Le torchon br

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
En date du 20 mai 2009, toutes les couches de la population de Butembo ont répondu massivement présent à l’appel radiodiffusé du maire de ville de Butembo Mr Kakule Hubert SYAHETERA à la grande salle polyvalente de la procure SIPA, dans la commune Bulengera. Le but de la rencontre était le lancement officiel de l’opération « J’aime Butembo ».
 
Entrée de la Salle Polyvalente SIPA, Butembo ( Photo Tembos-BLO)
La salle ayant dépassé sa capacité d’accueil, des centaines des bubolais qui avaient répondu à l’appel du maire étaient obligés de se mettre debout dans les rues environnantes pour suivre de près l’événement.
 
Prenant la parole, le numéro un de la capitale économique de Beni-Lubero, a révélé au grand public l’opération « J’aime Butembo » qui consiste essentiellement à l’achat de 20 gros Bus de transport en commun en ville de Butembo et au bétonnage des plusieurs artères de la ville de Butembo, notamment la rue Kinshasa, Matadi, d’ambiance, Avenue Matokeo, etc.
 
Honorable Kakule Hubert Syahetera, Maire de Butembo ( Photo Tembos-BLO)
Après la présentation du projet, le maire a abordé l’épineuse question des sources de financement pour sa réalisation.  
 
Première source de financement : La population elle-même en raison d’un minimum de 1000 FC par habitant, soit un peu plus d’un dollar américain par habitant pour les 750 000 habitants que compte la ville de Butembo. Le maire de ville a mis l’accent sur l’auto-prise en charge des bubolais en rappelant que la ville de Butembo doit se développer elle-même et qu’il ne faut plus croire que tout viendra de l’occident. L’aide extérieure, a-t-il renchérit,  doit être un appui aux efforts locaux. Pour montrer l’exemple, le Maire de ville a mis sur la table sa contribution, soit  500 US$ comme lancement de l’opération « J’aime Butembo ».
 
Deuxième source de financement : Les Taxes.
 En épinglant le problème des taxes comme deuxième source de financement, l’opération « j’aime Butembo » a tourné au vinaigre, surtout pour plusieurs membres du patronat local. En effet, le maire a pointé son doigt sur la FEC (La fédération des entreprises congolaises) l’accusant sans froid aux yeux qu’elle vole l’argent de l’Etat (tel le don du rais Joseph Kabila à la population) et les recettes des différentes taxes  (Péage route, etc.) !
 
Très furieux, le maire de ville à demandé publiquement à Mr Pierre LUHALA qui était dans la salle, de bien vouloir expliquer la destination de l’argent du péage route, et pourquoi la FEC menace de mort les agents de recouvrement qui osent demander les comptes de cette taxe. Le Maire a prié Mr LUHALA de dire si la taxe péage route est de l’Etat ou de la FEC ?
 
La taxe COIDEL (Cotisation pour l’Initiative et le Développement Local) n’est pas restée en marge des quolibets du maire de ville. Notez que la COIDEL est perçue sur chaque container de marchandises qui entre au Nord-Kivu par  le poste douanier de Kasindi, la troisième douane génératrice des recettes en R.D. Congo après Boma et Kasumbalesa.
 
Le maire a, dans sa colère, accusé la FEC-Butembo (au moins certains membres) ainsi que certaines autorités provinciales  de s’enrichir avec les recettes de différentes taxes au grand dam de la population qui est privée des services pour lesquels elle paye les taxes.
Pour montrer que son accusation est partagée par les habitants de Butembo, le maire a rappelé   que les jeunes du « Parlement debout de Furu » n’ont cessé  de dénoncer la prise en otage des habitants de Butembo par la FEC. C’est la première fois que le maire parle positivement du Parlement Debout de Furu qui n’épargne personne dans ses critiques positives et constructives ! Un point marqué par le Parlement Debout de Furu!
 
Ces graves accusations ont été accueillies dans le public par des cris de joies, des sifflets, des applaudissements, … Les étudiants présents dans la salle ont commencé à huer, entonner des chansons de moquerie à l’égard de la FEC comme celle du musicien Jacques BUZITO «Shama huta shiti tu tu tu, shika rondaya aba commerçants » (les balles crépitent à la recherche des commerçants).
 
Le maire a cependant demandé au public de ne pas mettre tous les commerçants dans le même sac car il y en a parmi eux qui contribuent au développement de la ville. C’est ainsi qu’ il a demandé que le public applaudisse pour l’homme d’affaires et député national, l’Honorable Godefroid Kambale Bayoli, qui a beaucoup fait pour la ville de Butembo en bravant les blocages du G8, entendez par là  le groupe de 8 grands hommes d’affaires piliers de la FEC/Butembo. Le député National Bayoli a ainsi reçu in absentia des applaudissements du public ! Notez que Bayoli est le député le mieux élu du Nord-Kivu qui avait obtenu autant de voix que pour élire 3 députés nationaux en récompense de l’innovation qu’il a apporté aux bubolais entre autres, la commercialisation du coltan, la téléphonie portable, les immeubles vitrés et en étagé, les monuments publics aux ronds points de la ville, les ambulances pour malades, corbillards pour les morts, etc.   
Comme les mérites des autres hommes d’affaires qui étaient dans la salle n’ont pas été cités par le maire, ce qui pouvait arriver est arrivé.  Ils ont quitté la salle, transformant l’opération «  J’aime Butembo » en un « je t’aime, moi non plus ». Seuls les officiels de la FEC sont restés.  
 
Mr. Polycarpe NDIVITO, Patron des Patrons de Butembo, avec à côtés, Mr. Vyambwera, Vice-Président de la FEC/Butembo ( Photo Tembos-BLO)
Prenant la parole, le président en exercice de la FEC, Mr. Polycarpe NDIVITO, a répliqué en rappelant que tous les commerçants de la ville sont acteurs du développement et que sans le concours des uns et des autres, Butembo ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui et qu’il voit mal que la révolution dont parle le maire se fasse sans l’apport des opérateurs économiques !
 
Le Vice-président de la FEC,  Mr VYAMBWERA, a sur un ton de sagesse renchérit que « même si les linges salles se lavent en famille, il y a un temps pour tout et qu’il y a des choses que les parents ne peuvent pas arranger en présence des enfants, mais plutôt dans la chambre à coucher ».  
Pour éviter un déballage public qui pouvait éclabousser tout le monde y compris le maire, le  deuxième vice-président de la FEC a demandé après un mini huis clos avec ses pairs, une audience auprès du maire pour le lendemain matin. Le maire a accepté la demande d’audience de la FEC. Le public qui voulait tout savoir de la réaction de la FEC aux graves accusations du maire n’était pas content de cet arrangement qui a mis fin à l’heure de vérité.  
 
Dans la salle, les sages de la ville qui connaissent bien Butembo, ont reconnu que c’est la première fois dans l’histoire que le patronat de Butembo est mis publiquement au pied du mur ! En langue locale (Kinande), ils murmuraient entre eux en disant, «meya amabitw’olunene okwiye » (le maire vient d’engager un problème qui le dépasse). 
Mais le maire a donné l’air du début à la fin qu’il n’avait pas peur et qu’il était sur de sa démarche, martelant plusieurs fois pendant son discours que pour faire une révolution, il ne faut pas avoir peur mais se dire les quatre vérités en face.
 
A l’issue de cette rencontre houleuse et historique, le patronat de Butembo avait convoqué une réunion extraordinaire qui serait terminé très tard dans la nuit. Rien n’a encore filtré de cette rencontre des patrons de la FEC qui se trouvent aujourd’hui sur le banc des accusés mais dont la force de frappe n’est pas à minimiser.
 
Ainsi, aujourd’hui matin (22 mai), nous apprenons à la radio que le Gouverneur du Nord-Kivu, Son Excellence Julien Paluku est en route pour Butembo pour éteindre le feu attisé par le Maire de ville.
 
Depuis lors, l’événement est sur toutes les bouches et fait sujet de discussion à travers les quatre communes de la ville. Le courage et le sang-froid du jeune maire de la ville étonne plus d’un.  Les enjeux de l’heure au Nord-Kivu et en R.D. Congo étant graves, plus d’un bubolais voudrait savoir pourquoi  seulement maintenant le maire a eu le courage d’accuser les dinosaures de Butembo et de la Province du Nord-Kivu ?  
 
Les fouineurs de la politique nationale vont très ou trop loin en rappelant que le Maire de Butembo est issu du PPRD et donc de l’AMP qui aujourd’hui se trouve devant l’équation de créer ex-nihilo de la place pour le CNDP ! C’est ainsi qu’ils se demandent si le Maire de Butembo n’est pas entrain de créer un précédent pour ouvrir la voie à un chambardement Kamerhe-bis au Nord-Kivu ?  
En effet, selon ces fouineurs politiques,  la FEC peut ne pas être la cible de ce bras de fer car ses membres milliardaires n’ont pas besoin du péage route pour vivre. Au contraire, la ville attend beaucoup d’eux pour  se développer.  C’est ainsi que selon plusieurs observateurs, la cible qui se dégage derrière les accusations du Maire de ville semble être les cadres politico-administratifs qui gèrent les taxes au Nord-Kivu.  Cela expliquerait pourquoi le maire de ville a dans ses accusations mêlé la taxe COIDEL de Kasindi, une taxe provinciale qui n’est pas du ressort du maire de Butembo…
 
Sachant que le gouvernement central et la province du Nord-Kivu sont aujourd’hui dans le collimateur des cerveaux de la balkanisation du Congo qui remuent ciel et terre pour trouver la faille ou l’alibi qui permettrait une entrée forcée des transfuges du CNDP au gouvernement de Kinshasa et du Nord-Kivu, sans passer par des élections, les observateurs s’interrogent sur les dessous du  courage du « maire pprdien » de Butembo.
 
A Kinshasa les motions de défiance se multiplient contre les membres du gouvernement Muzito. Les services de renseignement ne sont pas non plus en reste depuis la fuite du top secret de l’ANR lu sur les antennes de la RFI. Au Nord-Kivu, le détournement des recettes du péage-route et de la Cotisation pour l’Initiative et le Développement Local, va-t-il servir d’alibi pour couler non les commerçants mais plutôt plusieurs têtes du gouvernement provincial afin de créer la place au CNDP ? L’avenir proche nous dira la vérité  sur ce remue-ménage dont les mobiles semblent pour l’instant mêlés tellement que le maire, les commerçants, les bubolais et les bubolaises, tous souscrivent à l’opération «  J’aime Butembo » ! A suivre sur BLO !
 
Tembos Yotama
Email: binyotama@yahho.fr
Butembo
Beni Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*