Le G

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Général Mbuza Mabe (1944-2009)

Le Général Mbuza Mabe Nkumu Embanze (65 ans) est décédé tôt ce matin 20 mai 2009 en Afrique du sud. Mbuza Mabe est une icône de la résistance congolaise à l’agression rwando-burundo-ougandaise et de certaines grandes puissances cachées sous la bannière de la MONUC. Il était Technicien d’Etat Major (TEM), spécialiste en criminologie, grand formateur de Kotakoli, grand guerrier, etc. Mbuza s’en va quand le Congo a plus besoin des guerriers comme lui pour repousser les agresseurs qui depuis quelques mois sont passés à la vitesse supérieure pour infiltrer ouvertement toutes les institutions de l’Etat congolais en commencant par l’armée, les services de sécurité, les entreprises de l’Etat, le gouvernement, etc.
.
Après Samba Kaputo and Nawej Katok, tous deux Grands Hommes politiques et patriotes de la R.D. Congo, c’est le tour du Général Mbuza Mabe de finir sa course terrestre dans un hôpital d’Afrique du Sud. Pourquoi tous les meilleurs fils des congolais doivent-ils mourir en Afrique du Sud ?
.
Mbuza Mabe est le héros de tous les congolais, et en particulier des Kivutiens. En Juin 2004, alors que la Monuc avait laissé les agresseurs rwandais de Jules Mutebusi occupés la ville de Bukavu, le Général Mbuza Mabe avait réussi à mettre en déroute l’agression de Jules Mutebusi. Au lieu que Kinshasa renforce militairement ce brave soldat du peuple pour mettre fin aux aventures des rwandais en RDC, ce héros national avait été rappelé pour toujours à Kinshasa pour consultation, une consultation qui le conduira à Kamina, à Kitona. Jusqu’à sa mort, il n’est jamais retourné au Kivu, la province qu’il avait tant défendue contre les agresseurs rwandais.
.
D’autres Généraux congolais tels Prosper Nabyolwa, She Kasikila, etc. subiront le même sort, c’est-à-dire rappeler définitivement du front du Sud-Kivu et du Nord-Kivu pour avoir repoussé l’ennemi. Aujourd’hui, les congolais comprennent pourquoi Kinshasa ne voulait pas se battre à l’Est de la R.d. Congo…
.
Le Général Mbuza Mabe entre ainsi dans l’histoire de la lutte congolaise contre l’occupation rwandaise de la R. D. Congo. Les circonstances qui entourent sa maladie, son transfert en Afrique du Sud démontrent bien que, même malade et agonisant, Mbuza Mabe faisait toujours peur aux occupants. En effet, Mbuza était un témoin gênant de l’affaiblissement de l’armée nationale congolaise par l’hiérarchie militaire congolaise dont le procès aura lieu un jour! Ce qui se passe aujourd’hui au Sud et au Nord-Kivu démontrent bien pourquoi des vaillants généraux congolais Mbuza, Nabyolwa, She Kasikila, etc. étaient rétirés du front du Kivu.
.
Ceux qui veulent faire croire au monde que la R.D. Congo n’a pas d’armée sont tout simplement des ennemis du Congo. Pour préparer une certaine opinion internationale au déploiement des armées du Rwanda et de l’Ouganda, les ennemis du Congo attribuent aujourd’hui aux Fardc congolais les viols, les mutilations des femmes, les massacres des civils, les vols, l’incendie des maisons, etc, des crimes commis par les rwandais et leurs milices supplétives en 95%. La preuve est que ces atrocités ne se passent que dans les provinces frontalières avec le Rwanda et l’Ouganda. Les civils comme les militaires congolais ne doivent prêter oreille à la diabolisation de l’armée congolaise. Le faire serait préter le flanc au bourreau qui veut occuper le Congo sans combattre, en utilisant la ruse et le mensonge. Ce qui manque à la R.D. Congo c’est surtout les dirigeants politiques patriotes, la volonté politique d’administrer et de sécuriser le pays, l’organisation des congolais pour soutenir leurs vaillants combattants diabolisés par l’ennemi, etc.
L’exemple du Général Mbuza Mabe démontre que ce ne sont pas les militaires qui manquent au Congo mais les hommes d’Etat, des patriotes, etc. Le silence de la classe politique  congolaise toutes tendances confondues devant l’occupation rwandaise du Congo qui a commencé au Nord-Kivu est ainsi le plus grand scandale de ce début du troisième millenaire au pays de Lumumba et de Mzee LDK. L’important est que tous les congolais savent aujourd’hui qu’ils sont sous occupation rwandaise et ougandaise par la force des armes, la complicité de l’ONU et du régime de Joseph Kabila. Si cette coalition de la mort du Congo a duré 13 ans ( 1996-2009) pour infiltrer la présidence, l’armée, la police, et les servives de sécurité de la R.D. Congo, cela prouve que la résistance congolaises est reélle et que rien n’est encore perdu pour les congolais. La conquête du Congo par les armes ne peut être qu’éphemère tant que les coeurs et les esprits des congolais seront opposés à la domination étrangère.
.
Nos condoléances les plus attristées aux militaires congolais qui perdent un exemple d’héroisme et aux membres de la famille de l’illustre disparu qui perdent un père de famille. Que la reconnaissance nationale des mérites de l’illustre disparu et que le Racodit élève au rang de "Héros National" soit une consolation pour la famille et les amis. Que d’autres Mbuza se lèvent au Congo pour repousser la coalition de la balkanization de la R.D. Congo.
.
Edgar Kahindo
Racodit- Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le G

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 Le Général Mbunza Mabe Nkumu Embanze (65 ans) est décédé tôt ce matin 20 mai 2009 en Afrique du sud. Mbuza Mabe est une icône de la résistance congolaise à l’agression rwando-burundo-ougandaise et de certaines grandes puissances cachées sous la bannière de la MONUC. Il était Technicien d’Etat Major (TEM),  spécialiste en criminologie, grand formateur de Kotakoli, grand guerrier, etc. Mbuza s’en va quand le Congo a plus besoin des guerriers comme lui pour repousser les agresseurs qui depuis quelques mois sont passés à la vitesse supérieure pour infiltrer  ouvertement toutes les institutions de l’Etat congolais en commencant par l’armée, les services de sécurité, les entreprises de l’Etat, le gouvernement, etc.
.
Après Samba Kaputo and Nawej Katok, tous deux Grands Hommes politiques et patriotes de la R.D. Congo, c’est le tour du Général Mbuza Mabe de finir sa course terrestre dans un hôpital d’Afrique du Sud. Pourquoi tous les meilleurs fils des congolais doivent-ils mourir en Afrique du Sud ?
.
Mbuza Mabe est le héros de tous les congolais, et en particulier des Kivutiens. En Juin 2004, alors que la Monuc avait laissé les rwandais de Jules Mutebusi occupés la ville de Bukavu, le Général Mbuza Mabe avait réussi à mettre en déroute les miliciens de Jules Mutebusi. Au lieu que Kinshasa renforce militairement ce brave soldat du peuple pour mettre fin aux aventures des rwandais en RDC, ce héros national avait été rappelé à Kinshasa pour consultation, une consultation qui le conduira à Kamina, à Kitona. Jusqu’à sa mort, il n’est jamais retrouvé au Kivu, la province qu’il avait tant défendue contre les agresseurs rwandais.
.
D’autres Généraux congolais tels Prosper Nabyolwa, She Kasikila, etc. subiront le même sort, c’est-à-dire rappeler définitivement du front pour avoir repoussé l’ennemi.
.
Le Général Mbuza Mabe entre ainsi dans l’histoire de la lutte congolaise contre l’occupation rwandaise de la R. D. Congo. Les circonstances qui entourent sa maladie, son transfert en Afrique du Sud démontrent bien que, même malade et agonisant, Mbuza Mabe faisait toujours peur aux occupants. En effet, Mbuza était un témoin gênant de l’affaiblissement de l’armée nationale congolaise par l’hiérarchie militaire congolaise dont le procès aura lieu un jour!  Ce qui se passe aujourd’hui au Sud et au Nord-Kivu démontrent bien pourquoi des vaillants généraux congolais Mbuza, Nabyolwa, She Kasikila, etc. étaient rétirés du front du Kivu.  Ceux qui veulent faire croire au monde que la R.D. Congo n’a pas d’armée sont tout simplement des ennemis du Congo. Pour préparer une certaine opinion internationale au déploiement des armées du Rwanda et de l’Ouganda, les ennemis du Congo attribuent aujourd’hui aux Fardc congola les viols, les mutilations des femmes, les massacres, les vols, l’incendie des maisons, etc, des crimes commis par les rwandais et leurs milices supplétives en 95%. La preuve est que ces atrocités ne se passent que dans les provinces frontalières avec le Rwanda et l’Ouganda. Les civils comme les militaires congolais ne doivent prêter oreille à la diabolisation de l’armée congolaise. Le faire serait préter le flanc au bourreau qui veut occuper le Congo sans combattre, en utilisant la ruse et le mensonge. Ce qui manque à la R.D. Congo c’est surtout les dirigeants politiques patriotes,  la volonté politique d’administrer et de sécuriser le pays, l’organisation des congolais pour soutenir leurs vaillants combattants diabolisés par l’ennemi, etc.
L’exemple du Général Mbuza Mabe démontre que ce ne sont pas les militaires qui manquent au Congo mais les hommes d’Etat, des patriotes, etc. Le silence de la classe politique devant l’occupation rwandaise du Congo qui a commencé au Nord-Kivu  est ainsi le plus grand scandale de ce début du troisième millenaire au pays de Lumumba et de Mzee LDK. L’important est que tous les congolais savent aujourd’hui qu’ils sont sous occupation rwandaise et ougandaise par la force des armes, la complicité de l’ONU et du régime de Joseph Kabila. Si cette coalition de la mort du Congo a duré 13 ans ( 1996-2009) pour infiltrer la présidence, l’armée, la police, et les servives de sécurité de la R.D. Congo, cela prouve que la résistance congolaises est reélle et que rien n’est encore perdu pour les congolais. La conquête du Congo par les armes ne peut être qu’éphemère tant que les coeurs et les esprits des congolais seront opposés à la domination étrangère.
.
Nos condoléances les plus attristées aux militaires congolais qui perdent un exemple d’héroisme et aux membres de la famille de l’illustre disparu qui perdent un père de famille. Que la reconnaissance nationale des mérites du disparu soit une consolation pour la famille et les amis. Que d’autres Mbuza se lèvent au Congo pour repousser la coalition de la balkanization de la R.D. Congo.
.
Edgar Kahindo
Racodit- Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le g

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
D-I.K , Le Phare, 2 avril 2009
Grand combattant, militaire expérimenté et redouté, il a fait ses preuves aussi bien sous la IIè République que sous la IIIème qui n’a pas fini de célébrer ses exploits à Bukavu. Mbuza Mabe est aujourd’hui au plus mal au Centre Médical de Kinshasa où il se trouve interné. Sans moyen, sa famille lance un véritable SOS pour ce fils qui a tant mérité de la nation et appelle à la mobilisation pour son transfert urgent en Afrique du sud. Le général Félix Mbuza Mabe se trouve ainsi depuis deux semaines dans un état de santé fort critique, a effectivement constaté Le Phare dont un reporter s’est déplacé pour s’en rendre personnellement compte. En pleurs, un proche rencontré sur les lieux explique que les ennuis de santé du général ont commencé en 2008 au Katanga où il avait en charge la Base militaire de Kamina.
 
 
Ayant rejoint précipitamment Kinshasa pour des soins appropriés, Mbuza Mabe avait à l’époque été soigné dans une clinique spécialisée en médecine chinoise. Sa santé avait alors semblé s’améliorer, quand bien même, soutient la même source, les frais engagés pour son hospitalisation n’ont jamais été remboursés jusqu’à ce jour. Début février 2009, c’est malheureusement la rechute. Cette fois, la famille toujours dépourvue de moyens conséquents a tenté à sa manière de parer au plus pressé. Sans succès. Désormais, elle se dit obligée de lancer un SOS en faveur de Félix Mbuza Mabe. « Des médecins passaient à la maison, mais la situation n’évoluait toujours pas. Voilà pourquoi nous l’avons amené ici (à l’hôpital où il est interné, Ndlr), mais il ne mange pas, il ne boit pas et son état inspire toujours beaucoup d’inquiétudes», se lamente un parent rencontré dans le hall de l’hôpital. L’Etat-major général est-il informé ? Le gouvernement a-t-il été saisi ? Seul un regard incrédule a été la réponse à nos questions. Comme si notre interlocuteur trouvait incroyable que l’information sur l’état de santé d’un officier de la trempe de Mbuza Mabe n’ait pas circulé. Nous n’avions pourtant pas tort de poser toutes ces questions. Selon une source crédible ayant requis l’anonymat, le chef de l’Etat lui-même a été parmi les tout premiers officiels congolais à réagir en dépêchant le général Mbala auprès du malade. Il serait désormais question d’une évacuation sanitaire d’urgence vers l’Afrique du Sud. Seulement, la famille se demande quand ce transfert pourra s’effectuer tant la santé du malade continue de se dégrader.
 
 
 
Courage et expertise Cette évacuation est évidemment le minimum que la nation peut consentir en faveur d’un officier dont le courage et le savoir-faire en ont fait un héros et une légende vivante. Particulièrement lorsqu’en 2004, précipitamment désigné à la tête de la 10ème région militaire, au Sud-Kivu, Mbuza Mabe avait réussi l’exploit, avec des moyens de bord, de mettre en déroute les hommes du colonel Mutebusi, lors de la tentative de ce dernier de prendre la ville de Bukavu au nez et à la barbe de la Monuc. A l’époque, face à ce haut fait militaire, beaucoup de Congolais avaient souhaité le maintien de Mbuza Mabe à la tête de la 10ème région militaire pour réorganiser les troupes régulières et sécuriser l’ensemble de la région. Malheureusement, sa popularité grandissante au sein de la troupe, sa grande connaissance du terrain et maîtrise de la science de la guerre, tout comme son intransigeance en matière de discipline militaire et face à l’ennemi, avaient fini par susciter autant de jalousie que d’inquiétudes chez ceux qui avaient fait de l’instabilité dans l’Est leur fonds de commerce. Résultat : à la surprise générale, Félix Mbuza Mabe fut relevé de ses fonctions de Commandant Région à la demande de la défunte commission Politique, Défense et sécurité du régime 1+4. La suite, tout le monde la connaît. (Le Phare)
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*