leur propre initiative, autant qu’à votre propre initiative, vous êtes allés vers les média. Et toute tendance à habiller les actes individuelles à aux communautés, églises, composantes politiques, nationalités et autres est une instigation à la haine qu’il faut décourager.

6. Enfin, il est opportun de vous réitérer que si la délégation était communautaire, elle aurait été hétérogène, à l’image des composantes du Conseil Culturel et des sensibilités politiques.

En définitif, je termine par vous rappeler que le Conseil Culturel de la Communauté, dont la plupart d’entre vous a cofinancé la création depuis 2009, est constitué d’environs 70 Vieillards (membres) issus de quatre composantes comme suit :
 Les délégués de clans et Communautés locales (environs 20);
 Les Chefs Coutumiers intronisés, à titre individuels (Environs 15);
 Les Vyaghanda (Villes, Territoires, Provinces, …), plus les 4 membres du Secrétariat Général ;
 Les délégués des forces vives qui opèrent chez nous et qui nous ont aidés à développer le Buyira (Eglises, FEC, Société Civile, …).
Seul leur avis collectif, consigné dans un PV, engage la Communauté. Nous croyons que personne ne peut s’arroger un pouvoir au-delà de celui-là, si ce n’est le Conseil qui le lui concède. Les Opérateurs politiques en sont membres, sans voix délibérative, tandis que tout autre membre émet ses avis à travers son Kyaghanda, sa composante ou le Comité International de Pilotage (CIP), Corps Technique de la Communauté.

Vos idées et vos implications personnelles sont donc les bienvenues au Conseil Culturel de la Communauté, à travers votre Kyaghanda pour échanges inclusifs entre membres et composantes, en vue de sortir des avis unanimes entre vous et avec les membres de la Communauté.

Seules, l’Union, l’Amour et le Travail doivent nous animer.
Meilleurs vœux pour 2018.

Fait à Kinshasa, le 26 décembre 2017.

Sé : P.U. BALINANDE Musavuka.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*