Nkunda r

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
  
Les rescapés du génocide en cours au Nord-Kivu n’ont pas de répit car ils sont aussitôt réduits en esclaves pour survivre.  Aux plaies béantes infligées aux congolais, la bande des tueurs  de Nkunda ajoute des injures et des humiliations morales. C’est une double mort, un génocide qui tue le corps et paralyse l’âme du survivant qui n’est qu’en sursis.  Il suffira en effet que la contre offensive du peuple soit lancée pour que ces congolais en sursis à l’ombre des tueurs Tutsi soient égorgés. Le cri d’alarme vient de la localité de Tongo en Territoire de Rutshuru. Les tueurs de la bande de Nkunda appellent les déplacés sans défense, des « Bichuchu» (ou insectes en Kinyarwanda) avant de les contraindre à des travaux forcés comme dans les camps de concentration Nazi. Les mamans sont obligées contre leur gré de laver les uniformes de leurs bourreaux du sang des congolais. Quelle humiliation ?  Elles doivent ensuite  puisé de l’eau de réserve pour ces malfrats Tutsi qui ont détruit leurs maisons et tuées leurs maris et fils. Entretemps, ces terroristes Tutsi continuent plus que jamais à utiliser leur arme de guerre préférée, à savoir, le viol des femmes devenues  plus que jamais vulnérables.
 
Déplacés de Tongo lavant les uniformes de leurs bourreaux Tutsi. Le regard médusé de cet enfant reduit en esclavage par les tueurs de son père dénote la souffrance
Tous ces traitements inhumains des femmes congolaises se passent dans un silence total du gouvernement congolais. Les dirigeants politiques d’un pays aux prises avec une crise aussi grave que le génocide en cours au Nord-Kivu se donnent  le luxe de mener une vie normale à Goma, à Kinshasa comme si de rien n’était. Les hommes et les femmes qui se sont battus pour être ministres, députés ou représentants du peuple, sont portés disparus. Ces monsieurs qui avaient organise des caravanes dans les rues de Kiwanja lors de la campagne électorale et qui avaient promis monts et merveilles aux congolais, attendent aujourd’hui de savoir qui est le nouveau maître du Congo pour sortir de leurs terreaux. Les survivants de ce génocide ne vous pardonneront jamais. Ils vous attendent au tournant.  
Déplacés de Tongo lavant les uniformes de leurs bourreaux Tutsi

L’apathie et le manque de soulèvement du peuple contre ses dirigeants complices de l’ennemi démontrent aussi combien le peuple n’a pas d’âme mais aussi combien la crise congolaise est profonde,  combien les congolais longtemps envoutés par des marabouts politiciens, n’ont plus d’âme. S’il y a encore un congolais normal dans le monde, voici le temps de se manifester pour défendre la terre de nos aïeux avec ceux qui ont refusé de vendre leur âme au diable.
 
Kakule Mathe
Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*