Le tabac tue ! Compte-rendu de la Conférence organisée à Butembo par la CEMPS

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Chaque année en date du 31 mai, il est célébré, internationalement, la journée mondiale contre le tabagisme, ce fléau qui ravagera sous peu l’humanité. Cette année, en Ville de Butembo, le CLUB DES ETUDIANTS EN MEDECINE POUR LA PROMOTION DE LA SANTE « CEMPS » a tenu une conférence à la Salle de Réunion de la FEC sous le grand thème : « ILS NOUS RENDENT TOUS FUMEURS, «LE TABAGISME ET SES CONSEQUENCES SANITAIRES ». La conférence s’articulait sur le divers aspects agronomiques, économiques, médicaux et juridiques du tabac.
 
La conférence comportait quatre grands exposés entrecoupés par des poèmes déclamés par l’infirmière Maseka. Ainsi, après le mot de bienvenue prononcé par le chargé de la Sous-commission Conférence au sein de CEMPS, monsieur LWANZO, modérateur du jour, où il a donné le bien fondé de la conférence qui s’inscrit dans une lutte généralisée contre le tabac qui tue de nos jours des milliers des personnes, la parole a été donnée directement au premier orateur, l’Ingénieur KAMBALE SIKIMINYWA LOKOKO. Celui-ci a articulé son exposé sur l’aspect agronomique du tabac. Il est parti de ses origines, ses compositions chimiques jusqu’en à démontrer les conséquences fâcheuses sur la santé de l’homme  qui consomme le tabac.
 
Le deuxième exposé, par le Professeur Mirembe Omer, s’est articulé sur le Tabac et l’homme. Aspect économique. Pour le professeur, le tabac est un bien qui répond à un besoin. Entré dans le cadre des biens économiques, le tabac a un grand impact économique et contribue largement à l’enrichissement de certaines personnes voire de certains pays. Ainsi, dans son impact, il offre une grande participation au PIB, il est créateur d’emplois pour les personnes employées dans les industries de tabac et il est enfin générateur des recettes de l’Etat d’autant plus que le tabac figure parmi les produits les plus taxés. Mais alors, faudrait-il promouvoir sa vulgarisation comme moyen de concourir au développement des « peuples en retard » d’après la thèse de croissance du développement, comme l’a d’ailleurs demandé un des participants dans une question ? La question du tabac est très complexe en considération de ses méfaits qu’il cause à l’homme, lequel se retrouve au centre du développement. Elle doit se comprendre dans un cadre de l’éthique économique de sorte que les industriels de tabac devraient se sentir responsables des méfaits qu’il occasionne, qu’il ne s’avère pas très nécessaire de s’y investir au détriment des autres cultures.
 
Après cet exposé, l’Assemblée a fait une pause scientifique agrémentée par un beau poème sur le tabagisme : Qui nous délivrera du tabagisme qui emporte de nos jours tout le monde sur son passage, enfant et adulte, homme et femme, patient et médecin même avant de toucher à sa bistouri…
 
Le troisième exposé, « Le Tabac et l’Homme : Aspects médico-sanitaires », par le Médecin Chef de District sanitaire de Butembo, le Docteur MUNDAMA, a soulevé surtout les aspects épidémiologiques et hygiéniques en partant des catastrophes – conséquences du tabac aux nuisances en illustrant son texte par quelques statistiques importantes qui ont attiré les participants pour les plonger dans un calme inimaginable. En effet, parmi les conséquences du tabac, il faut souligner la toxicomanie, les maladies cardiovasculaires, les maladies cancéreuses, les malformations congénitales. Cependant, des méfaits du tabac, beaucoup de victimes se retrouvent dans les pays pauvres et surtout en Afrique où on projette une augmentation de 16,1% d’industries de tabac en 2008 contre une diminution de 8% en Europe. Ceci s’explique par le manque d’un cadre juridique ou administratif et l’absence d’une volonté politique de lutter contre le tabac. Le tabac tue 5 millions de personnes aujourd’hui et peut-être 10 millions en 2020. Et la plus grande conséquence reste le cancer causé par le tabagisme dont les décès sont estimés à plus ou moins 1,5 millions. Il y a donc urgence à lutter contre le tabac.
 
Parlant de l’aspect juridique, Maître KAUSA, s’est largement inspiré du droit congolais de la consommation et a fini son exposé par quelques conclusions : Le droit à l’information aux consommateurs en matière de tabac doit être respecté de manière rigoureuse, il faut un code portant mesure de protection des consommateurs et ici, taxer très cher les entreprises de tabac et les commerçants ; ériger en infraction certains comportements des fournisseurs comme les ventes des cigarettes aux enfants, les publications trompeuses sur la cigarette d’autant plus que la cigarette nuit à l’individu et pollue l’air.
 
Après cet exposé, un deuxième poème : Où va le monde, en rapport avec la drogue, a été déclamée par la même poétesse. Après celle-ci, Mr Katembo Kasinaminya, de l’ONG « Monde Sans Drogue » a exposé brièvement sur les objectifs et les entendements de cette organisation. C’est alors que l’étape des questions a commencé pour permettre aux participants de mieux assimiler les sujets du jour.
 
Pour clôturer la journée, le CEMPS a procédé à la lecture de son Mémorandum à soumettre au ministère de la santé sur la lutte contre le tabagisme. Le  Président du CEMPS a aussi présenté son comité directeur avant de prononcer le mot de clôture. Dans son mot de clôture, le Président a présenté au public un membre de l’antenne locale de Beni – Lubero Online, en la personne de Florent Kasula. Ce dernier a expliqué succinctement la mission du site Internet www.benilubero.com, qui est d’éveiller la conscience de la population beniluberoise à sa propre prise en charge et de promouvoir les actions des fils et filles de territoires de Beni et Lubero ainsi que de tous les congolais soucieux du développement intégral de l’homme. A titre d’exemple, le site Beni-Lubero Online est l’organe de presse qui fait connaître au monde entier le CEMPS, en publiant sa mission et ses statuts sur Internet.
 
La conférence, commencée à 14h00 s’est clôturée vers 18h00 à la satisfaction de tout le monde. Un verre d’amitié a été partagé par tous les participants qui se sont convenus de porter à la population beniluberoise le message du CEMPS, à savoir, « NON AU TABAC », « LE TABAC TUE ».
. 
Florent KASULA
Butembo
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *