RTNC-Butembo n’émet plus depuis une semaine

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Les écrans de la RTNC-Butembo sont noirs depuis mardi 5 0ctobre dernier. C’est ainsi que seuls les riches ont vu le match de foot de Garoua ! Et pour cause une panne au niveau de son groupe électrogène. Depuis lors, la population de Butembo et ses environs reste coupée des informations nationales et internationales au grand risque de l’intoxication, de la mésinformation ou encore la sous-information, faute de chaine officielle. Le coin est dès lors comme un village sans coq. 

Selon le service technique de la Sous-station de la RTNC à Butembo, cette situation risque de perdurer. Les auditeurs et téléspectateurs devront encore attendre longtemps et prendre leur mal en patience car, apprend-t-on, l’image reviendra sur les écrans après une intervention de Kinshasa ! Ce qui pour la plus part des cas prend des mois. Ceci constitue une mauvaise nouvelle pour les habitants de cette jeune ville et ses environs qui n’avaient que la Sous-station de la RTNC pour voir différents événements de portée nationale et internationale. Le pouvoir publique va-t-il accepter que plus de 5 millions d’habitants qu’informaient la radio et la télévision nationale ainsi que les autres chaines telles que Digital Congo et RTGA à Butembo et ses environs restent coupés du reste du monde pour une panne de moteur ? IL semble que c’est compliqué car il y a seulement quelques semaines, les écrans se sont encore une fois éteint pour la même cause.

butembokatchelewa10

            Une vue d’un quartier de Butembo

Cependant, selon le Chef de Sous-station, Nestor KASEREKA, les démarches sont déjà avancées pour sortir du silence radio et du noir d’écrans les habitants de Butembo et environs. En effet, la ville de Butembo souffre d’un mal qui ne dit pas son nom car sans électricité depuis le départ du colon. Ici même le délestage que les autres détestent chez eux n’est connu que de très peu de gens. La RTNC Butembo-Beni ne peut y échapper. En cette année du social, et surtout en ces mois des grands événements sportifs, seuls les riches ont vu le filet camerounais trembler à Garoua su Cameroun. Les salons des particuliers, les cafés et les cinés n’ont pu s’étouffer de monde. En tout cas les autorités compétentes devraient user de leur compétence pour décanter la situation et trouver une solution définitive pour cette panne récurrente.

Correspondance particulière de Déogratias SIKU

Butembo

© Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *