LETTRE EMOUVANTE DE KYAVIRO AU PREMIER MINISTRE TSHIBALA : « TU N’AS PAS RAISON… »

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Lettre ouverte à Son Excellence Monsieur Bruno Tshibala, Premier Ministre de la République Démocratique du Congo.

Expéditeur :

Jean- Louis Ernest Kyaviro Malemo, Député National honoraire et notable yira du Nord Kivu.

Téléphone : +243813397414

E-mail: Victoriadepartia@ gmail.com.

Concerne :

Protestation contre l’interdiction de la Conférence de Kyaghanda/ Yira qui devait se tenir à Kasindi-Luburihia.

Excellence, Mes Respects.

Étant informé de l’injuste mesure d’interdiction de la conférence internationale du Kyaghanda/Yira qui était prévue à Kasindi-Lubirihia dès ce lundi 07 août 2017;

Soucieux de vous informer de la réalité de la République Démocratique du Congo dont vous dirigez aujourd’hui l’exécutif;

Transmettant à votre Excellence un sentiment de déception partagé par l’écrasante majorité des millions des membres de la communauté Yira habitant la RDC, jouissant en la matière de la solidarité de tous les congolais.

Prenant à témoin l’humanité toute entière ;

Je vous transmets, par la présente, les vives protestations de tous les membres de la communauté Yira/Nande qui ont été déçus par la correspondance de votre représentant en territoire de Béni, l’Administrateur du territoire, qui a interdit ladite conférence en affirmant réagir à  » des ordres de la hiérarchie ».

Or, à la tête de la hiérarchie de l’administration publique se trouve votre Excellence, Monsieur le Premier Ministre.

De par la Constitution, c’est vous qui devez rendre compte devant le peuple, à travers le Parlement qui vous a investi, de votre gestion de la chose publique, c’est donc à vous que j’adresse directement cette protestation légitime de mes frères et sœurs choqués par la décision surprenante de votre collaborateur, en la personne de l’administrateur du territoire de Béni.

En effet, disent les prêtres,  » mieux vaut avoir affaire à Dieu qu’à ses anges. »

Compte tenu de la gravité de la matière, je ne pouvais pas me limiter à ceux qui vous font rapport chaque jour, mais à vous qui décidez et nous avez solennellement promis d’être à notre écoute.

En plus, en tant qu’ancien membre du comité provincial de l’UDPS qui était dirigé dans les années 1989 tour à tour par les regrettés Maitre OSENGE et Frédéric Bwembola auquel a succédé le Docteur Jean Yagi SITOLO, qui correspondait avec vous, je l’adresse à un ancien camarade dont je connais l’engagement pour le triomphe de la démocratie et dont je connais l’amour de la vérité, a qui je ne puis donc cacher une réalité qui éclabousse son travail.

Excellence, en réalité, sincèrement, je suis parmi les personnes déçues par cette mesure que je trouve:

1/Anticonstitutionnelle dans la mesure ou elle est contraire à l’exercice des libertés publiques consacrées par la Constitution que vous avez juré de respecter, notamment les libertés d’association, de réunion et d’expression ,

2/ Elle est injuste car seule la réunion de notre communauté est interdite alors que la presse retransmet tous les jours les images des rencontres des autres frères des 4 coins de la République,

A mon humble avis, elle n’a du reste pas de base légale, car aucune loi n’autorise une autorité de la territoriale à empêcher sans raisons valables à ses administrés de se réunir pacifiquement en un lieu fermé ;

3/ Elle viole l’accord de la Saint Sylvestre, car elle perturbe le climat apaisé qu’exige ledit accord tout en écrasant les droits et liberté publique dont la jouissance est garantie par ce texte sur base duquel vous êtes aujourd’hui premier ministre.

Elle est donc aux antipodes de vos propres intérêts et de nature à vous empêcher de bien remplir votre mission et ne saurait être passée sous silence.

Excellence,

Lors de votre investiture, rappelez-vous que vous avez promis de vous atteler à la recherche des solutions à un grand nombre de problèmes auxquels la République fait face, dont ceux de l’insécurité prévalant à l’Est du pays, la situation économique, le marasme social et vous avez exprimé votre souci de renforcer la cohésion nationale: toutes ces promesses sont contredites par l’interdiction aux Yira de se réunir.

Or, aujourd’hui:

Après que les ADF aient provoqué la mort de plus de 2 mille membres de notre communauté et celle de plus de 1500 vaillants militaires congolais dans notre contrée ;

Au moment où le Sud-Lubero voit ses entités hantées par des bandes armées ;

Au moment où la ville de Goma connaît une croissance de cas d’enlèvements et d’assassinats dont le dernier en date est celui du jeune et brillant Frédéric Maisha,

Juste au moment où les travaux d’asphaltage de l’aéroport de Béni/ Mavivi sont étrangement suspendus;

Et surtout quand la ville de Butembo est en train de crier au secours face à l’incapacité de vos représentants de remplir leur première mission qui est de sécuriser les personnes et leurs biens;

Quand en plus, après avoir été frappé par l’assassinat du père Vincent Machozi et kidnapping de 5 des prêtres de son diocèse, notre Evêque catholique bien aimé, Son Excellence Monseigneur Melchisédech Sikuli, est à présent en train de se plaindre lui-même de menaces de mort;

Pendant qu’un nombre scandaleux de résidence, d’établissements tant publics que privés et cités sont régulièrement pillés y compris par des éléments indisciplinés de notre propre armée;

Quand la cohésion entre l’administration, les forces de sécurité, la notabilité et l’ensemble de la population est indispensable ;

Je trouve totalement illogique, incompréhensible et contreproductive que les notables de cette zone où le sinistre est endémique et l’économie en lambeaux soient interdits de se réunir pour faire le point et chercher comment vous aider à remplir la mission qui est la votre.

Excellence,

Comment comptez-vous ramener la paix au Nord-Kivu quand les notables de la communauté majoritaires sont imprudemment muselés ?

Comment justifier le fait que la territoriale prend des mesures qui vexent la communauté la plus nombreuse de cette province et qui détruisent ainsi les relations entre la population et les institutions ?

C’est dans l’incapacité de répondre à cette question que je vous écrit pour vous dire la vérité : les gens sont déçus par cette décision et ne la comprennent pas.

Loin de moi le pouvoir de vous proposer quoi que ce soit, mais je ne voudrais pas que demain il soit écrit que de telles choses se seraient passées et que nous avons laissé les décideurs dans l’ignorance de la réalité des sentiments peu luisants qui habitent les cœurs des bandes face à cette interdiction de réunion du Kyaghanda, qui en vérité, pour tout ce qui précède, est perçue comme un acte vexatoire pour notre communauté endeuillée.

Loin de moi toute idée de vous vexer, et je m’excuse si tel serait votre perception de la présente, Excellence, mais il est de mon devoir en tant que notable Nande qui a été une fois massivement élu par les Yira et votre ancien camarade de l’UDPS, de vous dire la vérité sur ce qui est dans les cœurs chez nous: les gens ne sont pas du tout contents.

En sachant que vous êtes capable de modifier les graves faiblesses de notre territoriale du Nord Kivu, je vous prie de recevoir, Excellence Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération, et que Dieu Vous Bénisse abondamment !

Fait à Kinshasa, le 05 août 2017

Jean-Louis Ernest Kyaviro.

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *