Kamango/Beni : Le Mwami SAAMBILI BAMUKOKA décidé de faire échec au projet de balkanisation de la RDC à partir de sa chefferie.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Alors que la Chefferie de Watalinga située dans la partie Nord-est du territoire de Beni au Nord-Kivu connait, depuis le 11 Juillet 2013, une vaste action  agressive des éléments inciviques et terroristes  Ougandais, le Mwami  SAAMBILI BAMUKOKA, chef de Chefferie des Watalinga, se dit déterminé à ne jamais laisser, même un mètre-carré de la terre de ses ancêtres  être occupé par les étrangers au projet hégémonique.

0a2_de_Kamango_Mwami

Mwami Saambili Bamukoka

C’est en poursuivant cet objectif que ce vaillant « Soldat du Peuple » comme on peut ainsi l’appeler, a décidé de rester au coté de sa population et de ne pas fuir malgré les multiples messages de menace de mort lui adressé par des inconnus. Par ailleurs, certaines autorités Congolaises, complice de la balkanisation de l’Est de la RDC, tenteraient même de lui proposer des postes à Kinshasa pour qu’il abandonne sa Chefferie au motif que cela lui échapperait à la mort alors qu’en réalité ce serait l’éloigner de son fief et l’empêcher de servir de témoin vivant de toutes les affres qu’on fait subir à ces Congolais innocents de Watalinga.

Depuis le 08 Octobre 2013, le Mwami  de Watalinga avec le comité de crise constituée pour la circonstance à NOBILI, a lancé une vaste campagne de sensibilisation de sa population de pouvoir rentrer dans leurs villages respectifs et ce, après le dernier passage de la délégation gouvernementale que conduisait Mr Shadrac BAITSURA, Directeur de Cabinet du Ministre National de la Santé Publique ayant promis de mobiliser très urgemment l’armée pour bouter dehors ces distributeurs de la mort.

0a2_de_kamango_menage

Une dame qui repris la vie de son ménage

Ayant compris que la guerre qui sévit à Watalinga comme d’ailleurs celle du M23 dans le Rutchuru et Nyiragongo, est une guerre d’occupation des terres et d’exploitation des richesses du pays par le Rwanda et l’Ouganda, le Mwami et sa suite ont réalisé que continuer à rester dans les camps de déplacés ou de refugiés revient à donner la place à ces ennemis à s’installer durablement dans leur  chefferie mais aussi expose la population à toute sorte des risques de vie (maladies, mort, errance,…). Pour eux,  « au lieu de mourir déplacé ou refugié, il est plus honorable de mourir dans son village ». C’est ainsi que contre vent et marré, un grand salongo d’assainissement des parcelles a été lancé et certaines personnes commencent déjà à s’installer dans leurs maisons dans le village de Kamango Centre en commençant par le Mwami Bamukoka lui-même, un acte de haute portée patriotique.

0a2_de_Kamango_centre

Kamango – Centre avant la guerre (Photo archive)

0a2_De_kamango_abandonne

Etat actuel de Kamango

Entre temps, les personnes continuent à être kidnappées dans les environs de Kamango pour empêcher à la population soit d’accéder à leurs champs de cacao et de riz qu’ils exploitent à leur guise soit de revenir occuper leurs maisons.  A en croire Mr MASUMBUKO MAYOKA, Chef de Poste d’Encadrement Administratif de Kamango, un homme du nom de NJONJI, père de 9 enfants et dont l’épouse a accouché des jumeaux il y a un mois, a été kidnappé le 09 /10/2013 dans le village de KIKAWA à  3 Km de Kamango Centre quand il voulait se rendre dans son champ et deux corps sans vie en décomposition ont été découverts par les militaires FARDC en patrouille diurne dans le village de LUKISA à environ 12 Km de Kamango.

0a2_De_Kamango_brousse

Kamango devu brousse

Kamango, où tout a été pillé, fait couler les larmes aux yeux en voyant les dégâts causés par ces agresseurs ougandais aux maisons d’habitations,  boutiques, pharmacies, Hôpital General, Bureau Central de la Zone de Santé, Centres de Santé et Ecoles.

Nous pensons que la décision prise par le Mwami et son comité de crise d’appeler la population à revenir dans leurs villages demeure la seule solution et devrait à notre avis être suivi d’une certaine organisation d’autodéfense populaire au risque de voir tout un peuple être decinné devant un gouvernement qui ne constate que les dégâts mais incapable ni de les  prévenir ni de défendre son peuple.

Correspondance particulière de KAMANGO

©Benilubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *