ISALE: Un Fardc Congolais retrouvé mort la tête coupée

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le Vendredi 25 mars 2011 un Fardc congolais a été retrouvé mort la tête et un doigt coupés à la machette à Kyavisale, groupement d’Isale-Bulambo, Chefferie des Bashu, en Territoire de Beni. Les habitants du village de Kyavisale avaient trouvé son cadavre non loin d’un chemin fréquenté le matin vers 8h00 heure locale. Craignant les représailles envers quiconque annonce une telle trouvaille, les paysans ont attendu que les Fardc et les Policiers découvrent eux-mêmes le corps décapité de leur camarade. Ce qui fut fait vers 10h00. Les militaires ont fait transporter le corps de leur camarade jusqu’à Mahero, Village traditionnel Nande de Bulambo où il a été enterré au début de l’après- midi. Après l’enterrement, les militaires ont alors fait parler leurs armes provoquant une panique au sein de la population. Les femmes et les enfants de plusieurs familles ont pris le chemin de «  l’exil intérieur » vers Vitungwe, Vuhovi, Bunyuka, Butembo, etc. 

Bulambomarche1best0

                        Un vue du Marché de Bulambo ( Photo Archives BLO)

On se rappelle que le 5 novembre 2010 une attaque à la lance roquettes avait eu lieu dans le même village avec un bilan lourd de 9 morts dont 5 Fardc congolais et 4 civils congolais. Kyavisale qui abrite une ancienne plantation de café d’un colon belge se trouve sur la fameuse carte du PNUD comme site d’accueil des retournés du Rwanda. 

La tuerie d’hier comme celle du 5 novembre 2010 a eu lieu la veille du marché de la cité de Bulambo. C’est ainsi qu’au lieu d’initier une enquête relative à l’assassinat de leur camarade ou de poursuivre ses assassins, les militaires déployées à Mwighalika ont profité de l’occasion pour piller les habitants de la région, plus précisément la cité de Bulambo, chef-lieu du groupement Isale-Bulambo. Comme lors de l’attaque du 5 novembre 2010, les paysans venus au marché ont tout perdu. Les militaires ravissaient tout ce qu’ils trouvaient sur leur passage, notamment les articles destinés à la vente. Et ce matin du samedi 26 mars, plusieurs motos sont venues de Butembo pour écouler vers la ville le produit du pillage d’Isale-Bulambo.

 Bulambopaysage00

     Une vue de la cité de Bulambo en Territoire de Beni ( Photo Archives BL0)

Concernant l’identité du Fardc congolais assassiné, plusieurs habitants de Kyavisale rapportent qu’il était un officier aimé de la population locale. Il parlait la langue du milieu et depuis son arrivée dans la région, il n’y avait plus d’histoires d’ADF-NALU ni d’attaques. Cependant, les paysans qui ont contacté Beni-Lubero Online ne savaient pas quelle position il occupait dans la chaine de commandement des Fardc déployés dans la région dans le cadre des Opérations Ruwenzori. Quant à son nom, les paysans le connaissaient sous le nom de « commandant ». 

Les observateurs de la situation politique de la région ne se font ainsi aucun doute sur l’identité de ses tueurs qui doivent se trouver parmi les militaires comme c’était le cas au mois de novembre. Selon les observateurs, le fait qu’il était aimé de la population locale et qu’il parlait la langue du milieu est ce qui l’a fait tué. Cela n’est pas impossible dans cette région où les Fardc congolais de nationalité sont la cible des attaques meurtrières au même titre que les civils congolais. Il n’est pas impossible que l’hiérarchie militaire mette l’assassinat de ce vaillant soldat congolais sur le compte des hypothétiques ADF/NALU. D’ailleurs, en lisant le site onusien OKAPI d’hier vendredi 25 mars, il y a un article qui parle de la réapparition des ADF/NALU au pied du Mont Ruwenzori. Et le Commandant des Ops Ruwenzori de demander aux populations locales de se désolidariser des ADF-NALU pour faciliter leur capture. Ces deux déclarations avertissent qu’une nouvelle manipulation de l’opinion locale est en gestation. Une nouvelle opération militaire des Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo (aussi Fardc en sigle) n’est pas à exclure dans la région. Le but de toutes ces opérations militaires n’est pas la capture des rebelles étrangers qui ne sont que coquilles vides couvrant une armée d’occupation mais le déploiement progressif de l’armée de l’occupation et des retournés du Rwanda et de l’Ouganda. 

La thèse de la collaboration entre les ADF-NALU et les FDLR avec les populations congolaises non seulement une supercherie mais aussi une déclaration de guerre aux populations congolaises.

Avec un peu bon de sens, on se rend compte que quelque chose ne tient pas debout. Les ADF-NALU comme les FDLR tuent et violent les congolais. Malgré cela, les Fardc nouvelle formule ainsi que la Monusco demandent aux populations congolaises victimes des ADF-NALU et FDLR de se désolidariser des ADF-NALU et FDLR. Autrement dit, les populations congolaises cachent dans leurs maisons leurs propres tueurs. Cela que l’on voit combien les leaders politiques congolais qui laissent faire ces opérations bidon contre ADF/NALU ou FDLR ont failli à leur mission et sont devenus complices du génocide organisé de leurs électeurs de 2006. La nébuleuse ADF-NALU, FDLR, LRA a été inventée comme la guerre de l’Occident contre le terrorisme, pour couvrir l’occupation militaire de l’Est de la RDC. La nébuleuse des rebelles étrangers est ainsi un cache-sexe de l’occupation et du génocide des congolais en cours en RDC. Comme un cache-sexe, les rebelles étrangers couvrent mal les manœuvres dilatoires de l’occupation et du génocide des congolais en cours en RDC. Les congolais dignes de leur congolité doivent dénoncer cette nébuleuse dévastatrice avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, cette même nébuleuse fera échouer l’organisation des élections dans la partie orientale de la RDC. 

©Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *