Le CNDP au gouvernement, signe de la vassalisation du pouvoir de Kin

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Avant sa mise au frais au Rwanda, le 25 décembre 2008, Laurent Nkunda fait une sortie médiatique remarquée sur Kivupeace. Il dévoile les secrets de polichinelle : le RCD et l’AFDL sont les créations du Rwanda, le MLC celle de l’Ouganda. A son avis, il n’avait que le CNDP qui était une œuvre authentiquement congolaise. Mis en résidence surveillée (ou au frais) au Rwanda, Laurent Nkunda balancera sa carte d’identité rwandaise et évoquera ses hauts faits au sein du FPR pour décrier officiellement le traitement qui lui était infligé. Ce faisant, il prouvait que contrairement à ses affirmations lors de sa sortie médiatique, le CNDP était, lui aussi, une création du Rwanda.
.
Dans leur dernier Mémorandum adressé aux représentants du Conseil de sécurité en villégiature au Congo, les députés du Sud-Kivu exigeaient que la Monuc aide la RD Congo à se débarrasser des démobilisés de l’armée rwandaise présents dans l’armée et la police congolaises par le miracle du mixage et du brassage entre les FARDC, la police congolaise et la branche armée du CNDP. Avant que la Monuc ne s’exécute, Kinshasa annonce que le gouvernement respectera les Accords de Goma qu’il a signés avec le CNDP. Le remaniement de ce gouvernement pourrait saluer l’entrée des membres de cette énième création du Rwanda en son sein.
.
Des accords au service du Rwanda
.
Au jour d’aujourd’hui, en relisant l’histoire de notre pays à partir de toutes les révélations faites par les acteurs politiques Congolais et /ou étrangers, par les organismes internationaux et par la société civile congolaise, un fait saute aux yeux : les différents accords signés depuis l’entrée de l’AFDL au Congo jusqu’à ce jour n’ont servi qu’à permettre au Rwanda et à l’Ouganda d’avoir un peu plus de mainmise sur la RD Congo. La dernière preuve nous sera assénée par la prochaine entrée du CNDP au gouvernement après l’AFDL et le RCD.
.
Affaiblir les institutions politiques, l’armée et la police, confier les ministères les plus juteux et les entreprises publiques génératrices de recettes aux membres de ces chevaux de Troie sert la cause rwandaise aux dépens des Congolais. Massacrer les Congolais(es) dans la Province Orientale et dans le Grand Kivu, incendier les maisons, livrer nos populations à l’errance en justifiant ces actes odieux et barbares comme étant les faits des LRA et des FDLR, tout cela sert la cause Ougandaise et Rwandaise. Les faux LRA et FDLR sont les militaires des armées ougandaises et rwandaises tuant, pillant, violant, volant pour forcer les Congolais à croire dans les mesures et des lois impopulaires que le vassaux de Kigali et de Kampala présents au sein du gouvernent et du parlement congolais prennent. (La contestation de la loi d’amnistie votée dernièrement par le Parlement Congolais par les ONG de la société civile Congolaise en dit long.)
L’entrée du CNDP au gouvernement viendra confirmer le caractère vicié et vicieux du processus ayant conduit aux élections de 2006. Pour donner une coloration démocratique à ce processus, il fallait que « les acteurs pléniers » de « l’holocauste silencieux » du Congo déboursent de l’argent et demandent à leurs sous-traitants de berner le monde entier en appelant les Congolais aux urnes après un référendum populaire ayant avalisé la Constitution fabriquée à Liège.
.
Pourquoi tout ça ?
.
La survie du semblant de démocratie au Nord dépend du pillage du Sud. Il n’y a pas de démocratie sans redistribution du minimum vital. Le Nord l’a compris. Il ne s’acquitte de cette tâche depuis plus de cinq siècle qu’en tuant et en pillant le Sud, en fabriquant des dictateurs sanguinaires qu’il soutient.
.
Démocratie au Nord et dictature au Sud
.
Un Belge atypique le redit sans ambages dans un ouvrage remarquable (que tout Congolais soucieux d’un autre avenir chez nous devrait lire et partager avec nos compatriotes). Citons-le : « On ne peut pas séparer la question de la démocratie de la question de la pauvreté, écrit Michel Collon. Donc du pillage, pas du tout démocratique, de l’Amérique latine et de l’Afrique par l’Europe. C’est grâce à ces cinq siècles de pillage que les grandes puissances européennes ont réussi (…) à construire une économie prospère et puissante. Si le niveau de vie est bien plus élevé au Nord, c’est qu’une partie du butin a été redistribuée aux populations du Nord. C’est cela qui a permis de calmer les tensions sociales (qui étaient très fortes en Europe à la fin du 19ème siècle et du 20ème). » (M. COLLON, Les 7 péchés d’Hugo Chavez, Bruxelles, Investig’Action, 2009, p. 299) Michel Collon est convaincu que « si le Nord était resté dans la même misère que le Sud, les révoltes y auraient étaient plus fortes. Et la répression aussi. D’ailleurs, le jour où le Sud se libérera, le jour où les grandes économies auront acquis leur indépendance et seront sur pied d’égalité avec le Nord, celui-ci risque fort de ne plus respecter la démocratie. Finalement, on en revient toujours à cette phrase de Balzac : « Derrière chaque grande fortune, se cache un crime. » Derrière l’apparente démocratie et la provisoire tranquillité du Nord, se cache la dictature sur le Sud. » (Ibidem). La sous-traitance assumée par Museveni, Kagame et Kabila est là toute expliquée.
.
En complicité ou en réseau avec les multinationales du Nord, ces dictateurs dociles et corrompus du Sud assument leur part de contrat « démocratique » en ayant, constamment, au dessus de leurs têtes, comme une épée de Damoclès, les chantages financiers, des coups d’états, des guerres civiles téléguidées, des assassinats politiques, les guerres d’agressions, etc.
.
Ces multinationales ne réussissent que là où elles mettent à profit certains de « leurs petites mains » libérales, leurs garçons de course, communément appelés « hommes politiques » (souvent de droite) et « experts ».
Pour revenir à notre pays, il n’est pas exclu que « l’expertise onusienne » présente sur les lieux du crime (à l’est) participe du plan de balkanisation de notre pays. Elle le ferait en accusant « les FDLR » là où les militaires rwandais restés au Congo après l’opération Umoja wetu (de triste mémoire) perpétuent massacres et incendies ; Kinshasa étant vassalisé par Kigali et Kampala.
.
Croire que de cette vassalisation sortira un autre Congo avec l’entrée du CNDP au gouvernement et du placement des « 15 oiseaux rares » de Kabila à la place qu’il faut, c’est faire un rêve suicidaire pour le Congo. Nous avons besoin d’un Hugo Chavez Congolais.
.
J.-P. Mbelu
Bruxelles-Belgique
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *