RDC: Publication d’un calendrier électoral de provocation. Kabila déclare la guerre au peuple…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Aucun mot ne serait mieux indiqué pour exprimer le degré du mal qu’orchestrent Joseph Kabila et son régime à la Nation congolaise. Après avoir consommé le glissement d’une année, voici qu’un calendrier électoral de farce vient d’être rendu public, fixant des scrutins combinés de la présidentielle, de la législative nationale et de la législative provinciale à la même date du 23 décembre 2018, soit une année entière au-delà de la prévision de l’accord de la Saint-Sylvestre. Non seulement la compilation des résultats desdits scrutins combinés devrait porter leur publication en 2019, mais encore ce cycle électoral ne devra se fermer qu’en 2020.

Finalement, il y a lieu de lire dans un tel acte à la fois une provocation, un sabotage, une injure, voire une déclaration explicite de guerre au peuple congolais. Aucun commentaire n’y est nécessaire et point ne serait besoin de multiplier des mots inutiles à l’endroit de cet genre d’hommes et régime (qui se comportent en extra-terrestres), afin de ne point leur donner l’occasion de prolonger des discussions dilatoires, pendant que la Nation est tournée en dérision. La réponse la mieux indiquée à une telle provocation ne peut être puisée dans le genre de réaction que propose la LUCHA de la manière ci-dessous, et qui mérite une application « pratique » urgente et immédiate:

L U C H A
Lutte pour le Changement
Mouvement citoyen non-partisan & non-violent
des jeunes de la République Démocratique du Congo
Téléphone/WhatsApp: +243 974 233 390
Email: lucha.rdc@gmail.com & info@luchacongo.org
Page Facebook:www.facebook.com/lucha.rdcongo
Twitter: luchaRDC / Skype: lucha.rdc​​
www.luchacongo.org

D. N° LUCHA/2017036

Kabila et sa CENI déclarent officiellement la guerre:
Le peuple doit se défendre maintenant !

Citoyennes, citoyens,
Très chers compatriotes,

La fantaisie présentée ce jour comme calendrier électoral par le régime de Kabila, à travers sa CENI, c’est la goutte qui fait déborder le vase de notre patience en tant que peuple. C’est une manœuvre honteuse pour faire gagner plus de temps à Kabila et son régime afin d’accomplir leur volonté de rester indéfiniment au pouvoir. Dès maintenant, le soulèvement populaire s’impose comme une évidence !

C’est pourquoi :

Nous, les jeunes Congolaises et Congolais, réunis au sein du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) ;

Assumant nos responsabilités devant notre conscience et devant l’histoire ;

Refusant d’être, par notre inaction ou notre silence, des complices de la désintégration de notre pays et de l’extermination de notre peuple du fait d’un homme, Kabila, et de la poignée d’individus qui l’entourent ;

Rappelant que comme tous les êtres humains et tous les peuples du monde, les congolais ont des droits inaliénables, parmi lesquels le droit à la vie, le droit à la paix et à la sécurité ; le droit à la liberté et à l’autodétermination, qui comprend le droit d’élire librement et périodiquement ses gouvernants ;

Tirant la conséquence de l’exercice du pouvoir par Joseph Kabila, son gouvernement, le parlement et les institutions provinciales en violation de la Constitution de la République Démocratique du Congo du 18 février 2006, dont l’article 64 dispose : « Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution. Toute tentative de renversement du régime constitutionnel constitue une infraction imprescriptible contre la nation et l’Etat» ;

Considérant qu’en se maintenant au pouvoir au-delà de leurs mandats en violation de la Constitution de la République, Joseph Kabila et son régime se sont rendus coupables d’une infraction imprescriptible contre la Nation et l’Etat dont ils devront répondre devant la Justice ;

Considérant qu’il est désormais du devoir de tout Congolais de faire échec à Joseph Kabila et son régime ;

1. Déclarons ne plus reconnaître Joseph Kabila, son gouvernement, ses représentants, et tous les membres des institutions éligibles, comme représentants légitimes du peuple Congolais, et appelons les puissances étrangères et les organisations internationales à en faire autant ;

2. Appelons solennellement tous les Congolais – hommes, femmes, jeunes – où qu’ils soient, à se lever dès à présent et user de tous les moyens légitimes pour chasser Joseph Kabila et son régime du pouvoir qu’ils exercent en violation de la constitution. A travers toute la RDC, mobilisons-nous dans nos quartiers respectifs pour bloquer totalement le pays jusqu’au départ de Joseph Kabila, de tous les membres du gouvernement, tous les membres du parlement, ainsi que tous les membres des assemblées provinciales et des gouvernements provinciaux ;

3. Appelons les Congolais à la désobéissance civile dès aujourd’hui, y compris en cessant dès à présent de payer toute taxe et tout impôt, de répondre aux convocations, ordres et injonctions des institutions illégitimes et des personnes qui les représentent ;

4. Appelons tous les officiers généraux, officiers supérieurs, officiers et hommes et femmes des rangs au sein des FARDC et de la Police Nationale Congolaise (PNC) à se ranger immédiatement du côté du peuple et assurer sa défense ainsi que la défense de l’intégrité nationale. Les récalcitrants doivent être considérés comme tous les autres ennemis du Peuple et traités comme tels ;

5. Demandons aux membres du corps diplomatique de la République Démocratique du Congo auprès des Etats et des organisations internationales à faire allégeance au peuple souverain et à se désolidariser publiquement du régime illégitime de Joseph Kabila ;

6. Appelons à la mise en place rapide, après concertation des forces politiques et sociales congolaises, d’une transition démocratique conduite par des femmes et des hommes neutres, issus de la société civile, désignés sur base de leur probité, leurs compétences et leur expérience, qui ne pourront en aucun cas se présenter aux prochaines élections ni faire partie de futures institutions élues ou du futur gouvernement, et dont la principale tâche sera d’organiser des élections démocratiques et crédibles dans un délai raisonnable et de poser les fondations d’un Etat véritablement démocratique et stable ;

7. Appelons les leaders d’opinion y compris les musiciens et les artistes, les leaders religieux, les intellectuels, les sportifs, les leaders politiques ainsi que les vrais amis du peuple congolais à soutenir sans ambiguïté et par tous les moyens nécessaires le peuple Congolais dans ce chemin de sa libération et de son autodétermination.

Nous exhortons les Congolais à ne pas s’adonner à des actes de violence, de vengeance ou de chasse à l’homme sous quelque prétexte que ce soit. La noblesse de cette révolution doit être préservée, car notre peuple vaut beaucoup mieux que ceux qui l’ont opprimé pendant si longtemps. La justice fera son travail au moment opportun.

Nous réitérons notre appel à l’union de toutes les forces politiques et sociales autour de cette grande Cause. Notre peuple a plus que jamais besoin de l’unité et la solidarité de ses leaders d’opinion dans tous les domaines (politique, religieux, culturel, artistique, académique), ainsi que de la diaspora.

Nous exhortons les Congolaises et les Congolais à participer physiquement, financièrement et matériellement à l’effort commun pour mener à bien cette révolution, par et pour eux-mêmes, afin de n’avoir de compte à rendre à personne. Il en va également de notre honneur et de notre fierté en tant que Nation.

Fait à Kinshasa, le 5 novembre 2017

Pour la LUCHA,

La Cellule de Communication.

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *