Lafontaine au milieu, Richard Bisambaza à gauche, et un collaborateur de John Tshibangu à droite

Stratégie du M23 pour s’emparer de la ville de Beni – Complicité de Lafontaine Kakule Sikuli !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

C’est avec intérêt que le public avait suivi la preuve des infiltrations du M23 et ses alliés par la frontière de Kasindi, quand le Major, commandant des FARDC à ce poste frontalier, écrasa sa voiture dans un accident, parce qu’il se précipitait pour tenter de camoufler des rwandais, éléments du M23, qu’il infiltrait pour rejoindre les égorgeurs de Beni, tel que le témoigne la vidéo ci-après:


Cet événement apparaît comme une goute d’eau dans l’océan dans le cadre de la vague d’infiltration des éléments du M23 dont les autorités ont organisé la couverture à la frontière de Kasindi. Pourtant les agents ougandais de service de sécurité et de l’immigration au poste de Mpondwe ne cessent d’alerter la partie congolaise sur le passage par cet axe des personnes suspectes, sur lesquelles les services congolais de renseignement et de sécurité devraient appliquer des investigations approfondies. Cette suspicion vient du fait que lesdites personnes évoquent toujours le motif d’aller cultiver le champ dans la région de Beni et Boga (en Ituri), une zone pourtant en proie aux massacres des civils.


Un arbre qui cache la forêt a été ainsi finalement démasqué: beaucoup de combattants du M23 se sont infiltrés vers Beni en utilisant l’axe de Kasindi, et les investigations menées par Benilubero Online conduisent à dégager les réalités suivantes:


– Les autorités congolaises ont placé sur l’axe de Kasindi à Beni des responsables militaires acquis en faveur du plan du régime Kabila qui consiste à faire conquérir Beni (ville et territoire) par le M23 appuyés par les égorgeurs déjà installés dans la même région.
– Le principal superviseur de cette mission reste le colonel TIPI ZERO-ZERO, dont l’état-major est installé à Mutwanga, une localité se trouvant à mi-chemin entre Kasindi et Beni. De ce fait, tout l’axe Beni – Kasindi est automatiquement garni des officiers ex-CNDP partageant l’idéologie de l’occupation de Beni et Ituri que le M23 est appelé à exécuter; on les retrouve à Kasindi, à Lume, à Karuruma, à Semuliki etc.
– Les combattants M23 à infiltrer pour ce programme sont recrutés au Rwandais, au Burundi, à Rutshuru, à Masisi et en Ouganda par le zèle du colonel Richard Bisambaza, qui tient la plaque tournante de la machine de massacre de Beni, depuis qu’il fit défection des FARDC en 2013, alors qu’il était commandant secteur second à Eringeti.
– Les éléments à infiltrer se présentent en vêtements civils à la traversée de la frontière, puis sont récupérés pour s’engager sur un chemin détourné qui s’oriente vers Kasindi-port; c’est alors qu’ils changent leur habillement en soutane pour paraître comme des musulmans. Il existe au niveau de la frontière de Kasindi des sujets rwandophones, qui se cachent parmi les changeurs de monnaie, qui servent d’éclaireurs pour orienter le déplacement de ces intrus dans la sécurité.

Rôle joué par Lafontaine

– Le colonel Lafontaine Kakule Sikuli a opté se rendre célèbre en augmentant le flot de sang de ses propres frères. S’associant à Mastaki, un Konzo de Kasese entièrement versé dans les manœuvres criminelles de Kigali à cause de sa femme Tutsi, qui lui sert de pont avec le général James Kabarebe, Lafontaine a reçu de Bisambaza la mission d’établir le site de réception des infiltrés du M23, dont les camps de transit sont installés dans le rayon qui s’étend de Lume à la rivière Semuliki. Il travaille main dans la main avec Mastaki; ils sont devenus ensemble les porte-étendard du M23 et du plan de l’occupation de Beni par les envahisseurs rwandais.
– Les rwandais (M23) vont eux-mêmes tenir la guerre pour l’occupation de Beni. Mais Ce sont Lafontaine, Mastaki et autres marionnettes Nande qui seront utilisés pour proclamer la chute et ladite occupation en présentant l’affaire comme l’explosion d’une rébellion locale pour masquer aux premières heures l’occupation rwandaise en projet.


Tous les égorgeurs qui peuplent Beni territoire et le Sud de l’Ituri attendent atteindre leur objectif migratoire dans cette région en soutenant vigoureusement la guerre d’occupation dont les planificateurs ne comptent des jours pour la manifester de manière ouverte. Ce sont eux qui viendront occuper la ville de Beni et toutes les propriétés que les autochtones chassés auront abandonnés.


La population locale de Beni devrait doubler la vigilance pour dénicher en temps les envahisseurs ainsi que leurs complices locaux ou autochtones, ces frères égarés qui sacrifient leur communauté en vendant leur conscience pour un peu de pourboire.

Jeanne d’Arc KAHINDO
Beni

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*