Lubero : Alerte sur l’imminence des massacres des Nande à Kanyabayonga

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un message qui circule sur les réseaux sociaux et transmis à Beni-Lubero Online par un congolais en mission aux USA, lequel message vient d’être confirmé par des sources proches des services de renseignement de la R.D.Congo, fait état de l’imminence d’un carnage des Nande habitant la cité de Kanyabayonga et ses environs, au Sud du Territoire de Lubero, en Province du Nord-Kivu, R.D.Congo.

Kanyabayongacite0

Une vue aerienne de la cite de Kanyabayonga

Ce carnage des Nande de Kanyabayonga et de ses environs serait consécutif au prétendu échec de l’expédition de 2014-2015 en Ville et Territoire de Beni, qui, dans les prévisions de l’ennemi devait pousser les Nande soit à la prise des armes pour lui donner l’occasion de les pulvériser militairement soit à la fuite vers des camps des refugiés en Ouganda ou des camps des déplacés à l’intérieur de la R.D. Congo où des humanitaires impénitents les extermineraient par une alimentation empoisonnée. Comme cela n’est pas arrivé, l’ennemi, au lieu de désarmer, aurait mis sur pied un plan d’anéantissement des Nande avec comme épicentre, la cité de Kanyabayonga et ses environs. Un massacre de grande envergure sans commune mesure avec ce que l’ennemi qualifie de farce de Beni se préparerait déjà à Kanyabayonga ! Les exécutants seraient déjà arrivés sur le lieu du crime  et n’attendraient que l’ordre de lancer l’offensive contre des paisibles et innocents citoyens congolais de Kanyabayonga.

Pour empêcher aux forces onusiennes de la Monusco de voler au secours des populations en danger, des mines anti-personnel seraient placées sur toutes les voies d’accès à Kanyabayonga. La Monusco souffrirait ainsi des lourdes pertes en vies humaines dans les rangs de ses contingents pour pousser l’ONU à se retirer du bourbier congolais et laisser libre cours au travail du balkanisateur!

Le message fait aussi état d’un plan d’assassinat du représentant spécial de l’ONU en R. D. Congo, à savoir Martin Köbler, pour pousser l’ONU à écourter son mandat en R.D.Congo. L’histoire nous rappelle que l’avion transportant Dag Hammarskjöld, 2ieme Secrétaire Général de l’ONU, fut abattu à quelques kilomètres de la piste d’atterrissage de Ndola en Zambie le 18 septembre 1961. Dag Hammarskjöld tentait de mettre fin à la sécession katangaise sous Moise Tshombé qui roulait pour la Belgique. Si le message se confirme, l’histoire risque ainsi de se répéter en un autre mois de septembre 2015 avec l’assassinat d’un autre représentant spécial de l’ONU engagé dans la résolution d’un conflit congolais.

Toujours selon le message, le carnage de l’ampleur de celui qui se préparerait à Kanyabayonga aurait aussi lieu en d’autres endroits non autrement identifiés du Kivu-Ituri, notamment en milieu Nande du territoire de Rutshuru, en milieu Nande de la nouvelle province de l’Ituri, et en plusieurs autres milieux des résistants du Sud-Kivu.

Le but visé par ces carnages serait l’anéantissement de tous les résistants à la balkanisation du Kivu-Ituri au profit du Rwanda et de l’Ouganda et la non tenue des elections presidentielles en R.D.Congo en novembre 2016. Cet anéantissement des résistants est voulu effectif avant la fin du mandat de Joseph Kabila, c’est-à-dire avant décembre 2016.

Si les massacres de Beni étaient commis sous le nom des rebelles ougandais de l’ADF-Nalu, ceux de Kanyabayonga, Rutshuru, Ituri, et Sud-Kivu se commettraient sous le nom des rebelles rwandais de FDLR. Le faux prétexte serait la non-prise en charge ainsi que les fausses promesses faites aux FDLR cantonnés dans les camps de transit vers le Rwanda.

Un homme averti en vaut deux ! Aux autorités congolaises compétentes de n’épargner aucun effort pour sauver les innocents congolais des endroits ci-haut cités de ce nième carnage prémédité par un ennemi impénitent.

Source : Des souffleurs amis du peuple congolais

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *