Noël 2008: Les Congolais refusent la paix d’Hérode

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Les congolais qui célèbrent ce Jeudi 25 décembre 2008, la grande fête de Noël, fête de la paix pour toutes les nations, interpellent les négociateurs congolais de la paix au Congo et les somment d’emprunter, comme les rois mages après un sommet avec Hérode, un autre chemin de paix. Dans la province du Nord-Kivu qui est sous occupation meurtrière rwandaise depuis près de trois mois, les souhaits de paix en ce Noël 2008 risquent d’être tout simplement des vœux pieux pour des congolais qui vivent constamment sous l’ombre de la mort. Les images ci-dessus sont les crèches les plus parlantes en ce jour de Noël 2008! Nous les dédions aux gouvernants congolais qui se sont donnés des vacances de fin d’année pendant que leurs électeurs de 2006 sont pourchassés nuit et jour par la bande à Nkunda car sans défenseurs.

Les enfants pleurent sous les balles

Les images atroces des tortures et des sévisses corporelles infligées aux victimes du massacre de Kiwanja ne peuvent laisser les congolais indifférents ou amnésiques. Ces images sont un rappel que les congolais ne doivent pas badiner avec la bande des criminels de Nkunda comme font l’ONU et l’Union Europeenne qui cherchent les minerais  congolais et qui n’ont que faire des vies humaines congolaises.

Victime de Kiwanja: 5 novembre 2008

Victime Kiwanja: 6 novembre 2008
Les destructions méchantes des maisons commerciales (i.e. l’Hôtel Grefamu de Kiwanja) et des maisons d’habitation constituent le décor désolant de nos cités et villages jadis havres de paix.
Ruines de l’Hôtel Grefamu de Kiwanja bombardé par le CNDP
A Rubare, plusieurs fosses communes ont été découvertes ce matin sur l’îlot de l’étang de Kirwa. Tous les disparus de ces deux dernières semaines, c’est à Kirwa qu’ils ont certainement fini leurs vies sur terre. Tous les appels téléphoniques de ce coin du Nord-Kivu sont un cri d’alarme que si rien n’est fait aujourd’hui pour arrêter Nkunda et sa bande des criminels, demain le territoire de Rutshuru sera vidé de toute sa population. C’est cela en effet l’objectif du génocide en cours perpétré par la bande à Nkunda: Dépeupler le Nord-Kivu pour y installer les Tutsi du Rwanda et de la diaspora. Chaque jour qu’on accorde à Nkunda au Nord-Kivu contribue énormement à ce projet machiavellique. Les congolais, s’il y en a encore sur terre,  doivent se lever pour arrêter ce génocide qui ne s’arretera pas de lui-même ou par fatigue à Kiwanja… Chaque survivant des massacres des mois passés connait au moins dans son entourage cinq à dix personnes massacrées par les rwandais du CNDP. Comme l’a révélé Mia Farrow, une Ambassadrice Itinérante de l’UNICEF qui a récemment visité le Nord-Kivu, « chaque aspect possible de la vie humaine est attaqué par la guerre du Congo». Cela s’appelle en langage technique : Génocide. Aussi, le témoignage de Valérie, une jeune maman du coin âgée de 27 ans qui s’est confiée à Mia Farrow est plus qu’explicite : « Every night someone disappears. Parents and children vanish. We don’t know where they have gone. There are killings in the nights. We hear shooting, » (CNN-web) (chaque soir quelqu’un disparaît. Parents et enfants disparaissent. Nous ne savons pas où ils sont partis. Il y a des tueries pendant la nuit. Nous entendons les tirs). Depuis ce matin, Valérie sait peut-être déjà que tous les disparus de Rubare et des environs gisent sans vie dans des fosses communes que les victimes elles-mêmes creusent avant d’y être ensevelis, sur l’ilot de l’étang de Kirwa.
.
 
Cette désolation vécue à Rubare, après Rutshuru et Kiwanja, est aussi le lot d’autres contrées du Nord-Kivu. A Kanyabayonga, une ONG locale des droits humains qui a requis l’anonymat rapporte qu’un papa avait été fouetté à mort le 13 décembre dernier par un commandant des Fardc auprès de qui il était parti accusé des militaires Fardc qui avaient violé sa fille. De sources concordantes rapportent que ce cas n’est pas le seul où le commandant Fardc et ses troupes se soutiennent dans les crimes contre la population qui ne sait plus à quel saint se vouer.
 
C’est dans ces conditions précaires et sans espoir que les congolais du Nord-Kivu vont célébré Noël, la fête de la Naissance de Jésus, prince de la Paix pour toute l’humanité.
.
 
Les congolais du Nord-Kivu en ce jour de Noel est ressemblent bien aux parents de Jésus d’il y a deux milles ans. La Galilée, Territoire où Marie et Joseph ont vécu, était aussi sous occupation d’un certain Hérode comme le Nord-Kivu l’est sous Nkunda-Kagame. Hérode ne voulait pas entendre parler d’un autre roi, encore moins d’un sauveur. C’est pourquoi à l’annonce de la naissance de Jésus, roi et sauveur, Hérode avait pris la décision de massacrer tous les bébés-garçons de son royaume. Pour bien cibler sa victime Jésus, Hérode voulut profiter d’un sommet avec les rois mages, alliés de Jésus, pour connaitre l’adresse de l’enfant-Jésus de Bethlehem. Cet épisode ressemble beaucoup aux sommets de paix sur le Congo où les héritiers d’Hérode se présentent malicieusement comme médiateurs, philanthropes, humanitaires, etc. Mais contrairement aux négociateurs congolais qui ont déjà été floués milles et une fois en douze ans, permettant ainsi aux bourreaux de massacrer six millions des congolais, les rois mages avaient vite perçu les intentions perverses du roi Hérode. Cela n’empêche qu’ils aient été diplomatiquement courtois avec Hérode jusqu’à la fin de leur entrevue avec lui, lui promettant sur les bouts des lèvres qu’ils reviendraient lui donner l’adresse de l’enfant Jésus. Mais au fond de leurs cœurs, ils avaient pris la décision de faire échec au plan macabre d’Hérode. Pour éviter de se faire « filer » par les services secrets d’Hérode, la Bible nous dit que les rois mages avaient emprunté un autre chemin. L’enfant Jésus fut sauvé du massacre des innocents grâce aux renseignements fournis par les rois mages qui, contrairement aux négociateurs congolais, étaient incorruptibles. Ils n’ont pas voulu s’enrichir en livrant l’enfant-Jésus de Bethlehem au Tout Puissant Hérode. Marie et Joseph avaient eu ainsi le temps de se retirer en Egypte pour soustraire l’enfant-Jésus à l’épée d’Hérode. En empruntant un autre chemin, les rois mages avaient refusé la paix d’Hérode, la paix de Babylone, la paix des esclaves, etc. En effet, Hérode parlait de paix pour camouffler son projet de massacre. Après douze ans d’agression et six millions des morts congolais, on a l’impression que les négociateurs congolais n’ont pas encore perçu la visée perverse des grandes puissances qui soutiennent militairement et politiquement la bande de Nkunda. Le message de ce Noël 2008 aux négociateurs congolais est qu’il est temps qu’ils empruntent un autre chemin de paix comme les rois mages. Les congolais ont déjà assez souffert de la paix d’Hérode, la paix de Babylone, qui depuis 12 ans promet la paix mais produit un génocide sournois des congolais. En effet tous les sommets de paix que les Hérode d’aujourd’hui organisent pour le Congo sont tout simplement une distraction du peuple congolais pour donner du temps à Nkunda de se tailler par l’épée le territoire qu’ils veulent lui donner.
.
 
Les congolais épris de paix sont ainsi unanimes pour dire non à la Paix d’Hérode. Ils demandent aux négociateurs congolais d’emprunter dans l’immédiat un autre chemin de la paix.
.
 
Ils disent non aux négociations avec les Hérode d’aujourd’hui qui n’ont pas la paix les déplacés et les refugiés congolais au centre, mais plutôt les minerais, les contrats chinois, le partage de pouvoir entre les marionnettes et suppôts des intérêts étrangers, etc.
.
 
Les congolais disent non aux négociations avec les Hérode de ce temps qui donnent plus d’argent aux gorilles de montagne du Nord-Kivu qu’aux déplacés du Nord-Kivu.
.
 
Les congolais disent non aux sommets avec les Hérode de ce temps qui viennent de s’engager à sauvegarder les espèces animales et végétales de la forêt équatoriale congolaise une semaine après leur refus de mettre fin aux massacres des congolais du Nord-Kivu.
.
 
Les congolais disent non aux sommets de dupes avec les Hérode de ce temps qui traquent les terroristes partout dans le monde sauf ceux qui ont la mission d’éliminer les congolais.
.
 
Les incohérences notoires des Hérode de notre temps sont très connues aujourd’hui pour que les négociateurs congolais les ignorent. C’est pourquoi, notre message en ce jour de Noël 2008 est que ceux qui négocient aujourd’hui la paix au Congo avec les héritiers d’Hérode s’inspirent de la stratégie des rois mages, qu’ils empruntent un autre chemin, le chemin de la paix de Jésus, la paix pour tous.
.
 
Vincent Machozi, a.a.
Boston, MA ( USA)
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*