La crise congolaise est-elle plus grave que le G7 et le « glissement » électoral ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Il est vrai que quand on glisse trop, on finit par tomber. Mais, le terrain politique congolais est-il suffisamment glissant pour faire tomber le régime dictatorial du raïs Joseph Kabila? Plusieurs observateurs pensent que non !

La crise congolaise est multiforme ! L’ennemi de la R.D.Congo a préparé son coup depuis le début de l’agression rwando-burundo-ougandaise de la R.D. Congo en septembre 1996. Les péripéties de la mise sous-tutelle de la R.D.Congo par des lobbies anglo-saxonnes par le biais des infiltrés au sein du gouvernement congolais, du Rwanda, de l’Uganda, et du Burundi sont connues de tous les congolais avertis !

kabila_moise_cartoon

                                                Source: Facebook_Internet

A l’heure qu’il est, la mise en place de l’occupation militaire rwandophone à la frontière Est-R.D.Congo allant de la Zambie jusqu’à à la frontière avec la République Centre Africaine via la Tanzanie, le Burundi, le Rwanda, le Soudan du Sud, est terminée. Plus ou moins 25 000 soldats rwandais sont actuellement positionnés le long de toute la frontière Est-R.D.Congolais, avec une concentration dans les zones minières. C’est ainsi que, par exemple, 300 militaires rwandophones font la garde de la mine d’or « Kibali Gold » qui produit en moyenne 250 tonnes d’or par mois. Aussi, à Fungula Macho, en territoire de Lubero, un bataillon de militaires rwandais en tenue militaire congolais supervise toutes les mines d’or de la région. En d’autres termes, l’occupation militaire rwandophone pour le pillage des ressources minières de la R.D.Congo va son bonhomme de chemin !

Aussi, aller aux élections selon la constitution n’est pas la panacée qui ferait sortir la R.D.Congo de son bourbier actuel. Attendu que c’est le gouvernement actuel dont dépendent la CENI et la Cour institutionnelle qui devra organiser les prochaines élections, comme ce fut le cas en 2011, il faut être naïf pour croire que ces élections pourront être libres, transparentes, et démocratiques. Qu’on se rappelle le tripatouillage dans les centres de compilation en 2011 où les vrais gagnants avaient perdus en faveur de l’avantage des candidats de la Majorité Présidentielle.

Aussi, l’existence des centres d’enrôlement au Rwanda, en Ouganda et au Burundi fait que le fichier électoral de la R.D.Congo est faux et archifaux ! Pour ne citer que deux exemples, les congolais de Goma connaissent bien le centre d’enrôlement congolais de Gisenyi/Rwanda. Et pour cela la Mairie de Goma est à plaindre car ce sont des agents de la Mairie de Goma qui y travaillent deux ou trois fois par semaine. Des congolais de Goma qui ont obtenu leurs cartes d’électeur de Gisenyi pour vérifier cette arnaque ont des preuves indiscutables de la nullité de la carte d’électeur congolais.

Selon des sources proches des militaires rwandais positionnés en R.D.Congo, plus de 60% des militaires rwandais ont des cartes d’électeurs congolais. Sur ces cartes ont trouvent des noms congolais, y compris les noms des chefs coutumiers congolais. Aujourd’hui il y a des rwandais du Rwanda qui portent le nom comme Mukosa Senge, Biondi, Mutambayiro, Kalemire, etc. Ceux qui se nomment Hutu-Nande qui voyagent du Rwanda vers Ituri via Masisi-Lubero-Beni par camions Fuso et munis des feuilles de route des officiels du Nord-Kivu préparent une légalisation de l’occupation rwandophone des espaces terriens appartenant aux Nande.

