Moïse Katumbi retournant au pays par la frontière de Kasumbalesa le 03/08/2018

LA PATRIE EST EN DANGER ! Avec ou sans l’aide des amis, le peuple congolais doit se libérer…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Au delà des multiples violations de la Constitution commises sciemment ce vendredi 03 août, qui sera désormais célébré comme une victoire du peuple et une date de la honte pour le régime en place, il est maintenant clair qu’il est illusoire de croire à des élections crédibles et inclusives tant que le pouvoir ne changera pas de main en RDC.


Nous remercions donc la coalition Ensemble pour le Changement de KATUMBI qui a permis aux congolais, à l’humanité entière, aux Nations Unies, à l’Union Africaine, à l’Union Européenne, à la SADEC et à la CIRGL de comprendre combien les promesses mielleuses sur un processus électoral acceptable de la part de ce régime ne constituent qu’une simple distraction sur fond d’un chapelet de mensonges.


La triste vérité a été dramatiquement projetée au grand jour, en direct dans le monde entier: le pouvoir en place à Kinshasa est une menace pour la démocratie, la stabilité de la RDC et celle de l’Afrique.


Pour nous, congolais de BENI, qui sommes en même temps confrontés à une insécurité endémique et à une épidémie d’EBOLA dont l’éradication exige la sécurisation de la zone pour faciliter l’hygiène et les interventions nécessaires à l’éradication de cette terrible maladie, c’est avec des larmes aux yeux que nous avons suivi les événement aussi scandaleux que tragiques du Haut Katanga.


En effet, nous sommes particulièrement déçus de constater qu’au moment où nos villages menacés par les ADF et les autres groupes armés souffrent d’un déficit criant d’effectifs de policiers et de militaires, des milliers de militaires surarmés sont envoyés au Haut Katanga pour empêcher, par des tirs à balles réelles qui ont fait de nombreuses victimes, juste pour empêcher l’arrivée et l’accueil d’un seul homme: monsieur Moïse KATUMBI CHAPWE.

Devant tous ce qui précède, ce qui suit est clair :

1. Le peuple congolais sait clairement qu’il est en otage et doit se libérer au plus vite de cette nouvelle dictature.


2. L’humanité, l’Afrique, l’ONU, la SADEC… ont le devoir de changer de camps et de cesser d’accompagner hypocritement les initiatives de Kinshasa sans condamner ses crimes ni les sanctionner, mais de se mettre aux cotés du peuple congolais qui, avec ou sans leur aide, est obligé de défendre sa liberté, ses droits, ses richesses et sa dignité.

En effet, La Patrie est en danger, et chaque citoyen a le devoir constitutionnel de la sauver par tous les moyens.

Jean-Louis Ernest KYAVIRO
Citoyen Congolais/ Beni

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*