Le Complexe Theicole de Butuhe, CTB en Sigle

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
 
[Samedi 10 juin 2006 : www.benilubero.com] L’agglomération de Butuhe se trouve à une dizaine de kilomètres au Nord-Ouest de la Ville de Butembo. Cette petite bourgade est sortie de l’anonymat en 1969 grâce à la création du Complexe Théicole de Butuhe, CTB en sigle, BP 91, Butembo, N-Kivu, R.D.Congo.
Les travaux de défrichage avaient été lancés le 3 novembre 1970 sous la direction de la Société ILACO (Internationaal Landaanwinnings Consultants) affilié de ARCADIS Euroconsult. Le financement de ce projet de théiculture était l’œuvre de la CEE (la Communauté Economique Européenne).
 
La plantation des théiers avait commencé au mois de mars 1971. Elle a eu comme résultat l’exploitation de 300 ha de thé pour le bloc industriel (BI) et de 400 ha de thé pour le Bloc villageois (BV).
 
En 1975, la plantation a été augmentée de 200 ha de BI, 180 ha de BV et de 300 ha de reboisement (eucalyptus).
 
En dépit de la chute dans la production et dans l’entretien de la plantation, la situation actuelle se présente comme suit : 242 ha de BI, 213 ha de BV, et 395 ha de Bois.
Une usine de transformation a été construite à Butuhe de 1975 à 1976. Son inauguration avait eu lieu le 30 janvier 1977 en présence des plusieurs délégations de la Communauté Economique Européenne et de la République du Zaïre.
Elle a une capacité de production annuelle de 750 tonnes de thé sec, soit une moyenne de 62, 5 tonnes par mois. Cependant, il s’avère que la production nage entre 450 et 600 tonnes par an. L’objectif initial n’ayant jamais été atteint. Au début, l’usine a fonctionné grâce à un groupe électrogène, un fait qui rendait la production onéreuse.
En 1982, une centrale hydroélectrique a été construite pour maximiser la rentabilité de l’usine.
 
Depuis Mars 1985, cette centrale est fonctionnelle et cela jusqu’aujourd’hui.
 
Le CTB utilise environ 670 ouvriers sous contrat et 580 planteurs villageois qui travaillent sous un contrat journalier ou hebdomadaire selon le système connu au Grand Nord sous le nom de « Kikatala ». L’ouvrier récolte un certain nombre de sacs de thé et il est payé au prorata du nombre de sacs récoltés. Il en est de même pour l’entretien de la plantation. L’ouvrier journalier est payé au prorata de l’étendue de la surface entretenue.
 
Au départ le CTB était une entreprise de partenariat CEE-Etat Zaïrois. Avec le départ de la CEE, le CTB est devenu une entreprise privée de l’Etat Zaïrois. Depuis 1998 à nos jours, le CTB est une entreprise privée d’un fils du Grand Nord, en l’occurrence Mr. Kitambala, patron de la célèbre société CAFEKIT et de l’unique limonaderie Cobeki du Grand Nord. Avec ces 1250 ouvriers, le CTB est en tête des entreprises du Grand Nord en terme de générateur d’emploi. Sachant que le CTB a le même patron que Cafekit, s.p.r.l et Cobeki, s.p.r.l. à savoir, Mr. Kitambala, le Grand Nord salue l’esprit d’entreprise de ce digne fils du Congo dont on ne parle pas beaucoup mais qui se révèle être le plus grand employeur du Grand Nord, possédant des entreprises aussi bien en territoire de Beni qu’en territoire de Lubero [www.benilubero.com]
Juvénal Paluku
Butembo
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*