En Ituri, ces immigrés rwandais qui s’appellent Hutu-Nande (une ethnie qui n’existe pas en R.D.Congo) sont perçus par les autochtones comme originaires du Nord-Kivu, ou mieux comme des Nande. Tout ce qu’ils font comme bêtise telle la spoliation des terres pour les pasteurs Hema, Gegere, Lendu, … est un stratagème pour opposer toutes les ethnies de la Province Orientale contre les Nande, une opposition sanglante qui servirait de prétexte pour attiser des massacres des Nande par les ethnies de la Province Orientale.

En Bref, le remplacement des ethnies congolaises opposées à l’occupation effective rwando-burundo-ougandaise de l’Est de la R.D.Congo est en cours ! Selon les indiscrétions des militaires rwandais qui sont engagés contre leur gré dans cette entreprise funeste, les attaques de grande envergure que l’ennemi qualifie d’apocalypse Est-R.D.Congo qui devaient commencer en ce mois de septembre 2015 au Nord-Kivu sont remises en Février 2015. Mais les attaques pour asphyxier le commerce des Nande et de toutes les autres ethnies opposées à l’occupation rwandaise de l’Est de la R.D. Congo sont en cours ! Des camions ravitaillant les villes de Beni et de Lubero en divers produits sont incendiés par les forces d’occupation que d’aucuns appellent en juste titre de « FARDC= Forces Armées Rwandaises Déployées au Congo ».

Les quelques faits décrits ci-haut nous montre que l’ennemi de la R.D.Congo cherche des minerais, de l’argent,  la sécurité de sa personne et de ses biens. Il s’en fout des dénonciations médiatiques, des grèves, etc. L’ennemi profite de la R.D. Congo et n’a que faire des manifestants qui n’ont ni armes ni munitions !

Ainsi, l’opposition politique congolaise plus son dernier né appelé « G7 » ne devrait pas réduire la crise congolaise au seul glissement du calendrier électoral ou du non respect du mandat constitutionnel et à l’organisation des quelques manifs et villes mortes dans les grandes villes du pays, Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani, etc… L’ennemi est armé et infiltré dans les institutions du pays. Pour le mettre hors d’état de nuire, il faut une vraie révolution populaire congolaise qui seule peut remettre toutes les pendules à zéro.

La révolution congolaise, à l’instar de la révolution anglaise, française, américaine, … ne doit pas être sous tutelle. Ceux qui démissionnent de la Kabilie (ou de la MP) seulement parce que X ambassadeur de telle grande puissance a dit que le sort de Joseph Kabila est scellé, et que le tombeur de Kabila serait dans l’opposition politique, auront accompli leur devoir à 50%.

La R.D.Congo aux prises avec une crise multiforme a besoin d’une solution multiforme mais concertée, non égoïste, mais avec comme seul objectif la libération de la R.D.Congo de la tutelle des lobbies anglo-saxonnes. Les vrais partis politiques de l’opposition doivent travailler en même temps pour les causes suivantes :

La dénonciation de l’occupation rwandaise de l’Est de la R.D.Congo

La dénonciation de la transplantation des rwandais portants des noms d’emprunts Nande vers la Province Orientale, notamment l’Ituri, terre des massacres ethniques les plus odieux !

L’audit du fichier électoral et la dénonciation des centres d’enrôlement des congolais en République du Rwanda (cas de Gisenyi),

La prise de conscience que les ambassadeurs et autres représentants spéciaux de X ou Y ne travaillent pas primordialement pour l’intérêt du peuple du congolais mais d’abord pour l’intérêt de leurs pays et alliés.

En Conclusion, nous disons que seule une révolution populaire congolaise à l’instar de la révolution anglaise, française, et américaine peut sauver la R.D.Congo de son bourbier actuel.

L’opposition politique, le G7, la société civile ainsi que toutes les forces vives de la R.D.Congo doivent se mettre ensemble pour créer une plateforme populaire, base de la révolution populaire qu’il nous faut en R.D.Congo pour commencer notre développement socio-économique!

Kambale Kanamungoya

Nord-Kivu

@ Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *