Le Vice-gouverneur du Nord-Kivu décide de l’holocauste des Nande

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Conformément à l’adage qui dit: « qui veut noyer son chien l’accuse de range », le vice-gouverneur de la province du Nord- Kivu a tenu en date du 13 septembre 2017 un propos incendiaire qui trahit tout le complot savamment monté pour l’extermination du peuple Nande. Monsieur Feller Lutahishirwa, parlant au nom de l’administration provinciale dont il fait partie de la hiérarchie, vient donc de signifier par cet acte que la population Nande devrait cesser avec l’illusion d’un espoir utopique prétendant qu’il y aurait un quelconque secours du gouvernement dans ses désarrois (massacres et insécurité récurrente). C’est ainsi que Monsieur Feller emboîte aujourd’hui les pas à ses chefs, en l’occurrence le Gouverneur Julien Paluku et le Président Joseph Kabila, qui banalisent le génocide des Yira par une calomnie qui réduit toute la communauté Yira-Nande en la milice Mai-mai méritant, selon eux, d’être purement et simplement effacée.

Où aurait-on vu au monde une maman enceinte ouvrir son propre ventre pour en extraire son bébé en vue de le tuer elle-même tout en criant « au secours » en faveur de ce pauvre bébé innocent? Si non, il restera éternellement inconcevable que le peuple Nande s’insurge lui-même à exterminer sa propre communauté comme le prétendent Joseph Kabila, Julien Paluku et aujourd’hui Feller Lutahishirwa, dans leur souci de justifier le génocide que le régime en place a mis sur pied en vue de couvrir un règne immoral.

Voilà pourquoi des réactions n’ont pas tardé à opposer une riposte proportionnelle à ces sadiques qui ne cessent de se moquer du sang innocent dont le flot provoqué est encore loin de tarir. Parmi ces réactions, intéressante est celle qui a été recueillie de la part de la jeunesse Nande de Kinshasa comme suit:

« LA JEUNESSE NANDE DE KINSHASA REPOND AU VICE GOUVERNEUR DU NORD-KIVU « CESSEZ DE TUEZ LA POPULATION EN LA TAXANT FAUSSEMENT DES MAI-MAI »

La Coordination de la Jeunesse Nande de Kinshasa exige au Vice-gouverneur du Nord-Kivu, FELLER LUTAHI SHIRWA de retirer ses propos dans lesquels il qualifie la population de Butembo des « maï-maï ».
En déclarant lors de l’émission de la Radio Okapi du mercredi 13/09/2017, nous citons : « les bandits sont des maï-maï  la nuit et la journée, ils se présentent comme société civile », le Vice gouverneur Feller se moque éperdument d’une communauté, victime de l’insécurité depuis des années, abandonnée en elle-même et qui ne demande que d’être sécurisée par les autorités tant civiles que militaires du pays.

Le vice gouverneur du Lutahishirwa peut-il nous expliquer pourquoi huit mois durant ne sont toujours pas jugés les bandits Kasukuiste parmi lesquels certains habillés en uniforme de la police, capturés par la population de Butembo, et remis entre les mains de la justice ?

La COJEUNAK note que les autorités provinciales et locales cachent mal leur incompétences pour juguler la crise sécuritaire en s’acharnant sur une population innocente alors que les faits ci-après sont à la portée de tous :

Les groupes armés qui écument la contrée sont bien identifiés et la plupart dirigés par des officiers déserteurs des Forces Armées de la République Démocratique du Congo. Pour preuve :
les Hutu Nyatura sont pilotés par les officiers FDLR et armés par des personnalités bien connues à Kinshasa ;
Les Maï-maï  dit « Corps du christ » dont les incursions dans la ville de Butembo ont été revendiquées par un officier FARDC bien identifié du nom de Kakolele Bwambale, ont été accueillis par les autorités qui, non seulement leur ont offert publiquement des chèvres et transportés ces milices dans les jeeps de la police nationale ;
D’autres groupes armés notamment NDUMA DEFENSE OF CONGO (NDC), MAZEMBE, … sont aussi chapeauté par des chefs miliciens à l’instar de Sikuli Lafontaine et autres… Tous des FARDC.

A Beni, des groupes dits ADF persistent et certains de ses membres sont jugés alors que leur Chef JAMIL MUKULI se pavane à Kampala sans être inquiété. Aucune demande d’extradition n’est adressée aux autorités ougandaises.
Au regard de ces réalités, la Jeunesse Nande rappelle au Vice gouverneur du Nord Kivu que la persistance de l’insécurité dans la région serait entretenue pour des fins politiques en vue d’asphyxier une population exposée à une extermination systématique non autrement justifiable ».

Bref, il est devenu très évident que les bourreaux du peuple Nande sont ses propres autorités. Le répertoire des responsables et auteurs ainsi que des commanditaires des crimes qui endeuillent l’espace de Beni-Lubero s’enrichit chaque jour. Ils prétendent mener le cours de l’histoire aujourd’hui, mais demain le Congo, de nouveau debout, les déferlera impitoyablement devant la Justice, qu’ils ne l’ignorent pas!

Oswald Malikidogo NgomaNgoma

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*