CENIBIS

La Population Congolaise face à un processus électoral dangereux

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

D’aucun n’ignore que le droit politique est l’un des droits que les Organisations des droits de l’homme ont pour mission de promouvoir, défendre et protéger. C’est dans ce cadre que la Convention pour le Respect des Droits Humains ( CRDH ) émet aussi ses avis se basant sur le flou qui se vit du processus électoral en cours en République Démocratique du Congo.


La CRDH est en train de suivre l’évolution de ce processus électoral qui va aboutir normalement à la tenue des élections provinciales législatives et présidentielles le 23 Décembre de cette année 2018. Les élections étant un exercice Constitutionnel et démocratique ont pour objectif d’emmener le peuple à se choisir ses dirigeants selon ses aspirations conformément aux projets de société présentés par les candidats ambitieux. La désorganisation de cet exercice démocratique produira finalement les conséquences néfastes sur le plan sécuritaire, économique et social de la république.


En effet, le gouvernement Congolais et la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) entretiennent sciemment un flou électoral qui va plonger la république dans une crise insupportable et qui produira encore des graves violations des droits de l’homme en République Démocratique du Congo. La CRDH est prête à soutenir des élections dont le seul peuple Congolais sera le gagnant et non l’individu ou groupe d’individus au détriment du peuple entier. Nous avons donc besoin des élections démocratiques, transparentes, apaisées, inclusives et Constitutionnelles pour l’intérêt suprême de notre pays.


Malheureusement à l’allure où vont les choses, on dirait tout est en train d’être fait pour plonger le pays dans un chaos qui malheureusement seule la CENI et le gouvernement Congolais connaissent le bénéficiaire, ce qui est très dangereux et malheureux.

Les indices d’un processus électoral chaotique en RDC pour ce cycle électoral sont:

Un flou total dans un plan de décaissement du fond à allouer pour les élections par le gouvernement Congolais ;

Un flou total dans l’exécution budgétaire du fond destiné par le processus électoral par la CENI;

Indisponibilité de la CENI pour être audité;

Présence d’un fichier électoral très corrompu ;

Absence d’un consensus entre les acteurs clefs impliqués dans le processus électoral et la CENI sur l’utilisation de la machine à voter outil non prévu dans la Constitution et dans l’accord de la Saint-Sylvestre du 31 Décembre 2016;


Refus categorique du chef de l’État Congolais et son gouvernement de céder aux mesures de décrispation politique telles que inscrits dans l’accord de la CENCO;


Le mutisme du chef de l’État à quelques mois de la tenue des élections sur sa participation ou non-candidat aux élections qui pointent à l’horizon ;

La non inclusivité de ce processus électoral ;

La dégradation de la situation sécuritaire dans plusieurs coins de la république suite à la présence des groupes armés Congolais, étrangers et les bandits urbains qui naissent comme des champignons partout avec comme conséquences des morts d’hommes, viols, cambriolage, incendies des maisons, pillages, Kidnappings, enlèvements, embuscades, ….


Faisant allusion aux points soulevés ci-dessus, il est clair que le risque d’un embrasement de la république suite à un processus électoral sciemment désorganisé est inévitable. Voilà pourquoi la CRDH appelle tout le monde à un sens élevé de la Vigilance patriotique pour ne pas contribuer à la souffrance des populations Congolaises et à la destruction de la république.


Elle appelle aussi les organisations régionales et les nations unies dont la RDC est membre à ne pas croiser les bras et assister impuissamment au calvaire que traverse la population Congolaise longtemps meurtrie au nom de la souveraineté évoquée par un régime illégitime et illégale qui s’impose sur les citoyens Congolais par les moyens des armes et d’autres souffrances infligés aux peuples Congolais. Les Congolais ont aussi droit d’être protégés par ces organisations régionaux et internationales auxquelles la RDC fait membre.

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI
Coordonnateur national de la CRDH

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*