Un complice des kidnappeurs des prêtres de Bunyuka arrêté au Rwanda

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Ce cerveau du réseau des kidnappeurs de nos prêtres de Bunyuka aux arrêts

C’est le samedi dernier, 16 septembre 2017, vers 16 heures et demi que Monsieur Augustin Mumbere, se faisant appeler par le sobriquet « colonel Guillaume », a été arrêté à Gisenyi, au Rwanda. Il a été extradé à Goma dans la matinée du dimanche 17 septembre 2017.
Le colonel Guillaume est reporté être le cerveau moteur du réseau de ceux qui ont kidnappé les Abbés Kipasa et Akilimali de leur presbytère à Bunyuka, en date du 17 juillet 2017. Le colonel Guillaume est un membre du groupe des Mai-mai dépendant du commandement du colonel Lafontaine. Il a été suivi et traqué sur base de ses contacts téléphoniques.

Ce n’est donc pas en vain que Lafontaine signifiait à l’évêque de Butembo qu’il connaissait les voies pouvant ramener à la libération des deux prêtres, pourvu que l’église accepte de payer la rançon de vingt mille dollars américains (20.000 US $) exigée par les ravisseurs. En effet, une nette connexion de communication régulière a été découverte entre le colonel Guillaume et Lafontaine. Bien plus, le colonel Guillaume a reconnu avoir déjà escroqué à l’évêque Melchisédech Sikuli de Butembo un montant de mille cent (1.100) dollars américains dans le cadre de rançon exigée comme gage de libération desdits otages. Ce qui confirme l’implication du réseau de Lafontaine et Kakolele avec leurs collaborateurs du terrain dans le dossier du kidnapping de deux prêtres catholiques de la paroisse de Bunyuka.

Toutefois, de nombreuses interrogations subsistent en rapport avec les faits qui ont été vécus le jour du kidnapping. Car, les témoins rapportent que les assaillants qui avaient fait irruption au presbytère étaient vêtus en tenues militaires des FARDC et étaient arrivés sur le lieu de leur crime à bord d’un véhicule militaire. Ce n’est qu’après l’opération que certains d’entre eux repartiront à bord du même véhicule militaire avec les prêtres, pendant que les autres s’empareront du véhicule de la paroisse (qui a été retrouvé le lendemain abandonné dans le Graben) pour évacuer des objets pillés au presbytère lors de cette opération. Bien plus, comment le malfrat Augustin Mumbere alias colonel Guillaume tel qu’il se nomme parmi les siens (les Mai-mai) aurait-il choisi l’itinéraire du Rwanda dans sa tentative de fuir Goma où il vivait en cachette ? Ce qui étonne, en outre, c’est que cette arrestation est intervenue, le lendemain du kidnapping du Père Jean de Dieu à Ntamugenga. S’agirait-il d’une simple coïncidence ou d’un même réseau des kidnappeurs ? Enfin, pourquoi ce malfaiteur a-t-il choisi le chemin du Rwanda ? Faudrait-il penser que le réseau de ces célèbres kidnappeurs a des partenaires au Rwanda, auprès de qui il voulait se réfugier ?

Père Jean de Dieu, prêtre palottin kidnappé à Ntamugenga puis libéré après versement de 4000 $ US

Comme vous pouvez le constater, cette arrestation soulève bien de questions. Des observateurs avertis croient fermement à une manipulation de très haut niveau dans le chef des autorités de la RD Congo, qui tenteraient de rechercher par tous les moyens possibles de prouver que tous ceux qui endeuillent l’espace de Beni-Lubero ne sont que des citoyens Nande eux-mêmes. L’équipe du réseau Kakolele-Lafontaine et leurs collaborateurs Mai-mai ne sont que des marionnettes que le pouvoir en place est en train d’utiliser comme des pisteurs dans son plan visant à semer le chaos et la désolation dans Beni-Lubero par des massacres, des enlèvements (y compris le kidnapping des prêtres), des tueries qui se sont amplifiées ces dernières semaines avec le phénomène Kasuku.

Cependant, ce qui demeure important pour le moment, c’est qu’on attend des kidnappeurs de révéler tous les secrets de ce sale business par lequel ils ne cessent d’escroquer d’énormes sommes d’argent. Si avant, ils s’en prenaient aux médecins et aux agents humanitaires, ils viennent de se trouver un autre terrain qu’ils estiment faussement fertile auprès de l’Eglise Catholique où l’enlèvement des prêtres a pris de l’ampleur. Le dernier cas est celui du père Kanefu Jean de Dieu à Ntamugenga, dans Rutshuru, en date du 15 septembre 2017. Celui-ci est encore un ressortissant Nande, prêtre dans la congrégation des Pères Palottins, qui a la charge du postulat de cet institut religieux à Keshero. Il a été relâché après le paiement d’une rançon de 4.000 dollars américains.

Tout le monde attend donc voir le colonel Guillaume donner l’ordre à ses collaborateurs en maquis de libérer sans condition les deux prêtres catholiques du diocèse de Butembo-Beni.

Kasereka Thomson V.
Goma

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*