Panique g

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Plusieurs accrochages entre les éléments Mai Mai du PARECO et les militaires des FARDC du Lundi 12 Janvier 2009, dans plusieurs localités du sud du territoire de Lubero, notamment à Kitsumbiro, Kamandi, Alimbongo, Luofu, Kaseghe, et Mbingi ont provoqué une panique généralisée au sein de la population de ces villages précités et ailleurs dans le territoire de Lubero.  
 
Université de Kasugho
Les causes de ces  accrochages ne sont pas encore bien connues. D’après certaines sources que nous avons contactées, les Fardc et les Mai-Mai du Pareco se disputeraient divers camps militaires qui appartenaient auparavant aux FARDC avant leur déploiement au front de Rutshuru en Août 2008. Les combattants Mai Mai du Pareco avaient alors logé dans ces camps pour que  les zones abandonnées par les Fardc ne restent pas vides. D’autres sources disent que les attaques contre les Mai-Mai du Pareco font partie du désarmement de toutes les milices congolaises et étrangères opérant à l’Est du Congo tel que décidé dernièrement par le gouvernement de Kinshasa.  La population locale se pose plusieurs questions sur ce désarmement forcé qui créé une guerre inutile dans la guerre attendue de tous les congolais contre la milice qui endeuille le pays, à savoir, le CNDP de Nkunda. La Population attend que les Fardc collabore avec les résistants congolais  pour mettre Nkunda et sa bande, hors d’état de nuire.
 
Les Mai Mai, quant à eux, cherchent à se regrouper pour une éventuelle contre-offensive. Ce refus  des Mai-Mai de se laisser désarmer inquiète les habitants de Kasugho et de Kagheri dont la majorité préfère passer la nuit dans la brousse.
 
Enfants anciens déplacés dans une école de fortune à Kasugho
Les affrontements de Lundi ont provoqué un déplacement massif de la population. Les habitants de Mbingi, Kaseghe, Alimbongo, et Kitsumbiro affluent vers Kasugho et Kagheri, abandonnant tous leurs biens derrière.  Cette crise humanitaire aggrave les effets collatéraux de la  dépréciation du franc congolais à Kasugho. Ainsi par exemple, le dollar se change à Kasugho contre 1000 Francs Congolais au lieu de 570 FC au début de l’année 2009. Les prix de denrées alimentaires ont pris l’ascenseur. Une mesure de cossette de manioc s’est vend aujourd’hui à 500 FC au lieu de 220 FC à la Bonne Année 2009. Les cartes prépayées pour le téléphone mobile sont passées de 750 FC à 1100 FC pour 100 unités. Ce qui complique la communication. A l’annonce des combats Fardc-Mai-Mai, toutes les boutiques ont fermé et le marché local est paralysé, désert. Depuis hier, il est difficile de se procurer du savon, du sel et d’autres produits de première nécessité. Le troc était au point de s’imposer. Bref la vie est devenue trop dure. Avec l’arrivée de déplacés dans la localité de Kasugho, le pire est à craindre si les hommes et les femmes du coin ne mettent tous leurs efforts en commun pour endiguer la crise.
 
GUY MUMBERE
Université de Kasugho
Beni-Lubero Online
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*