00aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa0icha

Lukanga : Assassinat de Monsieur Valérien Kakule Kiputula (37 ans) par les éléments FARDC

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Encore un nouveau cas d’assassinat vient de s’ajouter au martyrologue de Beni-Lubero. Il s’agit de Monsieur Valérien Kakule Kiputula âgé de 37 ans, habitant du village Mutiri situé entre Lukanga et Musienene, en groupement Bukenye, Chefferie des Baswagha, en Territoire de Lubero. Il a reçu des visiteurs Fardc indésirables à son domicile quand il voulait se préparait pour aller à la messe du dimanche 10 Février 2013 à 5h45’.

Les éléments des FARDC venaient d’entourer sa case et quand il voulait sortir, ils ont tiré sur lui. Il a atteint deux coups de balles dans son abdomen. Après avoir réalisé leur forfait, ces militaires sont retournés à leur base à Musienene. Les voisins, ayant constaté ce qui venait de se passer, sont venus à la rescousse de la victime et l’on conduit à la Clinique Universitaire de Lukanga (à l’Université Adventiste de Lukanga), à une distance de plus ou moins 7km. Ce n’est que vers 11heures que le médecin est venu annoncer la mort de regretté Valérien Kiputula. Cultivateur de son état, Monsieur Valérien laisse derrière lui une veuve et 6 orphelins.

 00aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa0icha

Université Adventiste de Lukanga

D’après les informations reçues de la RTNC sous station de Butembo le matin de ce lundi 11 Février 2013, ces militaires avouent avoir agi ainsi car Monsieur Valérien était en train d’organiser chez lui une milice maï-maï. Faux, rétorque la population! En Beni-Lubero, pour légitimer son meurtre, il faut accuser sa victime de « maï-maï ». Pourquoi ne l’a-t-on pas arrêté et conduit au cachot ou devant le tribunal? se demandent les paysans de ce coin.

Pour votre enseigne, à la fin du mois de janvier, le président du Kyaghanda kikulu a rendu public le rapport sur les violations massives des droits humains en Beni-Lubero. Selon ce rapport plus de 30 personnes ont été tué par balles et coups de machette, 6 corps sans vie ramassés dans des rigoles et rivières, plus de 45 femmes et enfants ont été violées, plus de 40 cas de kidnapping ont été enregistrés, 15 villages ont été abandonnés et sont restés déserts, plusieurs cas de vol d’enfants, de braquages sur les routes, de vandalisme et de cambriolage pour le seul mois de Janvier 2013.

Le Président du Conseil Culturel de la Communauté Yira, Monsieur Muhindo Kitsongo wa Mbeho, lance un cri d’alarme et alerte les autorités politiques et administratives ainsi que tous ceux dont la sécurité est à leur charge de renforcer les mécanismes de sécurisation des personnes et leurs biens. Le président Kitsongo dénonce également les cas de tueries clandestines enregistrées ces derniers temps en Beni-Lubero : cas de Monsieur Clément joueur dans une équipe de Manguredjipa tué à la machette le samedi 9 février 2013, d’un corps sans vie d’un homme non autrement identifié âgé d’environ 30 ans, retrouvé dans la rivière le matin du 7 février 2013 à Kasindi-Lubiriha, territoire de Beni, près du Centre de Santé Vibashe, de Mr Yvon tué à la machette à Kalegha – Vusamba en territoire Lubero la nuit du 1er au 2 Février 2013 ainsi que nombreux autres corps retrouvés au jour le jour aux alentours du mont Ruwenzori dans un état de délabrement très avancé. Il profite de cette occasion pour rappeler aux membres de la communauté Yira que l’insécurité est l’une des stratégies que les agresseurs Rwandais et Ougandais avec leurs collabos appliquent pour nous diviser et par conséquent nous pénétrer. Ainsi appelle-t-il toute la communauté Yira de rester vigilants et sereins dans l’unité pour conserver l’intégrité de notre cher patrie la République Démocratique du Congo.

Adolphine Mwanze

Butembo

©Benilubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*