La population de Beni-Butembo accorde une dernière chance à Joseph Kabila ?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

kabila

Nous sommes mardi 9 août 2016. Et depuis presqu’une semaine le président, en fin de mandat de la R. D. Congo, Joseph Kabila redouble sa présence dans les territoires de Beni et de Lubero. Aux yeux de la population de ces régions meurtries par les massacres cruels à la machette, le chef de l’État semble porter un message d’espoir et de paix ! Je souris lorsque j’écris ces mots « espoir et paix ». Et pourtant c’est vrai ! Depuis une semaine Beni-Lubero respire et soupire un air de paix. Il suffisait d’une parole et d’une rencontre entre deux hommes l’un de l’Ouganda et l’autre du Congo pour que les choses reviennent en ordre ! C’est étonnant ce degré de puissance et de pouvoir ! « Que la paix et la sécurité reviennent ! »

Je le crois maintenant : ces hommes et leurs parrains sont vraiment compétents et puissants. Ils ont promis traquer les rebelles ADF-Nalu ensemble. Voilà la raison qui justifie l’entrée massive des militaires étrangers (ougandais et rwandais-M23) sur le sol congolais ces dernières nuits. La présence de ce renfort donne parfois du vertige. Ils sont nombreux. Nous espérons que la bataille ne sera pas longue. Et d’ailleurs, ils n’ont pas besoin de combattre, car la parole et la rencontre de ces deux hommes suffisent. On aurait ainsi souhaité que le chef de l’État s’installe éternellement à Beni. Sa présence est source de paix et du bonheur.

Voilà qu’il va même asphalter la route nationale de Kasindi jusqu’à Butembo. Et ce n’est pas tout. Kasindi, Beni et Butembo seront électrifiés. Et plus lyrique : dans un mois les populations vont rejoindre leurs terres et commencer à cueillir les fruits de leurs champs. Bravo, Mr le Président! Je savais que la fin de ces assassinats en caractères génocidaires dépendait de vous. Je savais que vous aviez ce pouvoir et qu’une seule parole venant de votre bouche suffirait pour que tout change.

Oui, si dans un mois de telles promesses devenait réalité, qui peut ne pas accorder une dernière chance au vaillant président de la République ? Ce mardi 9 août 2016, il inaugure la rue qui porte son nom à Butembo. Une rue maintenant modernisée! En tout cas, s’il arrive que toutes ces promesses se réalisent et que la population de Beni-Lubero, ou celle de l’Est du pays expérimente la paix même seulement pendant un mois (je le dis en toute sincérité), je parie que le monde portera un autre regard sur la situation chaotique au Congo. La réalisation de ces promesses éloignera les soupçons qui pèsent lourdement sur le régime en place : briguer un troisième mandant, scinder le pays en deux (balkanisation), chasser les autochtones de leurs terres pour y installer des étrangers, comploter avec l’ennemi qui pille les ressources minières du pays tout en violant les femmes et en égorgeant les enfants…

En me relisant, je sens que vous voulez me demander ce qui adviendra s’il ne saisissait pas cette chance. Car vous pensez que sa présence vous rappelle ses précédents séjours dans le milieu et en ce sens est un prélude d’un avenir sombre… Ce que je sais en ce moment : La balle est dans le camp de Joseph. À lui de jouer pour gagner cette dernière chance…

Père Gaston Mumbere,
Assomptionniste.

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *