UN GÉNÉRAL RWANDAIS DE RDF ARRETE ET TORTURE POUR AVOIR DIT « NON » AU PLAN MACABRE DE KAGAME ET KABILA SUR LE CONGO

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

General rwandais Rutatina

Selon l’antenne de Beni-Lubero Online à Kigali, le Général Rutatina de Rwanda Defense Force (RDF) serait en train d’agonir, après avoir été arrêté et torturé par les services de sécurité de son maitre et Président, Paul Kagame, dont il a eu le courage de déconseiller un nouveau plan belliqueux sur la RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO.

En effet, dans une réunion du conseil national de sécurité tenue au Rwanda il y a quelques semaines, le Président Rwandais aurait présenté explicitement sa détermination à soutenir une fois de plus le président congolais Joseph Kabila à se maintenir à son fauteuil de gré ou de force, au-delà de l’expiration de son mandat actuel. Ayant constaté qu’il devient de plus en plus difficile à Joseph Kabila de continuer à s’imposer pacifiquement ou par voie démocratique, le Président rwandais et ses sympathisants se sont efforcés à exhorter les autres collègues à pouvoir mobiliser une fois de plus de forces militaires pour voler au secours de Kabila dont le règne serait en déclin. Parmi les points et décisions saillants de cette réunion, on peut répertorier entre autres :

soldats rwandais 2

– Le Rwanda doit intervenir pour aider Kabila à faire face aux congolais qui l’ont rejeté ;
– Mais actuellement Kigali n’a pas assez de moyens humains (troupes) à mettre à la disposition de cette aventure ;
– Remédier à ce besoin en recourant aux démobilisés du FPR, aux ex-FDLR et autres Hutu rapatriés ;
– Infiltrer ces combattants en RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO par la frontière allant de Goma en Ituri, précisément par Goma, Bunagana, Ishasha et via l’Ouganda.
– L’objectif est double : il s’agit avant tout d’imposer Kabila aux congolais, il s’agira ensuite de renverser le régime du président NKURUNZIZA au Burundi.
– Un général des Forces de la République Démocratique du Congo à Goma, Innocent GAHIZI, est chargé d’assurer la coordination des infiltrations qui sont déjà en cours. Il est là pour canaliser les éléments de troupes à orienter vers le Sud-Kivu, en prévision non seulement de la conquête de cette province mais aussi de l’assaut contre le Burundi.

soldats rwandais 5

Une autre réunion a eu lieu à Goma entre le général Innocent GAHIZI et l’ancien gouverneur du Nord-Kivu Eugene SERUFULI. En fait, le Rwanda demande à Serufuli de persuader les Nyatura, pour que ces derniers acceptent d’incorporer les soldats rwandais infiltrés afin qu’ils trouvent une couverture sur le terrain congolais en se lançant dans l’action, au départ, sous l’étiquette des « Nyatura ». Aussi, comprend-on que l’infiltration des soldats rwandais en République Démocratique du Congo n’affecte pas seulement les Forces de la République Démocratique du Congo et la PNC (Police Nationale Congolaise), mais également les groupes armés.

Il convient de souligner à l’attention des opinions que cette infiltration est déjà en cours. Les troupes rwandaises destinées à l’Ituri s’abstiennent ces jours de se risquer sur la route de Beni, craignant d’être interceptées par les autochtones devenus de plus en plus vigilants. Ils préfèrent donc caboter par l’Ouganda en se présentant sous une apparence civile, se munissant de documents migratoires à bonne et due forme. Par ailleurs, les troupes rwandaises en route pour la République Démocratique Du Congo ayant fait l’objet de notre dernière alerte font partie des soldats dont il est ici question.

Kagame 3

Or, le Général Rutatina, persuadé soi-même de ses arguments fut l’unique à tenter d’opposer son point de vue à celui de « l’homme fort de Kigali ». Selon la logique de ce général, point ne serait besoin de continuer à imposer Kabila à la tête de la République Démocratique du Congo, pendant que tout le peuple congolais ne veut absolument pas de lui, si bien qu’il ne bénéficierait même pas d’un pourcent de soutien parmi le peuple qu’il prétend diriger. Il a proposé à ses compatriotes de changer leur vision politique en se dépouillant de la « corne » de domination pour se revêtir de la tendresse d’amitié envers la République Démocratique du Congo. Il a estimé que le Rwanda devrait penser à corriger ses erreurs commis contre le peuple congolais et trouver les moyens de les réparer pour aider les congolais à panser leur blessure. Ainsi, les congolais pourraient-ils oublier le chagrin des multiples crimes des rwandais et éventuellement effacer leur rancune contre Kagame et ses frères.
L’insistance du général Rutatina sur cette préoccupation a suscité la colère de l’homme fort de son pays. Ce malheureux « bon samaritain » a voulu se mettre à l’abri de cette rage en se refugiant à Nairobi, au Kenya, mais ce fut en vain. Car les services secrets de Kagame qui savent fouiller jusqu’aux profondeurs de la terre ont été vite largués pour l’en récupérer aussitôt. Dès lors, le général Rutatina a été arrêté et soumis à une torture tellement atroce que son sort ultime dépend uniquement du miracle de la Providence.

Cette information tient lieu d’un SOS qui s’élance vers Human Rights Watch, Amnistie Internationale, la Cour Pénale Internationale, la Section des Droits de l’Homme des Nations Unies et tous les organismes internationaux ayant la prérogative d’intervenir dans une telle situation, afin que cet officier rwandais plaidant pour la cause de la paix, la vérité et la justice dans la sous-région soit tiré de la gueule du lion insatiable, malgré tout ce qu’il a déjà dévoré au Rwanda et en République Démocratique du Congo.

serufuli782-1

Quant à Eugene Serufuli, il lui aurait été sage de comprendre qu’à partir de l’époque du RCD-Goma, il n’est que déjà trop impliqué dans la planification et exécution des crimes contre ses frères congolais du Nord-Kivu, pour qu’il continue à prendre part à un tel projet criminel et diabolique.

« On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père Vincent MACHOZI, le 19 mars 2016).

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *