La déstabilisation du Nord Kivu est avant tout un gigantesque business.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Quiconque veut savoir exactement ce qui arrive chez nous peut prendre un stylo et tenter d’établir une liste des bénéficiaires des larmes et du sang de mes frères et sœurs.

Ainsi, il pourra être surpris par la longueur de ladite liste.
Faisons un petit brouillon, si vous voulez ?
OK ! On va subdiviser les bénéficiaires en 4 catégories.
Les bénéficiaires internationaux, institutionnels, locaux et les hors-la-loi .

Bénéficiaires internationaux.
Ici, on retrouve:

1/ Les fournisseurs des équipements des casques bleus. On retrouve dans cette catégorie ceux qui vendent les gilets pare balles, les casques, les uniformes , les tenues de gala, les bottes , les chaussettes, les T-shirts, les tentes, les caleçons, les chaussettes, les pardessus, les imperméables, les écussons .. .et cela en au moins trois pièces à changer tous les 6 mois pour 19 mille militaires. Un joli paquet !

2. Toujours au niveau international, viennent ceux qui vendent de quoi nourrir les 19 mille personnes trois fois par jour sans parler des rations de campagne.

3. Viennent ensuite ceux qui vendent les véhicule, fournissent le carburant, les pièces de rechange…

4. Maintenant, parlons de ceux qui font louer les avions, les hélicoptères de combat, les chars, les radars, les blindés, les drones, les pilotes de guerre, les armes lourdes. Les fusils d’assaut, les autres équipements sophistiqués tels que les lunettes à infrarouge, les équipements de déminages. On pourrait ajouter les camions, les jeeps, les transports des troupes, les munitions, les frais d’entretien de tout cela, les hôpitaux de campagne, les frais assurance des véhicules, des bateaux et des avions. Les salaires, les primes de risque , les frais de mission, les fonds de recherche.

Et ce n’est pas tout car il y a aussi des frais de communication. des réunions, des conférences, de recrutement etc.
Je voulais juste vous faire goûter une partie des bénéficiaires internationaux …
La suite vous peut toujours vous parvenir, si vous le désirez.

Bien sûr que c’est dommage pour mon peuple, car les dépenses ci-dessus listées sont souvent enregistrées à titre de dettes. En effet, C’est encore sur son dos que repose l’important de ces factures, quand on sait que ce qui est appelé aide dans le jargon de la communauté internationale ne l’est jamais vraiment. Ce sont plutôt des prêts ou mieux des dettes forcées au taux de remboursement exorbitant. Oui, ceci se fait sur fond de spéculation au sujet de notre sang qui coule de manière intarissable, mais surtout et souvent provoquée quelque part. Ce phénomène d’insécurité a réduit nos frères et sœurs à une existence misérable: On ne peut plus travailler comme il faut, la faim et la maladie ajoutent leur part de menace à notre situation sociale déjà trop critique, et pourtant nous demeurons dans l’obligation de céder même le minimum de ce qui reste à notre portée pour payer les dettes ainsi imposées.

Jean Louis Ernest K.

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 19 mars 2016, parole qui a valu son assassinat le jour suivant).

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *