RDC: Que peut-on attendre de bon d’une justice chapeautée par un Criminel?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le problème congolais commence à reveler son nom: le pays va mal, parce qu’il est tenu par des criminel!

L’interpellation à Bruxelles de Monsieur Alexis Tambwe Mwamba, le Ministre de Justice congolais, est un signal fort que le peuple doit s’éveiller pour découvrir quel genre de personnes ont confisqué le pouvoir à la tete du pays pour le diriger de maniere cynique et sadique. Tambwe est aujourd’hui cité individuellement pour un crime qui date de longtemps. Mais, en considérant sa maniere de gérer le domaine de Justice sous ce regime de Kabila Joseph, il est un fait que son apport est également considerable dans le crime organisé dans le système politique qui régit le pays de nos jours.

Depuis quelques années, le crime de massacre est vécu en RD Congo a un rythme croissant. Dans cet ordre, sont entre autres cités les massacres de Beni, du Kasai, du Bas-Congo, en Equateur, etc. Les opinions étrangères ont dénoncé les délits, mais l’Etat congolais a cultivé une apathie surprenante.

Partout, à travers le pays, les citoyens grognent pour revendiquer leur droit à la liberte d’expression, à une justice equitable, à la paix et à la dignité, à la souverainement du peuple conformément aux principes d’un regime politique démocratique. En réponse, le pouvoir a multiplié la repression sanglante de la masse par les mains des forces publiques sensées proteger le peuple et les encadrer dans leurs droits. Cette repression aveugle n’épargne personne. Meme les chercheurs et défenseurs internationaux des droites de l’homme qui qui tentent leurs aventures sur le territoire congolais sont soumis a la meme humiliation: les deux experts des Nations Unies en ont récemment payee le prix au Kasai par leur propre vie, exactement de la maniere dont les pauvres citoyens congolais en pâtissent à chaque jour qui passe.

Dans cette optique, quoi de plus normal que de ne constater que comédie, d’ailleurs de mauvais gout, dans toute initiative apparente d’organiser des proces contre les criminels qui meurtrissent jour et nuits nos frères et soeurs innocents sous les cieux muets qui couvrent le beau pays de Lumumba! Le theatre est encore sur la scene à Beni: les criminels sont innocentés, des innocents sont incriminés; les coupables sont protégés, libérés ou évadés… Quel scandal!

On en arrive au fléau d’evasion des prisonniers. Entretenir le crime au sommet de l’Etat et du gouvernement semble encore peu de choses pour nos celebres dirigeants, il faut encore semer les criminels au sein de la base, pour qu’enfin, la société entière soit transformée en une communauté de crime. Tout cela est organisé pour satisfaire l’appétit du pouvoir d’un president qui reve la divinisation.

Les Deputes nationaux ont initiés à juste titre une motion de defiance contre le Alexis Tambwe Mwanda, le Ministre de Justice. Seront-ils pour l’unique fois plus integres et plus loyaux pour tenir beau et éviter de trahir pour la énième fois la confiance par laquelle le peuple les a mandatés?

Néanmoins, ce peuple est aussi resté dupe pendant trop longtemps pour ne pas réaliser qu’il a jeté sa perle devant des cochons qui la foule au sol, par qu’ils ne la méritent pas. Point n’est besoin de persévérer dans la naïveté. Le president Joseph Kabila siege à la tete du pays au sommet des hommages et ouailles des grands criminels. Il ne saura jamais trouver mieux qu’un Lambert Mende, un Kalev Mutond, Un Tambwe Mwamba, etc. car il est juste comme eux, en sorte qu’il ne saura jamais decider autrement, sinon il se mettrait en contradiction avec sa nature profonde que chacun peut imaginer de par ce qu’il commandite personnellement devant tous à Beni et au Kasai. Il y a lieu d’encourager la justice belge dans cette initiative qui oblige Tambwe Mwamba à rendre compte de sa responsabilité et de fournir la preuve de son mérite au poste du Ministre de Justice. Oui, en RDC il n’y a point de justice vraie. Les congolais ont besoin de voir tous leurs dirigeants et leurs complices jugés par les appareils judiciaires étrangers.

Bravo à Media Belge pour avoir remis sur la table une vérité si édifiante pour les congolais et pour le monde, une vérité qui dévoile le profondeur du système qui régit le Congo du regime Joseph Kabila. Espérons que le juge Michel Claise mènera a bonne fin le dossier dossier déposé sur sa table.

Justine Dilolo

©Beni-Lubero Online.

Ci-apres les donnees rendues par Media Belge au sujet l’Alexis Tambwe Mwamba :

CRIME CONTRE L’HUMANITE. ALEXIS TAMBWE MWAMBA;

Alexis Thambwe Mwamba, alors rebelle anti-Kabila, avait revendiqué, en 1998, l’explosion d’un avion de ligne.

C’est le juge bruxellois Michel Claise qui a été chargé de l’instruction d’un dossier qui va tendre un peu plus les relations entre la Belgique et la République démocratique du Congo, déjà exacerbées depuis la publication de nouvelles sanctions européennes contre neuf personnalités du régime congolais impliquées dans les violences et les crimes perpétrés depuis de longs mois au Kasaï. Un dossier qui concerne cette fois une plainte déposée par plusieurs familles de victimes de ce qui peut être regardé comme un acte terroriste perpétré en 1998 par une rébellion, le RCD, qui affrontait alors, dans l’Est du Zaïre, les troupes de Laurent-Désiré Kabila, le tombeur de Mobutu.

Au mois d’octobre 1998, la guerre entre ces deux mouvements rebelles se déroule aux abords de Kindu, ville située à 1200 kilomètres à l’est de Kinshasa. Le 18 octobre, un Boeing 727 de la compagnie Congo Airlines est abattu avec 50 personnes à bord (43 civils, essentiellement des femmes et des enfants, et 7 membres d’équipage).
Le lendemain, une information est diffusée en boucle sur les ondes de RFI. On y entend un des leaders du RCD, Alexis Thambwe Mwamba, revendiquer l’attaque contre cet avion. Il justifie alors le tir du missile (un Sam 7) par le fait que l’avion était sur le point d’atterrir à Kindu avec des militaires pro-Kabila à son bord. Une version immédiatement démentie par les responsables de la compagnie aérienne et de nombreux témoins. L’avion n’était pas en approche de Kindu mais venait de décoller avec, à son bord, selon plusieurs témoignages que “La Libre” a recueillis encore ce mardi, des civils qui cherchaient à fuir un front militaire qui ne cessait de se rapprocher de la ville.

Le frère du plaignant, M. Rachidi, était un des passagers de ce vol. “Mais j’ai aussi reçu des procurations de plusieurs familles qui ont aussi perdu les leurs dans ce tir de missile”, explique-t-il à “La Libre Belgique”.
Un juge d’instruction aguerri

La plainte, pour crime contre l’humanité, a été introduite par l’avocat Alexis Deswaef il y a près d’un mois. Un juge d’instruction vient d’être désigné.
En désignant le juge Michel Claise pour instruire ce dossier, le parquet de Bruxelles sait qu’il le confie à un des juges les plus en prise avec la réalité congolaise. En effet, Michel Claise instruit déjà, notamment, le dossier Duferco-Kubla-Princesse Odette dont la trame essentielle se déroule à Kinshasa et avait déjà instruit, en 2003, un dossier dans lequel on retrouvait Alexis Thambwe Mwamba, présenté alors comme “le roi du cobalt”.

“La plainte porte aussi sur des détournements de biens publics”, explique le plaignant. Le nom de la fille du ministre de la Justice apparaît dans cette plainte. “La société Thambwe Mwamba Ngalula Fleur, du nom de la fille du ministre, a installé son siège social à Louvain-la-Neuve même si elle n’a aucune activité en Belgique. Elle aurait remporté un appel d’offres en République démocratique du Congo pour la distribution des repas dans les prisons, explique un Kinois proche de ce dossier. “Que la fille du ministre de la Justice remporte un tel appel d’offres peut paraître suspect, poursuit-il, mais quand on sait que pas le moindre repas n’est servi depuis des années dans les prisons de chez nous, ça pourrait prêter à sourire.”

Le ministre Thambwe Mwamba, qui est domicilié à Uccle, séjourne actuellement en Belgique. Son nom est régulièrement apparu ces derniers mois sur les prélistes des personnes qui devaient être sanctionnées par l’Union européenne avant d’en disparaître dans la version définitive, ce qui démontre que le ministre dispose de réseaux influents. C’est aussi lui qui était apparu sur les écrans de la RTBF l’été dernier pour dénoncer une tentative de coup d’Etat orchestrée par Moïse Katumbi, principal opposant à Joseph Kabila, avec l’aide de mercenaires dont le nombre fluctuait de 600 à… 12 selon le média qui interrogeait le ministre. Un seul ressortissant américain, Daryl Lewis, avait finalement été arrêté au Congo dans ce dossier. Lors de son séjour dans les geôles kinoises, l’homme avait été torturé avant d’être relâché sous la pression de Washington. En rentrant au pays, Lewis avait déposé plainte contre X, tout en visant le ministre de la Justice Thambwe et le patron des services de renseignements, M. Kalev.

Média Belge

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *