Père Vincent Machozi « in memoriam »: une prophétie qui se réalise…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours »

machozi_micro

Père Vincent dans une conférence, sensibilisation pour la paix

Cette parole-testament du Révérend Père Assomptionniste Vincent Machozi fait assez comprendre sa vie, ses œuvres, ses actions ainsi que le genre de mort qui l’emporta le 20 mars 2016.

Le Père Vincent est né le 04 avril 1965 à Katholu dans le village de Vuthungwe, chef-lieu du groupement de Bunyuka, en chefferie de Bashu, dans le territoire de Beni, Province du Nord-Kivu, dans l’est de la République Démocratique du Congo. Il fut ordonné prêtre le 26 juin 1994. Il travailla au Secrétariat de la CENCO, avant d’aller poursuivre ses études à l’Université de BOSTON, aux Etats-Unis, d’où il revint avec la passion d’œuvrer à la défense des droits de ses frères et compatriotes.

C’est à partir des Etats-Unis qu’il fonda le site web Benilubero Online comme instrument de la lutte dont il était épris pour la paix et la réconciliation dans sa région natale de l’est de la R.D. Congo en général, mais de Beni-Lubero en particulier, eu égard au complot d’extermination et d’évincement qu’il avait sagement découvert se pointer à l’horizon. Ce complot ne tarda point à se confirmer par l’explosion à Beni des massacres génocidaires des autochtones dont l’objectif initial consistait à forcer ces derniers à quitter leurs terres au profit des envahisseurs étrangers qui les tuaient. Cependant, la résistance pacifique ainsi que la résignation totale des victimes n’ont pas permis à l’ennemi d’atteindre son rêve. D’où, il a multiplié des stratégies en dédoublant continuellement la cruauté desdits massacres jusqu’à ces jours, mais toujours en vain.

Père Vincent Machozi à l'Université de Boston

Père Vincent Machozi à l’Université de Boston

Un zèle incomparable avait constamment animé le père Vincent à répertorier ces crimes tout en les dénonçant avec véhémence. Or, tout cela ne pouvait s’accomplir sans blesser les sensibilités des autorités congolais, aussi bien civiles que militaires, à tous les échelons, comme tenu de leur part d’implication dans ledit plan machiavélique. En résultat définitif, le Père Vincent est assassiné par des militaires du gouvernement congolais le 20 mars 2016 (mort et enterrement).

Et pourtant, toutes ses dénonciations trouvent aujourd’hui leur confirmation, toutes ses prédictions sont en train de se réaliser de manière surprenante: Le pouvoir a multiplié et étendu son plan de massacres des citoyens du pays dans au-delà de Beni-Lubero, tel qu’on le remarque au Kasai-Central, au Nord-Katanga, au Bas-Congo et ailleurs; uniquement pour satisfaire l’ambition d’éterniser son règne à la tête du pays, à Beni il y a eu de nombreux témoignage des égorgeurs eux-mêmes dénonçant leur origine rwandaise; un tribunal théâtre est mis sur pied à Beni pour incriminer des innocent et innocenter les criminel; en plein procès en cours à Beni, un prévenu égorgeur a publiquement cité le général AKILI MUNDOS avec d’autres autorités du pays, parmi lesquelles Joseph Kabila lui-même, comme principaux meneurs de jeu dans le plan d’extermination des autochtones à Beni etc. Le Père Vincent avait prédit tout cela avant sa mort.

Aussi, même le monde occidental lui rend-il hommage après cette mort inopinée (une tete de luniversite de boston usa tuez en rdc pere vincent machozi et pour luniversite de boston vincent machozi est limage congolaise de mgr oscar romero et martin luther king etc.). L’Université de Boston pousse plus loin en initiant une bourse d’étude portant son nom en vue d’honorer sa mémoire.

une femme tuée par les égorgeurs de Beni

une femme tuée par les égorgeurs de Beni

Il a été tué pour avoir, entre autre, révélé :
– quece sont des Rwandais qui sont les auteurs des massacres à Beni,
– le plan d’invasion de Beni-Lubero par des Rwandais avec la complicité du pouvoir à Kinshasa, en fournissant des preuves des intrus interceptés,
– le génocide des Nande dans Rutshuru et Masisi,
– la responsabilité du président Joseph Kabila dans les massacres de Beni et les guerres intestines à l’est du pays, etc.

Par la suite, de nombreuses publications de Benilubero online ont continué à édifier le public sur la réalité ainsi décrite, en rendant les résultats de ses investigations sur les crimes en cours à Beni, au Kivu et en Ituri.(Heure des révélations et sa suite)

Aujourd’hui, la vérité éclate de façon étonnante pendant qu’intervient la commémoration du premier anniversaire de la mort du Père Vincent Machozi, tel qu’il y aura lieu de le découvrir dans une des prochaines publications de Benilubero online.

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 20 mars 2016, parole qui a valu son assassinat).

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *