LA SOCIETE CIVILE ECLAIRE LA POPULATION SUR LE DIALONGUE DE KAMPALA

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La restitution de l’évolution des pourparlers entre le M23 et le gouvernement congolais était au centre d’une conférence débat tenue à Butembo le lundi 31 décembre au centre d’accueil joli rêve. Ce sont les coordinations urbaine et provinciale de la société civile du Nord-Kivu qui ont organisé cette séance.

Toutes les composantes de la société civile et de la population de Butembo ont pris part à cette rencontre, présidée par porte-parole de la société civile du Nord-Kivu. Il était aussi question de recueillir les avis et recommandations de la base avant la reprise des travaux du dialogue de Kampala.

sociv1a 

Maître Omar KAVOTA a énuméré les différentes étapes déjà franchies par les deux délégations à Kampala. Il a notamment indiqué que l’agenda du dialogue dont la question de l’évaluation des accords du 23 mars 2009, a fait couler beaucoup d’ancres. L’orateur a fait savoir que les responsables de la société civile du Nord-Kivu ont décidé d’intensifier des rencontres avec la base pour faire la restitution et recueillir ses avis. Une démarche saluée par les participants à cette rencontre.

 sociv1b.jpg

Perte de la bataille et infiltration

Parlant de l’insécurité au Nord-Kivu, Omar Kavota a indiqué que l’armée congolaise a perdu la bataille sur le terrain parce que les troupes basées au Nord-Kivu sont suffisamment infiltrées, Selon cet activiste des droits de l’homme, la lutte que mènent les forces vives du Nord-Kivu à côté du gouvernement ne dédouane pas l’exécutif congolais de sa responsabilité à résoudre les insuffisances de gouvernance tant décriées. La société civile du Nord-Kivu déclare qu’elle ne croit pas à la sincérité du M23 à mettre fin à la guerre au Nord-Kivu. Cette structure citoyenne parle même d’une préparation de la guerre par le M23 pour faire échec aux pourparlers de KAMPALA qui doivent reprendre en principe le 4 janvier 2013. Le vice-président et porte parole de la société civile du Nord-Kivu justifie ce doute par l’entrée en territoire congolais le dernier week-end de l’an 2012 d’un bataillon composé des militaires rwandais et de quelques soldats ougandais. Selon lui, ces soldats venus en appui aux éléments du M23 sont positionnés à RUTSHURU-Centre, KALENGERA et RUMANGABO. Il a ajouté que le M23 a infiltré ses éléments en territoire de NYIRAGONGO et en ville de Goma pour faire porter aux FARDC le déclenchement des hostilités.

Face à cette menace doublée de l’insécurité caractérisée par les tueries, enlèvements et pillages dans les territoires sous contrôle du M23 et d’autres coins de la province, la société civile du Nord-Kivu attire l’attention du gouvernement congolais, de la Conférence Internationale sur la Région des Grand-Lacs et de la communauté internationale. A la population du Nord-Kivu, la société civile demande la vigilance et la mobilisation contre la balkanisation du pays.

Se Jean de Dieu MBUSA KAYITHULA

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *