000.MONUSCO
Monusco en patrouille dans une localité de la RDC

Les égorgeurs de Beni massacrent 14 Casques bleus de la Monusco et en blessent 53 autres !!! Un Officier FARDC dénonce…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un Officier haut gradé de l’opération Sokola 1 dénonce avec véhémence l’existence au sein des FARDC à Beni des éléments que le gouvernement congolais veut être incontrôlables par le commandement du secteur et inaccessibles aux restes des troupes loyalistes. La Monusco ou Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo vient de connaître un carnage qui semble être la première du genre depuis l’histoire des Nations Unies. Les tueurs des innocents dans la région de Beni ont attaqué, aux heures vespérales (17 heures) de jeudi 07 décembre 2017 la base de la MONUSCO située au niveau du pont Semuliki sur l’axe Mbau – Kamango de manière la plus musclée qui soit. Quatorze Casques bleus Tanzaniens ont péri dans cette attaque barbare, cinquante-trois autres sont blessés dont beaucoup à l’état grave, deux auto-blindées de la MONUSCO ont été incendiées.

Les assaillants, utilisant faussement le nom des ADF se sont, comme d’habitude, habillés des uniformes des FARDC. Un d’entre eux écroulé sous ses blessures est totalement assimilable aux éléments des troupes gouvernementales sur le plan habillement.

Par cet événement, les égorgeurs semblent se rassurer du contrôle de la partie la plus importante de l’axe Mbau – Kamango. Toutefois, les Casques bleus de la MONUSCO ont défendu fermement leur base de la rivière Semuliki que l’ennemi n’a pas pu démanteler, malgré les dégâts qui ont été causés aux troupes Tanzaniennes de la mission onusienne sur place.

Dans tous les cas, ce qui devrait retenir l’attention de quiconque, c’est la déclaration d’un Officier des FARDC du secteur des opérations Sokola 1 qui stipule que « il existe des unités des FARDC déployées dans cette zone opérationnelle de Beni que le commandement régulier et officiel de Sokola 1 ne contrôle pas, car ces unités se déployant de manière confuse ne sont ni accessibles ni soumises au commandement régulier ». Cet officier insiste qu’il existe une grande méfiance même au sein des mêmes unités, les militaires craignent de se confier les uns aux autres, car des traitres ont investi l’armée à tous les niveaux hiérarchiques. Une telle déclaration trahit toute l’implication de l’officiel congolais dans la tragédie qui n’épargne désormais personne dans la région de Beni.

Ce que vient de subir les troupes onusiennes par cette attaque catastrophique est synonyme de ce qui se passe avec quelqu’un qui s’emploie caresser son chien connu pourtant comme un chien enragé. En effet, la communauté internationale a constamment fait sourde oreille aux cris d’émoi de la population de Beni décimée par « les massacres organisés », et dont le responsable est bien connu, « le régime Kabila », déterminé à décourager les forces de la MONUSCO et les forcer à quitter le terrain, car elles sont des témoins gênants au plan criminel du pouvoir en place.

Dans l’entre-temps, des indiscrétions provenant du réseau des comploteurs informent que la prochaine cible d’attaque de ces malfrats est identifiée dans la ville de Beni. Des renforts des égorgeurs sont en voie de transfert de Kisangani vers Beni. Il y a une réelle pression sur l’Est de la R.D. Congo en général et sur la région de Beni en particulier de la part d’une fausse rébellion que Joseph Kabila monte autour de la coalition M23 – égorgeurs. Il y a toute raison de croire que si la communauté internationale, dont la léthargie trahit assez la complicité autour du plan Kabila, risque de continuer à payer le prix de son hypocrisie au même titre que les pauvres citoyens congolais, si elle n’aide pas de manière significative le peuple congolais à se débarrasser immédiatement du régime de ce président terroriste.

Castro Mulemberi Kyavahere
Beni

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 19 mars 2016, parole qui a valu son assassinat le jour suivant).

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

6 plusieurs commentaires

  1. Kakule Kasiringi Eryeza

    To the Beni Lubero editor. This is Kakule Kasiringi in Kasese. May I please get in touch with you to be sending comments from Uganda about the situation we face as Yira Bakonzo. Thanks.

  2. Je crois qu il pourrait s agir d une guerre secrete contre la Tanzanie qui avait aide a defaire le M23.Comme ce mouvement est tjrs actif par ses alliances ds le Fardc et leurs parrains bien connus.

  3. C’est dommage que certains congolais pour de petits intérêts égoïstes trouvent du plaisir à prolonger la destruction et la néantisation de la RDC comme Etat en apportant leur soutien au régime politique de Joseph Kabila! Toutes les preuves sont là et ont démontré que Joseph Kabila ne travaille pas pour le bonheur de la RDC et de son peuple; ses intérêts sont pour les pays voisins qui l’ont porté au pouvoir! A cette allure et en l’absence d’un vrai sursaut patriotique, je crains fort pour l’avenir de la RDC!!

    • Avec Joseph Kabila au pouvoir, la RDC n’a pas d’avenir. C’est un pays qu’il tient à détruire coûte que coûte. Lorsque ce monsieur fut désigné président intérimaire, je fus l’une des personnes à s’opposer à cela. Tous mes amis et collègues m’avaient mis en minorité (en 2001 déjà). Aujourd’hui, ils ont honte de me regarder dans les yeux quand nous parlons de la situation actuelle du pays. Kabila a été imposé aux congolais avec une mission bien claire qu’il mène maladroitement. Il est au pied du mur, car ne sachant pas comment satisfaire à ses parrains.
      A ce jour, les occidentaux également sont au pied du mur. Kabila leur a échappé; il a échoué.
      Pour sauver le pays, les vrais congolais auraient dû se surpasser. Sans cela, c’est la débandade. Kabila ne réussira pas et le pays ne s’en sortira pas non plus.

  4. Ce qui fait mal c’est le fait que les Nations Unies refusent de s’appuyer sur les analyses faites par les congolais sur la situation de leur pays. De même j’estime que le représentant spécial du SG des Nations Unies, M. Mamane Sidikou est incompétent. Je me pose même la question de savoir s’il n’a pas été acheté par Joseph Kabila, spécialiste en achat des consciences.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*