Mme Julienne Katungu (28 ans) attaquée à Bunia et lors de son transfert vers un hôpital de Kampala

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les premiers faits macabres se passent à 1h du matin du 15 janvier 2012 au Quartier Salongo, numéro 6, Ville de Bunia en Province Orientale, à la résidence de Mme Julienne Katungu (28 ans) épouse de Mr Mumbere Kabaka et mère d’un garçon de 5 ans. Des bandits armés et en uniforme militaire attaquent et pillent la résidence de Mme Julienne Katungu de tout ce qu’ils veulent. Avant de partir, ils tabassent Mme Julienne et lui administrent des coups de machettes à la tête. [NDLR : L’attaque de la tête des victimes par des machettes est devenue monnaie courante à l’est de la R.D.Congo. Mlle Pascaline Masimengo de Beni avait reçue des coups des machettes sur la tête et abandonnée pour morte par ses assaillants la veille de Noël 2011). Mme Julienne tombe évanouie. Quand elle reprend connaissance, elle découvre sa tête saignante et se lamente des douleurs atroces de la tête aux pieds. Ses médecins de Bunia lui conseillent d’aller à Kampala pour un scanner crânien afin de déterminer la nature des dégâts causés par les tueurs lors de l’attaque. 

Arrivé dans la localité de BILI (à quelques kilomètres de la ville de Bunia) lors de son transfert pour des soins appropriés à Kampala, la voiture dans laquelle Mme Julienne voyageait est de nouveau attaquée en plein jour, vers 11h00 du matin par des bandits armés qui jettent des pierres sur la voiture, obligent le chauffeur à s’arrêter avant de piller les passants de tous leurs biens de valeur. Lors de l’attaque, Mme Julienne Katungu qui était déjà souffrante, attrape une pierre à l’œil droit qui se déchire sur le champ.

                             Katungu00

                   Mme Julienne Katungu (28 ans) sur son lit d’hôpital à Kampala

De nouveau, la famille de Mme Julienne Katungu est pillée de tout ce qu’elle avait comme argent pour ses soins à Kampala. Avec l’œil droit déchiré, Mme Julienne qui souffrait déjà des douleurs crâniennes est mal au point. Sa famille fait tout pour la faire parvenir dans un Hôpital de Kampala où nous l’avons rencontré. Avant même que les médecins ougandais ne la soumettent au scanner crânien, ils ont décidé de lui arracher l’œil abimé pour lui éviter une bien pire infection. C’est donc comme borgne que cette jeune maman de 28 ans attend le test du scanner. Elle ne comprend pas ce qui lui est arrivé à deux reprises dans l’espace d’une semaine. 

Mme Kavira Mathe, belle-mère de Mme Julienne Katungu, est arrivée de MUTIRI- Butembo pour s’occuper de la malade. Elle ne cesse de rendre grâce à Dieu pour avoir sauvé à deux reprises la vie de sa belle-fille Julienne Katungu, bien qu’elle soit borgne aujourd’hui. Mais combien d’autres congolais n’ont pas la chance de Mme Julienne Katungu ? 

KatunguBuniadouble00

Pendant que la vie politique en R.D. Congo tourne au ralenti à la suite de la mascarade électorale et que, en dépit de la fraude avérée et de la nullité conséquente du double scrutin du 28 novembre 2011, les politiciens habitués aux magouilles politiques se bousculent à la mangeoire de l’assemblée Nationale et de Gouvernement, le peuple congolais reste la cible privilégiée de l’armée nationale, de la Police, et des soi-disant rebelles étrangers FDLR, LRA, ADF-NALU. Contrairement à la Syrie où il existe deux ou trois camps armés qui s’affrontent dans les rues, en R.D.Congo tous les protagonistes s’acharnent contre les populations civiles congolaises. D’où l’idée recurrente de génocide sournois.  En effet, le front armé contre le peuple congolais est plus visible et plus meurtrier que celui contre les soi-disant rebelles étrangers. Dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Orientale, il y a des localités entières vidées de leurs populations à la suite des attaques des rebelles. Chose grave, au lieu de protéger les populations civiles contre les soi-disant rebelles étrangers, l’armée congolaise choisit de surveiller avec des chars russes les leaders de l’opposition non armée dans les villes. La conséquence est que les rebelles étrangers poursuivent dans l’impunité et sans se faire inquiéter, leur sale besogne contre les populations civiles congolaises. Le calvaire auquel sont soumis les congolais dans plusieurs coins des provinces ci-haut citées dépasse tout entendement humain. Le peuple congolais se dit ainsi livré à des bandes des tueurs qui tuent en toute impunité au vu et au su des Fardc, de la Police, et des casques bleus de l’ONU.

La double attaque de Mme Julienne Katungu est une belle illustration de cet abandon de la population congolaise entre les mains des tueurs sans foi ni loi. 

Pour toute contribution aux soins de Mme Julienne Katungu, utiliser le compte Paypal « Donate » sur la page d’accueil de votre site www.benilubero.com ou addresser un transfert Western Union à Maman Kavira Mathe, Kampala (Uganda). L’adresse physique de Maman Kavira Mathe, belle-mère de Julienne Katungu sera communiquée par Beni-Lubero Foundation à toute personne qui voudra contribuer. Email de Contact: benilubero@benilubero.com.

Jean-Marie Bahwere

Kampala

©Beni-Lubero Online 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *