LES DEMOBILISES S’ESTIMENT CALOMNIES PAR LE GOUVERNEUR DU NORD-KIVU

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Depuis l’évasion en juin de la prison centrale de Béni, il est incontestable que l’insécurité a repris l’ascenseur dans la région de Béni et ses environs.

Pendant cette période, le fait typiquement spécial aura été l’apparition dans la même zone des mouvements armés subversifs non bien identifiés qui font croire à la gestation de nouvelles rébellions. Cependant, les autorités qui ont actuellement du mal à contrôler ce genre de phénomène qui, quelque fois, ont dévoilé leur propre complicité dans une forme d’insécurité planifiée ou organisée, ont pris la coutume de trouver un raccourci de justification dans le prétexte du reversement des anciens démobilisée au service des nouveaux groupes armés ou rebellions en croissance.

Les démobilisés, quant à eux, dénoncent le caractère trop simplistes d’une telle affirmation dépourvue de preuves tangibles. Ils dénoncent ainsi une calomnie qui est de nature à leur compliquer davantage la réintégration et réinsertion sociale qui déjà s’avère loin de leur garantir l’espoir de recouvrer une vie ordinaire heureuse. D’où cette réaction en guise de réplique envers l’autorité provinciale du Nord-Kivu qui est clé principal émetteur de ce genre de « calomnie »:

DROIT DE REPONSE AUX PROPOS TENUS PAR LE GOUVERNEUR DE LA PRONVINCE DU NORD KIVU DANS L’EMISSION DIALOGUE INTERCONGOLAIS DU MERCREDI 28 JUIN 2017 A L’ENCONTRE DES DEMOBILISES DU GRAND NORD: « Accusant indument et sans moindre preuve la participation des démobilisés dans les mouvements rebelles actifs dans le Grand-Nord actuellement ».

Monsieur le gouverneur,
Nous, démobilisés du grand nord réunis ce dimanche 09 juillet 2017, tenons à vous informer que vous vous trompez de cible et vous accusons de fausser ainsi les renseignements militaires.
Nous vous rappelons, monsieur le gouverneur que nous avons subi trois ans dans les centres à Kitona et Kamina abandonnant familles et enfants à leur triste sort et durant toute cette période, nous avons eu à suivre plusieurs enseignements dont la nouvelle citoyenneté, l’éducation civique, le droit de l’homme,…et les différents metiers; ce, nous sommes donc mieux que quiconque informé sur les mefaits et les conséquences de la guerre ou de rebellions.
Quand vous dites, monsieur le gouverneur, que « Depuis notre arrivée en province nous nous sommes volatilisés dans l’air »; nous tenons à dire que de part notre statut de démobilisés, nous sommes devenus des civiles et donc chaque démobilisé est rentré dans son coin en famille dans ses activités privées.
Aussi aurions nous tort de vous dire que vos propos, Monsieur le gouverneur ont discredibilisé non seulement l’unité d’Exécution du programme DDR, la MONUSCO mais aussi les organisations non-gouvernementales qui nous occupent actuellement à Beni Ville et Beni Territoire dans le projet de reduction des violences communautaires(CVR) financé par la Monusco.

En tant que « Autorité Morale de la Pronvince », Monsieur le Gouverneur, vous devriez revoir votre façon de communiquer car depuis lors, vos propos nous ont déjà insécurisé et nous traumatisent davantage alors que vous êtes le seul qui devait nous reconforter dans cette période de notre reinsertion sociale qui est une étape importante dans cette nouvelle vie que nous integrons petit à petit.

Qu’à cela ne tienne, pourquoi dans l’armée congolaise, on utiliserait le vocabulaire: « Défection dans les rangs des FARDC » et si donc par hasard un démobilisé peut se rendre coupable en defectionnant dans son statut actuel, devrions-nous conclure que Tous les démobilisés ont rejoint les groupes armés? Encore que cela reste difficile à prouver au stade actuel non seulement par vous-même mais aussi par vos services de renseignements.

En definitive, nous vous rassurons, Monsieur le Gouverneur, que tous les démobilisés sont plus que mobilisés et engagés à utiliser leurs forces au développement de leur province et donc de toute la République Démocratique du Congo et ce courage nous venons de le demontrer dans les travaux en cours:
1. Marché de Macampagne à Beni
2. Construction des 3 ponts à Oicha
3. Erection de poteaux à eclairage à Mavivi
4. Projet dd’élecrification de la commune Beu à Beni.

Nous attendons donc de vous, Monsieur le Gouverneur, de nouveaux projets qui pouront empocher d’autres démobilisés du Grand-Nord à Butembo et à Lubero qui sont sans occupation remuneratrice à part les champs.

Fait à Beni, le 09 juillet 2017

Pour les démobilisés du grand-Nord

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *